Conseils de typographie

Analyse de ressources typographiques : Circulaire ministérielle
cuy copyleft
  See You Why?  

analyse keirsbilck | Orthotypographie accueil |   analyse lipmanne

 

Recommandations relatives à l’application de la nouvelle orthographe et à son enseignement

Le 25 septembre 2008, soit 17 ans après l'instauration des normes NBN-Z 01-002 et 18 ans après la publication de l'orthographe nouvelle, nos ministres Fadila LAANAN et Christian DUPONT ont envoyé à toutes les écoles une circulaire précisant que « [...] les deux orthographes seront admises. Ces dispositions restent d'application [...] Les professeurs de français de tous niveaux sont invités à enseigner prioritairement les graphies rénovées qui y sont reprises. »

En février 2016, lorsqu'en France il a été décidé de publier les livres scolaires selon ces 'nouvelles' normes, nombreux ont été les enseignants belges qui ont réagi comme s'ils n'en avaient jamais entendu parlé.

Nous invitons donc nos lecteurs à lire (ou relire) les recommandations relatives à l’application de la nouvelle orthographe et à son enseignement, ainsi que la plaquette accompagnant cette publication.

 

  1. Le document analysé :
    Recommandations relatives à l’application de la nouvelle orthographe et à son enseignement, circulaire ministérielle 2475 du 25/09/2008, (revisité le 15/02/2016)
    http://www.enseignement.be/hosting/circulaires/upload/docs/2675_20080929162105.pdf
    plus disponible à cette adresse, mais accessible ici ou ici,
    et la plaquette annexe, Sept règles pour simplifier l'orthographe, de Jean-Marie Klinkenberg, http://www.enseignement.be/hosting/circulaires/upload/docs/2675_20080930163906.pdf aussi accessible ici.
     
  2. Analyse globale :
    * Si l'on fait abstraction de l'oubli, volontaire ou non, de l'accentuation de la préposition 'À' en capitales, on ne s'étonnera pas de l'accentuation des autres capitales accentuées. Dommage qu'une telle contradiction se retrouve dans un document qui rend publiques les recommendations de l'Académie française et qui commence par la phrase Les irrégularités de la norme orthographique ont contribué à donner du français une image de langue difficile et, pour beaucoup, elles ont grevé lourdement l'apprentissage de l'écrit. Dès lors, pourquoi une non accentuation systématique de 'À' et les autres accentuations correctes pour 'COMMUNAUTÉ', 'FRANÇAISE', 'Éducation', 'RÈGLES', 'MINISTÈRE' plus loin dans ces documents.
     
  3. Nous avons apprécié :
    1. le respect de l'espace placée avant le deux-points dans quasi tous les cas ;
      voir ponctuation et espaces
       
    2. le respect de l'espace placée avant le point-virgule dans la majorité des cas ;
      voir ponctuation et espaces
       
    3. l'emploi des guillemets à la française avec espaces intérieures pour ces derniers et le texte qu'ils encadrent, usage recommandé par la typographie de la langue française et toléré par nos normes belges en lieu et place des 'chiures de mouche' trop souvent employées ;
      voir guillemets
       
    4. l'emploi correct du signe point-virgule, précédé de l'espace obligatoire, en fin de chaque item d'une énumération, même si aucun élément de la liste ne dépasse une ligne... et même si l'énumération n'est pas verticale ;
      voir énumérations
       
    5. l'emploi correct des points de suspension qui terminent plusieurs énumérations, sans virgule ni espace qui les précède ;
      voir points de suspension
       
    6. le seul point d'exclamation, précédé de l'espace (insécable... l'œil ne nous permet pas de le voir) mais probablement pas fine (dommage).
      voir ponctuation et espaces
     
  4. Nous avons déploré :
    1. que la capitalisation des titres ou fonctions soit aussi aléatoire :
      * les directions ont droit à la majuscule, alors que les pouvoirs organisateurs n'y ont pas droit,
      * les centres ont droit à la majuscule, alors que les établissements n'y ont pas droit,
      * les ministres dont les noms sont précisés ou dont le ministère est adjoint perdent leur majuscule de déférence... surtout si ce sont les ministres eux-même qui signent...
       
      voir "majuscule ou capitale" (dès l'instant où un titre est précisé par un nom ou une organisation, c'est le nom ou l'organisation qui prendra la capitale et le titre perdra la sienne),
      voir aussi http://www.logilangue.com/public/Site/clicGrammaire/Majuscule.php,
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Usage_des_majuscules_en_français#Fonctions_et_titres_civils,
      http://grammaire.reverso.net/5_2_04_la_majuscule_de_deference.shtml,
      http://www.legalworld.be/legalworld/guide-des-citations-et-references.html?LangType=2060&SubID=1;3
      http://www.francaisenaffaires.com/capsules-linguistiques/les-titres-de-civilite/titre-de-civilite.html

      et bien d'autres ;
       
    2. une énumération qui se termine par un etc., mais non précédé d'une virgule suivie d'une espace (insécable) ;
      voir énumérations
       
    3. les tirets qui ne ressemblent pas à des traits d'union, mais à de véritables tirets cadratins ou semi-cadratins
      voir ponctuation et espaces.

Références :

 

 



 

analyse keirsbilck | Orthotypographie accueil |   analyse lipmanne