Conseils de typographie

Analyse de ressources typographiques : Secrétariat Dactylo Bureautique
cuy copyleft
  See You Why?  

analyse écrits professionnels | Orthotypographie accueil |   analyse Lieffrig

Secrétariat, dactylographie, Bureautique

Ce document a été revu et corrigé.

Cependant, une analyse approfondie de ce fichier révisé nous permet encore les commentaires suivants :
 

  1. Le document analysé :
    Secrétariat, dactylographie, bureautique, monsieur Keirsbilck (revisité le 28/03/2015)
    http://cours.ludok.be/pdf/SDB-4TQ.pdf
    aussi accessible ici
     
  2. Analyse globale :
    * en début de lecture, coup d'œil plaisant, choix apparent de l'auteur : typographie de la langue française (à savoir espace avant le deux-points, chevrons avec espaces intérieures) et accentuation des capitales ;
     
    * usage des chevrons ou guillemets à la française, en lieu et place des trop fréquentes guilles dactylographiques ;
     
    * puis, très vite (trop vite) une incohérence entre le « voilà comment il faut faire » et le « voilà comment je fais » nous a fait perdre confiance dans la suite
     
  3. Nous avons apprécié :
    1. à l'exception du titre "on compose en...", il existe une cohéhence relative aux titres de l'ouvrage (usage de substantifs)
       
  4. Nous avons déploré :
    1. le manque de cohérence concernant l'usage du deux-points (499 dont 54 précédés d'une espace) ;
       
    2. le manque de cohérence concernant l'usage du point-virgule (164 dont 8 précédés d'une espace) ;
       
    3. le manque de cohérence concernant l'usage du point d'exclamation (24 dont 2 précédés d'une espace) ;
       
    4. le manque de cohérence concernant l'usage du point d'interrogation (85 dont 1 précédés d'une espace) ;
       
    5. le manque de cohérence concernant l'usage des points de suspension
      (68 précédés d'une espace),
      (26 précédés de la séquence : virgule, espace, points de suspension),
      alors que la virgule ne peut jamais précéder des points de suspension (voir "énumérations" et "points de suspension") ;
       
    6. la seule présence du mot "insécable" dans les exercices de Word, 162e page du document, notée p. 51. Comme document de près de 300 pages, il nous semble qu'un bref développement théorique soit souhaité si l'on traite de typographie. De plus, à quoi correspond en méthodologie d'enseignement, la présence d'exercices à propos d'une matière non traitée ?
       
    7. la même erreur que celle commise par Mme Lipmanne et citée ici [remarques 4.e. et 4.l.], à savoir qu'on devrait éviter de terminer des énumérations par des points de suspension et préférer l'abréviation "etc." précédées de la séquence [virgule - espace insécable - etc.], encore un détail théorique du bon français qu'on aurait pu traiter ici (voir nos pages "énumérations" et "points de suspension") 
       
    8. le suivi du mauvais conseil relatif à l'emploi du signe degré pour le abréviations de primo, folio, numéro et autres verso.
      C'est refuser d'admettre la différence qui existe en langage HTML entre les caractères ° (°) et º (º) [pour ordinal masculin],
      c'est aussi vouloir que "numéros" s'abrévie n°s au lieu de nos... l'esthétique de l'abréviation convaincra les non convaincus... dommage de copier ainsi un maitre parce qu'on a ouï dire que c'était le maitre à suivre...
       
    9. part-passles illustrations graphiques manquent parfois de rigueur concernant les règles orthographiques
       
       
       
       
    10. majaccentl'usage assez élastique des capitales accentuées.


      La préposition À est probablement le caractère de la langue française que l'on oublie le plus souvent d'accentuer ; aprioriremarquons que dès sa version de 1832, le dictionnaire de l'Académie française accentuait déjà le À de À priori, reconnaissant par là que l'expression latine était "francisée". La forme correcte latine aurait dû être "a priore", puisque le "a" latin demande un ablatif.
       
    11. les contradictions entre les règles exposées et le contenu du document analysé :
      guill01
      et
      guill02 
       
    12. que l'auteur du présent document, alors que les typographes, Académie et autres grammairiens qui préconisent insistent sur l'accentuation de la préposition À, même utilisée en lettre capitale, cet auteur, qui semble aussi préférer l'accentuation à la non accentuation des capitales, fait un usage abusif d'une non cohérence dans ce domaine :
      A ou À A ou À
        A ou À
       
    13. les énumérations font un usage indifférents de virgule ou points-virgules dans ce que certains considèrent comme listes longues ou courtes 
      lcpv
       
    14. une alternance non justifiée d'impératifs et d'infinitifs dans une série d'instructions donnée
       inf-imp
       

 

Références :

 

 





Voir aussi :

et les caractères spéciaux avec "alt"... toujours utile... touche alt

caractère
capitale
À Â Ç È É Ê Ë Î Ï Ô Ù Û Ü
alt + 4 chiffr. 0192 0194 0199 0200 0201 0202 0203 0206 0207 0212 0217 0219 0220
alt + 3 chiffr. 183 182 128 212 144 210 211 215 216 226 235 234 154
 
caractère
bas d casse
à â ç è é ê ë î ï ô ù û ü
alt + 4 chiffr. 0224 0226 0231 0232 0233 0234 0235 0238 0239 0244 0249 0251 0252
alt + 3 chiffr. 133 131 135 138 130 136 137 140 139 147 151 150 129
 
caractère
autre
« » œ æ Œ Æ esp.
inséc.
"
alt + 4 chiffr. 0171 0187 0156 0230 0140 0198 0133 0160 0147 0148 0034 0145 0146
alt + 2 ou 3 chiffr. 174 175 339 145 338 146 / 255 / / 34 / /
 
caractère
autre
¡ ¿ ¼ ½ ¾ ± ñ Ñ . .
alt + 4 chiffr. 0150 0151 0161 0191 0188 0189 0190 0177 0241 0209 0128 0 0
alt + 2 ou 3 chiffr.     173 168 172 171 243 241 164 165 / / /

Si vous n'avez pas de pavé numérique sur un ordi portable,
il suffit d'appuyer sur les touches Fn et NumLK (Inser) en même temps,
et le pavé numérique sur les touches
7(7)   8(8)   9(9)   0(/)
U(4)   I(5)   O(6)   P(*)
  J(1) K(2)   L(3)   M(-)

  ?(0)           /(.)   §+(+)
(la dernière ligne est différente selon les claviers belges, français...)
sera activé
et les raccourcis Alt + code chiffré fonctionneront.

 

analyse écrits professionnels | Orthotypographie accueil |   analyse Lieffrig