C U Y / Économie
 
 
 
Lexique économique et social
Mis en ligne:09/12/2005 
Le troc aujourd'hui
 

AP

Le troc a toujours existé. S'il a été détrôné progressivement par la monnaie , il reste pratiqué aujourd'hui aussi bien dans les sociétés peu développées que développées. Des échanges de biens réalisés lors des mariages à ceux négociés entre les gouvernements en passant par ceux que pratiquent les entreprises, le troc est encore bien vivant en cette fin de vingtième siècle.

Dans des sociétés économiquement développées et basées sur la monnaie, le troc peut réapparaître si l'argent vient à manquer ou si l'approvisionnement devient difficile par exemple, en cas de guerre. Rappelons-nous les cigarettes et les bas de femme pendant la deuxième guerre mondiale...
Sur notre vieux continent, on voit aujourd'hui renaître le troc. Alors, le troc, une mode actuelle? A voir...
A-t-il d'ailleurs jamais disparu? Non, car il appartient sans doute au capital de nos réflexes de survie qui réapparaissent instinctivement lorsque le besoin s'en fait sentir.
En réalité, il n'a jamais cessé d'exister depuis les temps si lointains de "notre" préhistoire. En effet, si l'on se souvient que certaines tribus de notre planète vivent encore de la chasse et de la cueillette, on réalise la permanence dans le temps de cette manière d'échanger.
Dans les sociétés à économie peu développée, il a toujours été pratiqué en ville ou dans les campagnes, quel que soit le continent.
Depuis les années 80, une centaine de gouvernements réalisent leurs contrats publics sur base de troc, même s'ils s'en défendent et préfèrent le terme de "countertrade".
En effet, ils négocient leurs matières premières contre des compensations c'est-à-dire la construction d'usines et la création d'emplois... Pour les pays en voie de développement c'est un moyen de pallier leur manque de devises et, pour les pays de l'ancien bloc soviétique, une mesure préventive pour limiter leur endettement extérieur excessif. Le dernier contrat de ce type date du début octobre 1995: Cuba a conclu avec la Russie un échange de sucre contre du pétrole.

L'aspect social, aussi

Mais on se tromperait si on limitait le troc au seul usage commercial; il peut parfois correspondre à un besoin d'affirma tion sociale. Ainsi lors de la conclusion d'une alliance, certains groupes sociaux ont imposé une "compensation matrimoniale" fournie par la parenté du fiancé et qui ne peut se confondre avec la dot fournie par la famille de la jeune femme. Cet usage fréquent en Afrique se rencontre également dans divers continents.
Dans le mariage, deux groupes sont en présence. Si la femme, force économique dont la fécondité est nécessaire à la continuité du groupe, passe dans le lignage de son mari, celui-ci s'agrandit au détriment du lignage de la femme. Il faut donc que ce dernier obtienne une compensation.
L'échange tête pour tête est le plus simple: deux mariages auront donc lieu en même temps.
Quand cela n'est pas possible, le futur mari peut s'installer pendant un certain temps dans la famille de son beau-père et travailler à son service pour compenser l'activité de la femme qu'il prendra pour épouse.
Mais le plus souvent, on procède à une compensation matrimoniale. Les biens matrimoniaux qui font l'objet de ce "troc" ont souvent un caractère conventionnel, presque rituel: objets de parure, cuivre, métrage de tissus, bétail, cauris...
Pour le transfert de ces biens de la famille de l'époux à la famille de la femme, un lien se noue entre les deux groupes, ce qui socialement est plus important que l'union des individus qui en est la cause. L'époux s'assure l'acquisition, non de la femme, mais des droits sur l'activité économique de son épouse et sur les enfants à naître.
La compensation matrimoniale et l'échange des biens sont une preuve d'alliance car ils matérialisent l'union. Les transferts de biens sont souvent l'acte principal des cérémonies de mariage et celui auquel est donné le plus de publicité. Ils sont une promesse d'amitié entre les groupes. Ils sont aussi une garantie. Lorsque le mariage est rompu, il faut les rendre ou, du moins, en rendre la plus grande partie. Ceci provoque d'interminables discussions. Il en résulte une pression des familles sur les époux pour ne pas arriver au divorce. Le mariage peut être dissout aux torts du mari sans que les biens soient rendus mais la femme coupable oblige sa famille à les rendre alors qu'ils ont souvent déjà été réutilisés pour le mariage d'un frère...

Et l'aspect économique

Si les gouvernements pratiquent à l'échelle mondiale des échanges non monétaires, il en est de même dans le milieu des entreprises où s'échangent beaucoups plus qu'on ne pourrait imaginer services et biens. Les médias sont particulièrement adeptes du troc. Ils échangent très souvent des espaces publicitaires contre des services ou des biens qui serviront soit de cadeaux pour les lecteurs, soit permettront aux rédactions de mener à bien leur travail.
On le voit, le troc est de tous temps et partout... Avec "troc en stock", il est aussi maintenant chez soi.

Emily Beauvent
Professeur d'histoire

Lexique économique et social


© La libre .be 2006 Haut de page 
© 2006 la libre belgique. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par la libre belgique. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de la libre belgique.

 

 

 

Des liens ne fonctionnent plus ?
Avez-vous des suggestions ?


Envoyez-moi un E-Mail (cuy.w(at)skynet.be)

Attention (at) signifie @

copyleft

 

Retour à la page d'accueil de CUY = See you why ?

Par GVdK (cuy.w(at)skynet.be), n'oubliez pas (at) = @

 

 

 

 

 

 

 

 

Compteur gratuitCompteur gratuit