Dico économique, financier
et social
I...
cuy copyleft
  See You Why?  

 

 

 

départ lexique   |  

 

 

 

 I (compta nationale) :
Valeur totale des biens d'équipements (machines) [produits sur place et importés] achetés et investis par les entreprises sur le territoire national. Leur investissement est noté I.  

IBEX :
En Espagne (Madrid), l'indice boursier utilisé est l'IBEX 35, basé sur 35 actions considérées comme les plus importantes et les plus représentatives.
L'indice IBEX 35, né le 29 décembre 1989, a été créé afin de constituer la référence pour le marché espagnol.

 IBAN (International Bank Account Number) : numéro de compte bancaire du bénéficiaire de paiements transnationaux. L’IBAN comprend au maximum 34 caractères alphanumériques et a une longueur fixe dans chaque pays. Il se compose d’un code pays (2 lettres), d’un nombre de contrôle (2 chiffres) et d’un numéro de compte national (complété pour certains pays). Exemple : BE61 0001 7100 3017 est la traduction IBAN de l'ancien numéro bancaire belge : 000-1710030-17.

 IBLC :
Institut Belgo-Luxembourgeois du Change. Il établit la balance des paiements de l'UEBL (Union Economique Belgo-Luxembourgeoise)

 Idéologie :
ensemble des représentations et des valeurs communes à une société. 

 Ignorance rationnelle :
Concept, attribué à Downs, selon lequel confrontés à des coûts d'information prohibitifs, les individus, dans leur grande majorité sont rationnellement incités à demeurer ignorants des effets de telle ou telle politique sur leur richesse personnelle.

 Illusion budgétaire :
Elle se définit comme la perception systématiquement erronée de la politique budgétaire. Elle recouvre l'illusion fiscale et l'illusion de la dépense publique. Les problèmes d'information, les caractéristiques des systèmes fiscaux et des dépenses publiques constituent autant de facteurs pour les individus à ne pas pouvoir ou ou vouloir chercher à percevoir de façon exacte la politique budgétaire.

 Illusion monétaire :
Elle illustre la situation où un agent économique raisonne en termes nominaux et non en termes réels. Ainsi, on dira d'un agent qu'il est victime de l'illusion monétaire si la hausse des prix se révèle être supérieure à celle de son salaire.

 Immeuble(s) :
Bien non susceptible d’être déplacé. Un fonds de terre, un appartement, une maison sont des immeubles.
Sont immeubles par destination tous les biens mobiliers qui y sont incorporés en vue de son exploitation (ex : arbre sur un terrain, couvert dans un restaurant, animaux et engins agricoles dans une ferme).

 Immobilier : L'immobilier est un terme générique très vaste, définissant et incluant toute activité commerciale ou privée ayant trait aux biens immobiliers / biens immeubles.
Un bien immobilier est un bien qui ne peut pas être déplacé, la racine latine de immobilier signifiant : « qui ne bouge pas ».

 Immobilisations :
Est un actif d’utilisation durable pour une entité (entreprise, administration). C’est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l’entité et qui sert l'activité de façon durable et ne se consomme pas par le premier usage.

 Immobilisations corporelles :
Élements d'actif non monétaires mais ayant une substance physique ("palpables", matériels) ayant vocation à rester de façon durable dans l'entreprise. On y inscrit notamment les terrains, les constructions, les installations techniques, matériel et outillage industriels... 

 Immobilisations financières :
Élements d'actif monétaires (des titres ou des créances) ayant vocation à rester de façon durable dans l'entreprise. On y inscrit notamment les titres de participations et les prêts

 Immobilisations incorporelles :
Élements d'actif non monétaires et sans substance physique (" non palpables", immatériels...) ayant vocation à rester de façon durable dans l'entreprise. On y inscrit notamment les concessions, brevets et droits similaires (licences...) ainsi que le goodwill et fonds commercial. 

 Implosion :
(éclatement d'un corps creux sous l'effet d'une pression plus forte à l'extérieur qu'à l'intérieur), danger de destruction de l'équilibre d'une grande entreprise, ou d'une économie nationale, en supprimant trop rapidement des activités jugées non essentielles. La variété est toujours nécessaire à la vie. Voir Externalisation.

 Importation :
(notée M en comptabilité nationale) achats par les agents économiques d'un pays de biens et services produits à l'étranger. 

 Impôt :
somme payée par un agent économique aux administrations publiques (Etat, collectivités locales...) sans contrepartie immédiate. 

 Impôt direct :
impôt supporté et versé au fisc par le même agent économique, comme l'impôt sur le revenu. 
Impôt proportionnel aux revenus des agents économiques. Il existe divers impôts directs :
- IPP : Impôt des Personnes Physiques. Cet impôt représente la première ressource derrière la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée).
- ISOC : Impôt sur les sociétés (ou impôt sur les bénéfices) : C'est l'activité des entreprises qui détermine le niveau de recettes de l'Etat. En période de croissance, l'impôt sur les sociétés est plus important. A l'inverse, un ralentissement de cette croissance diminue les recettes de l'Etat.

 Impôt indirect :
impôt supporté par un agent économique et versé au fisc par un autre agent, comme la TVA. 
Il est indépendant du niveau de revenu des agents économiques. Il s'applique de manière uniforme contrairement aux impôts directs. Il existe divers impôts indirects :
- TVA: Taxe sur la Valeur Ajoutée. C'est la principale recette budgétaire de l'Etat. On dit que c'est un impôt sur la consommation, car c'est lors de l'acte de consommer qu'est payé cet impôt. Le taux de la TVA est fixé par l'Etat, et il est actuellement de 6, 12 ou 21 % en Belgique. Cependant certains produits ont un taux plus faible, notamment les médicaments.
- TIPP: Taxe Intérieure sur les Produits Pétroliers. C'est le second impôt indirect le plus important pour l'Etat. Il est aussi fixé par l'Etat.

 Impôt optimal :
Pour un rendement fiscal donné, un tel impôt – de caractère redistributif - vise à maximiser le bien-être social sans créer des formes de désincitation qui pourraient réduire le potentiel productif des personnes qui y sont assujetties.

 Inactifs :
personnes qui n'ont pas et ne recherchent pas d'emploi. 

 Incapacité :
Etat d’une personne privée par la loi de la jouissance ou de l’exercice de certains droits.

 Incertitude :
Les agents se trouvent en situation d'incertitude lorsqu'ils ignorent ce que sera leur environnement dans un avenir proche ou lointain. Knight et Keynes distinguent
le risque, situation pour laquelle on peut dresser la liste de toutes les éventualités et leur attribuer une probabilité de réalisation et
l'incertitude, situation pour laquelle l'une ou l'autre de ces deux conditions n'est pas vérifiée.
(Voir également la critique de Lucas).

 Indemnisation :
paiement en réparation d'un dommage ou d'une perte. 

 Indemnité légale :
C'est une somme pouvant être réclamée pour dédommager d'un préjudice (par exemple par le prêteur en cas de non paiement des échéances à la date prévue).

 Indépendant :
Personne qui est autonome, qui refuse toute sujétion et qui n’a aucune relation avec d’autres phénomènes.
Sont considérés comme indépendants, les travailleurs qui ne dépendent pas d'un patron.

 Indexation :
C'est une action consistant à lier la valeur d'un capital ou d'un revenu à l'évolution d'une variable de référence (par exemple un prix, un indice boursier, un indice de prix ou une production).

 Indicateur de développement humain (IDH) :
Indicateur composite comportant trois éléments :
la durée de vie, mesurée d’après l’espérance de vie à la naissance ;
le niveau d’éducation, mesuré par un indicateur combinant pour les deux tiers le taux d’alphabétisation des adultes et pour un tiers le taux brut de scolarité combiné (tous niveaux confondus) ;
et le niveau de vie, mesuré d’après le PIB réel par habitant (exprimé en parité de pouvoir d’achat).
Les pays sont ainsi classés en trois catégories :
les pays à développement humain élevé dont l’IDH est supérieur ou égal à 0,800 ;
les pays à développement humain moyen, avec un IDH compris entre 0,500 et 0,799 ;
et les pays à faible développement humain dont l’IDH est inférieur à 0,500.

 Indicateurs de pauvreté humaine (IPH-1, IPH-2) :
Le premier indicateur (IPH-1) mesure les carences ou manques observables des trois dimensions de l'IDH,
à savoir vivre longtemps et en bonne santé (mesurée par le risque de décéder très tôt),
acquérir un savoir et une instruction,
disposer d'un niveau de vie décent.
Le deuxième indicateur (IPH-2) y ajoute une quatrième dimension, l'exclusion mesurée par le taux de chômage de longue durée.

 Indicateur des conditions monétaires :
C’est un indicateur d’orientation de la politique monétaire qui est fonction des taux d’intérêt à court et long terme, du taux d’inflation, du taux de croissance potentielle et du taux de change.

Indicateurs monétaires :
Les indicateurs monétaires sont : les masses monétaires, les variables de crédit et d'endettement, les taux d’intérêt.

 Indicateur du développement technologique (IDT) :
C'est un indicateur composite destiné à rendre compte de la capacité d'un pays à innover et diffuser les innovations ainsi qu'à constituer une base de compétences humaines et ce dans quatre domaines : innovation technologique, diffusion des technologies récentes, diffusion des technologies anciennes, compétences humaines.

 Indicateur sexospécifique du développement humain (ISDH) :
Cet indicateur a pour objectif de corriger l' IDH afin de refléter les inégalités sociologiques entre femmes et hommes sous divers aspects : aptitude à vivre longtemps et en bonne santé ; instruction et accès au savoir ; possibilité de bénéficier d'un niveau de vie décent.

 Indice :
Outil statistique qui prend une donnée ou une série de données comme référence, comme base, et qui permet de faire des comparaisons, dans le temps ou dans l'espace.

Indice Bolsa :
Au Mexique, l'indice boursier utilisé est l'indice Bolsa, basé sur 37 actions considérées comme les plus importantes et les plus représentatives. L'indice Bolsa, né le 30 octobre 1978, a été créé afin de constituer la référence pour le marché du Mexique.

 Indice boursier :
Un indice boursier est une mesure de l'évolution du marché, généralement fondée sur une sélection de valeurs.
L'indice CAC 40, par exemple, est un indice composé des 40 valeurs françaises les plus actives du marché à règlement mensuel de Paris.
L'indice Dow Jones est composé des 30 principales valeurs industrielles cotées à la Bourse de New York et
l'indice Nikkei 225 est l'indice des 225 valeurs les plus représentatives de la Bourse de Tokyo,
l'indice Bel20 est l'indice de 20 valeurs les plus représentatives de la Bourse de Bruxelles.

 Indice des prix :
Instrument qui mesure l'évolution des prix des biens et des services consommés par les ménages.
L'indice est calculé sur la base de quelques centaines de postes représentant l'ensemble de la consommation des ménages (un panier de la ménagère moyen). La population de référence est composée de "l'ensemble des ménages". Les pondérations sont révisées régulièrement.

 Indice-santé :
En Belgique, manipulation de l'indice des prix qui consiste à enlever du "panier de la ménagère", tous les produits énergétiques, les boissons alcoolisées et les dérivés du tabac... produits surlesquels l'état perçoit de fortes accises.

 Indice Second Marché :
Cet indice permet d'apprécier l'évolution du Second Marché dans son ensemble en prenant en compte toutes les sociétés appartenant au Second Marché qui sont généralement des PME.

 Indice mondial des actions de Morgan Stanley Capital International :
Cet indice regroupe environ 1400 valeurs d'une vingtaine de pays. Il joue, au niveau mondial, un rôle comparable à ceux des indices BEL20 ou CAC 40 à la Bourse de Bruxelles ou Paris.

 Indice Nouveau Marché :
Cet indice comprend toutes les valeurs cotées sur ce compartiment. Il mesure l'évolution des performances des valeurs de croissance.

 Indivise :
voir "famille indivise"  

 Indivision :
Situation juridique née de l’existence simultanée de droits de même nature exercés sur un même bien ou une même masse de biens par plusieurs personnes différentes sans qu’il y ait division matérielle de leur parts. Le partage est un acte juridique qui met fin à l’indivision en répartissant les biens entre les co-indivisaires.
Biens ou dettes qui appartiennent à – ou peuvent être poursuivies sur – plusieurs personnes, sans que ces biens ou dettes ne fassent partie du patrimoine commun des conjoints. L’indivision se présente entre autres dans le cadre du régime de séparation de biens, lorsqu’on ne peut pas prouver quel conjoint est propriétaire (ou débiteur).

 Individualisme méthodologique :
Courant sociologique dont Max Weber est à l'origine. Dans ce modèle sociologique, on part de l'individu pour expliquer des phénomènes sociaux.
Exemple : L'augmentation des prix entraîne une baisse de la demande.
Cette situation s'explique, d'après l'individualisme méthodologique, par le fait que le consommateur s'efforce de préserver son pouvoir d'achat. Pour cela il se porte sur des produits équivalents à prix moindre.

 Industrialisation :
Processus de fabrication de produits manufacturés avec des techniques permettant une forte productivité du travail et qui regroupe les travailleurs dans des infrastructures constantes avec des horaires fixes et une réglementation stricte. L'industrialisation est un processus qui bouleverse les techniques de production.

 Industrie :
secteur économique regroupant les activités de transformation des produits (matières premières et produits semi-finis). Elle est regroupée, pour l'essentiel, dans le secteur secondaire

 Inégalité sociale :
différences de richesse, de pouvoir, de culture, etc. entre les groupes sociaux qui existent. 

 Inférence statistique :
Méthode qui considère que les données économiques sont le fruit de variables aléatoires, qui suivent des lois de probabilités. Il est dès lors possible, à partir d’un échantillon de valeurs prises par ces variables, d’estimer la valeur des paramètres qui caractérisent la population.
(Voir également économétrie).

 Inflation :
hausse durable et généralisée des prix. C'est l'expression en pourcentage des augmentations moyennes de prix.
P.ex. : une inflation de 3 % sur base annuelle signifie que le niveau général des prix augmente en moyenne de 3 % annuellement. 
(voir : vidéo-inflation)

 Inflation par les coûts :
inflation résultant de l’augmentation des charges pesant sur le processus de production des biens et des services et se répercutant sur les prix de ceux-ci. 

 Inflation sous-jacente :
C'est une mesure particulière de l'inflation qui exclut les composantes les plus volatiles comme l'énergie ou bien encore l'alimentation.

 Influence :
Forme de pouvoir fondé sur la persuasion.

 Information incomplète :
En théorie des jeux, l’information est dite incomplète si le joueur ignore une des composantes du jeu (nombre et identité des autres joueurs, stratégies qui sont à la disposition du joueur et des autres joueurs, gains qui leur sont associés). C’est le cas, par exemple, lorsque des firmes et des marchés financiers ne connaissent pas exactement les préférences de la banque centrale en ce qui concerne l’arbitrage inflation/chômage.
(Voir également la théorie des jeux).

 Infraction :
Action ou omission, définie par la loi pénale et punie de certaines peines fixées par celle-ci.

 Inné :
ce qui existe dans un être dès sa naissance, c'est-à-dire relève de son patrimoine génétique, par exemple la couleur des yeux. 

 Innovation :
introduction d'un nouveau produit ou d'un nouveau service sur le marché.
Suppose une réorganisation de l'entreprise pour introduire de nouveaux procédés de production ou de nouvelles techniques de commercialisation. Processus qui inclut la conception proprement dite, faite au Bureau des Etudes.
Il est nécessaire de distinguer innovation et invention, l'invention étant la découverte de quelque chose de nouveau alors que l'innovation est l'introduction ou l'application de quelque chose de nouveau.

 Innovations de procédés :
Les innovations de procédés consistent à produire des produits existants avec des procédés nouveaux. 

 Innovations de produits :
Les innovations de produits font apparaître des produits (biens ou services) nouveaux. 

 Innovation technique :
application d'une découverte ou d'une invention dans le processus de production. 

 Input/output : Les inputs désignent les biens et services qui interviennent dans la production d'autres biens qu'on appelle les outputs.

 Inscription hypothécaire : Une inscription hypothécaire constitue une garantie solide et réelle pour le créancier.
Le terme "inscription" se réfère au fait que la constitution d'une hypothèque doit être rendue publique de manière à être opposable ou valable à l'égard des tiers ce qui se fait par l'inscription de l'hypothèque dans le registre d'un bureau des hypothèques.
L'hypothèque devra être constituée par acte authentique passé devant un notaire, puisque seul un acte authentique doit être inscrit dans le registre où les hypothèques sont conservées.
Le "rang" de l'hypothèque est défini par la date d'inscription de l'hypothèque.

 Inscription sur le fonds de commerce : Aux termes de cette garantie, le fonds de commerce est donné en gage au bénéfice du créancier ou de la banque. La mise en gage s'opère via un acte authentique ou via un acte sous seing privé ordinaire. L'acte doit être enregistré et au moment de l'enregistrement, un droit d'enregistrement proportionnel de 0,5% est dû sur le montant garanti. Ensuite, l'acte est inscrit dans les registres du bureau des hypothèques. Comme pour une hypothèque, le rang de l'inscription sera déterminé par la date de l'inscription.
Le fonds de commerce inclut la totalité des biens mobiliers d'une entreprise ou d'une activité : la dénomination commerciale, les marques déposées, les meubles de bureau, les outillages, le parc de voitures, la clientèle, etc. En cas de faillite, la valeur du fonds de commerce est, comme l'on peut penser, particulièrement réduite. Il s'agit donc là d'une faible garantie qui sera généralement stipulée en combinaison avec d'autres garanties.

 INSEE : L’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) est l'institut national de statistique français.
Il est chargé de la production, de l'analyse et de la diffusion des statistiques officielles en France : comptabilité nationale annuelle et trimestrielle, évaluation de la démographie nationale, du taux de chômage, etc. Il est rattaché, en tant que direction générale, au ministère de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi (MINEIE). En tant qu’institut, il dispose d’une indépendance de fait vis-à-vis du Gouvernement, désormais garantie en droit par la loi. Depuis octobre 2007, son directeur est Jean-Philippe Cotis.

 Insertion :
l'insertion désigne la manière dont un immigré s'incorpore à la société d'accueil. C'est un terme neutre d'un point de vue culturel. (Voir intégration, assimilation, participation.)  

 Insolvabilité :
Etat de celui qui ne peut pas payer ses dettes en raison d’un passif excédant l’actif.

 Institution :
Ensemble des règles qui forment un système et qui assure le bon fonctionnement de l'ensemble de ce système.

 Institutions financières :
collectent l’épargne et fournissent du crédit. (parfois considérées comme un des agents économiques) : banques commerciales, associations d'épargne et de crédit, caisses populaires, compagnies d'assurance, fonds de pension privés, compagnies de finance, compagnies spécialisées dans les hypothèques, et ainsi de suite.
Puisque ces institutions encaissent des dépôts, contractent des emprunts et consentent des prêts, elles sont souvent appelées des «intermédiaires financiers».

 Instruction (pouvoir) :
Forme d’information communiqué qui est à la fois une commande et une explication pour décrire l’action, le comportement, la méthode ou la tâche qui devra commencer, se terminer, être conduit ou exécuté.

 Intégration :
l'intégration suppose une adaptation économique et sociale sans pour autant renoncer à ses spécificités culturelles. (Voir insertion, assimilation, participation.)  

 Intégration économique (intégration régionale) :
L'intégration économique est le processus par lequel se constituent des blocs régionaux, à partir d'économies nationales cloisonnées, dont l'objectif est de réduire ou d'abolir un certain nombre de restrictions au libre commerce des marchandises.
Plusieurs degrés manifestent cette volonté politique d'unification:
- la zone de libre-échange: abolition des barrières douanières entre pays membres, mais liberté tarifaire pour chacun vis-à-vis des pays tiers (exemple: l'AELE ou association européenne de libre échange) ;
- l'union douanière: établissement d'un tarif extérieur commun (exemple: le Zollverein) ;
- le marché commun: circulation et établissement libres des capitaux et des personnes ;
- l'union économique et monétaire: harmonisation des politiques économiques et sociales ;
- l'intégration économique totale: unification des politiques sociales et économiques, fiscales et monétaires.
(Voir également la théorie de l'intégration régionale).

 Intégration financière :
L'intégration financière désigne le phénomène d'interpénétration des marchés financiers qui a été rendu possible notamment par la suppression du contrôle des changes permettant l'interconnexion des bourses de valeurs, les cotations multiples, les émissions sur les principales places financières mondiales. La circulation très rapide des flux de capitaux peut favoriser en l'absence d'autorités de régulation l'instabilité générale du système financier international.

  Interdépendance :
Liens entre les décisions économiques ou les événements dans une partie du monde ou dans un secteur de l'économie et les décisions économiques ou les événements dans une autre partie du monde ou dans d'autres secteurs de l'économie.
On distingue quatre types d’interdépendance :
- l’interdépendance structurelle : l’ouverture de deux économies est telle que les événements économiques qui affectent un pays affectent automatiquement l’évolution économique de l’autre pays ;
- l’interdépendance des objectifs : la réalisation des objectifs nationaux de politique économique dépend de la réalisation des objectifs de politique économique à l’étranger ;
- l’interdépendance des chocs exogènes : deux économies sont interdépendantes si les chocs qui viennent les frapper sont fortement corrélés, l’interdépendance des économies entraîne la transmission des chocs entre elles ;
- l’interdépendance stratégique : la détermination de la politique économique optimale de chaque pays dépend des mesures prises par l’autre pays.

 Intérêt :
somme due par l'emprunteur au prêteur en plus du montant prêté (appelé principal) ; Indemnité pour l'emprunt d'argent ou rémunération de l'argent placé. Par intérêt brut, on entend l'intérêt avant la retenue du PM; en cas d'intérêt net, le PM a été retenu. 
Il s'agit de la rémunération du prêteur, que l'emprunteur s'engage à payer en échange du prêt qui lui a été consenti. L'intérêt s'exprime en pourcentage du capital prêté et se calcule par période déterminée dans le contrat.

 Intérêts de retard :
Intérêts à verser au prêteur en cas de non paiement des échéances à la date prévue. Ces intérêts sont calculés sur les sommes exigibles (y compris les intérêts d'échéances échues impayées et les cotisations d'assurance échues).

 Intermédiation financière :
L'intermédiation financière caractérise une situation de finance indirecte. Réalisée par les établissements financiers, l'intermédiation permet de faire correspondre les préférences différentes des agents à besoin de financement (généralement les entreprises et les administrations) et des agents à capacité de financement (généralement les ménages).
(Voir également désintermédiation).

 Internationalisation :
Développement des flux d'exportation.

 Intervention stérilisée sur le marché des changes par la banque centrale :
Cela signifie qu'un gouvernement soutient sa devise ou taux de change en vendant ses réserves de changes afin d'acquérir de la monnaie nationale puis en stérilisant (annulant) l'effet potentiel de contraction de la base monétaire nationale à travers un achat simultané et d'un montant équivalent de titres en monnaie nationale.

 Interventionnisme :
Politique publique fondée principalement sur des interventions directes : réglementations, fixation des prix, encadrement du crédit, etc.
(Voir également la théorie de l'économie publique normative).

 In the money (dans le cours) :
En finance, on dit qu'une option d'achat (respectivement de vente) est dans le cours lorsque le cours de l'actif sous-jacent est supérieur (respectivement inférieur) au prix d'exercice (valeur intrinsèque positive).

 Invalidité absolue et définitive :
Invalidité intervenue à la suite d'une maladie ou d'un accident, mettant une personne dans l'impossibilité définitive d'exercer une quelconque occupation ou activité, et dans l'obligation d'avoir l'assistance d'une tierce personne pour les actes courants de la vie (correspondant à la 3e catégorie d'invalides de la Sécurité Sociale). Elle engendre la prise en charge par l'assureur du remboursement au prêteur du montant prévu en cas de décès, déterminé au jour de la reconnaissance d'Invalidité Absolue et Définitive par l'assureur.

 Inventaire :
Opération qui consiste en un recensement minutieux des avoirs d'un particulier ou d'une entreprise. Il peut être fait en prévision d'une succession à la mort d'une personne ou encore lors d'une faillite pour permettre aux créanciers des saisies compensatoires.

 Investissement :
au sens strict, acquisition  par les entreprises de moyens de production qui viennent remplacer ou accroître le capital productif.
Achat par l'entreprise de moyens de production (machines) qui sont destinés à servir plusieurs fois lors de l'activité productive.
Il est mesuré au sens de la comptabilité nationale par la formation brute de capital fixe (FBCF). Cette dernière représente les actifs fixes (actifs corporels ou incorporels) utilisés dans le processus de production pendant au moins un an.
De nombreux facteurs déterminent le comportement d’investissement des entreprises : la demande anticipée, le coût des facteurs de production, les contraintes d’endettement, la profitabilité, le taux d'intérêt .

 Investissement direct étranger :
L'investissement direct étranger désigne l'investissement qu'une entreprise résidente d'une économie (investisseur direct) effectue, dans le but d'acquérir un intérêt durable dans une entreprise résidente d'une économie étrangère. L'investisseur peut prendre le contrôle partiel ou total de l'entreprise. L'investissement direct comprend à la fois l'opération initiale entre les deux entreprises et toutes les opérations ultérieures en capital entre elles et entre les entreprises affiliées.
Selon le FMI (fonds monétaire international), une relation d'investissement direct (donc immobilisations financières) est établie lorsqu'un investisseur acquiert 10 % ou plus des actions d'une entreprise étrangère. En deçà du seuil de 10 %, les opérations sur titres sont classées dans les investissements de portefeuille, de trésorerie.

 Investissement en capital humain :
C’est l’ensemble des capacités acquises par les individus et qui accroissent leur efficacité productive.
(Voir également la théorie du capital humain).

  Investissement privé :
Dépenses des ménages ou des entreprises en vue d'augmenter la quantité ou d'améliorer la qualité des facteurs (ressources naturelles, main-d'oeuvre et capital) utilisés dans la production de biens et de services.

 Investissement public :
Dépenses publiques en vue d'améliorer ou d'accroître la capacité de production.

 Investisseur :
Un investisseur est un particulier ou une entité sociale qui investit sur les marchés boursiers ou qui engage des capitaux stables dans une entreprise. Il existe plusieurs types d'investisseurs, par exemple les Business Angels,les investisseurs en capital de départ, les investisseurs institutionnels, les investisseurs privés, les investisseurs stratégiques, les sociétés d'état, les sociétés de capital de risques, etc.

IPO :
Initial Public Offering : introduction en Bourse d'une entreprise. Elle est opérée sur le marché primaire.

 IPP :
Impôt des personnes physiques. C’est-à-dire personnes qui ont en Belgique leur domicile ou le siège de leur fortune, sont soumis à l’impôt des personnes physiques.

 Irréfragable :
Qu’on ne peut contredire, même avec l'apport d'une preuve.

 ISO 9000 :
Famille de normes internationales élaborées par l’Organisation internationale de normalisation qui décrit un ensemble d’éléments de base à partir duquel il est possible de développer un système de gestion de la qualité.

 

 Immobilier :
Def xxxx.

 Indicateur :
Def xxxx.

 Immobilisme :
Def xxxx.

 Impôt différé :
Def xxxx.

 Imputabilité :
Def xxxx.

 

 Institution étatique :
Def xxxx.

 

 Invention :
Def xxxx.

 ISOC ou Impôt des sociétés :
Def xxxx.

 

 Imp :
sdiate. 

 Imp :
sdiate. 

 Imp :
sdiate. 

 Imp :
sdiate. 

 

 


précédent (H) | Home | départ lexique   |    suite (J)