C U Y / économie
 
 
 
Lexique économique et social
L'euro en voit de toutes les couleurs (08/01/2006) 
Eiro, ewro, EURas: peut-être une monnaie de Babel pour l'UE
 

RIGA

Monnaie commune de 300 millions d'Européens, l'euro risque de devenir une monnaie de Babel, avec des noms aussi divers qu'eiro, ewro, EURas ou encore evro, sous la pression des nouveaux petits pays de l'Union.

L'affaire agite les coulisses de Bruxelles depuis des mois. Car ni la Banque centrale EURopéenne (BCE), ni les différentes institutions de l'UE n'arrivent à faire entendre raison à cinq pays qui ont tous adhéré en mai 2004. Les mieux préparés d'entre eux passeront à l'euro dès janvier 2007.

Bien qu'ils aient ratifié par référendum un Traité, où il est écrit que le nom unique de la monnaie EURopéenne est l'euro, la Lettonie, la Lituanie, la Slovénie, Malte et la Hongrie insistent pour utiliser leur propre variante du mot EURo.

Tous avancent les particularismes de leur langue nationale pour refuser de se plier à la règle générale. «La diphtongue'eu'est étrangère à la langue lettone. Nous n'avons pas un tel son, nous allons donc utiliser'eiro'», a déclaré mardi la ministre lettone de l'éducation Ina Druviete.

Le Conseil pour la langue maltaise a récemment publié tout un rapport pour souligner qu'il est difficile d'accoler les deux lettres e et u. Il a préconisé l'orthographe ewro plus adaptée à la structure de cette langue, essentiellement dérivée de l'arabe mais écrite en caractères latins.

Les Slovènes veulent un evro, les Lituaniens un EURas tandis que les Hongrois insistent seulement pour mettre un accent aigu sur le o.

Toutes ces revendications contreviennent à la législation en vigueur, qui s'appuie sur les conclusions d'un Conseil EURopéen de décembre 1995 et d'un réglement qui stipulent que «le nom de la monnaie unique doit être le même dans toutes les langues officielles de l'Union EURopéenne».

Les mêmes textes prévoient seulement une exception dans l'usage courant pour le cent, la subdivision de l'euro, qui peut être adapté aux différentes langues nationales. C'est ainsi que les Français utilisent le centime et les Espagnols le céntimo.

Les institutions EURopéennes ont commencé à découvrir le problème peu après l'élargisssement de l'UE. La Commission s'est alors aperçue que même son réglement 974/98 sur le caractère invariable du mot EURo avait été traduit avec des variations locales comme EURas ou eiro.

Les Néerlandais, qui ont présidé l'UE au deuxième semestre 2004, ont déployé de gros efforts pour trouver un compromis. Il s'agissait de conserver le radical EUR- et d'accepter les diverses déclinaisons des langues nationales. Mais un accord n'a pas pu être trouvé en raison de l'opposition de deux des plus petits pays de l'Union, Malte, qui compte 400.000 habitants et la Lettonie, qui en a 2,3 millions.

Les autorités lettones n'hésitent pas à tirer un parallèle entre l'insistance de l'UE à adopter partout une appellation unique pour la monnaie et la russification forcée de la Lettonie durant l'annexion du pays par l'URSS.

A Malte, le Comité national pour le passage à l'euro, plus diplomate, souligne qu'aucune décision officielle n'a encore été prise.

Mais les Maltais comme les Lettons soulignent que l'usage de l'ewro, de l'eiro ou de l'euras sont déjà largement répandus, non seulement dans leur pays mais jusque sur le site internet de la très officielle BCE.

Interrogé vendredi par l'AFP, un porte-parole de la BCE a assuré que la Banque allait purger ses pages des termes controversés, en soulignant qu'elle ne devait utiliser que le seul terme EURo. «La BCE est en train de modifier toutes ses différentes publications en fonction de ce principe», a-t-il dit.



Lexique économique et social


© La Dernière Heure 2006 Haut de page 
© La Dernière Heure 2006. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par La Dernière Heure. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de La Dernière Heure.

 

 

 

 

Des liens ne fonctionnent plus ?
Avez-vous des suggestions ?


Envoyez-moi un E-Mail (cuy.w(at)skynet.be)

Attention (at) signifie @

copyleft

 

Retour à la page d'accueil de CUY = See you why ?

Par GVdK (cuy.w(at)skynet.be), n'oubliez pas (at) = @

 

 

 

 

 

 

 

 

Compteur gratuitCompteur gratuit