C U Y / Économie
 
 
 
Lexique économique et social
Mis en ligne:09/12/2005 
L'indice bel 20 au haut depuis 7 ans
 

L'indice <a href="javascript:pop('lexique/popup/pop_295.htm','bel 20');"> bel 20</a>.> au plus haut depuis 7 ans - La Libre <

On attendait ce moment depuis plusieurs semaines, même s'il est purement symbolique. Mais hier, l'indice bel 20 , barométre officiel de la Bourse de Bruxelles, a dépassé son précédent sommet, datant du 6 janvier 1999. En effet, il a clôturé à 3691,07 points, au terme d'une journée marquée par une avance de 0,52pc. Le record est battu de justesse puisque le 6 janvier 1999, il avait enregistré son précédent sommet à 3681,92 points.

A cet égard, il est bon de savoir que l'indice marché. qui sert de référence aux investisseurs actifs sur notre place, et à bon nombre de fonds d'investissement, est ce que l'on appelle un «indice cours». En clair, cet indice, qui est calculé sur base d'un panier de valeurs au poids relatif soigneusement étudié, tient exclusivement compte de l'évolution des cours des valeurs qui le composent. Une spécificité? Non, en fait, notre marché recèle aussi des indices - les indices return - qui tiennent compte des dividendes. versés par les actions qui les composent. Leur performance est dès lors largement supérieure à celle des indices cours. Selon Bruno du Bus, directeur à la Banque Puilaetco, «les indices return belges ont déjà aligné des records historiques. En effet, si le Bel 20 cours, parti d'une base 100 en janvier 1999, est revenu à son point haut, l'indice Bel 20 Return, qui tient compte des dividendes versés, a déjà atteint 132. Si vous aviez investi 100 € dans les actions du Bel 20 en janvier 1999, vous auriez retrouvé ces 100 € fin 2004, et vous auriez aujourd'hui 132 € ».

Une performance alléchante? «D'une certaine façon, mais il est important de comparer l'évolution de l'indice à celle des autres indicateurs de marché en EURope. Et ici, il faut savoir que notre indice a fléchi un an avant les autres, qui ont entamé une période de baisse au moment de l'éclatement de la bulle Internet, en mars 2000», explique encore Bruno du Bus.

De l'espoir pour l'avenir

Comment expliquer ce décalage? «Au moment de la flambée des valeurs Internet, notre marché fait pâle figure en raison de sa sous-pondération en valeurs technologiques.Le Bel 20 était déjà fort influencé par les valeurs financières.»

A la fin des années'90, notre marché était boudé par les investisseurs. en raison de cette composition tenant trop peu compte de la nouvelle économie.. Et par la suite? «Après le début de la dépression boursière en mars 2000, une tendance s'est dessinée vers les actions plus défensives, et surtout vers celles soutenues par une politique de dividende généreuse. Ce qui a conduit des investisseurs belges, mais aussi étrangers, vers les plus belles valeurs de notre marché. Evidemment, il est difficile de comparer la performance de notre indice à celles des places voisines, en raison de ce décalage, mais il est clair que les poids lourds de notre place, comme Dexia, KBC, Fortis, Electrabel, Inbev et Solvay, ont été à même de séduire des institutionnels étrangers.»

Et ce retour effectué, notre marché recèle-t-il encore du potentiel alors que les autres marchés EURopéens ont également atteint des plus hauts historiques? «Entre-temps, le Bel 20 a changé de composition, avec l'arrivée de Belgacom et la modification du périmètre d'Interbrew devenue Inbev. Et puis, il y a eu l'OPA sur Electrabel et l'entrée de Suez dans sa composition. Mais il faut noter que certaines composantes de l'indice. n'ont pas encore retrouvé leur niveau d'avant la bulle Internet. C'est le cas de Fortis, qui était à 35 € en janvier 1999 et qui n'est revenue.revenue qu'à 28 €. Idem pour Delhaize, qui a plafonné à 89 € et qui dépasse à peine les 50 €. Il y a là de quoi espérer.»

© La Libre Belgique 2006



Lexique économique et social


© La libre .be 2005 Haut de page 
© 2005 la libre belgique. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par la libre belgique. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de la libre belgique.

 

 

 

 

Des liens ne fonctionnent plus ?
Avez-vous des suggestions ?


Envoyez-moi un E-Mail (cuy.w(at)skynet.be)

Attention (at) signifie @

copyleft

 

Retour à la page d'accueil de CUY = See you why ?

Par GVdK (cuy.w(at)skynet.be), n'oubliez pas (at) = @

 

 

 

 

 

 

 

 

Compteur gratuitCompteur gratuit