Conseils de typographie

Masculin ou féminin,
Gens, de quel genre ?
cuy copyleft
  See You Why?  

Gens, masculin ou féminin ?


abréviations | Orthotypographie accueil |   guillemets


 

Au début février 2016, au moment où des migrants tentaient de rejoindre lʼEurope par nʼimporte quel moyen, il y eut une vague de noyades (excusez ce hasard des mots). Nous avons profité dʼun article de presse pour commenter la typographie et lʼorthographe de ce commentaire publié dans le journal belge LʼAvenir.
Jʼy ai lu « Certains de ces gens que j’ai croisés dans le bois ». Jʼaurais préféré y lire « Certaines gens que j’ai... »

gens_genreDans mon jeune âge, jʼai appris que « gens » était féminin lorsque précédé dʼun adjectif et masculin si suivi dʼun adjectif. On dit « Ce sont de bonnes gens », mais on évoquera « La balade des gens heureux ».
Énoncée ainsi, cette règle sous-entend que le mot « gens » peut avoir les deux genres dans la même phrase sʼil est précédé et suivi dʼun adjectif. Erreur ! Nous lʼexpliquerons plus loin.
Vous vous rappelez que amour, délice et orgue sont masculins au singulier et féminins au pluriel, vous ne connaissez pas bien la règle que nous développerons ci-après.

 gens_acad1694

Gens, ce mot à la sexualité ambigüe, pluriel du mot gent, ce dernier, toujours féminin singulier est généralement masculin pluriel... ce transgenre de notre grammaire française serait-il hermaphrodite ? Comme Eugène, le bien né, gens (gens, gentis) trouverait ses racines en latin (genitus), lui-même probablement issu du verbe gignere (gigno, gignis, gignere, genui, genitus), engendrer.

À lʼorigine, gent était féminin, comme son aïeule latine, et nʼétait utilisé que dans le sens orienté famille, tribu ou peuple. On entendait « la gens Aemilia ou Pulliena » pour désigner une famille patricienne romaine, on entend aujourdʼhui encore cette forme archaïque (de lʼadjectif) « Jʼai rencontré une gente demoiselle » ou plus ordinairement, faire allusion à la gent canine, de la gent féminine ou autre gent (substantif) du même type. Le substantif gent est bien féminin, inutile de le féminiser plus, comme le font dʼaucuns, en lui ajoutant ce -e final qui constitue une erreur fréquente en français, gent est un substantif féminin et ne prend pas de -e final, ni à l'écrit, ni à l'oral... seul l'adjectif gent peut prendre le -e final s'il est au féminin.

Vers le XIIIe siècle, le mot employé au pluriel est devenu un nom générique pour désigner « les hommes », et a perdu de ce fait le genre féminin pour prendre le genre masculin... de plus, curieusement, les gens devenaient incomptables, voire indénombrables quelques siècles plus tard. Il est aujourd'hui possible d'avoir seize personnes à table, mais impossible d'avoir seize gens à table. Même si Victor Hugo, dans Hernani, en 1830, fait dire à Don Ricardo :
« Ce luther ! Beau sujet de soucis et d' alarmes !
Que j'en finirais vite avec quatre gens d'armes ! »,
les gens d'armes d'alors, qui sont devenus les gendarmes d'aujourd'hui, sont toujours dénombrables, mais gens désigne aujourd'hui un nombre indéterminé de personnes.

Voici un exemple (certes, un peu étrange !) qui illustre certains accords (tout aussi étranges !) que l’on doit faire Inquietés par le feu qui gagnait, toutes ces bonnes et vieilles gens affamés attendaient en larmes, mais ils étaient désespérés.

Cette ambigüité de genre était déjà présente, mais non formalisée grammaticalement parlant, dans la première édition du dictionnaire de lʼAcadémie française de 1694.

 

 

 

 

 

Gens, masculin ou féminin ?

La règle découverte par épapes :
   corr. 1 : féminin si lʼadjectif qui précède est non épicène
   corr. 2 : gens veut toujours le masculin après lui
   corr. 3 : féminin si lʼadjectif qui précède IMMÉDIATEMENT est non épicène
   corr. 4 : jamais féminin si suivi d'un complément du nom
   corr. 5 : forme masculine si antéposition par inversion
   corr. 6 : forme masculine pour les pronoms personnels avec gens pour antécédent ou conséquent
   corr. 7 : forme masculine pour TOUT sʼil précède immédiatement gens qui est suivi dʼun adjectif épithète ou dʼun complément du nom

Tolérance orthographique en France

Un essai de formulation de la règle

Le français une langue logique et cohérente

Quelques exemples à justifier

Ce qu'en disent des sites reconnus... 

Quid du genre d'amour, délice et orgue ?

 

La règle découverte par étapes :
« Certains de ces gens que j’ai croisés dans le bois »

  

Correction 1 : féminin si lʼadjectif qui précède est non épicène

Le mot « gens » est féminin lorsque précédé dʼun adjectif ou déterminant  et masculin si suivi dʼun adjectif. On dit « Ce sont de bonnes gens », mais on évoquera « La balade des gens heureux » ou « La balade des honnêtes gens ». C'est bien du genre du mot gens dont il est question : féminin dans le premier cas, masculin dans les autres...

Ma réaction première fut donc que « certains » devait prendre la forme du féminin.
Cependant, mon esprit se troubla à penser que des jeunes gens soient féminins. Et bien, non Si lʼadjectif ou le déterminant qui précède le mot « gens » a une forme distincte au féminin (certains disent sʼil est non épicène), alors seulement le mot gens sera féminin...

Épicène ? Pouvez-vous préciser cette notion ?
Un mot est épicène sʼil a la même forme au masculin quʼau féminin. Ce mot épicène vient du latin epicoenus dérivé du grec ancien ἐπίκοινος « possédé en commun ».
Dans le monde animal, lorsque lʼon parle dʼune souris ou dʼune cigogne, de lʼaigle ou du ver, nul ne peut dire si lʼon parle du mâle ou de la femelle. Et pourtant, aigle est féminin quand il désigne la femelle dʼun aigle.
Dans les prénoms, certains ne permettent pas de savoir si leur titulaire est masculin ou féminin. Claude, Dominique, Camille, Maxime ou Alix en font partie.
Le lecteur attentif aura compris quʼun mot est non épicène sʼil a une forme différente au masculin et au féminin.
Bien dʼautres mots du français ont cette même particularité dʼêtre épicène : ministre, élève, adulte, secrétaire ou autre pianiste ont la même forme au masculin quʼau féminin.
Ne soyez dons pas étonné de lire certains grammairiens affirmer que si l'adjectif qui précède gens se termine par -e, alors gens est masculin...

Lʼarticle dont question aurait dû écrire « Certaines de ces gens que j’ai croisées dans le bois », puisque gens est précédé de lʼadjectif certains qui nʼest pas épicène, donc gens doit être féminin... Et bien, non !
Je dois donc dire « Les honnêtes gens sont nombreux »...

 

  

Correction 2 : gens veut toujours le masculin après lui

... mais dois-je écrire « Les bonnes gens sont nombreux ou nombreuses » ? Nombreuses, pensez-vous, car gens est féminin dans ce cas-là. Et bien, non ! Nombreux... pas possible me direz-vous, si « gens » est féminin, nombreux doit lʼêtre aussi.

Et pourtant, cʼest lʼune de nos bizarreries de la langue française : le père Bouhours, dès 1676, jésuite mondain et homme de lettres, professe non seulement que « lorsque deux genres se rencontrent, il faut que le plus noble l’emporte » (Non, c'est pas moi qui ai dit ça, Ma'ame, c'est lui !), mais aussi que « le mot de gens veut toûjours le masculin aprés soi ».
Cʼest donc bien lʼadjectif nombreux, féminin à forme masculine, attribut du nom gens, féminin mais qui le suit... et non pas le genre du mot gens qui change...

Merci, je comprends mieux cette phrase lue dans Littré : « Il y a certaines gens qui sont bien sots. » et cette tournure bizarre « Quelles gens ne seront pas invités ? » ou encore « Ce sont les meilleures gens que jʼai jamais vus ! » Même en 1693, dans La morale pratique des Jésuites, on lisait déjà : « Pouvoit-on mieux faire entendre, ce quʼon oſoit pas dire ouvertement ? Les Recollects nous diſent que certaines gens plus fins & plus puiſſants quʼeux quʼils ne nomment point, mais quʼils nous laiſſent à deviner, ſe ſont oppoſez à leurs juſtes pretentions. »
[source : https://books.google.be/books?id=QY9bAAAAQAAJ&pg=PA305&lpg=PA305&dq=%22certaines+gens%22&source=bl
&ots=OPjm_Yycte&sig=QXE9a--
dFhr3zLMS16b60M8piCg&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiU7vW9_NvKAhUDThQKHWVDD9U4ChDoAQg8MAU#v=onepage
&q=%22certaines%20gens%22&f=false
]

Pas plus difficile à admettre que le masculin de belle est beau qui doit prendre la forme bel sʼil est suivi dʼune voyelle...

Lʼarticle dont question pour lequel je croyais devoir écrire « Certaines de ces gens que j’ai croisées dans le bois », devrait donc sʼécrire « Certaines de ces gens que j’ai croisés dans le bois » puisque gens est précédé de lʼadjectif certains qui nʼest pas épicène, donc gens devrait être féminin... mais croisés le suit, donc doit prendre la forme masculine.
Et bien, toujours non pour la phrase, mais oui pour l'accord de croisés !

 

  

Correction 3 : féminin si lʼadjectif qui précède IMMÉDIATEMENT est non épicène

Ce serait mal connaître la langue française que de penser que le mot gens a livré tous ses secrets.

En effet, le souvenir de mon jeune âge a oublié un mot important « immédiatement » : « gens » est féminin lorsque immédiatement précédé dʼun adjectif ou déterminant non épicène et masculin si suivi dʼun adjectif

Ce qui explique la formule correcte aussi bien si je dis Je me suis assis à côté de deux vieilles gens que si jʼécris Jʼai rencontré les meilleurs et plus braves gens du monde
Désolé, mais dans le second exemple,
meilleurs qui prend une forme particulière au féminin ne précède pas immédiatement gens,
et braves, qui précède immédiatement ne prend pas une forme propre au féminin...
donc gens reste masculin... et pas bisexué... il ne répond pas aux conditions dʼêtre féminin...

Enfin compris le masculin dans la phrase « Certains de ces gens que j’ai croisés dans le bois » : certains nʼest pas placé immédiatement devant gens, et ces est épicène, donc pas de motif de considérer le mot gens comme féminin.

  

Correction 4 : jamais féminin si suivi dʼun complément du nom

Aurait-on tout expliqué à propos du genre du mot gens 
Je peux donc parler de courageuses gens dʼarmes ou de nombreuses gens de lettres ?

Non, il faut encore ajouter que suivi dʼun complément du nom, gens ne sera jamais féminin,
ainsi, gens de loi, gens dʼépée, gens dʼÉglise, gens de lettres, gens de science, gens dʼhonneur et autres gens de mer ou gens dʼarmes – même sʼils ne comptent que de la gent féminine – seront toujours masculins.
D'autres grammairiens se contenteront de dire que gens suivi d'un nom de métier ou de qualité est toujours masculin, d'autres encore diront que gens est masculin s'il est suivi de DE ou de D'.

Cʼest donc bien le genre du nom gens qui est précisé...

  

Correction 5 : forme masculine si antéposition par inversion

Ouf ! Me voilà maintenant capable dʼaccorder valablement le mot gens ! Malheureusement pas encore 

En effet, en appliquant ce qui a été dit jusque maintenant, vous écririez « Nombreuses sont les prétendues gens vertueux, mais exceptionnels sont les vrais honnêtes gens. » 
Et pourtant, la phrase devrait commencer par nombreux, féminin à forme masculine.

En effet, les adjectifs qualificatifs ou attributs et les participes passés, normalement accordés à gens, antéposés par inversion, même si gens est féminin, gardent leur forme masculine.
La phrase, sans inversion, serait « Les prétendues gens vertueux sont nombreux [...] ». La logique est préservée (pour autant que lʼon puisse dire que la langue française soit logique)... ce nʼest pas parce que nombreux déménage quʼil doit changer de forme...

De même, lʼAcadémie française a écrit « Instruits par l’expérience, les vieilles gens sont soupçonneux. » et lʼon écrira aussi « Heureux les vieilles gens qui savent se contenter de peu. », « Mieux compris, ces fanfaronnes gens auraient sans doute une attitude moins agressive. » ou encore « Délaissés par leurs familles, les vieilles gens sont souvent méfiants. »

Cette formulation serait une variante de la règle émise par Maurice Grevisse dans Français correct, 5e édition, art. 516 à savoir « La règle ne sʼapplique pas aux adjectifs qui ne précèdent gens que par inversion ; ceux-ci restent au masculin » ou celle de Jean Girodet dans Dictionnaire des pièges et difficultés de la langue française, à savoir si « lʼadjectif ou le participe précède gens, mais nʼest pas épithète. Il se met au masculin ». 

  

Correction 6 : forme masculine pour les pronoms personnels
avec gens pour antécédent ou conséquent

Et maintenant, je maitrise le sujet ? Et non, une petite dernière pour la route. 

Si un pronom personnel a pour antécédent ou pour conséquent le mot gens, il gardera dans tous les cas sa forme masculine.
On acceptera donc cette phrase de Proust : « Qu’est-ce qu’ils diraient toutes ces bonnes gens de ne pas me voir revenir ? »

 

  

Correction 7 : forme masculine pour TOUT sʼil précède immédiatement gens qui est suivi dʼun adjectif épithète ou dʼun coplément du nom

Gagné ! Plus aucune erreur possible !

« Tous ces gens sont heureux », car ces est épicène, donc pas de raison de le mettre au féminin ;
« Toutes ces vieilles gens sont heureux », car vieilles est un adjectif non épicène, donc gens devient féminin, ainsi que les adjectifs et déterminants du même groupe, alors que heureux suit, donc prend la forme masculine ;
« Il sʼaccomode de toutes gens (Académie) », car toutes est un adjectif non épicène, donc gens devient féminin ;

Mais, « Tous gens bien connus du voisinage seront appréciés par tous gens notre commune », malgré que tous/toutes soit non épicène et devrait entrainer la féminisation de gens, fait exception : Grevisse précise que  TOUS reste d’ordinaire au masculin lorsqu’il précède DIRECTEMENT gens SUIVI d’une épithète ou d’un complément.
À bon entendeur... une exception aux exceptions pour retrouver la règle générale.

Nous préférerions cependant cette autre formulation : gens, IMMÉDIATEMENT précédé de TOUS et SUIVI d’une épithète ou d’un complément reste d’ordinaire au masculin.

 

Tolérance orthographique en France

Le lecteur français (je nʼai pas dit lecteur francophone) pourra justifier dʼoublier certains cas particuliers de cette règle compliquée en se basant sur un arrêté paru au Journal Officiel du 26 janvier 1901 et revu le 28 décembre 1976 relatif à cette tolérance orthographique (en France) 
15: Double genre
Instruit (instruites) par lʼexpérience, les vieilles gens sont très prudents (prudentes) : Ils (Elles) ont vu trop de choses.
...
Lorsquʼun adjectif ou un participe se rapporte à lʼune de ces expressions ou lorsquʼun pronom la reprend, on admettra que cet adjectif, ce pronom, soient, eux aussi au féminin
.
Cet arrêté signifie que dans tout examen comportant une épreuve orthographique il ne sera plus compter de faute(s) aux candidats qui feraient usage des tolérances grammaticales ou orthographiques listées dans cet arrêté... il ne change cependant pas la grammaire... 

 

Un essai de formulation de la règle du genre du mot gens 

Autant notre souvenir de jeunesse nous permettait de bien accorder les adjectifs et déterminants accompagnant gens, dans probablement 90 % des cas, autant la reformulation qui suit permettra dʼêtre correct dans plus de 99 % des cas... nous attendons vos commentaires pour corriger cette règle et atteindre les 100 %...

Gens est généralement masculin, y compris sʼil est IMMÉDIATEMENT précédé de TOUS et SUIVI d’une épithète ou d’un complément [c7] ;
il est cependant féminin quand il est immédiatement [c3] précédé dʼun adjectif ou déterminant 
qui a une forme différente aux deux genres (ou non épicène) [c1] et 
quʼil nʼest pas suivi dʼun complément du nom [c4].
 
Masculin ou féminin,
* le mot gens veut toujours le masculin (ou la forme masculine) après lui [c2] ;
* les adjectifs attributs et les participes passés, normalement accordés à gens, antéposés par inversion [c5], même si gens est féminin, gardent leur forme masculine ;
* un pronom personnel qui a pour antécédent ou pour conséquent le mot gens [c6], gardera dans tous les cas sa forme masculine ;
* TOUS garde sa forme masculine sʼil précède IMMÉDIATEMENT gens qui est lui-même suivi dʼun adjectif épithète ou dʼun complément du nom [c7].
 


Ne venez pas nous dire que le mot GENS ne peut pas avoir deux genres en même temps... ni que cette règle nʼest pas valide car pas logique... il faut lire correctement la règle et lʼappliquer :
* GENS est généralement masculin (y compris le cas avec TOUS) ;
* GENS est féminin quand il est immédiatement précédé dʼun adjectif ou déterminant 
   qui a une forme différente aux deux genres (ou non épicène) et 
   qui nʼest pas suivi dʼun complément du nom. 
Viennent ensuite quelques règles dictant la forme exclusivement masculine de mots normalement accordés au mot gens.

 

Le français, une langue logique et cohérente...

Bien dʼautres cas particuliers (pas toujours très logiques) du même type existent :
* un mot qui peut avoir un genre différent selon le sens quʼon leur attribue :
   œuvre, masculin dans le domaine de la construction ou l'ensemble des ouvrages si au singulier, féminin dans les autres cas ;
   espace, féminin dans le domaine de la typographie, imprimerie, masculin dans les autres cas ;
   enseigne, manœuvre, mémoire, manche, poste, etc.
* la marque du pluriel qui doit être pésente quand on parle de gilets sans manches,
   car s'il y en avait, elles seraient deux,
   mais à contrario, on doit laisser le singulier aux couteaux sans manche,
   car chaque couteau ne peut avoir qu'un manche,
   mais, s'il y en avait, s'il y avait plusieurs couteaux, il y aurait plusieurs manches... mais des couteaux sans manche...
* deux verbes aussi proches qu'inclure et exclure ont des participes passés différents : inclus (incluse) et exclu (exclue) ;
* pourquoi vouloir féminiser les mots “auteur” ou “professeur”, alors que beaucoup de mot en “-eur” sont féminin :
   peur, lueur, chaleur, douceur, ferveur, clameur, etc. Le E est une horreure, euh, une horreur !
* puisque le féminin de acteur est actrice, de facteur est factrice, pourquoi auteur n'a-t-il pas autrice comme féminin ?
   puisque le féminin de veuf est veuve, pourquoi le féminin de chef n'est-il pas chève ?
* appeler MAJUSCULE grammaticale, la première lettre d'un mot qui commence une phrase ou un nom propre
   (alors que l'origine du mot est MAJUS = plus grand que),
   et refuser cette appellation pour les autres CAPITALES typographiques du mot
   (alors qu'étymologiquement, son origine est CAPUT = tête)...
* deux singuliers particuliers dans notre ancienne orthographe :
   un cure-dent (sans 's') mais un cure cure-ongles (avec 's') alors qu'on a plus de dents que d'ongles...
   un tire-bouchon (sans 's') mais un tire-bottes (avec 's'),
   alors que dans son existence le tire-bouchon ôtera plus de bouchons que le tire-bottes ne tirera de bottes...
   heureusement, la "nouvelle orthographe" est venue arranger cela ;
* un même mot prend des pluriels différents selon le sens :
   œil fait yeux, sauf œils sʼil est relatif à la typographie ou sʼil est dans un nom composé (œils-de-bœuf) ;
   ciel fait cieux ou ciels selon le contexte ;
* je bénis le ciel pour cette nuance, c'est du pain bénit :
   bénie, Marie est bénie entre toutes les femmes,
   mais l'eau bénite (adjectif appliqué à une chose, pas une personne) a été bénie (participe passé) par un prêtre ;
* le verbe fabriquer donne naissance au nom fabricant, mais
   le verbe trafiquer donne naissance au nom trafiquant ;   
* vingt et cent qui ont des pluriels saugrenus :
   trois-cents, mais trois-cent-deux et vous devez lire la page trois-cent ;
   trois-cent-mille, mais trois-cents millions et trois-cent-deux milliards ;
* au singulier, notre ancienne orthographe demandait d'écrire un cure-dent mais un cure-ongles :
   dans les deux cas, on ne peut se curer les dents ou les ongles que un à un,
   et, sauf à demander à son interlocuteur d'ouvrir la bouche et de montrer les mains,
   on a généralement plus de dents que d'ongles...
   heureusement, les modifications de 1990 ont changé ce point de vue
   (ramasse-miette, tire-fesse, cure-ongle et cure-dent, sans 's' au singulier,
   prennent le 's' du pluriel... au pluriel... comme des après-midis, des abat-jours, des pare-soleils ou des coupe-faims
   pour se rapprocher de l'orthographe des mots composés écrits en un seul mot,
   comme le millefeuille ou l'entracte qui se situe forcément entre deux actes ;-)
   n'en déplaise aux amoureux nostalgiques de la "vieille" orthographe ;
* pourquoi depuis son dictionnaire de 1740, l'Académie emploie-t-elle le mot couvre-pied sans 's' au singulier,
   [« Duvet de certains oiseaux du Nord qui sert à faire des couvertures. Un couvre-pied d'Edredon »]
   alors que nous avions généralement déjà deux pieds à l'époque ;-)
   heureusement, les modifications de 1990 ont confirmé cette orthographe...
* pourquoi, l'Académie n'a-t-elle jamais exigé de à mille-feuille
   a-t-elle écrit des arcs-en-ciels, c-i-e-l-s, jusqu’en 1798,
   et des abat-jours, avec un à jour, jusqu’en 1835, sans s entre 1835 et 1990, pour recommander à nouveau le s en 1990,
   a-t-elle longtemps (jusqu'à l'intervention d'Émile Littré) écrit gobe-mouches avec s, et chasse-mouche sans s. 
* un mot peut être dʼun genre au singulier et dʼun autre au pluriel :
   de folles amours, mais un amour fou ;
* du sens des mots et des phrases [3]
   quand un homme meurt, on dit quʼil sʼéteint et quand il est mort, on lʼappelle « feu »,
   quand on nʼest pas content dʼun de ses employés, on le remercie,
   lorsque lʼ on veut avoir de lʼ argent devant soi, il faut en mettre de côté, 
   les meilleurs crus peuvent donner les pires cuites,
   quand on nʼest pas certain de venir, parce que lʼon a un doute, on dit « Je viendrai sans doute » ;
* le lʼusage contradictoire des négations :
   « Tu viens, ce soir ? » ou «Tu ne viens pas, ce soir ? »
   sont deux questions opposées (lʼune positive et lʼautre négative),
   mais la réponse sera la même si lʼon ne compte pas se déplacer : « Non ! » ;
   Pourquoi dire « Je crois quʼil a raison » ou « Je ne crois pas quʼil ait tort » nʼapportent-ils pas la même nuance ?
   et pourquoi l'indicatif dans un cas et le subjonctif dans l'autre ?

 

Quelques exemples à justifier...

  1. Quoique déchus de leurs honneurs et de leur fortune, ces gens paraissent heureux. (Académie)
  2. Quels sont ces gens ? (Romains)
  3. Quels que soient ces gens-là, il faut les secourir.
  4. Tous les gens âgés que j’ai connus.
  5. Ignorants et ravis, ces pauvres gens avaient repeint leurs isbas. (Weiss)
  6. Si j’avais eu devant moi un de ces jeunes gens. (Montherlant)
  7. Quelles honnêtes et bonnes gens !
  8. Quels bons et honnêtes gens !
  9. Ce sont les meilleures gens que j’ai(e) connus.
  10. Quelles que soient ces vieilles gens, secourons-les.
  11. Toutes les vieilles gens. (Académie)
  12. Il s’accommode de toutes gens. (Académie)
  13. L’assemblée unique de toutes les petites gens qu’il avait célébrés. (Bordeaux)
  14. J’écris pour ces petites gens d’entre lesquels je suis sorti. (Duhamel)
  15. C’étaient deux vieilles gens très fins. (Tharaud)
  16. Mes amis étaient de vieilles bonnes gens pleins de saveur antique et fruste. (Henriot)
  17. Instruits par l’expérience, les vieilles gens sont soupçonneux. (Académie)
  18. Qu’est-ce qu’ils diraient toutes ces bonnes gens de ne pas me voir revenir ? (Proust)
  19. Victor discute avec les bonnes gens de la paroisse.
  20. Les petites gens de ce quartier travaillent très dur pour vivre.
  21. Tous ces braves gens font de leur mieux. (et non : Toutes ces braves gens)
  22. Tous ces jeunes gens sont volontaires. (et non : Toutes ces jeunes gens)
  23. Quels honnêtes gens que les membres de cette famille! (et non : Quelles honnêtes gens)
  24. As-tu rencontré des gens intéressants à cette soirée?
  25. C’était de bonnes gens un peu naïfs avec lesquels il était facile de lier connaissance.
  26. Les vieilles gens sont souvent inquiets et ils sont parfois méfiants.
  27. Voilà un groupe de jeunes gens bien éduqués, filles et garçons.
  28. Tous ces gens pensent venir à la fête?
  29. Quels braves gens extraordinaires!
  30. Toutes ces bonnes gens ont demandé à se faire servir rapidement.
  31. Quelles petites gens misérables!
  32. Les principaux gens d’Église du pays se rassemblent ici ce soir.
  33. Ce ne sont que de banals gens de lettres.
  34. Les plus importants gens d’affaires sont invités à cette conférence.
  35. Heureux et satisfaits, les gens sont retournés chez eux.
  36. Impatients, tous ces gens ont décidé de se faire rembourser leurs billets.
  37. il fréquente de brillants gens de lettres et d'ennuyeux gens de loi.
  38. L’homme sage évite de se familiariser avec les petites gens, parce qu’ils en abusent.
  39. Certaines gens étudient toute leur vie; à la mort ils ont tout appris, excepté à penser. (Domergue, académicien)
  40. Qu’est-ce qu’ils diraient, toutes ces bonnes gens? (J. Hanse)
  41. Instruits par l’expérience, les vieilles gens sont soupçonneux (Acad.).
  42. Heureux les vieilles gens qui savent se contenter de peu.
  43. Toutes ces bonnes gens parmi lesquels j'ai grandi sont vertueux.
  44. Mieux compris, ces fanfaronnes gens auraient sans doute une attitude moins agressive.
  45. Ce sont de fines gens, autrement dit ces gens-là sont bien fins.
  46. Il s’approcha du banc, où il avait vu assis deux vieilles gens.
  47. Il n’y a que les petites gens qui se sentent obligés de travailler pour gagner leur croûte.
  48. Vous fréquentez de brillantes gens.
  49. Certains d’entre eux sont de brillants gens de lettres; d’autres, d’ennuyeux gens de loi.
  50. Chose certaine, ces gens sont tous de bonnes gens, de vrais gens d’honneur.
  51. Quelles gens avez-vous rencontrés à cette occasion? Seulement de vieilles gens qui sont arrivés à l’heure dite.
  52. Ce sont des gens mal intentionnés (l'adjectif est après le nom → le masculin l'emporte) mais Ce sont de bonnes gens, de petites gens, de vraies gens.
  53. Tous ces gens-là sont à prendre en exemple.
  54. De sottes gens mais Des gens sots.
  55. De bons et braves gens mais De braves et bonnes gens (c'est l'adjectif placé immédiatement avant gens qui commande son genre).
  56. Quels braves gens, quels jeunes gens (brave, jeune sont des adjectifs des deux genres → le masculin l'emporte) mais Quelles gens avez-vous invités ? (si absurde que cela puisse paraître !).
  57. Quelles honnêtes et bonnes gens ! mais Quels bons et honnêtes gens ! (M. Grevisse)
  58. Tous les gens sensés, tous les honnêtes gens, tous ces gens-là mais Toutes les vieilles gens (tous reste au masculin, sauf si gens est immédiatement précédé d'un adjectif à forme féminine distincte ou si gens est suivi d'un mot déterminatif).
  59. Rendre heureux les gens que l'on aime ! (l'article les sépare heureux de gens → le masculin l'emporte).
  60. Il y avait de nombreux gens d'Église (gens a un complément du nom → le masculin l'emporte).
  61. Délaissés par leurs familles, les vieilles gens sont souvent méfiants.
  62. Qu’est-ce qu’ils diraient, toutes ces bonnes gens ? (J. Hanse) [le pronom personnel reste au masculin dans tous les cas].
  63. Quels qu'ils soient, inutile d'accorder de l'importance à ces gens.
  64. Il y a certaines gens qui sont bien sots (Littré) mais Certains de ces gens.
  65. C'étaient deux vieilles gens, très fins. (Tharaud)
  66. Mes amis étaient de vieilles bonnes gens pleins de saveur antique et fruste. (E. Henriot)
  67. Qu'est-ce qu'ils diraient toutes ces bonnes gens.... ? (Proust, repris par Hanse)
  68. Tous les gens que je connais sont heureux de partir en vacances.
  69. Les gens de cour expérimentés disaient souvent ; "Toutes les vieilles gens peuvent s'accomoder de toutes gens"
  70. Les gens du comte, très courageux, ciraient le parquet à longueur de journée et devenaient de vieilles gens avant l'heure
  71. La plupart des gens de lettres sont très curieux et observateurs et racontent souvent les habitudes de méchantes vieilles gens qu'ils ont rencontrés.
  72. Chez les bonnes gens, la vie est aussi plate qu'un court de tennis. (Frédéric Dard – Réflexions jubilatoires sur l’existence)
  73. Lorsqu'ils parlent de leurs lecteurs, ils avouent : "Ces bonnes gens sont bien naïfs !"
  74. L’homme sage évite de se familiariser avec les petites gens, parce qu’ils en abusent. (Domergue, Académie)
  75. Nés avant 1900, ces gens actifs ne regrettent rien de ce qu'ils ont fait jusqu'à présent.
  76. Arrivés en retard à l'aéroport, ces vieilles gens ont manqué leur vol.
  77. Bien des gens curieux ont accouru devant l'édifice en feu.
  78. Nos courageuses gens dévoués ont travaillé sans relâche depuis un an.
  79. Les gens malheureux vivent moins vieux que les gens heureux.
  80. Les vieilles gens, tenaces aux vieux mots,… (V.Hugo – Les Misérables)
  81. Certaines gens disent ne pas se sentir concernés par la dégradation de la qualité de l'air.
  82. Certains de ces gens disent ne pas se sentir concernés par la dégradation de la qualité de l'air.
  83. Tous ces gens de robe veulent que justice soit faite.
  84. Tous ces gens veulent que justice soit faite.
  85. Tous ces gens voudront venir célébrer l'anniversaire de Claudine.
  86. Toutes ces bonnes gens seront bientôt à la retraite.
  87. Toutes ces séduisantes et vives gens
  88. De belles et bonnes gens
  89. D'heureuses, insouciantes et légères gens
  90. Tous ces discrets et adorables gens étaient heureux.
  91. J'en ai rencontré, d'insouciants et frivoles gens.
  92. Quels brillants, méticuleux, mais colériques gens ai-je croisés dans cette salle.
  93. Quelles vieilles gens heureux !
  94. Arrivés en car, toutes ces vieilles gens étaient fatigués.
  95. Rappelle-toi ces vieilles gens que tu as connus, aujourd'hui je m'occupe d'eux.

 

Ce quʼen disent des sites reconnus...

Le français facile (lien)

6 phrases dont aucune nʼest correcte isolément :

1. féminin
« Gens est féminin quand il est précédé dʼun adjectif qualificatif épithète »
inexact, car ce qualificatif doit répondre à plusieurs conditions : être non épicène, ne pas être suivi dʼun complément du nom et doit précédé immédiatement.

2. se termine par un 'e'
« Si lʼadjectif qualificatif précédant immédiatement gens se termine par un 'e', il est donc le même tant au masculin quʼau féminin dans ce cas, 'gens'  est masculin »
inexact, car vieille se termine par un 'e' et 'gens' est ici au féminin : « C’étaient deux vieilles gens très fins. (Tharaud) »
ce nʼest pas parce quʼil se termine par un 'e' quʼil est le même au masculin quʼau féminin.

3. pronom relatif
« Si cet adjectif est lui-même précédé dʼun pronom relatif interrogatif (qui, quel...) ou exclamatif (quel... !), ce pronom prend le genre de lʼadjectif. »
un accord avec un adjectif... jamais rencontré en grammaire française ;
des pronoms relatifs interrogatifs ou exclamatifs... jamais rencontrés au bataillon ;
si un pronom est interrogatif, il ne peut pas être relatif ;
les deux exemples donnés sont sans pronoms relatifs...

4. adjectifs et pronoms placés avant
« Les adjectifs ou pronoms placés avant gens sont féminins ; en revanche, ceux placés après sont masculins. »
inexact,
Quoique déchus de leurs honneurs et de leur fortune, ces gens paraissent heureux. (Académie) :
    déchus avant mais masculin,
Quels honnêtes gens que les membres de cette famille !
    honnêtes avant mais masculin,
Qu’est-ce qu’ils diraient, toutes ces bonnes gens ? (J. Hanse)
    ils avant mais masculin.

5. si plusieurs adjectifs...
« Quand on a plusieurs adjectifs avant gens le genre de tous ces adjectifs est déterminé par celui qui le précède immédiatement. »
inexact, car oubli adjectifs ou déterminants...
   toutes ces bonnes gens
Instruits par l’expérience, les vieilles gens sont soupçonneux (Acad.)
    vieilles au féminin, instruits au masculin
Délaissés par leurs familles, les vieilles gens sont souvent méfiants.
    vieilles au féminin, délaissés au masculin.

6. tous placé seul avant gens
« Le pronom tout placé seul avant gens se met au masculin. »
inexact, car impossible
Dans lʼexemple le mot "tout" nʼest ni pronom, ni seul avant gens car le démonstratif ces sʼy trouve : on parle de Tous ces gens-là.
 

Capsule linguistique (lien)

7 phrases dans lesquelles le mot « épicène » est remplacé à tort par le mot « invariable » :

1. mots variables qui suivent
« Les mots variables (adjectifs, déterminants, pronoms, verbes, etc.) qui suivent le mot gens sont masculins. »
inexact, car cʼest vrai pour les mots variables ou invariables, épicènes ou non épicènes

2. un seul mot variable qui précède
« Sʼil nʼy a quʼun mot variable qui précède le mot gens, il sera féminin. »
inexact, car
- les gens sont bons : les est variables (le, la, les) et gens est masculin
- venez, braves gens : braves est variable (brave, braves) et gens est masculin

3b. deux mots variables ou plus qui précèdent
« Sʼil y a deux mots variables ou plus qui précèdent le mot gens et si le mot variable le plus près du mot gens nʼest pas épicène (cʼest-à-dire quʼil a une force distincte au masculin et au féminin), tous les mots variables devant le mot gens seront au féminin. »
inexact, car dans « Instruits par l’expérience, les bonnes et vieilles gens sont soupçonneux », bonnes et vieilles sont deux mots variables et non épicènes, or instruits (variable [-it, -ite, -ites, -its] est à la forme masculine).
 

Logilangue (lien)

5 phrases dont une inexacte :
« Si tous les mots variables qui sont à gauche du mot GENS ont une forme différente au féminin et au masculin, tous ces mots s'écrivent au féminin. »
inexact, car dans « Instruits par l’expérience, les bonnes et vieilles gens sont soupçonneux », instruits, bonnes et vieilles sont des mots variables et non épicènes, or instruits (variable [-it, -ite, -ites, -its] est à la forme masculine).
 

Banque de dépannage linguistique (lien)

Plus d'une douzaine de phrases (qui ne précisent pas le genre du mot gens, mais l'accord en genre des mots qui l'entourent) avec tantôt redondance et tantôt insuffisance si prises séparément :
« De nos jours, lorsqu’un adjectif épithète précède immédiatement le mot gens, on l’accorde au féminin si la forme féminine de cet adjectif diffère de sa forme masculine. »
inexact, car dans « Les bonnes et vieilles gens sont soupçonneux », bonnes ne précède pas immédiatement le mot gens, mais on l'accorde au féminin.
« Toutefois, si l’adjectif qui précède directement gens a une forme identique aux deux genres, le nom gens est masculin. »
redondant, car il est dit précédemment que ce nom gens est généralement masculin et que l'on vient de préciser dans quel cas il fallait le considérer comme féminin.
 
« Quand tous et quels précèdent gens, ceux-ci sont habituellement masculins, à moins qu’un adjectif épithète féminin s’intercale entre l’un d’eux et gens. »
incorrect, car la règle ne dit pas comment savoir si l'adjectif qui s'intercale est masculin ou féminin... à moins de rechercher l'une des autres phrases de la règle... et l'on ne précise pas si cet adjectif doit être épicène ou non.  
 

Larousse (lien)

Pas la moindre allusion aux variations de genre du mot gens.
« gens, nom masculin pluriel, ancien pluriel de gent. »
« gent, nom féminin singulier. »
suivent quelques définitions avec exemples...
 

Wiktionary (lien)

Une rubrique « Notes » reprend quelques règles erronées.
« Accompagné d’un adjectif, gens se met au féminin si l’adjectif le précède, et au masculin s’il le suit. »
inexact, car il manque au moins deux éléments essentiels, à savoir que l'adjectif qui précède doit être non épicène (ou différent dans ses formes masculines et féminines) et doit aussi précéder immédiatement le mot gens.
Contrexemples :
– J'ai rencontré de braves gens (masculin, car “brave” a la même forme masculine que féminine).
– Il faut rendre heureux les gens que l'on aime (masculin, car l'article les sépare l'adjectif du mot gens).
Suivent alors trois règles relatives à tout qui précèderait le mot gens, et qui ne sont que des conséquences d'autres règles.
Enfin,
« Se met toujours au masculin lorsqu’il est sujet. »
Règle aberrante et contredite par l'exemple donné :
– Instruits par l’expérience, les vieilles gens sont soupçonneux (vieilles gens, masculin ?).

 

Quid du genre d'amour, délice et orgue ?

Amour, délice et orgue sont masculins au sigulier et féminins au pluriel... avons-nous dû répéter souvent dans notre plus jeune âge...

Leçon mal étudiée ou mal précisée par votre enseignant de l'époque ?
Idée (mal) reçue ou fausse vérité ?

 

Amour

Au xviiie siècle, le mot amour était aussi bien masculin que féminin. Aujourd'hui, il est devenu essentiellement masculin, comme le précise la neuvième (et dernière) édition du dictionnaire de l'Académie française.

Parfois au pluriel et dans ce cas, généralement, au féminin, amour ne prendra sa forme féminine que dans la langue soutenue et littéraire, dans le sens d'une passion entre deux êtres ou d'un sentiment réciproque entre eux. Le genre masculin semble aujourd'hui se généraliser pour les deux nombres (cf. aussi Littré, rem. et Grev. 1964, § 253).

 

 

Délice

Des trois noms qui peuvent changer de genre en changeant de nombre, délice est certainement le nom qui souffre le moins de nuances de sens.

Il faut profiter de toutes les délices de la vie tant qu'elles peuvent être savourées, pour ne pas vivre avec le regret de les avoir négligées. N'en déplaise à toutes les enseignes commerciales qui affichent « aux petits délices », chaque douceur de toutes ces délices, tant appréciées soient-elles, est un outrage à la langue française.

Cependant, beaucoup de grammairiens (et l'Académie française) rappellent qu'avec l'emploi de certaines expressions, même au pluriel, le mot délices doit conserver son genre masculin : un de, un des, le plus grand des, etc.

 

Orgue

Orgue est toujours masculin, au singulier comme au pluriel :

Une seule exception se note au féminin pluriel et cet usage est en voie d'extinction (on lui préfère le masculin singulier) :
il doit s'agir d'un instrument unique, de grande taille, composé de plusieurs corps, avec toutes ses composantes (parfois disposées dans des lieux différents) :

Mais le mot « orgues » reste au masculin, s'il désigne plusieurs instruments de ce type. C'est en ces termes que l'Académie confirme notre propos : « Orgue, masculin au singulier, est généralement féminin au pluriel quand il désigne de façon emphatique un seul instrument (les grandes orgues de cette cathédrale), mais reste au masculin quand il s’agit d’un vrai pluriel (les orgues anciens de cette région). »

 

* + * + * + * +

 

 



Voir aussi :

et les caractères spéciaux avec "alt"... toujours utile... touche alt

caractère
capitale
À Â Ç È É Ê Ë Î Ï Ô Ù Û Ü
alt + 4 chiffr. 0192 0194 0199 0200 0201 0202 0203 0206 0207 0212 0217 0219 0220
alt + 3 chiffr. 183 182 128 212 144 210 211 215 216 226 235 234 154
 
caractère
bas d casse
à â ç è é ê ë î ï ô ù û ü
alt + 4 chiffr. 0224 0226 0231 0232 0233 0234 0235 0238 0239 0244 0249 0251 0252
alt + 3 chiffr. 133 131 135 138 130 136 137 140 139 147 151 150 129
 
caractère
autre
« » œ æ Œ Æ esp.
inséc.
"
alt + 4 chiffr. 0171 0187 0156 0230 0140 0198 0133 0160 0147 0148 0034 0145 0146
alt + 2 ou 3 chiffr. 174 175 339 145 338 146 / 255 / / 34 / /
 
caractère
autre
¡ ¿ ¼ ½ ¾ ± ñ Ñ . .
alt + 4 chiffr. 0150 0151 0161 0191 0188 0189 0190 0177 0241 0209 0128 0 0
alt + 2 ou 3 chiffr.     173 168 172 171 243 241 164 165 / / /

Si vous n'avez pas de pavé numérique sur un ordi portable,
il suffit d'appuyer sur les touches Fn et NumLK (Inser) en même temps,
et le pavé numérique sur les touches
7(7)   8(8)   9(9)   0(/)
U(4)   I(5)   O(6)   P(*)
  J(1) K(2)   L(3)   M(-)

  ?(0)           /(.)   §+(+)
(la dernière ligne est différente selon les claviers belges, français...)
sera activé
et les raccourcis Alt + code chiffré fonctionneront.

 

 

abréviations fl avant | Orthotypographie accueil fl arrère |   guillemetshome_typo