♦    Sommaire

 

♦     Sixième étape : M. Van Vlees et Mme. Van Vlees épargnent...

♦     Introduction, objectifs et mots-clefs

♦     L'épargne des ménages

♦     Le patrimoine des ménages

♦     Qu'est-ce que la monnaie ?

♦     Le banquier, un commerçant d'argent ?

♦     Le système bancaire et le financement indirect de l'économie

♦     Les marchés de capitaux et le financement direct de l'économie

♦     À retenir...

♦     Exercices et travaux

♦     Évaluation des connaissances et des savoir-faire

♦     Voir aussi...

♦     Ce que les programmes en disent...

♦     Table des matières

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    sixième étape : M. Van Vlees et Mme. Van Vlees épargnent...

 

 

  1. La famille Van Vlees compte ses sous
  2. Quelle est l'épargne de M. Van Vlees ?
  3. Que devient l'épargne déposée en banque ?
  4. Comment financer le crédit à court terme ?
  5. Comment financer le crédit à long terme  ?
  6. Quelle est la valeur de la monnaie ?

 

 

Les Van Vlees gagnent un salaire, ils paient des impôts pour financer les dépenses publiques, ils dépensent pour satisfaire leurs besoins, mais la famille ne dépense pas tout ce qu'elle gagne.  En effet, elle épargne et participe ainsi au fonctionnement des institutions financières.

 

 

 

I.    la famille Van Vlees compte ses sous

 

 

I.           La famille Van Vlees est invitée au mariage de la cousine Antoinette à Bouillon.  Tous ses membres ont-ils assez d'argent pour s'y rendre ?  Peuvent-ils dépenser une partie de ce qu'ils avaient _ _ _ _ _ _ _ _ _ sans compromettre d'autres projets ?  À cette occasion, chacun doit faire ses comptes.

 

Tous vident leur cagnotte sur la table où s'accumulent des p_ _ _ _ _ _ de m_ _ _ _ _ _ _ et des b_ _ _ _ _ _ de b_ _ _ _ _ _ _   Les quelques b_ _ _ _ _ _ de b_ _ _ _ _ _ d'origine étrangère, que l'on avait rapportés de vacances à l'étranger, sont mis à l'écart, car ils ne peuvent pas être utilisés pour des achats en Belgique.

Puis, chacun examine ce qu'il possède sur son l_ _ _ _ _ d'é_ _ _ _ _ _ _ pour savoir ce qu'il peut retirer sans compromettre son projet d'achat d'un vélo ou d'une nouvelle chaîne et, d'une façon générale, sans entamer une certaine réserve nécessaire en cas de _ _ _ _ _ _ _ _

 

Enfin, M. Van Vlees juge ce qu'il peut retirer de son c_ _ _ _ _  c_ _ _ _ _ _  p_ _ _ _ _ _  et de son c_ _ _ _ _ _ _ en b_ _ _ _ _ _ à la DEXIA, tout en y laissant les sommes suffisantes pour payer ses impôts, satisfaire ses projets de vacances et couvrir les dépenses du mois en cours.

 

II.         Les comptes faits, chacun constate qu'il peut effectuer une grande partie de cette dépense supplémentaire en retirant de son l_ _ _ _ _ _ _ d'é_ _ _ _ _ _ _  une partie de l'argent nécessaire.  M.  Van Vlees complétera la somme en retirant l'argent de son c_ _ _ _ _  c_ _ _ _ _ _ _  p_ _ _ _ _ _  et de son c_ _ _ _ _ _  en b_ _ _ _ _ _ _  à la DEXIA.

 

Tous ces retraits peuvent être effectués immédiatement car ces différents dépôts dans les C_ _ _ _ _ _ _  d'E_ _ _ _ _ _ _, aux C_ _ _ _ _ _ _  C_ _ _ _ _ _ _  P_ _ _ _ _ _ _ _ (rebaptisés "La Poste") ou dans une b_ _ _ _ _ _  comme la DEXIA sont des dépôts à v_ _ _ _

 

III.       Qu'est-ce qu'un compte à vue, ou compte courant ?

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

IV.       Les pièces de monnaie divisent les b_ _ _ _ _ _  de b_ _ _ _ _ _ en unités plus faibles, d'où le nom de monnaie d_ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Les billets de banque sont appelés ainsi parce qu'autrefois ils étaient émis en contrepartie de dépôts d'_ _ _ dans une banque.  Comme de tels dépôts inspiraient confiance, on avait f_ _ _ _ _ en eux, d'où le nom de monnaie f_ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Aujourd'hui, les b_ _ _ _ _ _  de b_ _ _ _ _  sont créés par un organisme spécialisé, l'institut d'émission, en Belgique, la B_ _ _ _ _ _  N_ _ _ _ _ _ _ _   Quant à la monnaie représentée par les comptes à vue, elle n'est qu'une simple écriture sur le livre des comptes d'une institution financière.  On parle à son propos de monnaie s_ _ _ _ _ _ _ _ _

Pour comprendre le terme de monnaie s_ _ _ _ _ _ _ _ _ _, examinons les joueurs de cartes à l'Internat.  Ils n'ont ni monnaie ni jetons, mais uniquement du papier et un crayon.  Comment procèdent-ils ?

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Il faut considérer comme des engagements entre eux ce qu'ils _ _ _ _ _ _ _ _ sur le papier.  Dans le cas de monnaie s_ _ _ _ _ _ _, l'institution financière agit d'une manière semblable.

 

V.         Au total, la famille Van Vlees possède, comme la majorité des Belges, trois types de monnaies :

= des p_ _ _ _ _ _ _  de m_ _ _ _ _ que l'on appelle monnaie d_ _ _ _ _ _ _ _ ;

= des b_ _ _ _ _ _  de b_ _ _ _ _ _ que l'on appelle monnaie f_ _ _ _ _ _ _ _ ;

= des c_ _ _ _ _ _  à v_ _ _ que l'on appelle monnaie s_ _ _ _ _ _ _ _

 

VI.       Si l'on totalise dans un pays les quantités disponibles de ces trois types de monnaie, on obtient une masse que l'on nomme m_ _ _ _ _  m_ _ _ _ _ _ _

 

En 1989, en Belgique, dans la m_ _ _ _ _  m_ _ _ _ _ _ :

la monnaie d_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ , ne représentait que 3,1 % de la monnaie fiduciaire en circulation ;

la monnaie f_ _ _ _ _ _ _ _ _, dont la quantité de billets en représentait 96,5 %, soit 415 milliards de BEF, le solde étant les pièces or et argent en circulation ;

la monnaie s_ _ _ _ _ _ _ _ _ _, soit 774 milliards de BEF ou 34,9 % de la masse m_ _ _ _ _ _ _ _ _

 

VII.     Certes, la m_ _ _ _ _  m_ _ _ _ _ _ _ _ est composée de monnaies différentes, mais celles-ci jouent néanmoins des rôles identiques :

 

= tout d'abord, elles _ _ _ _ _ _ _ _ _ l'échange des biens et des services en décomposant le _ _ _ _ _ _ _ _ _  en deux opérations d'échanges successifs.  Ainsi, la monnaie est un simple _ _ _ _ _ _ _ _ _ qui n'ajoute rien à l'échange, mais le facilite ;

= comme chacun désire toujours acheter une chose ou l'autre, tout le monde désire avoir de la monnaie.  Celle-ci permet de _ _ _ _ _ _ _ _ _ la valeur de tous les biens et services.  À l'instar du mètre ou du kilogramme, la monnaie est un instrument de mesure, un é_ _ _ _ _ _ _ _   En Belgique, cet é_ _ _ _ _ _ _ s'appelle le _ _ _ _ _ _ _ _ et se note par le sigle _ _ _ ; en Angleterre, c'est la _ _ _ _ _ _ _ _, notée _ _ _, et sur place £ ; en Allemagne, le _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _, noté _ _ _ ; aux Etats-Unis, le _ _ _ _ _ _ _ _, noté _ _ _, même si sur place, on voit toujours le symbole $.

 

À quoi servent ces é_ _ _ _ _ _ monétaires ?

 

À mesurer la v_ _ _ _ _ _ des biens et des services dans les pays où ils sont employés ;

 

= enfin, lorsque l'on ne veut pas dépenser immédiatement la monnaie que l'on possède, on peut la mettre en _ _ _ _ _ _ _ _ _ car, normalement, elle ne perd pas rapidement de sa valeur.  La monnaie est donc aussi un instrument de _ _ _ _ _ _ _ _ du pouvoir d'achat que l'on possède.  On peut, grâce à elle, éviter une dépense immédiate, é_ _ _ _ _ _ _ _

 

VIII.   En définitive, une monnaie peut jouer ces divers rôles parce qu'en vertu d'une convention sociale, elle est _ _ _ _ _ _ _ _ _ par tous les habitants d'un pays tel que la Belgique.  C'est en quelque sorte, un _ _ _ _ _ _ _ _ _ concrétisé par un _ _ _ _ _ _ _ _ de papier, une p_ _ _ _ _ _ métallique ou un nombre inscrit sur un livre de comptes d'une _ _ _ _ _ _ _ _ _ qui permet d'_ _ _ _ _ _ _ _  une partie de la production nationale du pays où cette monnaie a _ _ _ _ _ _ _ _

 

IX.       Ainsi, celui qui, en Belgique, possède beaucoup de francs, peut _ _ _ _ _ _ _ _ une grande quantité de biens et de services, peut aussi _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ de l'argent et percevoir ainsi des intérêts, faire _ _ _ _ _ _ _ _ _  des maisons ou _ _ _ _ _ _ _ _des usines : il peut _ _ _ _ _ _ _ _  dans l'économie.

 

La monnaie n'est pas seulement un droit, elle est aussi un _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   Ceci implique que celui qui en possède beaucoup ait le sens de ses res_ _ _ _ _ _ _ _ _ et que la collectivité dans laquelle il vit _ _ _ _ _ _ _ _ _ l'usage qu'il en fait.

$$$$

i)        épargné                pièces de monnaie      billets de banque         billets de banque         livret d'épargne     problème (accident)    compte chèque postal (CCP, OCP, Postchèque)          compte en banque

ii)        livret d'épargne   compte chèque postal (CCP, OCP, Banque de la Poste, Postchèque)          compte en banque     comptes (livrets) d'épargne            compte chèque postal (CCP, OCP, Banque de la Poste, Postchèque)          banque                         à vue (courant)

iii)·      Un compte à vue permet au client de retirer son argent à tout moment, d'effectuer ses dépenses courantes, de donner des instructions permanentes ou de faire des domiciliations

iv)·      billets de banque                    divisionnaire                or               foi              fiduciaire  billet de banque      Banque Nationale      scripturale                    ils notent ce que gagnent chacun, ou ce qu'ils perdent (et oui, on peut perdre des points au whist)    ont noté     scripturale

v)        pièces de monnaie                 divisionnaire                                                        billets de banque    fiduciaire                                          comptes à vue             scripturale

vi)·      masse monétaire                    masse monétaire        divisionnaire                fiduciaire  scripturale                               monétaire

vii)      masse monétaire                    facilitent   troc            bien (moyen, intermédiaire) d'échange            mesurer     étalon        étalon        franc (belge)                BEF           livre (sterling) ou pound                 GBP           Deutche Mark                                 DEM         dollar (américain)    USD           étalons      valeur        réserve (stock)             régulation           épargner

viii)    admise (acceptée)                                      droit                                morceau                        pièce                              banque                          acquérir                         cours

ix)·      acheter (obtenir) placer (épargner ou prêter)            construire                     posséder   investir (agir)          pouvoir     responsabilités             contrôle

 

 

relais

 

Dans les économies modernes, on utilise la monnaie pour faciliter les échanges.  En effet, elle permet la décomposition du troc en deux opérations successives d'échange.  Quelle que soit sa forme (divisionnaire, fiduciaire ou scripturale), elle ne crée rien.  Elle ne constitue qu'un intermédiaire nécessaire aux échanges.  Pour jouer ce rôle, elle doit être admise par tous et devenir ainsi un étalon permettant de mesurer la valeur des différents produits offerts sur le marché.  Si l'on ne veut pas réaliser immédiatement des achats, on peut la mettre en réserve, car elle est censée conserver sa valeur.  À son rôle d'intermédiaire, la monnaie ajoute donc celui d'instrument de réserve du pouvoir d'achat.  C'est en vertu d'une convention sociale selon laquelle elle est acceptée par tous les habitants du pays où elle a cours que la monnaie peut jouer ces divers rôles.  Elle constitue donc un droit d'acquérir une partie de la production offerte sur le marché.

Mais avoir un droit, c'est aussi posséder un pouvoir.  Normalement, le pouvoir d'agir dans l'économie ne devrait être utilisé qu'en vue du bon fonctionnement de la machine économique, c'est-à-dire de la satisfaction des besoins.  Malheureusement, la réalité montre une situation bien différente.  La monnaie est une tentation permanente.  Signe de richesse, source de prestige, instrument de l'orientation de l'économie, elle devient rapidement un but en soi, un véritable dieu.  On ne produit, on n'agit que pour gagner plus d'argent.  Ainsi, de moyen d'échange qu'elle est au départ, la monnaie devient le but de l'économie.

 

test de progression

 

1.= Pourquoi la famille Van Vlees, lorsqu'elle fait ses comptes, écarte-t-elle les quelques pièces de monnaie et les quelques billets d'origine étrangère qu'elle possède ?

 

 

2.= Qu'est-ce qu'un chèque bancaire ?

 

(1) Ils doivent écarter les pièces de monnaie et les billets de banque d'origine étrangère (Et l'Euro, c'est pour quand ? ?), car la monnaie étrangère ne donne pas (encore) droit à celui qui la détient, d'acquérir des biens et/ou des services offerts sur le marché national.

 

(2) Le chèque bancaire est un ordre de paiement d'une monnaie scripturale ; il n'est pas de la monnaie scripturale.  Tous ceux qui possèdent un compte à vue dans une banque peuvent avoir recours à des chèques bancaires pour régler leurs achats.  Par exemple, M. Van Vlees peut payer un marchand chez qui il vient d'acquérir une chambre à coucher de 80 000 BEF en émettant, au bénéfice de ce dernier, un chèque d'une valeur équivalente ; en faisant cela, il donne l'ordre à sa banque de retirer de son compte le montant dû, inscrit à son compte, pour les donner à son fournisseur.

 

 

 

 

 

II.   quelle est l'épargne de M. Van Vlees ?

 

I.           Lorsque la famille Van Vlees examine ce qu'elle met de côté, elle compte l'argent qu'elle n'a pas (ou pas encore) _ _ _ _ _ _ _ _ _ pour acquérir les biens et les services dont elle a besoin ou envie.

 

L'argent qui vous reste lorsque vous avez _ _ _ _ _ _ _ _ tout ce que vous souhaitez acquérir s'appelle l'_ _ _ _ _ _ _ _ _   Celle-ci peut être constituée dans plusieurs buts :

D'abord pour rassembler assez d'argent afin d'acheter un bien que l'on désire.  Ainsi, les enfants Van Vlees  _ _ _ _ _ _ _ _ pour acheter une bicyclette ou un jeu Nitendo.

Ensuite en vue d'une dépense possible importante : le supplément d' _ _ _ _ _ _ _ _ que M. Van Vlees doit payer annuellement à l'État.

Enfin pour faire face à une dépense imprévue.  Ainsi, les Van Vlees ont-ils constitué une réserve en cas de _ _ _ _ _ _ _ _ _   L'épargne procure alors à la famille Van Vlees une plus grande _ _ _ _ _ _ _ _

 

II.         Lorsque M.  et Mme Van Vlees étaient jeunes mariés, le salaire de M. Van Vlees étant très inférieur à celui qu'il perçoit actuellement, leur épargne était très _ _ _ _ _ _ _ _ et même quelquefois _ _ _ _ _ _ _   Bien plus, ils devaient parfois emprunter de l'argent auprès de leurs parents pour arriver à la fin du mois.  M.Pacher, qui reçoit un salaire bien supérieur à celui de M. Van Vlees, _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ un pourcentage de son revenu très _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ à celui qu'_ _ _ _ _ _ _  M. Van Vlees.

 

Autrement dit, le pourcentage qu'un individu épargne varie en fonction de son revenu : plus on est riche, _ _ _ _ _ _ on peut _ _ _ _ _ _ _, et plus on est pauvre, _ _ _ _ _ _ _ on épargne.  Ceci est normal puisque l'épargne est ce qui reste lorsque l'on a acquis tout ce que l'on désirait immédiatement.

 

III.       Comment conserver l'épargne ?

On peut la mettre dans une cagnotte, une tirelire ou un coffre-fort.  Ce mode d'épargne des ménages qui conservent de l'argent chez eux s'appelle la _ _ _ _ _ _ _ _ _   Autrefois, les paysans belges conservaient ainsi des sommes importantes dans des _ _ _ _ _ de _ _ _ _ _ _   Actuellement, la thésaurisation, vieille habitude belge, est en voie de disparition.

On peut aussi _ _ _ _ _ _ _ _ son épargne dans des c_ _ _ _ _ _ d'é_ _ _ _ _ _, des b_ _ _ _ _ _ ou aux c_ _ _ _ _ _ _  c_ _ _ _ _ p_ _ _ _ _ _ _ (actuellement rebaptisé "La Poste").  Cette formule permet de retirer son argent quand on le souhaite, tout en ne prenant pas le risque de se le faire voler.  Mais de tels dépôts ne rapportent que peu ou pas d'intérêts.  Enfin, ceux qui ont épargné des sommes importantes peuvent les placer sous forme d'a_ _ _ _ _ _ _ _  ou d'o_ _ _ _ _ _ _ _ _ émises par les entreprises ou encore en titres d'e_ _ _ _ _ _  émis par l'État, certains étant appelés les Philippe XX, du temps où Philippe Maystadt était notre grand argentier.

 

IV.       Rappelons que :

Les actions des entreprises sont _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Elles rapportent un _ _ _ _ _ _ _ qui représente une partie des _ _ _ _ _ _ _ _ _ réalisés par les sociétés qui les ont émises.

Les obligations sont _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Elles rapportent un _ _ _ _ _ _ _ _   Pour garantir leur avenir et faire fructifier leur épargne, les petits épargnants peuvent souscrire des _ _ _ _ _ _ _ _ -vie.  Les compagnies d'assurance-vie recueillent ainsi des sommes importantes qu'elles placent et font _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   À l'échéance d'un délai convenu, l'épargnant récupère sa mise augmentée des i_ _ _ _ _ _ _  et d'une partie des _ _ _ _ _ _ _  réalisés par la compagnie.  Si celui qui a contracté une _ _ _ _ _ _ _-vie meurt avant l'échéance, la compagnie verse à sa femme, à ses enfants ou à d'autres héritiers, le capital qui ne devait être versé que beaucoup plus tard.  Ainsi, on peut se garantir contre le risque-décès tout en épargnant.

 

V.         Les ménages ne sont par les seuls _ _ _ _ _ _ _ économiques qui épargnent.  Les entreprises agissent aussi de la même façon.  Aujourd'hui, ces dernières ont réalisé une épargne bien _ _ _ _ _ _ _ _ _ à celle des ménages.  On distingue :

 

d'une part, l'argent que les entreprises gardent pour faire face à leurs dépenses courantes ou à des exigences immédiates et que l'on appelle f_ _ _ _ _ _ _ _   d_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  ou encore t_ _ _ _ _ _ _ _   La majeure partie de cet argent est placée dans des b_ _ _ _ _ _ ;

d'autre part, les réserves constituées pour financer leurs _ _ _ _ _ _ _ _ _   Ces réserves sont généralement constituées sous forme d'a_ _ _ _ _ _ _ _ d'autres entreprises .

 

VI.       En fait, les entreprises, en épargnant, provoquent une diminution de consommation des ménages :

 

soit en distribuant de faibles salaires à leurs ouvriers,

soit en demandant des prix trop élevés à leurs clients, c'est-à-dire aux consommateurs,

soit encore en ne distribuant pas de _ _ _ _ _ _ _ à leurs actionnaires.

 

En effet : lorsqu'un ouvrier touche un _ _ _ _ _ _ insuffisant, lorsqu'un consommateur paie un _ _ _ _ _ _ trop élevé, lorsqu'un actionnaire perçoit un _ _ _ _ _ _ _ trop faible, ils sont obligés de réduire leur _ _ _ _ _ _ _ _   En définitive, cela revient à _ _ _ _ _ _ _ _ _   Par opposition à l'épargne que les ménages réalisent volontairement, l'épargne des entreprises est, du point de vue des ménages, une épargne _ _ _ _ _ _ _ , donc non volontaire.

 

VII.     Parallèlement à l'épargne des entreprises, il y a pour les ménages d'autres types d'épargne f_ _ _ _ _ _ , notamment l'impôt, la hausse des prix.

 

Pourquoi ?

Parce que l'impôt _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Parce que la hausse des prix _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

$$$$$

i)        dépensé                                    acheté                            épargne                          épargnent            impôts                            besoin                            sécurité

ii)        faible                                        nulle                               épargne                          supérieur              épargne                          plus                                 épargner                        moins

iii)·      thésaurisation                         bas de laine                                       déposer                caisse d'épargne                               banques                         comptes chèques postaux                              actions                           obligations                                        emprunts

iv)·      les actions sont des parts du capital des sociétés anonymes.  Elles représentent la somme d'argent apportée par celui ou ceux qui les détiennent lors de la constitution de la société (ou d'une augmentation de son capital)                                        dividende                      bénéfices                                      les obligations sont des reconnaissances de dettes attribuées à ceux qui ont souscrit à un emprunt émis par une société.                          intérêt                   assurance vie                                    fructifier                        intérêts                           bénéfices                                      assurance vie                                   

v)        agents                                       supérieure                      fonds disponibles                             trésorerie                                       banques (comptes chèques postaux)                                  investissements                          actions                          

vi)·      dividendes                               salaire                            prix                                 dividende            consommation                                 épargner                        forcée                            

vii)      forcée                                       l'impôt est un prélèvement obligatoire effectué sur les revenus (impôts directs) ou sur la consommation (impôts indirects).  En définitive, il constitue une réduction de la consommation qui équivaut à une épargne forcée                         De la même manière, la hausse des prix entraîne une réduction de la consommation.  Elle constitue aussi une épargne forcée.

$$$$$

 

relais

 

L'épargne est une abstention de consommation ; volontaire elle est ce qui reste lorsque l'on a acquis tout ce que l'on voulait consommer immédiatement.  Il est donc normal que l'épargne des riches, qui satisfont plus facilement leurs besoins que les pauvres, représente un fort pourcentage de leurs revenus.  De même, lorsque les revenus augmentent, la part consacrée à l'épargne s'accroît plus rapidement que celle destinée à la consommation.

 

L'épargne volontaire des ménages peut être soit thésaurisée, soit déposée à vue dans des institutions financières (Caisse d'Épargne, banque, C.C.P.), soit placée sous forme d'actions, d'obligations ou de titres d'emprunt.  L'épargne peut enfin être transformée en souscription d'assurance-vie.  En 1966, l'épargne volontaire des ménages s'élevait à 128 milliards de francs dont les deux tiers étaient conservés sous forme d'argent immédiatement disponible, soit dans des cagnottes (moins de 10 % de l'épargne volontaire des ménages), soit dans les diverses formes de comptes à vue.  La moitié de cette épargne nationale était déposée dans des Caisses d'Épargne.

 

À côté de l'épargne volontaire, il y a une épargne forcée qui ne profite pas directement à l'individu contraint d'épargner.  Cette épargne forcée est constituée soit par l'épargne des entreprises qui peuvent réduire la consommation des salariés, des consommateurs ou des actionnaires, soit par l'impôt qui prive d'un revenu celui qui le paie, soit enfin par la hausse des prix, qui diminue le pouvoir d'achat du consommateur.

 

test de progression

 

Si les prix s'élèvent de 10 %  et que les pensions ne s'accroissent que de 3 %, que subit le troisième âge  ?  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  Quel est le montant de cette _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ :_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

 

 

 

III.    que devient l'épargne déposée en banque ?

 

I.           Lorsque les Van Vlees déposent leur argent à la caisse d'épargne ou sur leur compte bancaire à la DEXIA, ils veulent le mettre en _ _ _ _ _ _ _ _ _ et pouvoir en _ _ _ _ _ _ à tout instant, puisque ces dépôts sont à _ _ _ _ _

 

II.         Pourtant, les institutions financières qui reçoivent ces dépôts ne les gardent pas inutilisés.  Elles s'en servent, les font fructifier et versent éventuellement un _ _ _ _ _ _ _ _ à leurs déposants.  Les fonds disponibles des caisses ou banques d'épargne sont ainsi transférés entre banques ou à la Banque Nationale qui prête de l'argent à l État pour financer l'_ _ _ _ _ _ budgétaire, à des sociétés ou à des entreprises.

 

Les fonds des C.C.P.  peuvent aussi être transférés au Trésor public qui peut éventuellement s'en servir pour financer l'_ _ _ _ _ _du budget.  De leur côté, les banques se servent des dépôts effectués par leurs clients pour accorder des _ _ _ _ _ _ _ _ aux entreprises.

 

III.       Lorsqu'une institution financière accorde un _ _ _  à un organisme public, à une personne ou à une entreprise, elle met immédiatement à la disposition de l'emprunteur de la _ _ _ _ _ _ _  pour une durée qui peut varier de quelques mois à plusieurs années.  Celui qui bénéficie du _ _ _ _ _ _  et que l'on appelle _ _ _ _ _ _ promet à l'institution financière qui est son _ _ _ _ _ _ _ _ de lui rendre l'argent emprunté augmenté d'une certaine somme qui représente l'i_ _ _ _ _ _ dû : c'est le prix du _ _ _ _ _ _ _ _ obtenu, la rémunération du _ _ _ _ _ _ _ _ rendu par l'organisme prêteur.

 

IV.       Tous les organismes qui reçoivent des dépôts à _ _ _ _ _ _ peuvent octroyer des crédits.  En effet, bien que les déposants à _ _ _  aient le droit de retirer leur argent quand ils le veulent, tous ne le _ _ _ _ _ _ _ _ pas en même _ _ _ _ _ _   Bien plus, habituellement, les _ _ _ _ _ _ _ nouveaux compensent largement les _ _ _ _ _ _   Les banques vont même beaucoup plus loin, elles prêtent régulièrement plus qu'elles ne possèdent en dépôt et multiplient ainsi la monnaie s_ _ _ _ _ _ _ _ _

 

V.         Soit une banque : la DEXIA.  Cette banque reçoit des dépôts d'une multitude d'entreprises et de particuliers.  Supposons que l'ensemble de ces dépôts représente 10 milliards BEF qu'elle s'engage à payer à vue.

 

Engagement de payer à vue                                                                            Avoir de la banque en billets

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ BEF                                                                                 _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ BEF.

 

Imaginons qu'elle place ces milliards BEF en billets dans cinq coffres-forts, chaque coffre contenant 2 milliards de francs.

 

Généralement, il y a chaque jour autant de _ _ _ _ _ _ _ nouveaux que de _ _ _ _ _ _ _ _   Toutefois, en fin de mois, les retraits sont _ _ _ _ _ _ importants que les dépôts, car les entreprises _ _ _ _ _ _ _ _ l'argent nécessaire à la paie.  Ces _ _ _ _ _ _ _ _ excédentaires ne représentent jamais plus de 20 % des dépôts, soit dans ce cas : _ _ _ _ _ _ _ BEF.  Dans les jours qui suivent, l'argent passe des mains des salariés aux mains des commerçants, puis des entreprises industrielles et, au bout d'un certain temps, les dépôts retrouvent leur niveau habituel.

 

Pour l'instant, de combien de coffres doit se servir le banquier pour faire face aux demandes de monnaie qu'on lui adresse ? _ _ _ _ _   Les autres resteront continuellement fermés.

 

VI.       Se fiant à l'expérience, le banquier ne laisse pas stérile l'argent que l'on a déposé chez lui.  Il s'efforce de le faire _ _ _ _ _ _ _ _ en faisant des _ _ _ _ _ _ _ et de réaliser ainsi des _ _ _ _ _ _ _   À la base de son comportement, il y a la constatation suivante : l'expérience montre que les retraits ne sont jamais supérieurs à un certain pourcentage des dépôts.  Dans notre hypothèse, ce pourcentage est de _ _ _ %.  Donc, pour financer dix milliards de paiement à payer à vue, il suffit de posséder _ _ _ _ _ _ _ _ _  BEF en billets de banque.

 

Si cette proportion de _ _ _ % est vérifiée, quelle somme d'argent le banquier doit-il conserver pour financer 20 milliards BEF d'engagement à payer à vue (1 dû aux dépôts à vue et 1 de crédits accordés) ? _ _ _ _ _ _ _ _ _BEF.

 

Dans ce cas, combien de coffres-forts remplis de billets de banque resteront-ils clos ? _ _ _ _ _ _

 

La situation ne deviendra dangereuse pour la banque que lorsqu'elle sera obligée de se servir de l'argent déposé dans le _ _ _ _ _ coffre-fort, autrement dit, lorsqu'elle aura accordé _ _ _ _ _ _ _ BEF de crédit.

 

VII.     Dans ce dernier cas, les comptes de la banque s'établissent ainsi :

Avoir

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _BEF en billets

                                                    _ _ _ _ _ _ BEF en rembour-

                                                                      sement des dépôts

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _BEF en reconnais-

sance de dette de la part de ses débiteurs..

                                                       _ _ _ _ _ _ _ BEF de crédit

 

Engagements à payer à vue

 

 _ _ _ _ _ _ BEF en remboursement des dépôts

 

 

_ _ _ _ _ _ _ BEF de crédit

 

 

 

La monnaie scripturale créée par la banque est _ _ _ _ _ _ _ fois supérieure à la monnaie fiduciaire initialement déposée.

 

VIII.   Toutefois, pour réaliser cette opération, il faut supposer que l'argent qui est prêté par la banque n'a pas tendance à être _ _ _ _ _ vite retiré que l'argent qui y est _ _ _ _ _ _ _   Cela peut paraître étrange, car lorsque quelqu'un demande un crédit c'est en principe pour s'en servir.

 

Pour comprendre pourquoi cela est possible, essayons de répondre aux questions suivantes :

 

1= que se passe-t-il si M. Brun, qui a obtenu un crédit de la DEXIA, paie M. Fenouillard qui a un compte à la DEXIA ?

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

2= que se passe-t-il dans le cas où le même M. Brun paie M. Tournesol qui lui a un compte à la B.N.P. (Banque Nationale de Paris, jamais vu à Roland Garos ? ), tandis que M. Martin qui a obtenu un crédit identique à la B.N.P. paie M. Dubois qui à la DEXIA ?

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

IX.       Ainsi, grâce à la possibilité de créer de la monnaie scripturale, les banquiers peuvent _ _ _ _ _ _  la masse monétaire aux besoins de l'é_ _ _ _ _ _   Certes, elles courent un risque, mais, si elles sont gênées et que leurs engagements à payer à v_ _ _  sont trop élevés par rapport à leurs _ _ _ _ _ _ _ en b_ _ _ _ _ de b_ _ _ _ _ _, elles peuvent s'adresser à la B_ _ _ _ _ N_ _ _ _ _ _ _ _ qui émet les b_ _ _ _ _ _ de b_ _ _ _ _ _ _ et peut donc leur en prêter.  Ce recours à la B_ _ _ _ _ _ _  N_ _ _ _ _ _ _ doit remplir certaines conditions que nous verrons plus loin lors de l'analyse de la politique du crédit.

 

Lorsqu'une banque manque de monnaie fiduciaire, d'avoirs liquides, c'est-à-dire immédiatement _ _ _ _ _ _ _ _, on dit qu'elle manque de liquidités.  Elles peuvent aussi s'adresser à d'autres b_ _ _ _ _, celles ayant de la monnaie fiduciaire en _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

i)        sécurité                                     disposer                         vue                                

ii)        intérêt                                       impasse                         impasse                         prêts                    

iii)·      prêt                       monnaie                        prêt                                 débiteur (emprunteur)           créancier (prêteur)                           intérêt                             prêt ou crédit                          service

iv)·      vue                        vue                                 retirent                           même temps                           dépôts                            retraits                            scripturale

v)        engagement de payer à vue 10 000 000 000 Bef                       avoir de la banque en billets  : 10 000 000 000 bef                        dépôts                            retraits                            plus                              retirent                           retraits                            2 000 000 000 Bef                un seul coffre

vi)·      fructifier                                   prêts                               bénéfices                       20 %                     2 000 000 000 bef                           20 %                               4 000 000 000 Bef                3 coffres resteront clos                                       dernier                  50 000 000 000 Bef                       

vii)      avoirs  : 10 M bef en billets et 40 M bef en reconnaissance de dette                              engagement à payer à vue                           10 M bef en remboursement de dépôts  et 40 M bef de crédit                            cinq

viii)    plus vite                                   déposé                          
M. Brun émet un chèque au bénéfice de M. Fenoullard.  La banque retire du compte de M. Brun le montant du chèque pour l'inscrire au compte de M Fenoullard.  Comme ces deux comptes sont à la DEXIA, le montant des avoirs de cette banque n'a pas varié.                             
Dans le cas où M Brun paie par chèque M Tournesol qui a son compte à la BNP, la DEXIA doit verser cette somme à la BNP.  Mais comme il se passe le phénomène inverse entre les comptes de MM. Martin et Dubois, le montant des dépôts n'a varié dans aucune des deux banques.

ix)·      adapter                                    économie                      vue                                 avoirs                   billets de banque                              Banque Nationale                           billets de banque                        Banque Nationale                           utilisables ou disponibles                          banques                         excédent (trop)

 

relais

 

L'épargne et les liquidités déposées dans les institutions financières permettent à celles-ci d'accorder des crédits.

Les Caisses d Épargne transfèrent les fonds qu'elles reçoivent à un organisme central : la Caisse des Dépôts et Consignations qui prête la plus grande partie de l'argent déposé dans ses caisses soit à l État pour financer son impasse, soit même à d'autres entreprises.

Les fonds des C.C.P.  sont transférés au Trésor qui gère le budget de l État et peuvent éventuellement servir à financer son impasse.

Les dépôts à vue dans les banques servent à fournir des crédits aux entreprises industrielles.

Ces institutions financières peuvent agir ainsi car tous les déposants ne retirent pas en même temps leurs dépôts et généralement les nouveaux dépôts compensent les sorties.  Les banques vont même plus loin : grâce aux dépôts à vue qu'elles reçoivent, elles créent une quantité de monnaie scripturale qui peut être très supérieure aux dépôts de monnaie fiduciaire qu'elles possèdent.  Par ailleurs, lorsqu'un crédit accordé dans une banque est utilisé au profit d'un compte situé dans une autre banque, il y a de fortes chances pour que la banque qui profite du virement ait aussi à en faire un au profit de la première banque.  Il a alors compensation entre banques Ainsi, les crédits accordes par une banque fondent les crédits accordes par une autre et vice versa.

 

Toutefois, la situation n'est pas sans danger.  Les banques peuvent être tentées de prêter trop d'argent et ainsi ne pas posséder suffisamment de billets pour faire face à leurs engagements.  Elles peuvent alors s'adresser à la Banque de France (institut d'émission) qui, seule, a le droit d'émettre des billets de banque.  Si certaines conditions sont remplies, la Banque de France peut leur consentir une avance.  Elles peuvent aussi s'adresser aux banques ayant des liquidités excédentaires.

 

test de progression

 

 

Supposons qu'une banque, la B.N.P., reçoive en dépôt 5 millions de BEF des ménages et 10 millions des entreprises.  Elle sait qu'actuellement les retraits ne dépassent jamais 25 % de ses engagements de payer à vue.

 

1 Quel est le montant maximum de ses engagements de payer à vue ?

 

2 Quelle est la quantité maximale de crédit qu'elle peut accorder aux entreprises ? _ _ _ _ _ BEF

 

3 Supposons que, par suite d'un besoin extraordinaire de billets de banque, les demandes à ses guichets atteignent le 24 décembre 18 millions.  Où cette banque va-t-elle s'adresser et quel sera le montant de l'avance en billets de banque qu'elle va demander ?

 

Elle s'adressera à la _ _ _ _ _ _ _ _ _ ou à _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   Elle demandera une avance en billets de banque de _ _ _ _ _ _ _ BEF.

 

4 Résumez toutes ces opérations par des flèches de grosseur proportionnelle aux divers flux.

 

$$$$correction                  

 

 

 

 

IV.    comment financer le crédit à court terme ?

 

I.           Les banques peuvent utiliser leur possibilité de créer de la monnaie pour accorder des crédits à court terme, c'est-à-dire des prêts qui seront _ _ _ _ _ _ _ _ _ remboursés ; ces prêts peuvent être accordés pour un seul _ _ _ _ _ _ _ et au maximum pour 18 mois.

 

II.         Partons d'une situation simplifiée.  Supposons une entreprise qui a fonctionné pendant tout le mois et fabriqué 10 millions de francs de produits qu'elle vend sur le marché des biens de production.  À la fin du mois, elle a besoin de 10 millions pour payer ses salariés.  Supposons que ces 10 millions se transforment intégralement en dépenses des ménages, d'autres entreprises fournissant 10 millions de biens sur le marché des biens de consommation.  Établissez le schéma de ces divers flux.

 

$$$$

 

Que constatez-vous ?

 

 

Supposons qu'elle n'ait pas d'argent pour payer ses salariés, car ses clients ne l'ont pas encore réglée.  Que deviendra le schéma ?

 

$$$$

 

Que constatez-vous ? _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

III.       Si à ce moment, une banque lui accorde un crédit de 10 millions pour payer ses salariés, que devient le schéma ? (faire le schéma ci-contre).

Que constatez-vous ?

 

IV.       La création de monnaie _ _ _ _ _ _ _ _ par la banque qui a accordé le crédit à l'entreprise a donc finalement permis d'équilibrer la _ _ _ _ _ _ _ et l'_ _ _ _ _ _ _ _ sur le marché des biens de consommation.  Le crédit accordé sera remboursable rapidement, dans le cas présent trois mois : c'est un crédit à c_ _ _ _ _ _ _  t_ _ _ _ _ _   Lorsque les clients de l'entreprise régleront leurs dettes, celle-ci remboursera la banque et cette dernière retrouvera ses disponibilités.

 

V.         Il existe d'autres cas de crédits à c_ _ _ _ _ _   t_ _ _ _ _ _   Pour acheter un stock de sucre, un épicier demande un _ _ _ _ _ _ _ _ remboursable dans les trois mois qui suivent ; ou encore une usine de jouets, qui fabrique des jouets toute l'_ _ _ _ _ _ et ne les vend que les _ _ _ _ _ _mois de l'année, demande un crédit d'un an pour payer chaque mois ses _ _ _ _ _ _ _ et ses fournisseurs.

 

Autrement dit, il s'agit de crédits accordés pour faciliter le _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ de l'entreprise.

 

VI.       Généralement, dans le cas du crédit à court terme, des produits ont été _ _ _ _ _ _ et vont être _ _ _ _ _ _ sur le marché.  Si l'entreprise n'obtient pas de crédits, face à une augmentation de la p_ _ _ _ _  o_ _ _ _ _ _ _ sur le marché, il n'y aura pas suffisamment de demande de biens de c_ _ _ _ _ _ et l'on constatera une _ _ _ _ _ _ _ _ _   Lorsqu'une entreprise a besoin d'un crédit à c_ _ _ _ _  t_ _ _ _, c'est donc généralement le signe qu'il manque de la _ _ _ _ _ _ _ _ _ dans le circuit économique et la banque, en créant de la m_ _ _ _ _ _ pour accorder ce crédit, pallie cette insuffisance.

 

On peut donc sans danger _ _ _ _ _ _ le crédit à court terme par la _ _ _ _ _ _ _ de monnaie _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

VII.     Toutefois, il ne faut pas qu'en accordant un crédit, la banque dépasse ses possibilités de création de _ _ _ _ _ _ _ _   S'il manque à la banque des _ _ _ _ _ _ _ _ pour accorder des crédits de ce type, nécessaires à la bonne marche de l'économie, que doit faire la Banque Nationale ?

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

VIII.   Toutefois, dans certains cas, la création de monnaie pour le financement d'un crédit à court terme peut être abusive.  Par exemple : une entreprise veut stocker de l'acier, car elle craint que son prix n'augmente.  Si elle craint que le prix de l'acier n'augmente, c'est que la demande d'acier risque d'être _ _ _ _ _ _ à l'acier o_ _ _ _ _ sur le marché.  Dans ce cas, si l'entreprise obtient un crédit, la _ _ _ _ _ _ _ d'acier deviendra encore plus _ _ _ _ _ _ _ et le risque de _ _ _ _ _ _ _  du prix de l'acier _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Que doit faire la Banque Nationale devant une telle situation ?

 

Réduire les possibilités d'a_ _ _ _ _ _ _ _ qu'elle accorde à la banque, ce qui amènera celle-ci à _ _ _ _ _ _ _ _ le crédit qu'elle accorde aux _ _ _ _ _ _ _ _ afin d'éviter de déséquilibrer le _ _ _ _ _

 

 

i)        rapidement                              jour                                 18 mois

ii)        Dans ce premier cas, l'équilibre du circuit est réalisé : en effet, une production de 10 M est offerte sur le marché, ce qui correspond exactement au revenu distribué                      (2)  $$$$
(3) La production de 10 M de biens de consommation est offerte, mais, comme aucun revenu n'a été distribué, la production reste invendue : il y a déséquilibre du circuit économique.                                                     (4) $$$$

iii)·      Le crédit accordé par la banque permet à l'entreprise de payer immédiatement ses salariés.  Les revenus sont donc distribués et la production pourra être achetée sur le marché.  En ajustant la masse monétaire aux besoins de l'économie, la banque a permis de réaliser cet équilibre.

iv)·      scripturale                                demande                      offre                              court terme

v)        court terme                              prêt                                année                            derniers (pensons à St. Nicolas et Père Noël)                                   salariés                          fonctionnement

vi)·      fabriqués                                 vendus                          production offerte      consommation          mévente                       court terme                                                         monnaie              monnaie scripturale   financer    création                        scripturale

vii)      monnaie scripturale               liquidités                       la BN doit offrir aux banques, sous forme d'avances, les liquidités qui leur manquent

viii)    supérieure            offert         demande  importante                                       hausse       s'accroîtra ou augmentera   avance      réduire       entreprises                                        marché

 

 

relais

 

Il existe plusieurs types de crédits.

Tout d'abord, pour son fonctionnement normal, alors que la production a déjà été réalisée, une entreprise peut avoir besoin de monnaie pendant un court laps de temps.  Dans ce but, elle demande un crédit à court terme (de 1 jour a 18 mois).

On peut, sans courir trop de risques, financer le crédit à court terme par la création de monnaie scripturale, car un tel crédit est rapidement remboursé et sert au fonctionnement de l'entreprise.  Cette création de monnaie permettra même d'éviter une mévente sur le marché des biens de production.  La Banque Nationale, en accordant ou en refusant des avances aux banques, contrôle leur action et la création de monnaie qu'elles sont amenées faire en vue de répondre aux besoins de l'économie.

 

 

test de progression

 

Dans quel cas et à quelles conditions, peut-on utiliser le crédit à court terme ?

 

$$$$correction

 

 

 

 

V.    comment financer le crédit à long terme  ?

 

I.           Supposons maintenant qu'Intercom veuille moderniser une de ses centrales thermiques, donc qu'elle ait besoin d'argent pour sa croissance.  Elle achète de nouvelles machines pour 10 millions sur le marché des biens de production, grâce à un crédit de 10 millions accordé par les institutions financières qui procèdent à une création de monnaie scripturale de 10 millions.  Les entreprises qui fabriquent ces centrales paient des salaires à leurs ouvriers, distribuent des dividendes, etc.  Finalement, les commandes d'Intercom se traduiront par un supplément de revenus de 10 millions, qui se transforme en un flux de demandes supplémentaires de biens de consommation de 10 millions.  Supposons, en outre, que les entreprises ne puissent pas produire plus de biens de consommation.

 

Tracez le schéma de ces diverses opérations :

 

$$$$

 

Que constatez-vous ?

 

II.         Cette situation est d'autant plus grave que lorsqu'on investit, avant que cet investissement aboutisse à un accroissement des _ _ _ _ _ _ _ sur le marché des _ _ _ _ _ _ de _ _ _ _ _ _ , il faut du temps, surtout lorsque cet investissement est réalisé non dans les industries de consommation, mais dans des _ _ _ _ _ _ _ _ de base.  Les crédits pour la croissance sont accordés pour une période relativement _ _ _ _ _ _, de sept à vingt ans, parfois trente ans et plus.  On parle à ce propos de crédit à _ _ _ _ _ _ _ _   Certains crédits à la croissance ont une durée moindre, de _ _ _ _ _ _ mois à _ _ _ _ _ ans.  On parle à ce propos de crédit à _ _ _ _ _ _ terme.

 

III.       Supposons maintenant que les banques, au lieu de financer ce crédit grâce à une création de monnaie, le financent en faisant appel à l'_ _ _ _ _ _ des ménages (émission d'un emprunt Intercom par exemple).  Que devient le schéma ?

 

$$$$

 

Que constatez-vous ?

 

 

IV.       En d'autres termes, lorsque les entreprises ne peuvent pas produire plus de biens à offrir sur le marché des biens de consommation (cas où leur _ _ _ _ _ _ de p_ _ _ _ _ _ _ _  est pleinement utilisée), il convient de financer le crédit d'équipement demandé par une entreprise par une _ _ _ _ _ _ _ _ (qui correspond à une _ _ _ _ _ _ _ de _ _ _ _ _ _) et non en ayant recours à une création de monnaie.

 

V.         Supposons maintenant que la banque fasse appel à la création de monnaie mais que, parallèlement, on constate une thésaurisation de 10 millions (mise de côté de l'argent dans des cagnottes, chaussettes, tirelires, coffres-forts, etc.)

 

Établissez les flux.

 

$$$$

 

Que constatez-vous ?

 

 

Lorsqu'il y a pleine utilisation de la capacité de production, il n'est pas nécessaire d'_ _ _ _ _ _ _ _ pour financer directement l'investissement.  Il faut et il suffit qu'à la création de monnaie corresponde un retrait de monnaie de la circulation grâce à une _ _ _ _ _ _ _ _, notamment à une épargne t_ _ _ _ _ _ _ _

 

 

VI.       Supposons maintenant que l'on ait financé le crédit destiné à l'investissement par une création de monnaie, qu'aucune épargne ne soit formée et que la capacité de production des biens de consommation soit pleinement utilisée.  Que va-t-il se passer sur le marché des biens de consommation ? Les _ _ _ _ _ _ _ vont augmenter.

 

Si les _ _ _ _ _ _  montent, les consommateurs vont devoir _ _ _ _ _ _ leur consommation.  Il y aura bien finalement une _ _ _ _ _ _ _ _ mais elle sera _ _ _ _ _ _ et non volontaire.

 

VII.     Supposons que l'on ait recours à la création monétaire pour financer l'investissement, alors qu'il existe une capacité de production inutilisée de 10 millions dans les entreprises qui produisent des produits de consommation.  Que devient le schéma ? (compléter le schéma).

 

$$$$

 

Que constatez-vous ?

 

VIII.   Lorsqu'il existe une _ _ _ _ _ _ de _ _ _ _ _ _ _ _ _ inutilisée, on peut financer le crédit à _ _ _ _ _ _ ou à _ _ _ _ _ _ _ terme par une création de monnaie.

 

IX.       Mais, tandis qu'une avance en fin de mois, un crédit de campagne ou un autre type de crédit à court terme sont remboursés rapidement, lorsqu'une entreprise emprunte pour s'équiper, elle ne peut pas rembourser rapidement le crédit accordé.  Amortir une machine demande du _ _ _ _ _   Les crédits destinés à l'investissement sont des crédits à _ _ _ _ _ _ terme (7 ans à 20 ou 30 ans et parfois plus) ou à _ _ _ _ _ _ terme (18 mois à 7 ans).  Financer du crédit à _ _ _ _ _ _ terme ou à _ _ _ _ _ _ terme par une création de monnaie scripturale n'est pas sans _ _ _ _ _ _ pour une banque.

 

Pour créer de la monnaie scripturale, la banque utilise de la monnaie _ _ _ _ _ _ qu'elle s'est engagée à rembourser à _ _ _ _ _ _   Si elle prête à _ _ _ terme ou à _ _ _ _ _ _ terme, elle risque de se mettre dans une situation _ _ _ _ _ _ _ _

 

L'opération est possible, mais que doit faire dans ce cas la Banque Nationale ?

 

 

i)        $$$$

Le circuit est déséquilibré, car il manque une production de 10 M de biens de consommation pour faire face aux 10 M de revenus supplémentaires : la modernisation de la centrale thermique n'a à court terme aucun effet sur la production de biens de consommation.

ii)        biens offerts                            biens de consommation                                     industries             longue                            long terme                     18                                   7                            moyen

iii)·      $$$$
épargne
Dans le cas où les banques, pour financer Intercom, font appel à l'épargne des ménages, le circuit n'est pas déséquilibré, car l'effet néfaste des revenus supplémentaires sur le marché des biens de consommation est annulé par cette épargne qui équivaut à une abstention de consommation équivalente.

iv)·      capacité                                   production                                        épargne                          abstention                                      consommation

v)        $$$$$

Dans le cas de la thésaurisation, le circuit est équilibré, car la thésaurisation correspond aussi à une abstention de consommation équivalente.                                            épargner                        thésaurisation                                   thésaurisée

vi)·      prix                       prix                                 réduire                            épargne                          forcée

vii)      Lorsqu'une partie de la capacité de production reste inutilisée, on peut sans danger avoir recours à la création monétaire pour financer l'investissement.  En effet, à l'accroissement de la demande de biens de consommation, conséquence de la distribution des revenus, peut correspondre un accroissement rapide de biens et services offerts sur ce marché.

viii)    capacité de production                             moyen                           long

ix)·      temps                                       long                                moyen                           long                      moyen                           danger                            fiduciaire                       vue                       moyen                           long                                délicate ou critique                          La B.N. doit contrôler avec beaucoup de sévérité le financement des crédits à moyen et à long terme par des dépôts à vue pour que les banques soient toujours en mesure de faire face aux retraits bien qu'une partie de leurs dépôts soit immobilisée par des crédits à long terme

 

relais

 

La vie d'une entreprise ne consiste pas seulement à continuer à fonctionner, il lui faut aussi croître.  Si ses réserves ne lui suffisent pas pour acheter les équipements nouveaux dont elle a besoin et si elle ne peut pas émettre de nouvelles actions, elle doit emprunter soit à moyen terme (de 18 mois à 7 ans), soit à long terme (au-delà de 7 ans).

 

Le financement du crédit à moyen ou à long terme est délicat.  S'il n'existe pas de capacité de production inutilisée dans les industries de consommation, on risque de provoquer dans l'économie un grave déséquilibre.  En effet, les achats sur le marché des biens de production se transforment en revenus des ménages puis en dépenses sur le marché des biens de consommation ou l'offre ne peut pas être accrue.  Dans ce cas, il faut financer le crédit à l'investissement par de l'épargne ou n'utiliser la création de monnaie que si, par ailleurs, disparaît une partie de la monnaie en circulation (thésaurisation).

 

Par contre, s'il existe une capacité de production inutilisée dans les industries de biens de consommation, on peut admettre le financement de l'investissement par une création de monnaie.  Dans ce but, la Banque Nationale aide les banques à couvrir le risque du financement du crédit à long terme fondé sur des dépôts à vue.

 

Cette situation avait abouti autrefois à spécialiser les banques.  On distinguait d'une part les banques commerciales ou banques de dépôt (DEXIA, B.N.P., Société Générale, etc.), qui ne distribuaient que des crédits à court terme et, d'autre part, les banques d'affaires (Banque de Paris et des Pays-Bas, Banque Rotschild, Banque d'Indochine, etc.), spécialisées dans le crédit à long terme.

 

Aujourd'hui, cette distinction tend à s'estomper, car, les Belges déposant leur épargne surtout dans des comptes à vue, il faut organiser un financement des investissements fondé sur ce type de dépôts à vue.  D'ailleurs, depuis de nombreuses années, le moyen terme est financé en très grande partie par des méthodes analogues à celles employées dans le financement du crédit à court terme.

 

 

test de progression

 

Si un particulier ou une entreprise a trop de monnaie, il la _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ dans une institution financière.  S'il n'en a pas assez, il _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ce qu'il a déposé, et éventuellement, en _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ aux institutions financières.

 

Si l'on examine l'ensemble de l'économie, les institutions financières font varier la _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ de la _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ en circulation, grâce au crédit et adaptent la m_ _ _ _ _ _ m_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ aux besoins de l'_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

En d'autres termes, elles sont chargées de maintenir l'équilibre entre les besoins et les disponibilités de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Correction

dépose                                               retire                                                   emprunte

masse de la monnaie                      masse monétaire

économie                      monnaie

 

 

 

 

VI.   quelle est la valeur de la monnaie ?

 

I.           Nous avons vu qu'il existait divers types de monnaie : la monnaie _ _ _ _ _ _ _ _ _ , la monnaie _ _ _ _ _ _ _ _ et la monnaie _ _ _ _ _ _ _ _ _  La somme de toutes les monnaies en circulation dans un pays forme la _ _ _ _ _ _ _ _ _   _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ permettant d'acheter les biens offerts sur le marché.

 

II.         Cette _ _ _ _ _ _ _ _   _ _ _ _ _ _ _ _ représente en quelque sorte les _ _ _ _ _ _ _ _ _ de paiement mis à la disposition de ceux qui ont à faire des _ _ _ _ _ _ _ _

 

=  Si cette _ _ _ _ _ _   _ _ _ _ _ _ _ _ _  est insuffisante, certains _ _ _ _ _ _ _ ne pourront pas être effectués.  Des biens offerts sur le marché demeureront _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   Que se passe-t-il si des biens se vendent mal ?

 

On en produit _ _ _ _ _ et pour tenter d'écouler ceux qui sont déjà produits et restent en _ _ _ _ _ _, on baisse les _ _ _ _ _

 

=  Si cette masse _ _ _ _ _ _ _ _ est trop importante, les dépenses sur le marché seront _ _ _ _ _ _ _ _ _ à la valeur des biens offerts.  Que se passe-t-il si plusieurs personnes désirent acheter le même bien ?

 

Celui qui le vend _ _ _ _ _ _ le prix pour profiter de la demande excédentaire.

 

III.       Lorsque les _ _ _ _  baissent, avec une même quantité de monnaie, on peut acheter _ _ _  de biens.  Lorsque les _ _ _ _ _ _ _ montent, avec une même quantité de monnaie, on peut acheter _ _ _ _ de biens.  Lorsqu'il y a égalité entre l'offre et la demande, les prix demeurent _ _ _ _ _ _ _

 

IV.       La valeur de la monnaie varie donc en fonction de ce qu'elle permet d'_ _ _ _ _ _ _ sur les _ _ _ _ _ _   La nature de la monnaie importe peu.  Que la monnaie soit en papier, en or, en bronze ou même qu'elle ne soit représentée que par un simple nombre inscrit sur le livre de compte d'une banque, sa valeur est toujours fondée sur la _ _ _ _ _ _ _ _

 

V.         Si vous croyez que la valeur d'un billet de banque que vous possédez repose sur l'or déposé à la Banque Nationale, posez-vous ces deux questions : si je suis perdu dans le Sahara avec une valise d'or, que vaut cet or ? _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ; si je suis perdu dans le Sahara avec une valise de billets de banque, que valent ces billets ?_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Une monnaie n'a de valeur que si elle _ _ _ _ _ _ d'acheter quelque chose.

 

VI.       Toutefois, n'importe quel billet de banque ou un autre type de monnaie ne permet pas d'acheter des biens en Belgique.  Par exemple : peut-on acheter en Belgique un paquet de cigarettes grâce à un dinar algérien ou un mark allemand ? Oui / Non.  Pourquoi ? _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

En d'autres termes, il faut qu'un acte de l'État oblige les habitants du pays à reconnaître la valeur d'une monnaie.  En Belgique, le franc belge est reconnu comme le signe d'un _ _ _ _ _ _ _ _ à obtenir une part des biens offerts sur le territoire national.

 

VII.     Pour comparer la valeur des différentes monnaies nationales (le sterling, le mark, la lire, le dollar, etc.) et pour régler les échanges entre pays, on se servait de l'_ _ _   Voilà pourquoi la B_ _ _ _ _ _ N_ _ _ _ _ _ _, comme de nombreux autres instituts d'émission, a accumulé de l'_ _ _ _ dans ses coffres et qu'elle en fait des réserves.  Ce rôle de l'_ _ _ tient à l'histoire des monnaies.  Autrefois, les monnaies nationales étaient en _ _ _ et elles circulaient aussi bien à l'i_ _ _ _ _ _ d'une économie qu'entre les économies pour régler les échanges _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Aujourd'hui, l'or ne circule plus à l'i_ _ _ _ _ _ _ des économies nationales, mais il sert encore aux échanges avec les pays _ _ _ _ _ _ _   Toutefois, même en ce domaine, comme il est fort peu pratique de régler les échanges en _ _ _ _, on lui substitue souvent la monnaie de l'économie nationale jadis la plus puissante (le _ _ _ _ _ américain) ou d'autres monnaies d'économies développées, telles le _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ allemand (DEM) ou la _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ anglaise (GBP) ou _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Aussi, les réserves des instituts d'émission contiennent-elles, à côté de l'_ _ _ _, certaines monnaies _ _ _ _ _ _ _ que l'on nomme aussi des d_ _ _ _ _ _ [1]

 

VIII.   Cependant, pour qu'une monnaie joue son rôle, il ne suffit pas que l'ensemble des habitants de ce pays l'ait _ _ _ _ _ _ _ ou encore qu'il y ait suffisamment de _ _ _ _ _ _ offerts sur le marché.  Il faut aussi que les habitants du pays où cette monnaie a _ _ _ _ _ _ croient en sa _ _ _ _ _ _ _ _ et qu'ils aient _ _ _ _ _ _ _ en elle.

 

1.  En effet, que faites-vous si vous perdez confiance dans la monnaie que vous possédez ?

 

2.  Que fait celui qui la reçoit ?

 

Ainsi, la monnaie change de mains de _ _ _  en _ _ _  rapidement..  Sa v_ _ _ _ _  de circulation augmente.  L'épargne thésaurisée est à son tour _ _ _ _ _ _ _ _ en circulation.  De _ _ _  en _ _ _  de monnaie est dépensée sur les _ _ _ _ _ _ _ ; l'augmentation de la _ _ _ _ _ _ _ provoque une _ _ _ _ _ _ _ des prix :  la valeur de la monnaie _ _ _ _ _ _ _ _ _   La _ _ _ _ _ _ _ _ _ constitue donc un élément important de la valeur de la monnaie.

 

IX.       Il est évidemment difficile de faire en sorte que la masse monétaire soit suffisante sans être excessive et que les détenteurs de monnaie gardent _ _ _ _ _ _ _ _ en elle.  Aussi, faut-il contrôler strictement la création de _ _ _ _ _ _ _   En Belgique, ce contrôle est réalisé par la B_ _ _ _ _ _ N_ _ _ _ _ _ _ _ qui a le monopole de l'_ _ _ _ _ _ des _ _ _ _ _ _ _ _ de banque et gouverne aussi la _ _ _ _ _ _ _ par les banques de la monnaie _ _ _ _ _ _ _ _ _, grâce aux _ _ _ _ _ _ _ _ qu'elle est en mesure de leur procurer sous certaines conditions.

 

La monnaie divisionnaire est émise par le _ _ _ _ _ _ _ en fonction des demandes de ce type de monnaie faites par la B_ _ _ _ _ _  N_ _ _ _ _ _   De toute façon, la monnaie divisionnaire ne représente qu'un très _ _ _ _ _ _ pourcentage de la masse monétaire.

 

 

i)        divisionnaire                           fiduciaire                       scripturale                     masse monétaire

ii)        masse monétaire                                        moyens                          achats                  masse monétaire                             achats                            invendus              moins                             stocks                             prix                                 masse monétaire                      supérieures                                        hausse ou augmente

iii)·      prix                       plus                                 prix                                 moins                             stables

iv)·      acheter                                     marchés                         production

v)        Rien : puisque par hypothèse vous êtes seul.  Vous ne pouvez donc rien acheter.                 Rien : avec une valise de billets de banque, la situation est la même.                            permet

vi)·      Non                       Le franc est la seule monnaie reconnue et acceptée dans notre pays (jusqu'en 2002, date à laquelle disparaîtraient les diverses monnaies nationales de l'U.E.)                              droit                                belge

vii)      or                           Banque Nationale                           or                                    or                          or                                    intérieur                                             internationaux                       intérieur                         étrangers                        or                                    dollar                    mark          livre sterling (pound)                       or                                    étrangères            devises

viii)    admise (ou acceptée)                                biens                               cours                              valeur                        confiance                      (1) $$$$                         (2) $$$$                         de plus en plus                             vitesse                            remise                            de plus en plus                              marchés                         demande                       hausse                            diminue                                       confiance

ix)·      confiance                                monnaie                        Banque Nationale                 l'émission de billets de banque                          création                         scripturale           prêt                                 Trésor                             Banque Nationale                           faible

 

 

relais

 

 

La valeur d'une monnaie dépend en premier lieu d'un acte de l État qui oblige les habitants d'un pays à reconnaître sa valeur comme le droit à obtenir une part des biens offerts sur le territoire de ce pays.

Toutefois, cela est insuffisant.  Il faut aussi que les habitants du pays oc cette monnaie a cours aient confiance en elle.  Il faut qu'ils croient qu'avec celle ci ils pourront effectivement acheter les biens qu'ils désirent.  Dans le cas contraire, ils sont tentés de dépenser plus vite la monnaie qu'ils détiennent, ce qui entraîner un accroissement rapide de la demande et dans l'hypothèse où la production ne peut pas répondre à cet accroissement les prix montent et la monnaie perd sa valeur.  Là se situe le fondement essentiel de la valeur de la monnaie : la production offerte sur les marchés.  En effet, que vaut une monnaie si l'on ne peut pas obtenir de biens en échange de celle-ci ?

 

En définitive, la valeur d'une monnaie est liée à la capacité de production d'une économie, laquelle dépend à son tour de la force de travail et des connaissances techniques des travailleurs, de l'organisation de la société en vue de la production, des capitaux fixes et des ressources naturelles dont dispose cette économie.

Pour maintenir la masse monétaire à un niveau suffisant mais non excessif et conserver la confiance des détenteurs de monnaie, l'institut d'émission (en Belgique, la Banque Nationale ; en France, la Banque de France ; en Allemagne, la BundesBank [=BuBa]) doit constamment contrôler la création de la monnaie en fonction de l'augmentation de la production e non du stock d'or qu'il détient.  Ces stocks ne fondent pas la valeur de la monnaie.  Ils permettent seulement de régler les échanges internationaux et de pouvoir comparer entre elles les valeurs respectives des différentes monnaies nationales.  L'utilisation de l'or date des temps anciens où les monnaies nationales étaient en or.  Comme son utilisation, même au niveau des échanges internationaux, est apparue délicate, on tend à lui substituer les monnaies nationales de pays économiquement puissants telles que le dollar des États-Unis, la livre sterling, le mark ou le franc.  Les monnaies qui servent à régler les échanges internationaux sont appelées devises.

 

test de progression

 

 

Est-il bon que la valeur d'une monnaie augmente ?

_ _ _ _ _ _, car l'augmentation de la valeur d'une monnaie signifie que les prix _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ : il y a _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   Dans ce cas, les entreprises devront _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ leur production.  Si elles produisent _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _, elles devront réduire leurs effectifs de travailleurs, le _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ apparaîtra et l'économie connaîtra un processus de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Correction

Non                                                    baisse                             mévente                                            réduire

moins                             chômage

récession

 

 

N O T I O N S    A C Q U I S E S

assurance-vie
Banque Nationale
caisse d'épargne
capacité de production
CCP ou OCP
chèque
compte en banque
création de monnaie
crédit
crédit à court terme
crédit à long terme
dépôt à vue
devises
épargne
épargne forcée
étalon
fonds disponibles
institutions financières
masse monétaire
monnaie divisionnaire
monnaie fiduciaire
monnaie magnétique/plastique
monnaie scripturale
réserves
rôle de la monnaie
rôle de l'or
thésaurisation
valeur de la monnaie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Introduction, objectifs et mots-clefs

 

 

Épargne et patrimoine complètent d'une part, l'étude des revenus et, d'autre part, la consommation des ménages, les deux sujets principaux de l'étape 4.

 

L'épargne étant, en quelque sorte, l'absence de consommation, la place de ce chapitre peut sembler paradoxale.  En fait, si épargner consiste à s'abstenir de consommer, ce n'est qu'une autre façon d'utiliser les ressources dont dispose un ménage.  II y a donc une filiation logique entre les ressources des ménages et le dernier de leurs emplois que nous ayons à étudier : l'épargne, qui permet aux ménages de constituer leur patrimoine.

 

Nous nous attacherons tout d'abord à définir l'épargne et retrouverons à cette occasion la notion de propension : propension moyenne à épargner ou taux d'épargne et propension marginale à épargner.

Nous étudierons ensuite les déterminants de l'épargne : revenu des ménages, âge, particularités nationales, qui agissent principalement sur la propension moyenne à épargner.

·      Les motifs de l'épargne (motifs de consommation différée, précaution, spéculation) seront ensuite examinés.

·      Nous constaterons également, qu'à côté de l'épargne volontaire, une épargne forcée joue un rôle essentiel.

·      Quelle est l'utilité économique de l'épargne ?  Nous apprendrons qu'elle dépend des usages que les ménages en font : thésaurisation, placement ou investissement.

·      Le rôle des institutions financières est à cet égard essentiel puisqu'elles orientent l'épargne vers les agents qui en ont besoin.

Nous examinerons ensuite le patrimoine des ménages mais, pour le mesurer correctement, il faut distinguer un patrimoine brut et un patrimoine net.  La composition du patrimoine fera l'objet d'une étude détaillée.

 

Nous verrons aussi que l'inégalité des patrimoines est plus forte que celle des revenus et que leur composition diffère notablement d'une catégorie sociale à une autre.

 

L'objectif de la suite est de vous initier aux mécanismes monétaires.  La monnaie tient une place très importante dans le fonctionnement de l'économie nationale.

L'étude du circuit économique vous a montré que les agents, à l'occasion de leurs opérations, échangent entre eux de la monnaie : ce sont les flux monétaires.

Mais qu'est-ce que la monnaie ?  D'où provient la valeur que nous lui accordons, son fondement ?

Quelles fonctions remplit-elle dans une économie moderne ?

Vous l'utilisez quotidiennement sous forme de pièces et de billets de banque : il existe donc différentes formes de monnaie, métallique ou divisionnaire, scripturale et autres.

Les moyens de paiement représentent des masses considérables qui circulent dans l'économie nationale : comment mesurer ces "agrégats de monnaie" ?  Qu'est-ce que la monnaie ?

 

La Comptabilité Nationale fait apparaître pour chaque secteur institutionnel un solde global : capacité ou besoin de financement.  Les agents doivent réaliser des opérations afin de couvrir leur besoin, ou placer leur capacité de financement certains auront des dettes, d'autres des créances.

Comment le financement de l'économie va-t-il s'effectuer ?  Financements direct et indirect ; intermédiation, - désintermédiation, marché des titres négociables ; marché financier

 

Une partie du financement est assurée par les institutions financières, surveillées par les autorités monétaires.  On parle de financement indirect, car ces institutions jouent le rôle d'intermédiaires entre les débiteurs et les créanciers.  Mais elles ne se contentent pas de prêter l'argent à partir des dépôts de leur clientèle : elles ont la faculté de créer de la monnaie.  Qui peut créer de la monnaie et à l'occasion de quelles opérations ? 

 

L'autre partie du financement, qui se développe fortement aujourd'hui, est assurée par les marchés de capitaux, en Belgique et à l'étranger.  Les demandeurs de capitaux vont y chercher directement les moyens de paiement dont ils ont besoin.  Ils peuvent s'adresser au marché des capitaux à court et à moyen terme (le marché des titres négociables) et au marché des capitaux à long terme (le marché financier ou "la Bourse").  La Bourse, actions, obligations, opérations au comptant, à terme.

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    L'épargne des ménages

 

  1. Qu'est-ce que l'épargne ?
  2. Les déterminants de l'épargne
  3. Pour quels motifs les ménages épargnent-ils ?
  4. Quelle est l'utilité économique de l'épargne ?
  5. Le rôle des institutions financières
  6. La Bourse (de Bruxelles) en quelques chiffres

 

 

I. Qu'est-ce que l'épargne ?

 

  1. Définitions
  2. Propensions à épargner


A.             Définitions

 

Épargne : part du revenu disponible non consommée immédiatement.  Si l'on appelle R le revenu disponible, C la consommation et E l'épargne, on a :

 R=C+E                   d'où                       E=R-C

 

Épargner, c'est renoncer à une satisfaction immédiate pour une satisfaction future, c'est donc, en quelque sorte, sacrifier le présent à l'avenir.

 

Il est déjà nécessaire ici de signaler que dans la vie courante, l'épargne se fait de plus en plus rarement.  J'irai encore plus loin en disant qu'il y a de plus en plus désépargne (c-à-d lorsque la consommation est supérieure au revenu disponible)

Dans l'esprit des élèves, il s'agit d'une notion difficile à comprendre : comment dépenser plus que ce que l'on gagne ? ? ?  Il s'agit donc ici de penser à préparer les questions que les élèves pourraient poser lors de l'élaboration de la leçon (crédit, compte bancaire, etc.).

 


B.              Propensions à épargner

 

De même que dans l'étape 4, en parlant du budget et de la consommation des ménages, nous avions rencontré les propensions moyenne et marginale à consommer, nous pouvons définir les propensions moyenne et marginale à épargner :

 

Propension moyenne ou taux d'épargne  =                               épargne                             
                                                                          revenu disponible

 

Le revenu disponible R ne pouvant recevoir que deux affectations : la consommation C ou l'épargne E, nous avons :

R = C + E,

 donc                        R/R = (C + E)/R = C/R + V/R = 1.

 

Nous avons donc entre la propension moyenne à consommer et la propension moyenne à épargner la relation ci-dessus :

 

Par exemple, si la propension moyenne à consommer est de 0,837 , nous en déduisons que la propension moyenne à épargner était de 1 - 0,837 = 0,163 ; ce qui signifie que les Belges auraient épargné cette année-là 16,3 % de leur revenu disponible.

 

 

Taux d'épargne des ménages belges

(en  % du revenu brut disponible)

1987

1988

1989

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

14,0 %

15,3 %

16,3 %

16,6 %

18,2 %

18,9 %

20,2 %

18,5 %

17,7 %

16,3 %

source : ICN (institut des comptes nationaux), rapporté par "L'Écho" du 26/06/97

 

 

Propension marginale                      =                        variation absolue de l'épargne              
                                                                   variation absolue du revenu disponible

 

La propension marginale à épargner mesure donc la part de la variation du revenu qui est épargnée.

 

Par un raisonnement analogue au précédent :

 

DR = DC + DE,

d'où                         DR/DR = (DC + DE)/DR,

 

nous obtenons entre la propension marginale à épargner et la propension marginale à consommer la relation ci-dessus :

 

Si la propension marginale à consommer des Belges était de 0,66 (étape 4), la propension marginale à épargner aurait donc été de 1 - 0,66 = 0,34 : sur cent francs de revenu disponible supplémentaire, les Belges auraient épargné trente quatre francs.

 

 

 

 

 

II. Les déterminants de l'épargne

 

Il s'agit de comprendre pourquoi la propension moyenne à épargner diffère d'un ménage à un autre.  Trois facteurs principaux expliquent cette différence :

 

  1. Le revenu des ménages
  2. L'âge des individus
  3. Des facteurs nationaux


A.             Le revenu des ménages

 

De la loi de consommation de Keynes, nous pouvons déduire que la propension moyenne à épargner augmente avec le revenu.

La fonction d'épargne E = f(R) peut donc se représenter par une courbe à croissance accélérée.

 

Ce sont donc les ménages qui disposent des revenus les plus élevés qui épargnent le plus, proportionnellement à leur revenu.  Cette constatation découle de la nature résiduelle de l'épargne : un ménage épargne quand il a satisfait ses besoins de consommation, l'épargne augmente donc au fur et à mesure que les besoins de consommations ont tendance à se saturer.

 

Plus les revenus sont élevés, plus la propension à épargner augmente.  Et donc la propension à consommer diminue. 

Donc, plus on gagne moins on dépense ? ? ?  Certainement pas dira le professeur.  Prenons un exemple pour expliquer cela :

Un ménage gagne 100 000 BEF.  De ces 100 000 BEF il consacre 80 000 BEF (soit 80 %) pour sa consommation et les 20 000 BEF restant  (soit 20 %) pour son épargne

Suite à une promotion, le revenu passe à 125 000 BEF. 

Comment va se répartir la  différence ?  Est-ce que le ménage va encore dépenser 80 % et épargner 20 % ?.  Non , satisfaisant déjà beaucoup de besoins grâce au revenu précédent (par exemple, le besoin de manger), en BEF, le montant qu'il dépensera ne va pas augmenter beaucoup.  Il n'augmentera que légèrement.

Admettons que ses dépenses augmentent de 5 000 BEF correspondant à une augmentation des loisirs : la somme pour la consommation devient 85 000 BEF (soit  68 % des 125 000 BEF) et  la somme consacrée à l'épargne devient donc de 40 000 BEF (soit 32 % des 125 000 BEF)

 

On constate donc que la propension à épargner a augmenté fortement suite à l'augmentation des revenus.

 

Mais d'autres facteurs déterminent l'épargne.


B.              L'âge des individus

 

L'épargne, comme la consommation, suit un cycle de vie.  Les jeunes ménages ne peuvent guère épargner, leurs besoins de consommation étant nombreux.  Mais une fois qu'ils ont acheté les biens d'équipement de départ, les ménages sont plus à même d'épargner une partie de leur revenu.  Le plus souvent, leur épargne est motivée principalement par la perspective d'acquérir un logement.  Cela fait, l'épargne des ménages peut ensuite se diversifier davantage.

 

Enfin, pour un revenu donné, les ménages plus âgés ont le plus fort taux d'épargne : la peur des aléas de la vieillesse et la diminution des occasions de consommer se combinent pour expliquer cette propension à épargner élevée des personnes âgées.


C.             Des facteurs nationaux

Des facteurs "conjoncturels" (qui dépendent de la situation du moment) // Des facteurs "structurels" (permanents)

II Comme le montre le graphique ci-dessous, les États-Unis, la Grande-Bretagne ont un taux d'épargne faible, alors qu'il est élevé au Japon et en Italie.  Ces différences nationales s'expliquent par deux types de facteurs :

 

1.              des facteurs "conjoncturels" (qui dépendent de la situation du moment)

 

On voit que le taux d'épargne a tendance à diminuer à partir des années quatre-vingts quand la crise économique s'approfondit : les ménages épargnent moins et même "puisent dans leur bas de laine" pour maintenir leur niveau de vie.  Mais les situations économiques nationales n'étant pas toutes semblables au même moment, on perçoit des décalages d'un pays à un autre.

2.              des facteurs "structurels" (permanents)

 

La faiblesse de l'épargne aux États-Unis peut s'expliquer en partie par la pression de la publicité qui pousse à consommer.  Au Japon, ce serait la faiblesse des retraites et de la protection sociale qui pousserait les Japonais à épargner plus que dans d'autres pays pour se soigner et se constituer un capital pour leurs vieux jours.  Inversement, en Grande-Bretagne ou en France, l'étendue de la protection sociale expliquerait le niveau relativement faible du taux d'épargne.

 

L'épargne est principalement déterminée par :

1.    le revenu des ménages : plus le revenu est élevé, plus la propension à épargner est forte,

2.    l'âge des ménages : l'épargne a tendance à croître avec l'âge.

3.    des facteurs économiques propres à chaque nation :

·      - la conjoncture : l'épargne est généralement plus élevée en période de prospérité.

·      - différents éléments structurels :

♦    la pression de la publicité et de la consommation,

♦    le niveau de la protection sociale.

 

 

 

III. Pour quels motifs les ménages épargnent-ils ?

 

  1. Une consommation différée : pour un achat futur
  2. Par précaution ou prévoyance
  3. Par spéculation
  4. Épargne forcée

 


A.             Une consommation différée : pour un achat futur

 

Ce peut être en vue d'un achat futur, d'une consommation différée :

·      c'est le cas des dépenses courantes qui doivent être étalées sur le mois, ou bien du " budget-vacances " étalé sur l'année ;

·      c'est surtout le cas des gros achats qui dépassent le revenu mensuel ou annuel : meubles, équipements ménagers ou de loisirs, voiture, logement.

 

Et même si le ménage bénéficie d'un prêt, il faudra qu'il le rembourse ensuite, ce qui est une forme d'épargne postérieure à l'achat.


B.              Par précaution ou prévoyance

 

On peut épargner pour un motif de précaution, de prévoyance.  Ce motif est moins important de nos jours grâce à la Sécurité sociale et au développement des assurances.  Cependant, certaines professions sont obligées d'épargner par précaution lorsqu'elles ne disposent pas de revenus fixes (professions indépendantes), notamment quand ce revenu est saisonnier (revenus agricoles, revenus du tourisme...).


C.             Par spéculation

 

L'épargne peut enfin être motivée par la spéculation.  Le terme de spéculation doit être pris ici dans son sens le plus large : l'épargnant tente, par le calcul et des hypothèses sur les événements futurs (évolution des taux d'intérêt, de l'inflation, de l'activité économique, etc.), de faire des placements judicieux.

Un placement "idéal" serait à la fois :

1.    liquide : l'épargnant pourrait le récupérer aussi vite que possible en cas de besoin ;

2.    sûr : pas de risque de perte de valeur (en cas de faillite du débiteur, par exemple) ;

3.    performant : le placement procurerait un revenu élevé (dividende, intérêt, etc.), une plus-value en cas de revente (différence entre le prix de revente et le prix d'achat) et ne serait pas dévalorisé par l'inflation.

 

Malheureusement pour les épargnants, ces trois objectifs sont le plus souvent contradictoires.  Les placements les plus performants potentiellement sont souvent les plus risqués et peu liquides et ne sont pas à l'abri de l'inflation.

D.             Épargne forcée

 

À côté de cette épargne volontaire, on peut parler d'épargne forcée : c'est la partie du revenu brut obligatoirement prélevée sous forme d'impôts et de cotisations sociales.  Ceux-ci permettent de financer des dépenses collectives et de faire face aux risques sociaux : maladie, accident, vieillesse, chômage, etc.

 

Ce cheminement du revenu à l'épargne peut être ainsi schématisé :

  =           I                            I                   Du REVENU À L'ÉPARCNE

 

 

Revenu brut

 

 

consommation différée I  consommation différée

 Épargne forcée [impôts, cotisations)

 

 

Revenu disponible consommation

 

épargne volontaire

 

,-------------~

 

 

motifs de l'épargne volontaire

 

 

IV. Quelle est l'utilité économique de l'épargne ?

 

L'efficacité de l'épargne dépend surtout des formes qu'elle prend.  On peut distinguer :

 

  1. La thésaurisation
  2. Placements et investissements


A.             La thésaurisation

 

Thésauriser (du latin thesaurus : trésor) son épargne, c'est la conserver sans la placer ni l'investir.  Sous cette forme l'épargne est stérile, elle n'a aucune utilité économique.

 

Les générations passées, avant 1914, avaient la réputation de conserver de l'or dans un "bas de laine", ce n'était guère favorable à la croissance car cette pratique ne permettait pas aux entreprises de trouver les moyens financiers nécessaires à leurs investissements.  Par ailleurs, la thésaurisation ne stimulait pas non plus la consommation.


B.              Placements et investissements

 

En revanche, l'épargne placée ou investie a une utilité économique, car elle fournit aux agents économiques les fonds qui leur manquent pour mener à bien certains projets : investir dans le cas des entreprises, construire des équipements collectifs pour des administrations, consommer, faire construire des logements pour des ménages.

 

Pour l'économiste, il est cependant nécessaire d'établir une distinction entre les investissements et les placements :

·      au sens économique, un investissement correspond à une somme d'argent permettant à une entreprise d'acheter des machines, des bâtiments, etc.  pour produire.  Un placement ne permet pas nécessairement de produire, par exemple quand il prend la forme de l'achat d'or, d'objets d'art, etc.

·      mais dans le langage courant, et même dans le vocabulaire financier, investissement et placement sont synonymes.

 

 

 

V. Le rôle des institutions financières

 

Le plus souvent, les épargnants ne fournissent pas directement leur épargne à ceux qui l'utilisent.

 

Ce sont alors des institutions financières (banques, Caisses d'épargne..) qui servent d'intermédiaires entre ces épargnants qui ont une capacité de financement et ceux (entreprises, administrations, ménages emprunteurs) qui ont un besoin de financement.

Le rôle des institutions financières peut être ainsi schématisé :

   agents ayant

un besoin de financement

 

 

entreprises

 

 

           épargne I ménages t) ménages

 

placée

 

 

                                   

                                        ménages

 

1 .  Le schéma illustre un rôle des institutions financières : les dépôts (à court et moyen terme) permettent de réaliser des crédits.  Une grande partie de ces institutions a le pouvoir de créer de la monnaie ; dans ce cas, il n'y a pas besoin d'épargne préalable au début.

 

 

Idée méthodologique d'Estelle Depuydt (promotion 1998)  :  Vous pouvez, à partir d une enquête faite par les élèves concernant le budget des ménages, vous demander comment les personnes de différents âges et de différentes catégories socioprofessionnelles dépensent leur argent et surtout quelle partie de leur revenu est mise à l épargne.  On pourrait aussi par cette enquête, demander aux ménages les raisons de leur épargne. &.

 

 

 

VI. La Bourse (de Bruxelles) en quelques chiffres

 

4,81 C'est le facteur par lequel a été multiplié, entre 1980 et 1996, l'indice du marché au comptant de la Bourse de Bruxelles.  Un épargnant ayant acquis pour 1 million de BEF en 1980 d'actions représentatives, disposerait 16 ans plus tard de 4,81 millions de BEF dans son porte-feuille de titres & sans oublier les dividendes reçus chaque année &

 

10,297 C'est le facteur par lequel a été multiplié, entre le 12 août 82 et le 16 juillet 97, l'indice américain Dow Jones de la Bourse de New York.  Un épargnant (américain ou pas) ayant acquis pour 1 million de USD en 1982 d'actions américaines représentatives, disposerait moins de 15 ans plus tard de 10,297 millions de USD dans son porte-feuille de titres américains & sans oublier les dividendes américains reçus chaque année &

 

135 C'est le nombre de sociétés belges cotées à la Bourse de Bruxelles qui traite aussi 139 sociétés étrangères.  Y sont également traités 78 emprunts d'État et 38 obligations belges du secteur privé &

 

128,4 milliards C'est la valeur des actions belges émises en 1996, dont la Bourse de Bruxelles a écoulé sur le marché 69 milliards

 

18 000 milliards C'est la somme qui suite à la dépréciation des actions, est partie en fumée en un jour à la Bourse de New York, le 19 octobre 1987, jour du krach boursier (= 2 fois le PIB belge)

 

 

 

 

 

     ♦    Le patrimoine des ménages

 

  1. Définition du patrimoine
  2. Composition du patrimoine
  3. La propriété : un peu de droit
  4. Transmission du patrimoine
  5. Inégalités et différences de composition du patrimoine

 

 

 

I.    Définition du patrimoine

 

  1. Définition économique du patrimoine
  2. Patrimoine du ménage, fruit du régime matrimonial choisi



A.             Définition économique du patrimoine

 

Patrimoine d'un ménage :ensemble de ce qu'il possède, déduction faite de ses dettes.

 

Le patrimoine apparaît comme un stock, alors que le revenu et l'épargne sont des flux.  Ainsi dit-on du paysan qu'il vit pauvre mais meurt riche.  Il vit pauvre en effet, parce que son revenu moyen est relativement faible ; de plus, il doit épargner par précaution (son revenu est variable) et pour investir dans son équipement professionnel (terres, matériel, bâtiments...). En effet dans le patrimoine on retrouve bien sûr les liquidités mais aussi, les biens durables, l'immobilier, les biens professionnels, les valeurs mobilières et certaines assurances (comme l'assurance vie et de retraite).  Mais lorsqu'il meurt, tout ce qu'il a ainsi accumulé, c'est-à-dire son patrimoine (immeuble, machines, placements...), est important.

Ainsi, le patrimoine d'un individu est constitué de l'accumulation de l'épargne réalisée au cours de sa vie ou obtenue par héritage.

 

Bien entendu, un agent n'est pleinement propriétaire d'un bien que lorsqu'il a acquitté la totalité de son prix, c'est-à-dire lorsqu'il a totalement remboursé l'emprunt qu'il a éventuellement souscrit pour son acquisition.  C'est pourquoi, il faut déduire des biens possédés les dettes en cours.

Si par exemple un ménage possède 2 000 000 francs de biens d'équipement (mobilier, voiture, etc.) et une maison d'une valeur de 6 000 000 francs, mais qu'il doive rembourser 500 000 francs pour les équipements et 1 000 000 francs pour la maison, on dira que son patrimoine brut s'élève à 8 000 000 francs (2 000 000 + 6 000 000) et que son patrimoine net (ce dont il est pleinement propriétaire, déduction faite des dettes) est de 8 000 000 - 1 500 000 = 6 500 000 francs.

On peut donc distinguer deux types de patrimoine : le patrimoine brut et le patrimoine net

Le patrimoine brut est donc en quelque sorte le stock de tout ce qu'un ménage possède.  Pour calculer le patrimoine net, nous devons retrancher du patrimoine brut toutes les dettes.  C'est à ce patrimoine net qu'il faudra s'intéresser pour évaluer la richesse d'un ménage.

 

Patrimoine brut - dettes = Patrimoine net

 

 


B.               Patrimoine du ménage, fruit du régime matrimonial choisi

 

Qu'est-ce qu'un régime matrimonial ? //  Deux hypothèses sont possibles : // Qui gère les patrimoines ? // La naissance et la fin du régime matrimonial ? // Comment modifier le régime matrimonial ? // 

 

Le patrimoine d'un ménage se compose de plusieurs patrimoines.  Ceux-ci peuvent dépendre du régime matrimonial choisi lors du mariage.  Un peu de droit civil :

1.               >Qu'est-ce qu'un régime matrimonial ?

 

C'est l'objet qui permet de régler le régime des biens (actif) et des dettes (passif) qui existent entre époux, pendant la durée du mariage.

2.               Deux hypothèses sont possibles :

 

a)              Si les époux n'ont pas fait de contrat de mariage devant notaire

 

Dans le régime matrimonial légal en bref un régime légal, on n distingue trois patrimoines :

Ø    le patrimoine propre au mari / à la femme

Sont propres à chaque époux :

L'ACTIF :

- tout ce qui appartient à un des époux avant le mariage ;

- tout ce dont un époux hérite ou ce qu'il reçoit pendant le mariage ;

- tous les biens qu'un époux achète avec l'argent qui lui est propre ;

- les outils et ustensiles utiles à l'exercice de la profession ;

- les vêtement et objets personnels ;

- le droit à l'indemnité après accident, et le droit à la pension ;

 

LE PASSIF :

- les dettes que l'un des époux a contractées avant le mariage ;

- les dettes dont un époux a hérité pendant le mariage ;

- les dettes contractées par l'un des époux dans l'intérêt exclusif de son patrimoine propre ;

- les dettes nées d'un délit ou d'un quasi-délit.

 

Ø    le patrimoine commun des deux époux.

Sont communs aux deux époux :

L'ACTIF :

- les revenus de la profession de chaque époux ;

- les revenus des biens propres ;

- les biens que les époux ont achetés, dont ils ont hérités ou qu'ils ont reçus ensemble ;

- tous les biens dont les époux ne peuvent pas prouver qu'ils sont propres ;

 

LE PASSIF :

- les dettes contractées ensemble par les deux époux ;

- les dettes contractées par l'un des époux dans l'intérêt du patrimoine commun ;

- les dettes contractées par l'un des époux pour les besoins du ménage ou l'éducation des enfants ;

- toutes les dettes dont il n'est pas prouvé qu'elles sont propres à l'un des époux.

 

Remarque : Dans le régime légal, tous les biens et toutes les dettes dont il n'est pas prouvé qu'ils sont propres tombent en communauté.  Les dettes communes sont payées à l'aide du patrimoine commun et du patrimoine propre des deux époux.

 

b)              Si les époux font un contrat de mariage devant notaire en stipulant leur volonté

 

Par contrat passé devant notaire, les époux peuvent avant ou pendant le mariage, déroger au régime légal en choisissant un régime matrimonial conventionnel en bref un régime conventionnel.  Ils peuvent convenir de tout ce qu'ils désirent, mais ils ne peuvent déroger :

Ø    à l'ordre public et aux bonnes mSurs ;

Ø    aux règles qui fixent les droits et devoirs respectifs des époux ;

Ø    aux règles de gestion de la communauté et des patrimoines propres.

 

Ils peuvent ainsi convenir :

Ø    que leur régime sera celui de la communauté  universelle :tous les biens et toutes les dettes, quelle qu'en soit leur origine, tomberont dans leur patrimoine commun (sauf les biens strictement personnels et les droits attachés à la personne) ;

Ø    qu'au contraire, leur régime sera celui de la  séparation pure et simple de biens : chaque époux garde en propre tout ses biens et toutes ses dettes ; ou encore toute autre modalité  intermédiaire.

 

Remarques : le droit du créancier ?

Ø    Les dettes propres ne peuvent être poursuivies que sur le patrimoine propre de l'époux qui les a contractées, et sur ses revenus, en principe.

Ø    Les dettes communes peuvent en principe être poursuivies sur les trois patrimoines.. (Dans certains cas, le patrimoine de l'époux non contractant est préservé.)

3.               Qui gère les patrimoines ?

 

a)              Le patrimoine propre

 

Le patrimoine propre de chaque époux est géré seul par son propriétaire

 

b)              Le patrimoine commun

 

Il est en principe géré par l'un ou l'autre des époux, qui peut exercer seul tous les actes de gestion du patrimoine commun.  Chaque époux doit respecter les actes accomplis par son conjoint.  Toutefois, pour les actes très importants, les deux époux doivent agir ensemble.

Ainsi en est-il pour :

- donner, à titre gratuit, un bien commun ;

- acheter ou vendre un immeuble commun ;

- constituer une hypothèque sur un bien commun ;

- conclure ou résilier un bail de plus de neuf ans ;

- contracter un emprunt engageant la communauté.

 

Si un des époux se montre inapte à gérer le patrimoine commun ou son patrimoine propre, ou s'il met en péril les intérêts de la famille, l'autre époux peut demander au tribunal de première instance que ses pouvoirs de gestion lui soient retirés.  Le tribunal confiera alors ses pouvoirs à l'autre époux ou à une tierce personne.  Il peut également prononcer une séparation de biens judiciaire.

Si un époux accomplit un acte qui peut nuire aux intérêts de la famille, l'autre époux peut également demander au juge de paix d'interdire cet acte.

4.               La naissance et la fin du régime matrimonial ?

 

a)              La naissance

 

Le régime matrimonial sort ses effets le jour de la célébration du mariage

 

b)              La fin

 

Les effets du régime matrimonial (=contrat de mort du mariage ? ? ?) prennent fin par :

- le décès d'un des époux

- le divorce ou la séparation de corps des époux

- la séparation de biens judiciaire

- l'adoption d'un autre régime matrimonial

 

c)              La dissolution

 

La dissolution du régime matrimonial donne lieu à l'établissement d'un inventaire.  Chaque époux établit ensuite un compte de "récompenses", c'est-à-dire des sommes qu'il doit au patrimoine commun ou, au contraire, que le patrimoine commun lui doit.

Ensuite, les dettes de la communauté sont payées et, s'il reste un actif net, cet actif est partagé entre les époux. Ce partage se fait en principe par moitié. Le contrat de mariage peut toutefois prévoir que le partage se fera de façon inégale, ce qui est en principe permis.

5.               >Comment modifier le régime matrimonial ?

 

Pendant le mariage, les époux peuvent, de commun accord, changer de régime matrimonial devant notaire.  Cet acte de changement de régime ne sort toutefois ses effets que s'il est homologué par le tribunal de première instance.

Remarque : Le tribunal devra refuser cette homologation s'il apparaît que la modification cause un préjudice à la famille, aux enfants, ou aux droits des tiers.

 

 

 

 

II. Composition du patrimoine

 

On peut classer les éléments d'un patrimoine de bien des manières, par exemple selon leur nature ou selon les buts poursuivis par les épargnants.  Sans entrer dans des distinctions trop subtiles, on retiendra les formes suivantes :

 

  1. Les biens durables
  2. L'immobilier
  3. Les biens personnels
  4. Les liquidités
  5. Les valeurs mobilières (titres)
  6. Les assurances sur la vie, assurances-pensions et l'épargne-pension


A.             Les biens durables

 

II s'agit des biens d'équipement de la maison, des meubles, des automobiles, etc.

Mais il faut noter que la Comptabilité nationale (la comptabilité de la Belgique, élaborée par l'INS), contrairement aux ménages eux-mêmes, ne retient pas ces biens dans la composition du patrimoine : elle considère en effet qu'il s'agit là de "biens de consommation durables", ce qui montre que la frontière entre consommation d'une part, épargne et patrimoine d'autre part, n'est pas toujours facile à tracer.  En particulier, certains biens de luxe (bijoux, oeuvres d'art, etc.) sont achetés pour l'usage personnel des ménages, mais aussi pour spéculer, c'est à dire, rechercher une plus-value future, il s'agit donc aussi de placements spéculatifs.


B.              L'immobilier

 

II est composé des logements principaux, des résidences secondaires, des immeubles de rapport (mis en location), de tout ce qu'en langage d'épargnant on appelle a la pierre, valeur-refuge ou spéculative.


C.             Les biens personnels

 

Ils concernent les entrepreneurs individuels (agriculteurs, commerçants, artisans, industriels, professions libérales) que la Comptabilité nationale classe parmi les ménages.


D.             Les liquidités

 

Elles comportent les comptes à vue en banque et les livrets d'épargne.

 

Certains ménages ont un revenu trop faible, et donc trop peu d'épargne, pour la placer autrement.  De toute façon, les ménages manifestent généralement, quel que soit leur revenu, une certaine préférence pour les liquidités, car ainsi leur épargne est immédiatement disponible.  Mais en contrepartie, cette épargne ne leur rapporte rien (cas des comptes à vue) ou peu (cas des livrets d'épargne des banques ou des Caisses d'épargne, qui sont assortis d'un intérêt assez faible de l'ordre de 2 à 2,5 % actuellement).  En outre, elle peut se déprécier du fait de la hausse des prix (inflation) ; c'est pourquoi, les ménages cherchent des "valeurs-refuges" (biens de luxe ou d'autres biens comme les biens immobiliers).


E.              Les valeurs mobilières (titres)

 

Ce sont les actions et les obligations (voir étape 4) que l'on achète généralement en Bourse.

 

L'accès à la Bourse n'étant pas très aisé pour beaucoup d'épargnants, les banques ont créé des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (O.P.C.V.M.), qui servent d'intermédiaires entre l'épargnant et le marché boursier.  Les S.I.C.A.V.  en sont l'exemple le plus connu.

Les S.I.C.A.V.  (sociétés d'investissement à capital variable) sont des sociétés financières dont les épargnants achètent des parts de capital (qu'ils peuvent revendre à tout moment).  Grâce à l'argent ainsi recueilli, les S.I.C.A.V. constituent un portefeuille de titres (actions et obligations) qu'elles gèrent pour en tirer des revenus (dividendes et intérêts) et des plus-values.  Les bénéfices réalisés, déduction faite des frais de fonctionnement, sont ensuite répartis entre les souscripteurs de parts au prorata de leurs apports, moins des frais d'entrée et de sortie.  Le souscripteur de parts de S.I.C.A.V. accède donc à la Bourse sans avoir à gérer lui-même un portefeuille d'actions et d'obligations.


F.              Les assurances sur la vie, assurances-pensions et l'épargne-pension

 

Avec les difficultés que connaissent les caisses de retraite par répartition, du fait notamment de l'évolution démographique (cf.  étape 2), les ménages font entrer une part croissante de ces produits financiers dans leur patrimoine pour compléter leur retraite.

 

C'est le cas des assurances-pensions, de création récente, et de l'épargne-pension, moins récente, qui permettent aux épargnants de constituer une retraite par capitalisation et de bénéficier, sous certaines conditions, d'avantages fiscaux (actuellement réduction fiscale annuelle de maximum 22 000 BEF par épargnant travailleur).  Ainsi, la part, dans les placements des ménages, des titres et des produits d'assurance s'étend aux dépens des liquidités, comme le révèle le document suivant :

$$$$

 

Source : Notes Bleues(1991).  Ministère de l'économie, des Finances et du Budget.

 

$$$$$$

 

III.   La propriété : un peu de droit

 

Concentrée sur sa leçon de math, Sylvie prend des notes.  La prof lui demande de faire un schéma au tableau, elle dépose son stylo et quand elle revient à sa place, plus de stylo !  Elle regarde autour d'elle et constate que c'est Isabelle qui l'emploie pour écrire une lettre (Isabelle écoute beaucoup ! !).

 

Que va pouvoir faire Sylvie ?  Quels sont ses droits ?  Dans quelle situation se trouve Isabelle ?

 

  1. Droit de propriété, droit réel
  2. Propriété, possession et détention
  3. Droit de suite ou de préférence
  4. Droit(s) que confère la propriété
  5. Les limites du droit de propriété
  6. La copropriété
  7. Les différentes façons d'acquérir la propriété

A.              Droit de propriété, droit réel

 

C'est Sylvie qui a acheté le stylo dans une papeterie à Enghien.  Elle en est propriétaire : elle a un droit de propriété (c'est un droit réel, c'est-à-dire qui porte directement sur une chose; par exemple le gage, l'hypothèque ou les servitudes).  Ce droit est opposable à tous (différent d'un droit de créance ou personnel, droit invoqué vis-à-vis d'une personne ; par exemple le droit de créance ; ou d'un droit intellectuel qui protège les créations de l'esprit [Suvres d'art, inventions, créations] ; pour protéger son invention, on peut déposer un brevet ou une marque).

Le droit que possède Sylvie doit être respecté par tous.

B.               Propriété, possession et détention

 

Si Isabelle a cru que le stylo était abandonné par son propriétaire, en s'emparant du stylo (un bien meuble), elle en a la propriété.  S'il s'agissait d'un bien immeuble, ce ne serait pas le cas.

 

Art 544 CC : La propriété est le droit de jouir et de disposer d'un bien de la manière la plus absolue, pourvu qu'on n'en fasse pas un usage prohibé par la loi ou par les règlements.

 

Mais comme ce stylo n'avait pas été abandonné par Sylvie, cette dernière en reste propriétaire et Isabelle n'en a que la possession.

Avoir la possession d'un bien, c'est avoir le bien en son pouvoir et se comporter comme si l'on était titulaire d'un droit réel sur le bien.

 

Isabelle savait que le stylo n'avait pas été abandonné par Sylvie.  En s'emparant du stylo, Isabelle n'en a que la détention.  De même, un locataire ou un emprunteur ne sont que des détenteurs; à l'issue du contrat, ils devront restituer le bien au propriétaire ou au prêteur.

Avoir la détention d'un bien, c'est détenir le bien avec la permission ou pour le compte d'autrui.  Le détenteur ne se comporte pas comme s'il était propriétaire (il ne gardera pas le bien).

C.              >Droit de suite ou de préférence

 

$$$$

D.              Droit(s) que confère la propriété

 

Le droit de propriété est le droit réel le plus étendu.  Le propriétaire peut en faire ce qu'il veut pour autant que la loi ne l'interdise pas.  Le droit de propriété est perpétuel; il ne s'éteint pas, il se transmet.

 

Le droit de propriété confère :

Ø      le droit de jouir du bien : c'est-à-dire pouvoir utiliser le bien conformément à sa destination et à en percevoir les fruits. Il existe plusieurs catégories de fruits : les fruits naturels (produits spontanément par la terre ou les animaux) et fruits civils (loyers, intérêts).

Ø      le droit de disposer du bien : le propriétaire d'un bien peut en disposer matériellement ou juridiquement.

E.               Les limites du droit de propriété

 

Il existe beaucoup de lois limitant le droit de propriété :

-        l'état peut exproprier un immeuble pour cause d'utilité publique.

-        les plans d'aménagement du territoire (prescriptions urbanistiques) imposent des restrictions aux personnes qui veulent bâtir un immeuble (limitation concernant l'emplacement, la nature , les dimensions, _ _ _)

-        le classement d'un monument, d'un site diminue les droits de son propriétaire.

-        les arbres ne peuvent être plantés qu'à une certaine distance de la limite d'un terrain.

F.               La copropriété

 

Le droit de propriété est un droit exclusif (1 bien a 1 propriétaire) mais on rencontre dans certains cas, plusieurs personnes qui sont propriétaires d'un même bien : il y a copropriété.

 

La copropriété n'est que temporaire.

G.              Les différentes façons d'acquérir la propriété

Actes classiques d'acquisition de la propriété // Autres manières d'acquérir la propriété

1.               Actes classiques d'acquisition de la propriété

 

♦  par  succession : la personne hérite du bien.

♦  par  donation : la personne l'a reçu d'un ami.(voir étape 4).

♦  par  convention : la personne achète le bien.

2.               Autres manières d'acquérir la propriété

 

♦  l'accession ou  l'incorporation : mécanisme qui permet au propriétaire d'une chose principale d'acquérir la propriété d'une chose accessoire qui s'incorpore ou s'unit à elle.

♦  la  prescription acquisitive : cela permet au possesseur d'une chose d'en devenir propriétaire après un certain laps de temps.

♦  l'invention : c'est le mode d'acquisition des trésors.

♦  l'occupation : mode d'acquisition des choses qui n'appartiennent à personne ou des biens qui ont été abandonnés par leur propriétaire.

ex : un ferrailleur s'empare des vieux métaux placés dans les décharges.

 

 

IV.   Transmission du patrimoine

 

Le patrimoine peut légalement se transmettre par vente, succession, libéralité (donation),

 

  1. La vente, un contrat : un peu de droit
  2. Les successions, donations et testaments

A.              La vente, un contrat : un peu de droit

Définition et caractères généraux // Cas particulier de la vente d'un immeuble // Les obligations du vendeur // Les obligations de l'acheteur // Certaines vente font l'objet d'une réglementation particulière

1.               >Définition et caractères généraux

 

La vente est un contrat en vertu duquel une des parties, le vendeur, transfère la propriété d'une chose à une autre personne, l'acheteur, moyennant un prix payable en argent.

La vente est un contrat :

♦  consensuel,

♦  synallagmatique,

♦  instantané..

 

Les deux éléments essentiels d'un contrat de vente sont donc :

♦  - Le transfert de la propriété : il se réalise en principe dès l'échange des consentements.  Il peut toutefois être retardé.

 exemple : on peut convenir que le transfert de propriété n'aura lieu qu'à la livraison ou lorsque le prix aura été entièrement payé

♦  - Le prix : il doit nécessairement consister en une somme d'argent.

 exemple : si en paiement d'une machine à écrire, je donne un bureau, il y a échange et pas vente.

2.               >Cas particulier de la vente d'un immeuble

 

 

Elle se conclut par simple échange des volontés.

Les parties peuvent constater leur accord par écrit en établissant un contrat sous leurs deux signatures.  C'est ce que l'on appelle "le compromis de vente" qui a , entre les parties, tous les effets d'une vente : le vendeur est obligé de transférer la propriété et l'acheteur est obligé de payer le prix convenu.

La loi exige toutefois une formalité supplémentaire pour que la vente soit opposable aux tiers.  On entend par là que les autres personnes intéressées, comme un locataire de la maison vendue, par exemple, doivent être mises au courant du transfert de propriété de la maison.

Il y aura passation d'un acte notarié et inscription du transfert de propriété dans un registre spécial, tenu par un fonctionnaire appelé conservateur des hypothèques.

3.               >Les obligations du vendeur

 

* Délivrer la chose vendue.  C'est-à-dire la mettre à disposition de l'acheteur pour que celui-ci en prenne livraison. À défaut d'avoir fait des remarques au moment de la livraison ou peu de temps après celle-ci, l'acheteur est sensé avoir agréé la chose vendue, c'est-à-dire avoir reconnu que la chose livrée est conforme à la chose qu'il avait achetée et qu'elle ne présente aucun défaut apparent.

*Garantir l'acheteur des vices cachés de la chose vendue.  Par exemple : un marchand d'appareil électro-ménagers vend une machine à laver.  En raison d'un défaut indécelable à l'Sil nu de joint du hublot, la machine déborde à la première lessive et inonde la salle de bains de l'acheteur.

Lorsque le vice caché est grave et qu'il est nuisible à l'utilité de la chose, l'acheteur aura le choix :

-        Il pourra demander la résolution de la vente et obtenir la restitution du prix.

-        Il pourra simplement demander une diminution du prix.

4.               >Les obligations de l'acheteur

 

* Prendre livraison.  C'est-à-dire prendre matériellement possession de la chose vendue. C'est l'obligation de retirement.  Cette obligation est bien évidemment le corollaire de l'obligation du vendeur de mettre la marchandise à disposition de l'acheteur.

* Payer le prix.  Conformément au principe de l'autonomie de la volonté, les parties sont libres de fixer le jour et le lieu du paiement.  Ainsi, le vendeur pourra exiger le paiement au comptant ou l'acheteur pourra obtenir des délais pour le paiement du prix.

5.               >Certaines vente font l'objet d'une réglementation particulière

 

La vente à tempérament, par laquelle l'acheteur obtient immédiatement la livraison de la chose vendue mais bénéficie de délais pour le paiement du prix : la loi du 12 juin 1991 relative au crédit à la consommation impose qu'un tel contrat soit conclu par écrit, que certaines informations figurent à l'offre de contrat (taux annuel effectif global, conditions de remboursement,...)

La loi du 14 juillet 1991 sur les pratiques de commerce réglemente les ventes en liquidation, les ventes en solde et autres ventes à prix réduits, interdit les ventes à perte.

B.               >Les successions, donations et testaments.

Qu'est-ce que le patrimoine du défunt ? // Qu'est-ce que la succession  ? // Pourquoi auriez-vous besoin d'un testament ? // Quels sont les droits de succession ? // Qu'est-ce qu'une libéralité ?

1.               >Qu'est-ce que le patrimoine du défunt ?

 

ensemble de biens de droits et dettes

Remarque : Lorsqu'une personne meurt, il faut déterminer la consistance de son patrimoine. Par contre si le défunt est marié, il faudra toujours liquider d'abord le régime matrimonial avant de partager la succession.

1) si le régime matrimonial est un régime de communauté :

Le patrimoine commun se compose pour moitié au conjoint survivant

La succession se compose donc :

 - de la moitié du patrimoine commun

 - du patrimoine propre au défunt

2) si le régime matrimonial est un régime de séparation pure et simple

Il n'y a pas de patrimoine commun donc la succession se composera juste du patrimoine propre du défunt.

2.               >Qu'est-ce que la succession  ?

 

La succession est la transmission du patrimoine d'une personne décédée à une ou plusieurs personnes en vie. Elle s'ouvre au domicile du défunt.

 

Il existe trois types de successions :

-      la succession légale

-      la succession testamentaire

-      la succession contractuelle

 

a)              La succession légale

 

La succession est légale lorsque le défunt meurt sans avoir fait de testament. Dans ce cas, ses biens seront attribués selon l'ordre établi par la loi à ses héritiers (personne qui va recueillir la totalité ou partie d'une succession).

 

Si le défunt laisse des enfants ou des descendants

Ceux-ci recueillent toute la succession.

Le degré : Si les descendants ne sont pas tous du même degré, ce sont ceux du degré le plus proche qui vont hériter

L' ordre : On appelle ordres d'héritiers les catégories de parents appelées successivement, l'une à défaut de l'autre, à recueillir la succession.  Les ordres sont les suivants :

       - descendants du défunt

       - ascendants privilégiés

       - autres ascendants

       - ...

La représentation : Elle autorise certaines personnes à venir en lieu et place de parent prédécédé qui aurait eu la qualité d'héritier s'il avait survécu.

Remarque : La représentation a lieu en faveur des descendants du défunt, de ceux de ses frères et sSurs et oncles et tantes.

 

S'il n'y a pas de descendant

Viennent à la succession les ordres d'héritiers suivant :

- le père et la mère du défunt ainsi que les frères et soeurs du défunt

- les autres ascendants (grands-parents,...)

- les autres collatéraux (oncles, tantes, neveux,...)

 

Le principe de la fente : Si dans la succession, on trouve des ascendants ou des collatéraux (autres que les frères et sSurs du défunt ou leurs enfants) ou des héritiers de ces deux ordres, la succession sera divisé en deux parts égales : une pour la branche paternelle et une pour la branche maternelle.  Ensuite la dévolution (attribution, transmission d'un bien, d'un droit d'une personne à une autre) successorale se fera normalement à l'intérieur de chaque branche.

Exemple : D laisse deux oncles dans la branche paternelle et une grand-mère dans la branche maternelle.  Bien que d'ordre plus proche, la grand-mère n'héritera pas de la totalité de la succession mais de la moitié.  L'autre moitié sera partagée entre les deux oncles.

 

Si le défunt laisse en outre un conjoint survivant.

Le conjoint survivant est un héritier qui n'entre pas dans les ordres d'héritiers énumérés jusque maintenant.  Pourquoi ?  Parce que sa part varie en fonction des héritiers avec lesquels il se trouve en concours.

 

Conjoint survivant en concours avec des descendants.

Le conjoint survivant recevra l'usufruit (peut louer les biens dont il a l'usufruit, il peut en toucher les revenus mais il est tenu au paiement des impôts et autres charges annuelles ainsi qu'à toutes les réparations d'entretien. L'usufruit prend fin à la mort de l'usufruitier et à ce moment, le nue-propriétaire devient plein propriétaire). de toute la succession. Les descendants n'héritent donc plus de la nue-propriété (est le droit de "possession" d'une chose ou d'un bien, sans pouvoir l'utiliser, ni en avoir la jouissance), c'est-à-dire qu'ils auront la propriété sans la jouissance.

 

Conjoint survivant est en concours avec des héritiers autre que des descendants.

Le conjoint survivant recevra :

       - l'usufruit du patrimoine au défunt

       - la pleine-propriété de la part du défunt dans la communauté

 

Les autres héritiers se partageront donc le reste, c'est-à-dire la nue-propriété des biens propres.

 

S'il n'y a ni enfant, ni famille mais un conjoint.

Le conjoint survivant recueille toute la succession.

 

S'il n'y a ni enfant, ni famille, ni conjoint.

L'État recueille toute la succession.

 

b)              La succession testamentaire

 

Définition : La succession est testamentaire lorsque le défunt a décidé, par testament, du sort de tout ou partie de ses biens ; mais qu'est-ce qu'un testament ?  Le testament est un acte unilatéral par lequel une personne décide du sort de ses biens à son décès.

 

Il existe trois formes :

* le testament olographe : Il doit être entièrement rédigé de la main du testateur et daté (Fait à...) et signé par lui.

* le testament à forme internationale : C'est une nouvelle forme de testament qui a été introduite dans notre législation en exécution d'une convention internationale que la Belgique a signée.  Le testament à forme internationale ne doit pas nécessairement être écrit de la main du testateur mais doit être signé par lui.  Pour autant qu'il remplisse les autres conditions de forme imposée par la loi, il sera automatiquement valable dans les autres pays qui ont signé la convention.

* le testament authentique ou notarié ou public : Il est dicté par le testateur à un notaire, en présence de deux témoins ou d'un second notaire.  Il est signé par toutes les parties.

 

Les effets : Un testament peut, jusqu'au décès de son auteur, toujours être révoqué, modifié ou complété.  En cas de pluralité de testaments, c'est le plus récent qui prévaut.  Si toutefois le testament le plus récent ne révoque pas expressément le(s) précédent(s), on appliquera les dispositions du (des) testament(s) antérieur(s) dans la mesure où elles sont compatibles avec les dispositions du testament le plus récent.

 

c)              La succession contractuelle.

 

La succession est contractuelle lorsqu'elle est attribuée en vertu d'un acte de donation qui prend effet après le décès du donateur.(stipulation du contrat de mariage)

 

3.               >Pourquoi auriez-vous besoin d'un testament ?

 

Voici quelques cas qui permettront de répondre à cette question.

♦      Albert et Alice sont mariés et n'ont pas fait de contrat de mariage. Si l'un d'eux décède, le survivant devra partager tous les biens du couple (même ceux au nom du survivant) avec les enfants du défunt, ou, à défaut d'enfant, avec sa famille.

♦      Bertrand et Brigitte vivent en couple depuis de nombreuses années sans être mariés.  Des amis leurs ont dit qu'ils étaient maintenant considérés mariés aux yeux de la loi.  C'est faux!  Si l'un décède, l'autre n'héritera de rien, les biens étant plutôt transmis aux enfants du défunt, ou, à défaut d'enfant, à sa famille.

♦      Charles et Caroline sont mariés et ont eu la prudence de faire un contrat de mariage qui contient une clause "au dernier vivant les biens", c'est-à-dire que si l'un d'eux décède, l'autre héritera de tout.   Ils ont cependant des enfants en bas âges et ils se demandent qui obtiendra la garde de ceux-ci, et qui administrerait l'argent au nom de ces derniers, s'ils venaient à mourir ensemble dans un accident.

♦      L'oncle Dollar est un célibataire endurci qui a réussi à mettre de côté un pécule assez intéressant. Il sait que s'il décède, tous ses biens seront partagés entre ses frères, ses soeurs et leurs enfants.  C'est bien ce qu'il voudrait mais il a peur tout de même que tout ce beau monde se chicane pour savoir "qui aura quoi"; il avait d'ailleurs toujours promis sa belle collection d'armes de chasse à l'un de ses frères.  De plus, certaines de ces personnes étant installées à l'extérieur de la région, il craint des difficultés quand viendra le temps de signer la "paperasse" après son décès.

♦      Étienne et Églantine sont un couple d'âge avancé, mariés en secondes noces.  Chacun a eu des enfants de son union précédente. Ils ont acquis ensemble une maison et des meubles.  Mais ils possèdent aussi de l'argent et certains autres biens accumulés au cours de leur premier mariage, dont ils ne voudraient pas voir leur propres enfants dépouillés.

♦      Si vous vous reconnaissez dans un de ces personnages, vous devez sérieusement songer à faire rédiger votre testament.

♦      Il n'est pas nécessaire d'attendre d'avoir beaucoup de biens pour cela.  De toute façon, tous ceux que vous accumulerez par la suite feront partie intégrante automatiquement de votre testament.

♦      Le testament préparé par et reçu devant un notaire constitue le meilleur moyen pour s'assurer le respect de vos dernières volontés.  De plus, comme le notaire conservera l'original du testament et l'enregistrera au registre de la Chambre des notaires, ce document sera toujours retraçable pour vos proches après votre décès.

4.               >Quels sont les droits de succession ?

 

La Belgique connaît trois types d impôts successoraux: les droits de succession, les droits de mutation par décès et la taxe compensatoire des droits de succession. Depuis le 1er janvier 1997, les droits de succession sont soumis à des régimes différents selon les régions du pays. Des règles dérogatoires visant à simplifier les taux applicables et à faciliter la transmission d entreprises familiales sont, en effet, applicables en Région flamande.

 

PRINCIPE. En cas de décès d un habitant du Royaume, un droit de succession est dû sur la valeur (déduction faite des dettes) de tout ce qui est recueilli dans sa succession. Est réputé habitant du Royaume celui qui, au moment de son décès, avait en Belgique son domicile effectif ou le siège de sa fortune patrimoine, la nationalité du défunt, son domicile légal et la situation de ces biens étant, en l occurrence, sans importance.

 

DÉCLARATION. Ce droit est établi sur la base de la déclaration qui doit être souscrite par les héritiers légitimes, les légataires et donataires universels, que la transmission ait lieu en usufruit ou en pleine propriété. Cette déclaration doit être déposée au bureau de l enregistrement dans le ressort duquel le défunt a eu son dernier domicile, ce dans les cinq, six et sept mois à compter du jour du décès, selon qu il est survenu en Belgique, dans un autre pays européen ou hors d Europe. Un montant de 1.000 BEF par mois de retard est dû, sans qu il puisse excéder 10% des droits dus. Aucune déclaration ne doit pas être souscrite quand le défunt ne laisse pas d immeuble ou quand la valeur des meubles comprise dans la succession est trop faible pour donner lieu à des paiements de droits de succession ou s il a inconditionnellement renoncé à la succession.

 

BASE IMPOSABLE. La valeur imposable des biens composant l actif de la succession est la valeur vénale au jour du décès. Cet actif comprend tous les biens immobiliers situés en Belgique ou à l étranger (même s ils ont été soumis à un droit de succession dans le pays concerné) dont le défunt était propriétaire ou usufruitier (la valeur imposable de l usufruit s élève à 4% de la valeur de la pleine-propriété, multipliée par un coefficient légal dépendant de l âge au jour de l acte de la personne sur la tête de laquelle l usufruit a été constitué), des biens meubles corporels se trouvant ou non en Belgique, les titres et autres revenus mobiliers (certains titres sont cependant exonérés), des comptes bancaires et comptes de chèques postaux, des carnets de dépôt et d épargne, des espèces, certaines assurances-vie et crédits sur comptes d épargne ou valeur de l assurance-épargne.

A relever également que les donations faites par le défunt dans les trois années précédant son décès sont considérées comme faisant partie de sa succession si la libéralité n a pas été assujettie au droit de donation (par exemple, via un don manuel), sauf le recours des héritiers ou légataires contre le donataire pour les droits de succession acquittés à raison desdits biens. Alors que ces biens ont définitivement quitté le patrimoine du défunt, leur valeur doit être fictivement ajoutée à la succession.

Le Receveur de l Enregistrement peut contester la valeur vénale des biens repris dans la déclaration de succession. Pour les biens immobiliers situés en Belgique, s il ne peut obtenir le paiement à l amiable des droits, il peut notifier une demande d expertise de contrôle. Cette possibilité est également ouverte aux déclarants qui peuvent faire procéder, à leurs frais, à l expertise des biens immobiliers situés en Belgique.

Quant au passif, il convient de mentionner toutes les dettes à charge du défunt au jour de son décès, ainsi que les frais funéraires dûment justifiés au moyen de pièces probantes à joindre à la déclaration.

 

TAUX. Les droits de succession sont calculés sur la partie nette de chacun des ayant droits, selon un taux progressif qui varie de 3% à 80% en fonction du degré de parenté avec le défunt et de l importance de la succession. Les héritiers en ligne directe (ascendants ou descendants) bénéficient de tarifs réduits différents(voyez tableau ci-dessous) selon la région du pays.

Tableau des droits de succession en ligne directe (enfants, petits-enfants, parents, grands-parents):

 

A)                  Région wallonne et Bruxelles-Capitale

 

Tranche de part nette

Montant total de l impôt sur les tranches précédentes, abstraction faite des abattements

Pourcentage applicable à chaque tranche

 

Jusqu à 500.000 BEF

 

3%

 

De 500.000 BEF à 1.000.000 BEF

15.000 BEF

4%

 

De 1.000.000 BEF à 2.000.000 BEF

35.000 BEF

5%

 

De 2000.000 BEF à 4.000.000 BEF

85.000 BEF

7%

 

De 4.000.000 BEF à 6.000.000 BEF

225.000 BEF

10%

 

De 6.000.000 BEF à 8.000.000 BEF

425.000 BEF

14%

 

De 8.000.000 BEF à 10.000.000 BEF

705.000 BEF

18%

 

De 10.000.000 BEF à 20.000.000 BEF

1.065.000 BEF

24%

 

Plus de 20.000.000 BEF

3.465.000 BEF

30%

 

 

 

B)                   Région flamande: Successions ouvertes dans la région flamande depuis le

1er janvier 1997.

 

Tranche

Montant total de l impôt sur les tranches précédentes

Pourcentage applicable à la tranche correspondante

Jusqu'à 2.000.000 BEF

 

3%

De 2.000.000 BEF à 10.000.000 BEF

60.000 BEF

9%

Plus de 10.000.000. Bef

780.000 BEF

27%

 

La succession est scindée en une partie mobilière et une partie immobilière, l intérêt étant que ces nouveaux taux s appliquent séparément sur la partie nette des biens immobiliers et mobiliers, ce qui en tempère la progressivité.

D une manière générale, les héritiers en ligne directe et le conjoint survivant bénéficient également d une exemption à concurrence de la première tranche de 500.000 BEF majorable en faveur de chaque enfant de moins de 21 ans de 100.000 BEF pour chaque année entière restant à courir jusqu à ce qu ils atteignent 21 ans. Le droit est réduit à 2% par enfant, avec un maximum de 2.500 BEF par enfant pour l héritier, légataire ou donataire qui a au moins 3 enfants n ayant pas atteint l âge de 21 ans, en vie au jour de l ouverture de la succession. Cette réduction est portée à 4% par enfant (max. 5.000 BEF par enfant) en faveur du conjoint survivant.

Pour les héritiers autres que les héritiers en ligne directe et le conjoint, la succession n est pas imposable lorsque l actif net total ne dépasse pas 25.000 BEF.

Pour les successions ouvertes depuis le 1er janvier 1997 dans la Région flamande, ces réductions et exemptions ont été supprimées. Par contre, les héritiers en ligne directe et le conjoint survivant bénéficient d une réduction chaque fois que leur part nette n excède pas 2.000.000 BEF.

A partir du 1er janvier 1998, la ou les personnes qui vivaient avec le défunt en Région flamande sans interruption depuis au moins trois ans, à la date d ouverture de la succession, bénéficieront des droits réduits suivants: 10 % sur la première tranche de 3.000.000 BEF, 35% sur la tranche comprise entre 3.000.000 et 5.000.000 BEF et 50 % au-delà de 5 millions. La tenue d un ménage commun est présumée réfragablement établie au moyen d un extrait du registre de la population. Elle est démontrée en outre par la volonté soutenue, manifestée par les deux parties, et par leur participation aux dépenses ménagères.

 

PAIEMENT. Les droits de succession doivent être payés dans les deux mois à partir de la date à laquelle la déclaration aurait dû être introduite (voyez point «Déclaration» ci-dessus). Ils peuvent être acquittés soit par versement ou virement, mandat postal ou chèque barré garanti ou au moyen de la dation en paiement d Suvres d art pour autant qu elles soient de renommée internationale et reconnues comme telles par la Commission ad hoc.

 

AMENDES, ACCROISSEMENTS, INTÉRÊTS DE RETARD. Des amendes égales à deux ou trois fois le montant des droits de succession, éventuellement réductibles, peuvent être infligées en cas d omission de biens, d insuffisances d évaluation, de déclarations d un passif inexact &). Elles doivent l être en cas de fraude caractérisée, auquel cas des amendes pénales sont applicables en sus. En cas de paiement tardif, des intérêts au taux de 8% sont dus.

 

Régimes spéciaux pour la transmission des entreprises et sociétés familiales

 

A)                  Région flamande

 

Principe. Pour autant que certaines conditions sévères soient remplies, il est possible d hériter d entreprises ou de sociétés familiales au taux uniforme de 3% (Décret du 20 décembre 1996).
Ce taux s applique sur la valeur des actifs investis dans l entreprise familiale ou des actions détenues dans une société familiale ou des créances sur une telle société, diminuée des dettes, sauf celles spécifiquement contractées en vue d acquérir ou de conserver d autres biens.
Les augmentations de capital et autres avoirs supplémentaires investis dans l entreprise au cours des 3 dernières années précédant le décès ne sont pas admis à réduction, sauf s ils répondent à des besoins financiers ou économiques légitimes.

Conditions. Pour pouvoir bénéficier de la réduction, trois conditions ne doivent pas être perdues de vue. D une part, il convient que l entreprise ou les parts de la société familiale aient appartenu de manière interrompue pour au moins 50% (calculé sur une base consolidée pour une société holding) au défunt et/ou au conjoint, et ce, pendant les cinq ans précédant le décès. D autre part, l entreprise ou la société doit compter, au cours des trois années antérieures au décès, au moins cinq travailleurs occupés dans la Région flamande sur la base de la législation sociale. Le taux réduit ne s applique enfin qu à la condition que l entreprise établisse des comptes annuels, ce durant les trois ans avant et les cinq ans après le décès.

Si, et dans la mesure où, il n est plus satisfait à la condition d occupation au cours des cinq années suivant le décès, la taxe est due au taux normal, des intérêts de retard étant comptés en sus à partir de la date du décès. Ce taux n est par ailleurs maintenu que pour autant que, pendant cinq ans après le décès, les parts ou les créances restent en possession des héritiers qui ont bénéficié du taux réduit.

Pratiquement, une attestation délivrée par la Communauté flamande certifiant que les conditions en matière d impôt et de droits de succession sont réunies doit être jointe à la déclaration de succession.

Quoi qu entré en vigueur depuis le 1er janvier 1997, ce régime pourrait être remis en question par le recours introduit devant la Cour d Arbitrage par le gouvernement fédéral.

 

B)                   Région wallonne

 

Dans la foulée du régime flamand que nous venons d examiner, le gouvernement wallon a adapté un avant-projet de décret visant à n imposer qu à 3% les transmissions successorales d entreprises individuelles ou sous une forme sociétaire, à l exclusion toutefois des professions libérales. Tout comme en Flandre, le taux réduit ne s applique que si l activité principale de l entreprise est poursuivie pendant cinq ans après le décès. Toutefois, les conditions relatives au maintien de l emploi sont moins strictes. Le régime wallon accorde la réduction du taux si l emploi, exprimé en unités de temps plein, est maintenu à 75% au moins de son niveau initial pendant cinq ans, indépendamment de toute considération territoriale.

Il est prévu que cette réglementation entre en vigueur le 1erjanvier 1998.

Pour être complet, précisons encore l approbation par le gouvernement fédéral d un projet de loi visant à soumettre à un droit de 3% la donation, par acte authentique (passé devant notaire) d entreprises individuelles (sociétés unipersonnelles) et d actions ou parts de société au moyen desquelles s exerce une activité industrielle, artisanale ou agricole ou encore une profession libérale.

Dans la mesure où aucune exigence en matière d emploi n est requise, l obtention de ce droit réduit est assorti de conditions moins strictes qu en matière de transmissions d entreprises en Région flamande.

En cas de donation d une entreprise individuelle, le donataire doit s engager à continuer l activité de l entreprise concernée et à ne pas affecter à usage d habitation les immeubles transmis avec bénéfice du taux réduit pendant une durée ininterrompue de 5 ans. S agissant de donations d actions, il conviendra de produire une attestation signée par un notaire ou un réviseur d entreprises certifiant que la donation porte sur la pleine propriété de titres représentant au moins 10% des droits de vote à l assemblée générale.

Ces actions et parts devront être conservées durant 5 ans. Pendant cette même période, la société devra maintenir son siège de direction effective sur le territoire d un État Membre de l Union Européenne. Si l ensemble des actions ou parts qui font l objet de la donation représentent moins de 50% des droits de vote à l assemblée, un pacte d actionnariat portant sur au moins 50% des droits de vote devra être produit, selon des modalités qui devront être fixées par le Roi.

Si ces conditions ne sont pas remplies (ou plus remplies, auquel cas, il convient de le déclarer spontanément au bureau de l enregistrement), des droits complémentaires seront dus, majorés d intérêts de retard, sauf en cas de force majeure, lorsque l entreprise ou les actions sont cédées par transmission successorale ou par donation ou par cession à un adhérent à la convention d actionnaires pour autant que les cessionnaires respectent les engagements initiaux, voire lorsque les biens sont restitués par le donataire initial dans le délai de cinq ans.

 

5.               >Qu'est-ce qu'une libéralité ?

 

On appelle libéralité l'acte par lequel une personne transmet à titre gratuit un bien à une autre personne. Il y a trois sortes : 

 

      - la donation entre vifs

      - la donation testamentaire (voir les testaments)

      - la donation contractuelle

 

a)              La donation entre vifs

 

La donation entre vifs est un contrat par lequel le donateur se dépouille immédiatement et irrévocablement de la chose donnée, en faveur du donataire, qui l'accepte. (tous les deux sont en vie)

Les formes : En principe, la donation doit être constatée par un acte notarié. Elle peut être faite indirectement

exemple : la vente d'immeuble, remise de dette

exception : les biens meubles peuvent être donné de la main à la main (don manuel)

Les effets : Une donation est en principe irrévocable dès lors qu'elle est acceptée par le donataire.

exception : dans trois cas, la donation peut être révoqué :

- en cas de non respect des charges par le donataire (donation = maison à charge pour le donataire de l'entretien en bon état. Le donataire laisse dépérir la maison, par exemple, le donateur peut révoqué la donation de la maison)

- en cas d'ingratitude du donataire (le donataire attente à la vie du donateur)

- la donation entre époux sont toujours révocables, lorsqu'elles sont faites pendant le mariage (sauf donation faite par contrat de mariage).

 

b)              Qu'est-ce que la réserve ?

 

La réserve est la portion de la succession dont on ne peut priver certains héritiers, appelés héritiers "réservataires".  La quotité disponible est la partie restante, qui peut faire l'objet d'une donation ou d'un testament en faveur de quiconque.

 

c)              Les héritiers réservataires

Il y a trois catégories d'héritiers réservataires :

 

** Les descendants

- Si le défunt laisse un seul enfant (ou descendant), sa réserve est égale à la moitié de la succession.

- Si le défunt laisse deux enfants (ou descendants), la réserve de chacun est d'un tiers.  La quotité disponible est donc d'un tiers également.

- Si le défunt laisse trois enfants (ou descendants) ou plus, leur réserve est de trois quarts ensemble.

 

** Le conjoint survivant

La réserve du conjoint survivant est égale à l'usufruit de la moitié de la succession.  Il a toujours droit à l'usufruit du logement familial de la famille et des meubles qui le garnissent(même si leur valeur est supérieur à l'usufruit de la moitié de la succession).

 

** Les ascendants

Ils n'ont droit à une réserve que s'il n'y a ni descendants, ni conjoint survivant, ni frère, ni soeur.  Cette réserve est d'un quart pour la mère du défunt et d'un quart pour le père du défunt.  Si le défunt ne laisse pas de frère ou sSur, les ascendants autres que les père et mère bénéficient de cette réserve.

 

d)              Conséquence de l'existence d'héritiers réservataires.

Si par donation entre vifs ou par testament, le défunt a atteint la réserve d'un héritier réservataire, la donation est réduite à due concurrence.  Il ne sera maintenu que dans la mesure ou il n'excède pas la quotité disponible.

 

e)              La succession : acceptation, renonciation ?

Toute personne appelée à succéder, a le choix entre trois attitudes :

è Accepter purement et simplement la succession.  Dans ce cas, son patrimoine et celui du défunt se mélangent complètement.  L'héritier devra payer les dettes du défunt, même si elles sont plus importantes que l'actif de la succession.

è Accepter sous bénéfice d'inventaire.  Dans ce cas les deux patrimoines restent séparés.  L'héritier ne devra payé les dettes du défunt qu'à concurrence de l'actif successoral.

è Renoncer à la succession.  Dans ce cas, il n'héritera ni de l'actif, ni du passif.  L'acceptation sous bénéfice d'inventaire et la renonciation se font par déclaration au greffe du tribunal de première instance.

 

 

 

V. Inégalités et différences de composition du patrimoine

 

Le montant absolu et la composition du patrimoine varient selon la catégorie sociale et le niveau de revenu des ménages.

 

  1. Montant du patrimoine
  2. Composition du patrimoine

A.             Montant du patrimoine

 

Les inégalités de patrimoine sont plus importantes (deux à trois fois plus) que les inégalités de revenu.

 

Ce fait s'explique par deux phénomènes :

·      malgré l'impôt sur les successions, l'héritage permet au patrimoine de s'accumuler de génération en génération ;

·      en outre, la propension à épargner des revenus élevés étant plus forte que celle des revenus faibles, plus un ménage a un revenu important, plus il peut épargner et donc augmenter son patrimoine.  Inversement plus un patrimoine est important, plus il est susceptible d'engendrer un revenu élevé.  Inégalités de revenu et inégalités de patrimoine se renforcent donc mutuellement.

B.              Composition du patrimoine

 

Elle dépend essentiellement de la catégorie sociale, du revenu et de l'âge.  On peut distinguer le patrimoine professionnel (entreprises), le patrimoine de rapport (valeurs mobilières, comptes et livrets, "pierre et terre" en location), le patrimoine à usage domestique (qui comprend surtout l'habitation).

 

Le patrimoine professionnel est évidemment un élément important du patrimoine des indépendants (jusqu'à 54 % pour les agriculteurs).

Le patrimoine à usage domestique domine d'autant plus chez les salariés que leur revenu est plus faible (66 % chez les ouvriers).

 

Le patrimoine de rapport domine chez les indépendants non-agriculteurs, les professions libérales, les cadres et les inactifs ; une part relativement élevée de liquidités caractérise le patrimoine de rapport des ménages à faible revenu.

Les valeurs mobilières et les placements spéculatifs, sont surtout l'apanage des titulaires de hauts revenus.

 

 

 

Idée méthodologique d'Estelle Depuydt (promotion 1998) :  Vous pouvez vous servir de la composition patrimoniale d'une certaine famille.  Dans cet exemple, essayer de classer les éléments selon leur nature ou selon les buts poursuivis par les épargnants &.

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Qu'est-ce que la monnaie ?

 

  1. Les fondements de la valeur de la monnaie
  2. Les fonctions et les formes de la monnaie
  3. Les mesures des différents moyens de placement et de paiement


 

I.    Les fondements de la valeur de la monnaie

 

Clé de la vie économique et sociale, l'utilisation de la monnaie, sous toutes ses formes, est devenue permanente pour tous les agents économiques.

 

D'où provient cette acceptation générale, quasi universelle dans le monde moderne ?  Sa valeur repose sur trois fondements :

 

  1. Un fondement matériel
  2. Un fondement institutionnel
  3. Un fondement psychosocial

A.             Un fondement matériel

 

À l'origine, la monnaie est un bien ayant une valeur en soi : une marchandise (coquillages, bétail...) ou du métal précieux (or, argent).  Mais aujourd'hui, les billets de banque ou les pièces de monnaie ont perdu la plus grande part de leur valeur matérielle : on dit que la monnaie s'est "dématérialisée".

B.              Un fondement institutionnel

 

Les monnaies que nous utilisons ne sont plus que des symboles, des signes aux quels seules l'autorité de l'État et la loi confèrent une valeur.

Le billet de banque est une monnaie de papier qui n'a pas de valeur intrinsèque, mais une valeur légale ou "nominale", correspondant au montant indiqué sur chaque face du billet.  Au-delà de cet aspect symbolique, la monnaie peut être considérée comme une expression du pouvoir dans la société ; cette conception qui voit dans l'échange un rite où se polarise et se décharge la violence des rapports sociaux sera étudiée au chapitre 9.

Pensons à la monnaie Zaïre de l ex-Zaïre, devenu récemment Congo...

 

Notion également difficile pour les élèves.  Comment peut-on leur expliquer qu'une pièce de 1 BEF ne vaut pas 1 BEF.  Peut-être est-ce plus facile pour eux de comprendre qu'un billet de 1000 BEF ne vaut pas 1000 BEF.  Question que l'on peut poser : "Combien faut-il pour fabriquer un billet de 1000 BEF ?" ou "Est-ce que la fabrication du billet demandera des coûts qui s'élèvent à 1000 BEF ? ""

C.             Un fondement psychosocial

 

Toute monnaie doit être acceptée par les agents, et sa valeur repose sur la confiance.  Chaque agent d'une "communauté de paiement" (utilisant une monnaie commune) sait qu'elle est acceptée par les autres agents et que sa valeur sera conservée au moins un certain temps.

Toutes sortes de biens, du métal au papier-monnaie en passant par des cigarettes (utilisées pendant la Seconde Guerre mondiale dans les camps de prisonniers) peuvent alors devenir de la monnaie, pourvu que la société leur confie ce rôle.

 

Demandez à vos élèves s'ils sont d'accord de recevoir comme argent de poche des crayons ou encore des cigarettes.  Ils ne pourront rien en faire si ce n'est que les utiliser, mais ils n'arriveront pas à les échanger contre d'autres biens (aller boire un verre par exemple).

 

 

II. Les fonctions et les formes de la monnaie

 

  1. Fonctions de la monnaie
  2. Formes de la monnaie

A.             Fonctions de la monnaie


La fonction d'intermédiaire dans l'échange // La fonction de calcul ou d'unité de compte // La fonction de réserve de valeur // La fonction moderne d'instrument de politique économique

 

La monnaie remplit depuis des temps immémoriaux un certain nombre de fonctions traditionnelles : d'échange, de calcul et de réserve.  À cela s'ajoute la fonction moderne : un instrument de politique économique.

1.              La fonction d'intermédiaire dans l'échange

 

La monnaie sert d'intermédiaire dans l'échange.  En l'absence de monnaie, les transactions prennent la forme du troc, qui n'est guère pratique : si je suis producteur d'Sufs et que je désire acheter un bSuf, il n'est pas certain que je trouve un vendeur qui acceptera 150 000 Sufs en échange...

 

Tandis que le troc freine les transactions, la monnaie les développe en garantissant la liberté de choix entre les multiples biens et services offerts sur le marché.

2.              La fonction de calcul ou d'unité de compte

 

On dit que la monnaie est un étalon de valeur : elle permet de comparer des biens hétérogènes les Sufs et le bSuf, les voitures) en les évaluant par rapport à un étalon unique (l'Suf vaut de 4,5 BEF à 6 BEF ;   la voiture moyenne vaut de 350 à 800 000 BEF, donc la voiture équivaut à environ 150 000 oeufs).

3.              La fonction de réserve de valeur

 

N'étant pas périssable, la monnaie conserve sa valeur, elle permet de faire face à des besoins éloignés dans le temps, d'affronter le risque et l'incertitude.

 

Keynes distinguait trois raisons de détenir de la monnaie (des "encaisses")

·      pour régler nos achats futurs (motif de transaction) ;

·      pour faire face à une baisse éventuelle de nos revenus (motif de précaution) ;

·      dans un but spéculatif, par exemple pour acheter plus tard des actions ou un terrain à un prix inférieur au prix actuel (motif de spéculation).

4.              La fonction moderne d'instrument de politique économique

 

De nos jours, la monnaie est devenue un instrument de politique économique (étape 9) : le gouvernement peut l'utiliser pour influencer l'activité économique, et améliorer certains indicateurs du tableau de bord.

Par exemple, la modification du taux d'intérêt, c'est-à-dire du coût des emprunts, va influencer la demande de crédit des ménages.  Si le gouvernement souhaite ralentir la consommation, afin de diminuer les achats de biens étrangers et rétablir la balance commerciale (exportations - importations), il augmentera le taux d'intérêt du crédit à la consommation.

Ainsi, ceux qui détiennent de l'argent, iront le placer, et ne consommeront pas ;

ceux qui n'ont pas assez d'argent n'emprunteront pas car les taux sont élevés.

 

LES FONCTIONS DE LA MONNAIE

 

* Les fonctions traditionnelles :

n    fonction d'intermédiaire dans l'échange ;

n    fonction de calcul ou d'unité de compte ;

n    fonction de réserve de valeur.

 

* La fonction moderne : la monnaie est devenue un instrument de politique économique utilisé par le gouvernement (et par les autorités monétaires) pour influencer l'activité économique et tenter d'améliorer certains indicateurs du tableau de bord.

 

B.              Formes de la monnaie

La monnaie fiduciaire : monnaie métallique et monnaie de papier // La monnaie scripturale // La monnaie scripturale : comment ?

Les formes sous lesquelles se présente la monnaie ont évolué et continuent d'évoluer dans le sens de la dématérialisation.  On distingue aujourd'hui la monnaie fiduciaire et la monnaie scripturale.

1.              La monnaie fiduciaire : monnaie métallique et monnaie de papier

 

La monnaie fiduciaire (du latin fiducia = confiance) est composée de la monnaie métallique (pièces) émise par le Trésor public et de la monnaie de papier (billets émis par la Banque centrale : la Banque Nationale).

 

La monnaie métallique (ou divisionnaire)

·      Les pièces de monnaie actuelles sont une survivance de l'époque où la monnaie était représentée par des richesses matérielles, puis par des métaux précieux utilisés pour leurs qualités spécifiques : inaltérables, transportables, fongibles et divisibles.

·      De monnaie-étalon (moyen de paiement légal discrétionnaire et librement monnayé), le franc belge est devenu une monnaie-signe (toujours légale et discrétionnaire, mais plus librement monnayée) puis monnaie d'appoint.  Cette monnaie joue de nos jours un rôle d'appoint.  Son pouvoir libératoire, c'est-à-dire la possibilité de libérer d'une dette, de payer des produits avec des pièces de monnaie est, de fait, limité : actuellement 1000 BEF..

·      En Belgique, elle est émise par le Trésor public (= État belge), plus précisément par la Monnaie (ou Fonds monétaire), une section du ministère des Finances, resté fédéral.  Ce dernier vend les pièces de monnaie à la Banque Nationale, qui les mettra en circulation par l'intermédiaire des banques.

 

La monnaie de papier sous forme de billets de banque

·      À l'origine (on en parle en Chine au IXe siècle), ces billets étaient des reconnaissances de dette de la part d'un banquier, toujours convertibles en monnaie métallique.  Ils devinrent peu à peu inconvertibles et circulèrent de la main à la main entre les porteurs successifs.

·      Au départ, on parlait de papier-monnaie représentatif, car sa couverture or était de 100 %.  Ensuite, on parla de papier-monnaie fiduciaire, toujours convertible en or, mais dont la couverture or n'était plus que partielle.  Plus tard, le papier-monnaie fut appelé conventionnel, car non convertible en or (sauf quantité minimale de 1 ou 12,5 kg d'or, dont le cours en avril 1997 était de 390 000 BEF le kg).

·      Les billets de banque sont inconvertibles c'est-à-dire qu'on ne peut plus les échanger contre du métal précieux auprès de l'Institut d'émission (la banque centrale) ; c'est ce que les spécialistes nomment le cours forcé.

·      Aujourd'hui, le billet de banque est le type même de monnaie fiduciaire.  II est émis par la Banque Nationale, qui possède le monopole de l'émission.

·      La monnaie fiduciaire (pièces et billets) représente en Belgique moins de 16 % de l'ensemble des moyens de paiement, c'est-à-dire des formes de monnaie utilisées pour les transactions, dont 3,5 % en pièces et 96,5 % en billets).

2.              La monnaie scripturale

 

II ne faut pas confondre la monnaie scripturale (les fonds déposés dans les institutions ci-dessus) avec les instruments qui permettent sa circulation : le chèque, le virement, les cartes de paiement, le titre Interbancaire de paiement (TIP), l'avis de prélèvement, etc.

 

La monnaie scripturale est composée des dépôts à vue en francs ouverts auprès :

·      des établissements de crédits (les banques) ;

·      de la Poste ;

·      des caisses d'épargne ;

·      des comptables du Trésor.

Elle créée et transférée d'un compte à un autre par un simple jeu d'écriture.

 

 

LES DIFFÉRENTS INSTRUMENTS DE RÈGLEMENTS SCRIPTURAUX

1.    Le chèque (51 % des moyens de paiement scripturaux) :le plus utilisé en Belgique ; près de 1 milliard de chèques émis en 1992.

2.    Le virement (16 %) : permet d'effectuer des transferts de fonds entre comptes sur ordre du débiteur ; utilisé essentiellement pour le versement des retraites et des pensions.

3.    La domiciliation, mise au point pour le règlement des factures de gaz, électricité, simplifie l'acte de paiement et la gestion comptable ; il permet au débiteur de donner par signature son accord au paiement régulier de facture de montant variable à un même créditeur.

4.    L'ordre permanent, permet au débiteur de donner par signature son accord au paiement régulier d'un même montant à un même créditeur.

5.    Les cartes de paiement (22 %) ont concerné en 1992 quelque 2 millions de porteurs, qui ont effectué 1 milliard de règlements chez les commerçants affiliés, et une centaine de millions de retraits d'espèces dans les distributeurs automatiques de billets et les guichets automatiques installés en Belgique.  On distingue les cartes de débit et les cartes de crédit, et la grande spécialité belge reconnue internationalement, la carte PROTON, porte-monnaie électronique

 

La monnaie scripturale se développe à un rythme très rapide : sa sécurité et sa commodité sont supérieures à celles de la monnaie fiduciaire.  À la limite, on pourrait imaginer une société où la monnaie circulerait sans aucun support matériel ; tous les règlements se feraient par jeux d'écriture et par l'intermédiaire d'un ordinateur central.

3.              La monnaie scripturale : comment ?

 

1.    Imaginons une seule banque, chez laquelle un client A apporte 1 M BEF. En billets.  Le banquier, dans son bilan, affectera ce montant dans son actif (=caisse) et dans son passif (=compte-client A).  Ce million de monnaie fiduciaire est retiré de la circulation de billets.

2.    Si le client A paie l'un de ses créanciers sur l'avoir de son compte en banque, en le virant sur le compte du client B (de la seule banque), l'argent fiduciaire est transformé en monnaie scripturale, mais sans création d'argent, puisque le stock monétaire est inchangé.

3.    Si le banquier, par expérience, constate que ses clients (épargnants), ne retirent qu'environ 10 % de leur avoir en dépôt, il en conclura qu'il n'est pas nécessaire de garder ce million passivement en caisse.  Il estimera pouvoir accorder des crédits pour 0,9 M BEF..

4.    Si un client C se présente chez le banquier pour obtenir un crédit, le banquier pourra aller jusqu'à prêter 0,9 M. qu'il déposera sur un compte client C.  Le banquier, dans son bilan, affectera ce montant dans son actif (=créance sur C) et dans son passif (=compte-client C).  Le total bilantaire de la banque sera donc de 1,9 M.

5.    Puisque le banquier, par expérience, constate que ses clients (épargnants), ne retirent qu'environ 10 % de leur avoir en dépôt, il en conclura qu'il n'est pas nécessaire de garder ces 1,9 M passivement dans son actif.  Il estimera devoir garder 0,19 M et pouvoir accorder des crédits pour 1,71 M BEF (dont 0,9 M déjà accordé à C).  Il a donc 0,81 M à "placer" sous forme de crédit à accorder.

6.    Si un client D se présente chez le banquier pour obtenir un crédit, le banquier pourra aller jusqu'à prêter 0,81 M. qu'il déposera sur un compte client D.  Le banquier, dans son bilan, affectera ce montant dans son actif (=créance sur C) et dans son passif (=compte-client D).  Le total bilantaire de la banque sera donc de 2,71 M.

7.    Puisque le banquier, par expérience, constate que ses clients (épargnants), ne retirent qu'environ 10 % de leur avoir en dépôt, il en conclura qu'il n'est pas nécessaire de garder ces 2,71 M passivement dans son actif.  Il estimera devoir garder 0,271 M et pouvoir accorder des crédits pour 2,439 M BEF (dont 0,9 M déjà accordé à C et 0,81 M accordé à D).  Il a donc 0,729 M à "placer" sous forme de crédit à accorder.

8.    Si un client E se présente chez le banquier pour obtenir un crédit, le banquier pourra aller jusqu'à prêter 0,729 M. qu'il déposera sur un compte client D.  Le banquier, dans son bilan, affectera ce montant dans son actif (=créance sur D) et dans son passif (=compte-client D).  Le total bilantaire de la banque sera donc de 3,439 M.

9.    Puisque le banquier, par expérience, constate que ses clients (épargnants), ne retirent qu'environ 10 % de leur avoir en dépôt, il en conclura qu'il n'est pas nécessaire de garder ces 3,439 M passivement dans son actif.  Il estimera devoir garder 0,3439 M et pouvoir accorder des crédits pour 3,0951 M BEF (dont 0,9 M déjà accordé à C, 0,81 M accordé à D et 0,729 M accordé à E).  Il a donc 0,6561 M à "placer" sous forme de crédit à accorder... et total bilantaire de 4,0951 M.

10. Si les opérations se poursuivent, le banquier, dans son bilan, aura affecté un montant dans son actif (=caisse 1 M +créances pour 9 M sur C,D,E,...) et dans son passif (=compte-clients A,C,D,E,...).  Le total bilantaire de la banque serait alors de 10 M.

11. On remarquera que l'encaisse du banquier est de 1 M de monnaie fiduciaire pour 9 M de monnaie scripturale crée sous forme de crédits divers.  De plus, le banquier pourra honorer les 10 % statistiquement retiré par les déposants.

 

 

 

III.Les mesures des différents moyens de placement et de paiement

 

  1. Définition de la masse monétaire
  2. Les agrégats de monnaie
  3. Texte lacunaire concernant les agrégats de monnaie
  4. Représentation synthétique des agrégats de monnaie

A.             Définition de la masse monétaire

 

La masse monétaire au sens étroit (=M1) est composée de l'ensemble des moyens de paiement sous forme de monnaie métallique (ou divisionnaire), fiduciaire (billets). La masse monétaire au sens moins étroit (=M2) est composée de l'ensemble de la monnaie scripturale (dépôts à vue), émis ou gérés par les établissements de crédit publics : la Banque Nationale, les centres de chèques postaux, les Caisses nationales d'épargne et le Trésor public (État belge).

La masse monétaire au sens large (=M3) ou quasi-monnaie englobe en outre des placements dans des établissements de crédit privés (à vue et à terme) qui ne sont pas immédiatement utilisables comme moyens de paiement, donc moins liquides que la monnaie (voir tableau infra), mais qui peuvent facilement se transformer en monnaie scripturale et/ou fiduciaire.

 

Liquidité : un actif est liquide s'il est immédiatement utilisable comme moyen de paiement.

La monnaie métallique ou fiduciaire représente la liquidité par excellence.

 

Placement à vue : placement rémunéré par le versement d'un intérêt et que l'on peut retirer à tout moment : les différents livrets d'épargne.

Placement à terme : placement rémunéré que l'on ne peut retirer qu'à une échéance convenue (le "terme") : bons d'épargne à deux ans par exemple.

 

Les placements à vue et à terme ont une liquidité inférieure à celle de la monnaie, ils ne peuvent remplir immédiatement l'une de ses fonctions essentielles : la fonction de règlement.  Mais ils peuvent être rapidement transformés en monnaie : l'argent placé sur des livrets d'épargne peut être aisément retiré ou transféré sur un compte à vue.  On les qualifie traditionnellement de quasi-monnaie.  C'est pourquoi la Banque Nationale, dans ses études statistiques, les intègre dans la masse monétaire au sens large.

B.              Les agrégats de monnaie

 

II est indispensable de mesurer le plus précisément possible la masse des moyens de paiement dont disposent les agents.

En effet, la monnaie est un instrument d'action essentiel de l'état, et la politique monétaire (étape 9)fait partie intégrante de la politique économique du gouvernement.  Les agrégats de monnaie sont, des indicateurs statistiques reflétant la capacité de dépense des agents non financiers résidents,.  La banque centrale en a construit quatre, intitulés M1, M2, M3 et M4, du plus étroit au plus large, en intégrant successivement de nouveaux produits financiers.

 

M3, que la Banque Nationale intitule masse monétaire est l'indicateur de référence  de celle-ci pour surveiller la croissance de la monnaie.

 

On remarque, dans le tableau ci-dessous, la part relativement faible des monnaies métallique et fiduciaire : les pièces et billets représentent moins de 5 % de la masse monétaire M3.

 

Les agrégats de monnaie en (en milliards de francs, en 1970 et 1988)

C.             Texte lacunaire concernant les agrégats de monnaie

 

 

 

Les agrégats de la masse monétaire

La masse monétaire correspond à l'ensemble des actifs _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  détenus par les agents économiques. Mesurer le _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  de monnaie revient à mesurer le potentiel de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  immédiate sur le marché des _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ , c'est-à-dire l'ensemble des encaisses monétaires des agents _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Comptabiliser les encaisses monétaires suppose de pouvoir distinguer dans le _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  des agents ce qui correspond à une réserve de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  de ce qui correspond à une _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  durable. C'est pourquoi il existe différents _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   regroupant les _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  en fonction de leur degré de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ La _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  d'un actif est la facilité plus ou moins grande avec laquelle un actif est transformé en _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Le premier agrégat _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  comporte la monnaie au sens strict, monnaie _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  et monnaie _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  qui permettent de régler les dettes _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  sans _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Les agrégats suivants regroupent des actifs qui ne peuvent être utilisés directement dans les transactions mais doivent être auparavant transformés. Cette transformation est plus ou moins aisée et peut comporter un coût.

actifs

agrégats

biens et services

demande

épargne

fiduciaire

financiers

flux

immédiatement

liquides

liquidité

M1

M2

monnaie

moyens de paiement

non financiers

patrimoine

scripturale

stock

transformation

 

Solution : Les agrégats de la masse monétaire

 

La masse monétaire correspond à l'ensemble des actifs liquides détenus par les agents économiques. Mesurer le stock de monnaie revient à mesurer le potentiel de demande immédiate sur le marché des biens et services, c'est-à-dire l'ensemble des encaisses monétaires des agents non financiers.

Comptabiliser les encaisses monétaires suppose de pouvoir distinguer dans le patrimoine des agents ce qui correspond à une réserve de moyens de paiement de ce qui correspond à une épargne durable. C'est pourquoi il existe différents agrégats regroupant les actifs en fonction de leur degré de liquidité. La liquidité d'un actif est la facilité plus ou moins grande avec laquelle un actif est transformé en monnaie.

Le premier agrégat M1 comporte la monnaie au sens strict, monnaie fiduciaire et monnaie scripturale qui permettent de régler les dettes immédiatement sans transformation. Les agrégats suivants regroupent des actifs qui ne peuvent être utilisés directement dans les transactions mais doivent être auparavant transformés. Cette transformation est plus ou moins aisée et peut comporter un coût.

D.             Représentation synthétique des agrégats de monnaie

 

À compléter : Les agrégats de la masse monétaire

 

Solution : Les agrégats de la masse monétaire

 

 

Idée méthodologique proposée par Estelle Depuydt (promotion 1998) :  Vous pouvez vous servir des textes :

« La monnaie dans l antiquité » « Du métal au papier », « Les monnaies et le commerce avec l étranger », « Vers la monétique » , Les cahiers du petit Ligueur 9 : Belgique. L argent circule, Bxl, 1995.

Peut-être en profiter pour parler de l Euro. &.

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Le banquier, un commerçant d'argent ?

Un travail collectif d'étudiants

 

  1. Le banquier, quid ?
  2. Les origines de la Banque
  3. Les comptes à vue
  4. L'épargne
  5. Les autres formes d'épargne ou valeurs mobilières
  6. Les différents types de crédit proposés par les banques
  7. Proposition de test sur les crédits


 

I.    Le banquier, quid ?

 

  1. La Banque, quid ?




A.             La Banque, quid ?

 

Comparons le banquier avec un boucher pour tenter d expliquer le rôle et les fonctions de la banque. Nous pouvons dire que le banquier et le boucher sont tous les deux des commerçants.

 

Le boucher est un commerçant de viande tandis que le banquier est un commerçant d argent. S ils sont commerçants, leur fonction est bien d acheter quelque chose pour le revendre ensuite.

 

 

 

Premier schéma :

 

 

                  VIANDE                                                                                                   ARGENT

 

                            Achète quoi ?                                                                                                    Achète quoi ?

 

 

BOUCHER

 

 

BANQUIER

 
 

                                                                          

                                              

 

 

                           Vend quoi ?                                                                                                        Vend quoi ?

 

 

                   VIANDE                                                                                                         ARGENT

 

D où vient la viande que le boucher nous vend ? Il l achète à ses fournisseurs (ou abattoirs).

 

Il la revend ensuite à des consommateurs, c est-à-dire nous.

 

 

Nous venons de dire que la banquier vend de l argent, cela signifie qu il met à notre disposition de l argent sous forme de crédit ou d emprunt.

 

      Þ Il vend de l argent aux emprunteurs.

 

Mais d où vient cet argent ?

Il provient tout simplement de l épargne c est-à-dire de l argent que l on dépose à la banque.

 

      Þ Il achète cet argent aux déposants..

 

Deuxième schéma :

 

          SES FOURNISSEURS                                                                    DÉPOSANTS

 

 

 

                            A qui ?                                                                                                                A qui ?

 

 

                  VIANDE                                                                                                   ARGENT

 

                            Achète quoi ?                                                                                       Achète quoi ?

 

 

BOUCHER

 

 

BANQUIER

 
 

                                                                          

                                              

 

 

                           Vend quoi ?                                                                                                      Vend quoi ?

 

 

                   VIANDE                                                                                                         ARGENT

 

                                A qui ?                                                                                                            A qui ?

 

 

  CLIENTS / CONSOMMATEURS                                                                     EMPRUNTEURS

 

Le boucher achète donc sa viande à ses fournisseurs (ou abattoirs) à un prix appelé PRIX D´ACHAT.

 

Il revend ensuite sa viande à ses clients à un prix appelé PRIX DE VENTE.

 

      Þ Le boucher est un intermédiaire, un point de rencontre entre l offre et la demande de viande.

 

 

De la même façon, le banquier achète de l argent aux déposants puisqu il paie des intérêts pour ces dépôts.

 

Ensuite, il revend cet argent aux emprunteurs et reçoit des intérêts.

 

      Þ Le banquier est un intermédiaire, un point de rencontre entre l offre et la demande

           d argent.

 

 

 

 

 

 

Troisième schéma :

 

 

PRIX D´ACHAT                                                                                 INTÉRETS

      

 

                           A quel prix ?                                                                         A quel prix ?

 

 

        SES FOURNISSEURS                                                                                            DÉPOSANTS

 

 

                            A qui ?                                                                                                                 A qui ?

 

 

                  VIANDE                                                                                                      ARGENT

 

                            Achète quoi ?                                                                                      Achète quoi ?

 

 

BOUCHER

 

 

BANQUE

 
 

                                                                          

                                                               INTERMÉDIAIRES

 

 

                           Vend quoi ?                                                                                                      Vend quoi ?

 

 

                   VIANDE                                                                                                         ARGENT

 

                               A qui ?                                                                                                 A qui ?

 

 

                   CLIENTS                                                                                                 EMPRUNTEURS

 

 

                           A quel prix ?                                                                              A quel prix ?

 

 

PRIX DE VENTE                                                                   INTÉRETS

 

 

 

Cependant, le boucher revend, en général, sa viande plus cher qu il ne l a acheté dans le but de faire du BÉNÉFICE.

 

Or le banquier est également un commerçant et donc, son but est également de faire du bénéfice.

Celui-ci correspond à la différence entre les intérêts qu il reçoit des emprunteurs et les intérêts qu il paie aux déposants.

 

 

 

 

 

 

II. Les origines de la Banque

 

 

  1. Est-ce la faute à Ève &?
  2. Ou est-ce la faute à Sémiramis ?
  3. Les «trapézistes » d Athène
  4. Ton argent ne dort pas, Brutus
  5. Le péché « capital » au début du Moyen-Age
  6. Les templiers : 9 000 "agences"
  7. De la foire à la Banque en passant par le Mont-de-piété
  8. Le billet de banque
  9. La banque nationale

A.             Est-ce la faute à Ève &?

 

Tout a commencé avec le troc. Et comment savoir ou remonte le premier troc ?

Pour éluder la question, on pourrait dire que c est Ève qui, lorsqu elle tendit la pomme à Adam, fut la première à attendre quelque chose en échange. Et ce qui suivit nous laisse croire qu elle l obtint.

Autrement dit, déterminer l origine du troc équivaut presque à déterminer l origine de l  « homo sapiens ». Un homme suffisamment intelligent pour comprendre qu il pouvait très bien échanger un silex contre un os à moelle de mammouth, sans devoir aller chasser lui-même.

Si l échange fut fondamental, en ce sens qu il mettait en présence l offre et la demande, il restait encore très éloigné d un système bancaire.

Pour que celui-ci existe, il fallait, en effet, tout d abord un excédent, une épargne et ensuite, un moyen d évaluation, une monnaie. Mais cette dernière, comme nous allons le voir, ne devait pas être nécessairement sonnante et trébuchante.

 

B.              ou est-ce la faute à Sémiramis ?

 

Bien que les historiens ne soient pas tout à fait d accord, les Grecs et les Romains attribuaient à Sémiramis la fondation de l opulente Babylone.

Or, c est à Babylone que l on a trouvé les plus anciens « documents bancaires ». Ils dataient de 4000 ans. A cette époque pourtant, il n existait pas de monnaie métallique.

Quel était alors le moyen d évaluation dont nous parlions plus haut ?

Tout simplement le blé. C était la première forme de capital, au sens financier du mot, de part sa nécessité première, sa certaine durabilité et son étalonnage facile par volume.

A Babylone, le blé excédentaire était stocké dans les temples sous la garde vigilante des prêtres. C étaient, en quelque sorte, les premières banques de dépôts..

L on y prêtait aussi : on a retrouvé en Babylonie des traces de prêts d orge de 33% l an. Ainsi que des avances sur récolte, des prêts de matériel, des transferts de blé d un possesseur à un autre, etc.

C.             Les «trapézistes » d Athènes

 

C est au VIème siècle avant Jésus-Christ qu apparut en Grèce la monnaie métallique. Et, avec elle, un système bancaire digne de ce nom.

  Net progrès par rapport au blé et autres céréales, la monnaie n en était pas moins lourde et dangereuse à transporter ; ce qui eut pour effet de faire découvrir un mode de paiement plus pratique et plus sûr : les mandats de paiements nominatifs.

Les banquiers grecs s appelaient les « trapezistai » ou trapézistes. Non parce que leur habilité financière relevait de la haute voltige, mais parce que, en grec, le mot «trapezis » signifie «comptoir ».

Au départ, en effet, ces banquiers étaient surtout des changeurs qui, derrière leur comptoir, écoulaient avec une égale bonhomie, la bonne, la moins bonne et la mauvaise monnaie.

La réglementation des activités bancaires devait affiner la technique des «trapezitai ».

Ils s occupèrent bientôt de faire fructifier les dépôts, de prêter aux particuliers et aux négociants, de payer et d encaisser pour le compte de tiers &

Sur le chemin des banques, on voyait se croiser indifféremment ceux qui s étaient enrichis à la guerre, ceux qui voulaient s enrichir par leur commerce ou leur métier et ceux qui vivaient au-dessus de leurs moyens.              

Le négoce maritime et les nombreux comptoirs grecs dispersés dans tout le bassin méditerranéen furent très favorables à l essor des banques.

D.             Ton argent ne dort pas, Brutus.

 

Cette large diffusion du système bancaire athénien allait inspirer les Romains.

Mais cette fois, les banquiers s appellent, sans aucune équivoque, les « argentarii », les argentiers.

Ceux-ci étaient le plus souvent, à la fois banquiers et négociants. Leurs activités couvraient les avances aux spéculateurs et principalement aux collectivités publiques ainsi que les prêts sur signatures. Ils s occupaient également d opérations d armement et de commerce.

Les « argentarii » recherchaient avant tout les profits rapides et plantureux. Le Romain de cette époque était par essence un usurier.

Brutus, à qui il avait suffit que l on dise «tu dors Brutus & » pour qu il devint l assassin de Jules César, plaçait son argent à 43%. Brutus dormait peut-être mais pas son argent.

Grâce aux Romains, les transactions commerciales furent de plus en plus souvent réglées par des «reconnaissances de dette » plutôt que par des paiements en monnaie.

Mais Attila passa. Et si après lui, l herbe ne repoussa pas, il en fut de même pour les banques romaines. Il faudra attendre le IXème siècle pour que renaisse une activité bancaire et commerciale, après le passage des hordes barbares repoussées par les Huns.

E.              Le péché « capital » au début du Moyen-Age

 

Nous sortons de l Antiquité pour entrer dans le Moyen-Age, où le système féodal, par son économie confinée, empêche tout renouveau commercial et bancaire.

De plus, l'Église décrète la prohibition du prêt à l intérêt, en raison de son caractère usuraire.

Cette mesure peut nous paraître inconsidérée, mais il convient de la restituer dans l économie fermée du Moyen-Age. 

Saint-Thomas d Aquin, qui n est pas le denier des penseurs, s en expliquait ainsi : « si un homme désire vendre du vin et l usage du vin, ou bien il vendra deux fois la même chose, ou bien il vendra quelque chose qui n existe pas. Dans ces conditions, il est évident qu il commettra une injustice et un péché. Il est donc répréhensible de recevoir un prix pour l usage de la monnaie ».

Après cette prise de position de l'Église, ne subsistent plus que quelques prêteurs lombards et israélites.

Cependant, l'Église sans rien changer officiellement à son opinion sur le prêt, établit peu à peu une différence entre le prêt à intérêt abusif et le prêt à usage économique.

Aussitôt, les Lombards reprennent du poil de la bête, apportent leur soutien aux croisades et s emparent du même coup d une partie du commerce avec l Orient. Florence devient la Mecque de la finance ; c est la naissance du « florin », monnaie la plus répandue à l époque.

      Les banques, à nouveau, se multiplient, principalement dans le Nord de l Italie, puis s étendront à tout l Occident, jusqu en Écosse.

Quant aux juifs, ils resteront petits prêteurs. 

F.              Les templiers : 9 000 "agences"

 

A cette même époque, apparut, en complète contradiction avec la position de l Église, l ordre du Temple. Un ordre à la fois religieux et militaire qui finança en grande partie les Croisades. Les Templiers possédèrent très rapidement d immenses richesses, provenant de rançons payées par les « infidèles » et des collectes effectuées à travers toute l Europe pour les Croisades.

C est cette récolte de fonds qui les poussa à être présents partout, en créant des « agences » ; on en compta jusque 9000 couvrant une grande partie de l Europe.

Les templiers devinrent les banquiers du Pape, des rois et des princes.

Outre le financement des Croisades, l Ordre du Temple pratiquait diverse opérations financières : les dépôts, le transport de fonds sous la garde de l armée, le crédit agricole et même les prêts à intérêt, habilement présentés pour ne pas enfreindre les interdictions de l Église.

Les Templiers furent remarquables par leur gestion et apportèrent énormément à la technique bancaire.

Toutefois, leur puissance déplut à Philippe le Bel qui, par un procès inique, parvint à faire supprimer l Ordre en 1311.

G.             De la foire à la Banque en passant par le Mont-de-piété

 

Au Moyen-Âge, les foires commerciales jouèrent un grand rôle dans la promotion des banques.

C est aux foires que s opéraient presque toutes les transactions commerciales. L ambiance y était un peu celle de la Tour de Babel, tant il y avait de nationalités différentes. Les monnaies l étaient tout autant et les changeurs s en donnaient à cSur joie. C est là aussi que naquit la « traite de foire », ancêtre grossier du billet de banque, dont le but était surtout de remédier au manque de monnaie.

Dans les foires, on pratiquait également les prêts à des taux exorbitants : 60% étaient, si l on peut dire, de monnaie courante. C étaient les marchandises non vendues qui servaient de gage.

Une réaction s imposait. Elle vint de l Ordre des Franciscains qui créa le Mont-de-Piété. Cette institution charitable prêtait sur gage (objets), sans intérêt ; en concurrençant les prêteurs italiens et israélites, elle fit notablement baisser le loyer de l argent.

Les pouvoirs civils déclarèrent les monts-de-piété d utilité publique, tandis que l Église les laissait passer progressivement du prêt gratuit au prêt raisonnablement rétribué.

Cet assainissement devait déterminer à long terme la philosophie des banques d aujourd hui. C est ainsi qu il existe encore actuellement en Italie des banques qui, à l origine, étaient des monts-de-piété.

Signalons que l Église autorisa les prêts à intérêt au cours du XVIIème siècle. Autorisation qui ressemblait fort à une reconnaissance.

H.             Le billet de banque

 

Le « billet à ordre », dont le principe remonte assez loin, est un écrit par lequel un souscripteur (celui qui signe le billet) s engage à payer une certaine somme d argent à l ordre d un bénéficiaire dont le nom est inscrit sur le billet. Ce billet peut être endossé, c est-à-dire être rendu payable à une autre personne que le bénéficiaire initial.

C est de ce principe que s inspirèrent les banques pour créer une sorte de monnaie de banque. Celle-ci se présentait sous forme d un billet - remis aux emprunteurs au lieu d argent - par lequel la banque s engageait à payer en  espèces à la première présentation.

Ces billets, qui inspiraient confiance puisque signés par la Banque, circulaient ensuite de mains en mains.

En 1650, la Banque de Stockholm sera la première à émettre des billets de banque, mais cette fois en coupures fixes, tels que nous les connaissons aujourd hui, et garantis par une encaisse-or.

La Banque d Angleterre fut la suivante, en 1694, et c est à elle que l on doit le chèque dans sa forme actuelle.

En France, l Assemblée Constituante créa en 1789 l assignat.

Elle déclara « l aliénation des biens nationaux pour une valeur de 400 millions dont le produit serait centralisé à la Caisse de l Extraordinaire ». Ces biens furent réquisitionnés sur le Clergé. L assignat était également défini comme une obligation garantie portant intérêt à 5% et devant être remboursé sur simple représentation.

Huit ans plus tard, ce n étaient plus 400 millions, mais 45 milliards d assignats qui circulaient, tant et si bien que celui-ci vit son cours légal supprimé le 4 février 1797. Ce fut un échec  retentissant.

Ce ne fut qu en 1803 que la Banque de France devint effectivement caissier public.

En Belgique, l émission des billets de banque fut d abord confiée à deux banques privées, puis sera dévolue, après la crise de 1848, à la Banque National de Belgique, qui entrera en activité en 1850.

 

En assurant cet intermédiaire financier, la banque remplit un rôle essentiel pour le bon fonctionnement de l économie.

 

Chacun désire mettre son argent en sécurité, le faire fructifier autant que possible et pouvoir en disposer facilement, au bon moment. La banque propose donc différents types de comptes à vue et d épargne ainsi que différentes forme de crédits.

 

I.               La banque nationale

 

La Banque Nationale de Belgique est l'organisme monétaire et financier le plus important du pays.  La Banque Nationale est une banque centrale, ce qui veut notamment dire qu'elle est la banque des banques.  Elle est le sommet de la pyramide dans notre pays.

La Banque Nationale fut fondée en 1850 sous forme de société anonyme pour remplacer la Société Générale qui faisait office de banque centrale au lendemain de l'indépendance belge.  Les actions de la Banque Nationale sont cotées en bourse.  Chaque belge peut donc, en principe, devenir actionnaire de la Banque Nationale et donc copropriétaire de cette institution.  Néanmoins, l'État qui possède la moitié de son capital social (400.000.000 Bef) est celui qui a la plus grande influence.  L'État dispose, au sein de la Banque Nationale, d'un commissaire du gouvernement qui peut opposer son veto à certaines décisions de la direction.  La BNB est dirigée par un gouverneur, un vice-gouverneur et un certain nombre de directeurs.  La direction se concerte régulièrement avec un conseil des régents, au sein duquel sont représentés les principaux partenaires sociaux (notamment les syndicats, l'organisation patronale, l'organisation des agriculteurs, les classes moyennes, etc.)

 

 

 

III.Les comptes à vue

 

Les banques ont développé des moyens de plus en plus évolués pour que chacun puisse gérer et utiliser son argent. Le compte bancaire est aujourd hui la clef de leurs services.

 

  1. Ouvrir un compte
  2. Alimenter un compte
  3. Contrôler le solde d un compte
  4. Effectuer des paiements

A.             Ouvrir un compte

 

Le compte à vue, dit aussi compte courant, donne accès aux services de la banque. Chacun peut avoir son propre compte. Pour en ouvrir un avant la majorité, il faut cependant l autorisation d un des deux parents ou du représentant légal.

À quoi sert un compte ? A mettre son argent en lieu sûr, à percevoir un salaire, un traitement ou des revenus, à effectuer ses paiements facilement et à temps, .....

Les montants déposés sur un compte à vue restent toujours disponibles. Car, que l on soit titulaire ou mandataire, on peut exécuter, à tout moment, des versements, des retraits ou des transferts. De plus les montants sur un compte à vue peuvent augmenter grâce aux intérêts.

 

Pour ouvrir un tel compte, il suffit de se rendre dans une agence de votre choix muni de votre carte d identité. Les mineurs seront accompagnés d un de leurs parents.

Une série d informations sont alors entrées dans l ordinateur qui vous rempli un formulaire de demande d ouverture de compte. Il ne suffit plus que de signer et votre numéro de compte vous est attribué.

 

En Belgique, le système de ces numéros est uniformisé. Un numéro de compte a toujours 12 chiffres.

Par exemple 062-3358551-79.

Les trois premiers chiffres représentent l organisme financier (ici, le Crédit Communal) ; les sept suivants forment le numéro de compte proprement dit ; les deux derniers représentent un nombre de contrôle (check digit) pour éviter la comptabilisation sur un compte erroné (lors du traitement mécanographique).

Pour calculer le check digit, on divise les dix premiers chiffres du numéro de compte par 97, et le reste de la division représente le check digit (sauf si le reste = 0 alors on note 97).

Dans l exemple : 623358551 : 97 = 6426376,814. On multiplie 6426376 par 97 = 623358472

Ensuite, on fait la différence entre les dix chiffres de départ et les dix chiffres obtenus à partir du 2ème calcul : 623358551 - 623358472 = 79 ( 79 = le reste de la division, le check digit).

B.              Alimenter un compte

 

Il existe plusieurs possibilités pour alimenter un compte :

· verser de l argent liquide sur le compte bancaire par l intermédiaire d un guichet.

· transférer d un autre compte.

· faire porter en compte à vue la contre valeur de chèques, de coupons, d assignations postales,...

· faire domicilier ses revenus (salaires, pensions, ...). Il est courant de demander de verser ses revenus directement à son compte à vue. Pour cela, il suffit de compléter un ordre de domiciliation de revenus.

C.             Contrôler le solde d un compte

Les crédits et les débits // Les extraits de compte // Plusieurs moyens de contrôle

1.              Les crédits et les débits

L argent déposé sur un compte à vue y est crédité. Les retraits, eux, en sont débités.

Pourquoi cette différence par rapport à ce que vous avez appris en comptabilité :

compte banque 55 Þ compte d actif Þ débit +, crédit -.

Car la banque fait sa comptabilité, donc votre compte bancaire est pour elle une dette qu elle a envers vous Þ un compte de passif Þ débit -, crédit +.

La différence entre les débits et les crédits, c est-à-dire le solde du compte, ne peut être négatif que si ce découvert a été préalablement autorisé.

2.              Les extraits de compte

Toutes les opérations effectuées via un compte (retraits, paiements électroniques, encaissements de chèques, virements, transferts, versements, ...) sont reprises sur des extraits de compte.

 

Voici un exemple d extrait de compte (ici, de la Générale de Banque) et des notes explicatives.

3.              Plusieurs moyens de contrôle

Il y a d autres possibilités pour connaître la situation de votre compte. Vous pouvez par exemple consulter les terminaux Bancontact/Mister Cash : il suffit d y introduire votre carte et de suivre les instructions données.

D.             Effectuer des paiements

En espèces // Proton // Cartes de débit : Bancontact/Mister Cash //Cartes de crédit : Visa, Eurocard et American Express // Les chèques // Les virements // Les avis de domiciliations // Les instructions permanentes // La banque à distance // Autre moyen : les chèques de voyage

1.              En espèces

 

L argent liquide (c est-à-dire les pièces et les billets) reste un moyen classique pour régler ses achats. Pour disposer de cet argent liquide, il vous suffit de faire un retrait au guichet d une agence ou avec votre carte au Bancontact/Mister Cash le plus proche.

2.              Proton

 

Pour payer un magazine, un sandwich ou passer un coup de fil dans une cabine, plus besoin des pièces .... que l on n a jamais sur soi quand il le faut. Proton, la puce électronique intégrée à la carte bancaire, vous permet de régler électroniquement vos petites dépenses.

 

Pour charger Proton, vous introduisez votre carte dans un distributeur Bancontact/Mister Cash, vous formez votre code secret et vous choisissez la somme à transférer. Ce chargement peut également se faire dans les nouvelles cabines téléphoniques affichant le logo Proton. Prochainement, il sera possible de le faire directement de chez soi, par téléphone.

 Les « francs électroniques » sont soustraits de votre compte à vue et ajoutés à la mémoire de la carte à puce.

Pour le règlement d un achat : introduisez la carte à puce dans le terminal proton, vérifiez le prix apparaissant à l écran et pression sur la touche OK. C est facile et rapide.

 

Comme les paiements avec Proton ne nécessitent pas de code, faites attention : une carte volée ou perdue peut facilement être vidée de la somme qu elle contient. Heureusement, celle-ci est limitée.

3.              Cartes de débit : Bancontact/Mister Cash

 

Le service Bancontact/Mister Cash vous donne un accès direct à votre compte bancaire partout en Belgique, 24 heures sur 24. Pour retirer de l argent comme pour régler des dépenses dans les magasins, les restos, les stations essences, ..

 

Son usage est simple : introduction dans le terminal, composition du numéro de code secret sur le clavier. Le montant est débité automatiquement de votre compte. Si le solde n est pas suffisant, la transaction n est pas acceptée.

 

Avec les comptes jeunes, le total des retraits et des paiements aux terminaux de points de vente est limité à 247,89 Euros par jour.

Avec les autres comptes, les retraits cumulés (Bancontact/Mister Cash et terminaux) sont limités à 495,79 Euros par jour et ne peuvent dépasser 3718,40 Euros par semaine. A condition, bien sûr, que ces sommes soient disponibles sur le compte.

 

Ces cartes sont utilisables à l étranger aux guichets automatiques marqués du logo EC. Les prélèvements se font alors directement dans la devise locale. Bien pratique pour ceux qui décident de faire un mini-trip de dernière minute.

4.              Cartes de crédit : Visa, Eurocard et American Express

 

Les cartes de crédit permettent de faire des achats dans tous les pays du monde. Dans n importe quelle devises. Le compte n est débité qu après minimum un mois.

 

Dans les magasins affichant le logo Visa, Eurocard ou American Express, vous présentez votre carte au moment du paiement. Vous signez un bordereau et vous conservez le double pour vérification ultérieure. L affaire est réglée.

 

Toutes les dépenses effectuées par carte de crédit sont reprises sur un relevé mensuel. Le total, exprimé en euros, est débité de votre compte.

 

Les cartes à paiement différé permettent aussi de retirer des espèces dans les banques à l étranger ou aux guichets automatiques en Belgique comme ailleurs, moyennant certains frais.

5.              Les chèques

 

Avec le chèque, nous entrons dans le domaine de la monnaie scripturale. En émettant un chèque, vous (le tireur ) donnez l ordre à votre banquier (le tiré ) de payer, au bénéficiaire désigné ou, à défaut, au porteur, un montant à prélever sur votre compte.

Il existe deux types de chèques : le chèque ordinaire et l eurochèque.

 

* Le chèque ordinaire.

Il permet : de payer dans la plupart des commerces en Belgique et de retirer de l argent auprès des banques.

 

* L eurochèque.

Il permet : de payer dans la plupart des commerces en Belgique ainsi que dans 40 pays d Europe et du bassin méditerranéen et de retirer de l argent auprès des banques.

 

 

Chèque

Eurochèque

n  peut être nominatif ou au porteur ;

n  endossement et barrement possibles ;

n  utilisable uniquement en Belgique ;

n  pas de carte de garantie;

n  montant non garanti.

n  peut être nominatif ou au porteur;

n  endossement et barrement possibles ;

n  utilisable en Belgique et à l étranger ;

n  carte de garantie ;

n  montant garanti jusqu'à 173,53 Euros ou la contre-valeur en devises étrangères.

 

 

Comment libeller un chèque ?

Sur un chèque, certaines mentions sont obligatoires :

 

 

Le chèque au porteur : c est la personne qui le présente à l encaissement qui est payée.

 

 

Le chèque nominatif : seule la personne dont le nom y figure peut l encaisser.

 

 

Chèque au porteur

Chèque nominatif

n  est payé à quiconque le présente ;

n  pas possible de l endosser (mais bien de le transmettre de la main à la main !) ;

n  barrement possible : général ou spécial.

n  est payé uniquement à celui dont le nom figure sur le chèque ;

n  endossement possible : endossement en blanc ou complet ;

n  barrement possible : général ou spécial.

 

 

L endossement

Un chèque au porteur ou nominatif, peut être transmis à une autre personne. C est ce qu on appelle l endossement.

Si le chèque est au porteur, il peut être remis à n importe qui sans la moindre formalité, de la main à la main. Si, par contre, il est nominatif, le bénéficiaire initial doit l endosser pour le transmettre. Il existe deux types d endossement :

♦      l endossement complet ;

♦      l endossement en blanc

 

L endossement complet signifie que le bénéficiaire initial doit indiquer, au verso, la mention « payer à l ordre de », suivie du nom du nouveau bénéficiaire et signer. La banque paiera le chèque uniquement à la personne dont le nom figure au verso du chèque.

 

L endossement en blanc signifie que le titulaire ne mentionne pas le nom du nouveau bénéficiaire au verso du chèque, mais qu il se contente de le signer. Le détenteur du chèque peut aller l encaisser auprès de sa banque.

 

Le barrement

 

Il protège contre les abus. Il existe deux types de barrement :

Le barrement général signifie que le bénéficiaire (ou l émetteur) trace, au recto du chèque, deux lignes obliques parallèles. Ce type de chèque peut donc être encaissé uniquement via le compte bancaire du bénéficiaire

Le barrement spécial signifie que le numéro de compte du bénéficiaire est mentionné entre les deux lignes obliques parallèles. Le montant du chèque peut donc être crédité uniquement au compte mentionné entre les deux lignes.

 

A faire : n emporter avec soi qu un nombre limité de chèques, barrer ses chèques.

A ne pas faire : ne pas mettre sa carte de banque ni ses chèques au même endroit, ne pas signer ses chèques d avance, ne pas inscrire d emblée le numéro de la carte sur le chèque.

 

 

Conclusion

 

Mieux vaut le savoir : comme l argent liquide, la carte de banque, la carte de crédit, les chèques risquent d être perdus ou volés. Un minimum de précautions s imposent.

La carte de banque exige des soins. Munie d une piste magnétique, elle ne résiste pas à tout. Il faut éviter de la griffer, de la plier, de l approcher d un aimant (un haut-parleur par exemple).

Cette carte donne accès à votre compte...si elle est accompagnée de votre code secret. Il est donc déconseillé de noter ce code secret ou de le communiquer à un tiers. Le mieux est de le retenir une fois pour toutes. Mais vous pouvez aussi le modifier.

6.              Les virements

 

Le virement est la formule idéale pour payer les factures qui n ont pas un caractère répétitif : la réparation d un vélomoteur, une place de spectacle..

L ordre de virement sert à transmettre une instruction de paiement à la banque.

Le formulaire de virement se compose de deux volets : le premier est remis à la banque pour exécution; le second constitue la copie à conserver. Le guichetier peut y apposer un cachet comme preuve de réception de l ordre de paiement.

 

Chaque titulaire d un compte à vue reçoit, à sa demande, des formulaires de virements à son  nom : des documents jaunes, qui permettent l inscription de montants à deux décimales, seront utilisés pour les opérations en Euros.

 

Le mode d emploi est simple : vous envoyez ou déposez le formulaire dûment rempli, daté et signé à votre agence qui transfère le montant indiqué sur le compte du bénéficiaire désigné.

 

Vous pouvez toujours déposer vos virements à la banque en indiquant une « date mémo » à laquelle vos ordres seront exécutés. Il existe aussi des formules de virement collectif pour payer plusieurs bénéficiaires en même temps.

 

Le formulaire de virement se compose de deux volets : le premier est remis à la banque pour exécution ; le second constitue la copie à conserver.

7.              Les avis de domiciliations

 

Avec une domiciliation, vous autorisez la banque à débiter votre compte pour payer certains fournisseurs réguliers.

Cette formule convient pour régler des factures répétitives dont les montants varient d une échéance à l autre, comme les factures de téléphone, d électricité ou de gaz ou les dépenses effectuées avec une carte de crédit

Ces factures sont alors préalablement envoyé au client ainsi, celui-ci peut vérifier l opération avant son exécution. Les factures sont également envoyées à la banque afin que l opération soit exécutée, c est-à-dire que votre compte soit débité automatiquement.

 

Une domiciliation peut être interrompue ou définitivement annulée.

 

8.              Les instructions permanentes

 

Des paiements répétitifs de montants identiques peuvent être réglés par instruction permanente. Celle-ci sera exécutée mensuellement, trimestriellement, annuellement, ou à dates fixes.

 

Avec cette formule, vous êtes sûr que votre loyer ou les mensualités de votre prêt sont réglés à temps. Cette procédure permet aussi d alimenter régulièrement un compte d épargne.

- Ordre d épargne : on transfère périodiquement un montant fixe du compte à vue à un carnet de dépôts. Pour épargner facilement !

- Ordre de paiement : il sert à payer automatiquement un montant fixe à dates fixes.

 

Quand vous introduisez une demande d instruction permanente, vous pouvez fixer la date de la dernière échéance après laquelle la banque annulera d office votre ordre.

Un ordre permanent peut à tout moment être modifié, suspendu ou annulé pour autant que la banque soit avertie en temps utile.

 

·    En résumé

Comparaison entre l avis de domiciliation et l instruction permanente.

 

Domiciliation

Instruction permanente

- factures à montants fixes ou variables

- périodicité fixe ou variable

- le créancier (= le fournisseur) prend

  l initiative : il envoie une facture à la banque

  du client. La banque débite alors le compte à

  vue du titulaire.

- factures à montants fixes

- périodicité fixe

- le débiteur (= celui qui doit de l argent)

   prend l initiative de donner instruction à sa

   banque de débiter son compte.

9.              La banque à distance

 

* Self Bank : c est un réseau d agences automatiques développé en plus des agences traditionnelles. Il permet aux titulaires d une carte de banque d effectuer leurs  opérations 7 jours sur 7. Ils peuvent, entre autres, effectuer des retraits de leur compte à vue ou des virements, consulter le solde de leurs comptes, imprimer leurs extraits de compte, calculer leurs impôts, ...

 

* Phone Bank : les clients qui disposent d un téléphone à touches peuvent prendre connaissance des dernières opérations effectuées ainsi que du solde de leur compte. Ils peuvent en outre effectuer des paiements.

 

* Home Bank : les clients qui disposent d un PC avec modem peuvent dialoguer de chez eux, directement avec l ordinateur de la banque, pour suivre, en permanence, la situation de leurs comptes, effectuer des paiements, consulter le cours des devises, analyser leurs dépenses, ...


10.           Autre moyen : les chèques de voyage

 

Tout le monde, même un mineur, peut régler des achats ou se procurer de l argent à l étranger à l 'aide de chèques de voyage. Il est disponible dans des dizaines de devises et en plusieurs coupures, comme les billets de banque. Il s agit d un chèque bancaire et non d un chèque tiré sur un compte à vue.           

 

Les Euro Travellers Chèques Thomas Cook sont les chèques de voyage les plus connus. Ce sont en fait des billets de banque personnalisés. A l achat de chèques, on note soigneusement les numéros et on les signe en bas à gauche. On devient alors la seule personne à pouvoir payer à l aide de ce chèque. Comment ?

En les contresignant en haut à gauche en présence de la personne acceptant le chèque.

 

En cas de perte ou de vol, il convient d avertir immédiatement les autorités et l organisme émetteur, qui remplacera gratuitement les chèques non utilisés.

 

Si tous les chèques n ont pas été utilisés, ils peuvent être rachetés par la banque qui les a vendus. Vous pouvez aussi les conservez en vue de prochains voyages.

 

 

 

IV.L'épargne

 

 

Ces comptes d épargne visent à produire une rémunération, sous forme d intérêts.

Les raisons individuelles d épargner ne manquent pas. On ne dispose pas toujours du montant nécessaire pour acheter ce qu on désire (places de concert, moto, voiture, chaîne hi-fi, maison, ...). On peut également prévoir les coups durs et « mettre de l argent de côté ».

 

Cependant, à chaque type de projet correspond un mode d épargne. On n épargne en effet pas de la même façon pour s acheter sa première voiture ou dans le but de se constituer un capital à l âge de la retraite. Les différentes formules proposées se distinguent notamment par la durée, la liquidité et la sécurité.

 

La durée du placement influence l usage que la banque peut faire des fonds qui lui sont confiés. Ainsi, un placement à terme est plus rentable qu un compte à vue qui reste totalement liquide.

 

La sécurité répond au souci légitime de sauvegarder ses économies et de limiter le risque éventuel que l on court en les confiant à une autre personne.

 

C est le client lui-même qui détermine la durée du placement à terme. Celle-ci influence alors la rémunération c est-à-dire le rapport, ce que rapporte au client ce placement à terme.

 

  1. L intérê
  2. Le livret d épargne
  3. Le placement à terme
  4. En résumé


A.             L intérêt

 

Il s agit de la rémunération offerte à l épargnant pour qu il accepte de se séparer de son argent et de le confier à une institution bancaire pendant un certain temps et d assumer un certain risque.

 

Il existe un large éventail de taux d intérêt, généralement fixés sur une base annuelle pour faciliter la comparaison. Ils sont notamment fonction de la durée du placement, de sa liquidité, de son importance, de la solvabilité de l emprunteur, ...

 

Les taux, qui varient individuellement, sont dans leur ensemble soumis aux influences de l environnement économique. Le niveau et les prévisions d inflation, les politiques monétaires et budgétaires, l activité économique joue un rôle déterminant.

B.              Le livret d épargne

 

Le livret d épargne, lié à un compte à vue, fonctionne simplement, en souplesse et à distance. Il est alimenté par de transferts du compte ou par des instructions permanentes, via Phone Bank ou encore par des versements en liquide effectués par le titulaire ou par un tiers.

Le livret d épargne sert à recueillir de l argent :

      soit en attente d un autre placement

      soit pour constituer un capital qui permettra de payer un achat

      soit pour économiser par précaution

C.             Le placement à terme

 

Le placement à terme est une formule d épargne plus rémunératrice que le livret d épargne. Les fonds y restent bloqués pendant toute la durée du contrat, qui va de quelques jours à plusieurs années. Les placements à terme les plus courants sont de 14 jours, 1, 3, 6 ou 12 mois.

 

Le placement à terme, sauf avis contraire de l épargnant, est automatiquement renouvelé à chaque échéance au taux en vigueur à ce moment-là. Les conditions octroyées aux épargnants fluctuant en fonction de l évolution générale des taux d intérêt, il se peut que le nouveau taux soit supérieur ou inférieur à celui du départ. Mais il restera fixe pendant toute la durée du renouvellement.

D.             En résumé

 

Comparaison entre le livret d épargne et le placement à terme :

 

Livret d épargne.

Placement à terme

 

n    Épargne sans durée prédéterminée.

 

n    L argent peut être retiré à tout moment.

 

 

n    La première tranche de 55 000 francs d intérêts est exonérée du précompte mobilier.

 

n    L intérêt de base est complété par une prime de fidélité et éventuellement, par une prime d accroissement.

 

n    Les intérêts ne sont pas garantis pour une période déterminée.

 

n    Techniquement, le livret est un compte à part entière, ayant un numéro de compte propre.

 

 

n    Dépôt à durée prédéterminée

 

n    L argent placé ne peut être retiré avant l échéance, sauf avec une pénalité.

 

n    Le précompte mobilier est dû à partir du premier franc d intérêt.

 

 

n    Pas de primes

 

n    Le taux d intérêt est fixe pour toute la durée de dépôt.

 

n    Techniquement, le placement à terme est un sous - compte du compte à vue : il porte le même numéro. Tout placement à terme est donc lié à un compte à vue.

 

V. Les autres formes d'épargne ou valeurs mobilières

 

Les bons de caisse, les obligations, les actions ainsi que d autres titres plus sophistiqués comme les options ou les warrants constituent les valeurs mobilières. Il s agit de types de placements plus dynamiques, avec des perspectives de rendements plus importants mais aussi plus de risques.

 

En achetant une action, vous consacrez une partie de votre argent à une entreprise qui l utilisera pour assurer son développement. C est pourquoi on parle aussi dans ce cas d investissement.

Les titres offrent à celui qui veut diversifier ses placements la possibilité de le faire en fonction de ses objectifs et de ses priorités propres, du calendrier de son budget, en tenant compte des risques qu il peut prendre, ... Un tel portefeuille demande à être géré.

 

  1. Les bons de caisse
  2. Les certificats subordonnés
  3. Les actions
  4. Les obligations
  5. Comparaison entre action et obligation
  6. Les rentes
  7. Les Sicav

A.             Les bons de caisse

 

Formule d épargne de «  bon père de famille », les bons de caisse se présentent sous la forme de titres au porteur. Ils sont disponibles en diverses coupures, à partir de 247,8935 Euros, pour des périodes de 1, 2, 3 ou 5 ans et, dans ce dernier cas, avec des coupons annuels ou trimestriels.

B.              Les certificats subordonnés

 

Les certificats subordonnés, tout comme les bons de caisse, sont des titres au porteur, ils peuvent être transmis sans la moindre formalité.

La spécificité des certificats subordonnés réside dans le fait que ces titres représentent une dette subordonnée. Cela signifie qu en cas de faillite de la banque, les titulaires des certificats subordonnés sont payés avant les actionnaires de la banque mais après les autres créanciers (c est-à-dire les détenteurs d autres dépôts tels que comptes à vue, livrets, bons de caisse...).

Le risque pour le client étant théoriquement un peu plus important, la banque doit payer une « prime de risque » aux détenteurs de certificats subordonnés. Elle le fait sous la forme d un taux d intérêt plus élevé.

C.             Les actions

 

Une action est un titre de propriété, émis nominativement ou au porteur, et représentant une partie du capital d une entreprise

Si l entreprise réalise des bénéfices, l assemblée générale des actionnaires peut décider de distribuer un dividende. Cela signifie que tout porteur d actions de la société perçoit un revenu, dont le montant est fonction du nombre d actions qu il détient.

Les dividendes peuvent être encaissés auprès de la banque.

Les actions peuvent être négociées en Bourse. Ainsi, toute personne souhaitant acheter ou vendre des actions peut donner à son établissement financier l ordre d agir en son nom. La banque joue alors le rôle d intermédiaire entre le client et la Bourse.

D.             Les obligations

 

Les obligations donnent à leurs détenteurs un droit de créance sur l émetteur, qu il s agisse des pouvoirs publics (Etat, régions, communautés, provinces, villes, intercommunales) ou d une société.

L obligation procure un intérêt fixé au moment de l émission et payé à des dates déterminées. Elle est remboursable à une date arrêtée dès le départ. Entre-temps, elle peut être revendue sur le marché, à un cours qui fluctue notamment en fonction de l évolution des taux d intérêt.

 

Les garanties

Les revenus

Le mode de remboursement

Les obligations ordinaires ne jouissent d aucun privilège. En cas de défaillance de l émetteur, elles ne seront remboursées qu après paiement des créanciers privilégiés et hypothécaires. Le remboursement des obligations privilégiées est garanti par certains actifs de la société. Celui des obligations subordonnées est notamment conditionné par la capacité de la société a honorer ses autres dettes.

Les obligations à revenu fixe, qui donnent droit à un intérêt fixe, sont les plus courantes ; il existe aussi des obligations à revenu progressif, à revenus variables, des obligations participantes, qui donnent droit à une quote-part des bénéfices et des obligations indexées.

Les obligations sont généralement émises pour une période déterminée et remboursées en bloc à la date prévue. Le remboursement peut aussi se faire à échéances multiples, par rachat en Bourse, par fonds d amortissement, par anticipation.

E.              Comparaison entre action et obligation

 

Obligation

Action

·    représente un prêt que l épargnant octroie à l émetteur

·    le revenu (intérêt) est fixe

 

·    remboursement à l échéance

·    risque très faible

·    précompte mobilier

·    représente une partie du capital d une entreprise

·    le revenu (dividende) est (généralement) variable

·    pas de remboursement car pas d échéance

·    risque plus important

·    précompte mobilier

F.              Les rentes

 

Les fonds publics ou rentes sont des obligations émises par Les pouvoirs publics. L État, les pouvoirs subordonnés (régions, communautés, provinces, communes) et les organismes parastataux recourent à l émission d emprunts pour se financer avec la garantie de l État.

Le Trésor est notamment alimenté en continu par des OLO s (obligations linéaires). Ces OLO s sont des emprunts dématérialisés (sans papier) de longue durée, souscrits par des banques et par des investisseurs professionnels. Ces obligations se retrouvent sur le marché, où elles deviennent accessibles aux particuliers.

 

Les emprunts à court terme représentés par des Certificats de Trésorerie ne sont pas diffusés auprès du public. Ils servent à couvrir les besoins flottants de l État.

G.             Les Sicav

 

Aux investisseurs qui veulent répartir les risques et se décharger des problèmes de choix et de gestion des titres, les Banques proposent des actions de Sociétés d Investissement à Capital Variable (SICAV).

Certaines banques proposent quatre types de sicav :

Ø      à dominante « action », visant la plus-value du capital

Ø      à dominante « obligation », dont l objectif principal est le rendement

Ø      à court terme (sicav de trésorerie)

Ø      mixtes (obligations, actions, liquidités) pour un portefeuille équilibré

En contre partie des fonds versés, l investisseurs reçoit une ou plusieurs action :

Ø      de distribution : les revenus sont distribués chaque année

Ø      de capitalisation : il n y a pas de distribution mais bien réinvestissement systématique des revenus, ce qui ce traduit par une plus-value non taxable


VI.Les différents types de crédit proposés par les banques

 

Le crédit a déjà été abordé dans l'étape 4, in "le crédit".

 

  1. Crédit étudiant
  2. Crédit automatique
  3. Crédit hypothécaire
  4. Le crédit hypothécaire sur « mesure »
  5. Le crédit de pont
  6. Le prêt à tempérament
  7. La loi sur le crédit à la consommation
  8. Le rembo>ursement du crédit

A.             Crédit étudiant

 

Tout au long de l année, les étudiants doivent assumer des frais incontournables : droits d inscription, achats de livres et de matériel, acquisition éventuelle d un ordinateur, équipement du kot, & L étudiant puise dans le montant mis à sa disposition pour financer ses études.

 

Ce type de crédit peut aider à couvrir ces dépenses, par exemple dans l attente d une bourse d études ou d une autre somme importante.  Pour le demander, il faut  être inscrit en 2ème année au moins et ne pas avoir plus de 25 ans.

 

C est un crédit particulièrement souple qui s adapte à toutes les situations.  Le taux d intérêts est très avantageux et le remboursement se fait au rythme souhaité.

 

Le Crédit Communal propose le « Crédit Etudes Axion » et le « Crédit Spécialisation Axion ».

La totalité du prêt doit être remboursée 6 mois après la fin des études.

Les intérêts sont débités tous les 3 mois et il n y pas de frais de dossier ni de commission.

 

À la Générale de Banque, on nous propose le « Crédit  Etudiants Get to 25 ». Le montant va de 1239,47 Euros (2ème année ) à 2478,94 Euros ( à partir de la troisième année ).

 

Mais le principe général de ce type de crédit ne varie guère entre les différentes banques.

B.              Crédit automatique

 

Il s agit d une solution de dépannage rapide face à des dépenses imprévues.  Il permet de rendre son compte négatif sans autres formalités.  Les recettes importantes ne tombent en effet pas toujours en même temps que les grosses dépenses.  L imprévu n est jamais exclu.

 

Les intérêts sont calculés en fonction de son emploi effectif au jour le jour.  C est donc une formule souple et qui, utilisée sans excès, est peu coûteuse.

 

Avec ce crédit, un compte à vue peut descendre jusqu à  1239,44 Euros.  Mais il ne peut rester débiteur en permanence.  Le solde doit redevenir créditeur ( positif ) au moins tous les 3 mois.

 

La Générale de Banque propose un crédit libre, de durée indéterminée, réservé aux clients qui font domicilier leurs rémunérations et d autres revenus sur leur compte.

Le titulaire d un compte à vue qui bénéficie de cette formule peut à tout moment descendre jusqu à  2478,94 Euros ou  9915,74 Euros, sans autre autorisation de la banque, dès le moment où le crédit est accordé.

Les intérêts dépendent de l utilisation effective du crédit, sur une base quotidienne, et sont portés en compte chaque trimestre. Il n y a pas d autre frais.

 

En cas de décès de l emprunteur, le solde éventuel du compte est apuré ( = assurance solde restant dû gratuite ).

C.             Crédit hypothécaire

 

On dispose rarement de tous les capitaux nécessaires à l'acquisition d'un logement, maison ou appartement.  Ce type de crédit peut y remédier.

 

Il s'agit d'un crédit long terme destiné aux personnes physiques désirant construire, acheter ou transformer une habitation.  Une inscription hypothécaire est habituellement prise sur un bien immeuble par sécurité pour la banque..  En général, on prend l hypothèque sur le bien qu on désire acheter mais on peut aussi la prendre sur un bien qu on possède déjà.

 

On peut rembourser  par mensualités constantes (composées d'une partie du capital et d'intérêts) ou selon une autre formule.

 

La durée maximale de remboursement de ce crédit est de 20 à 30 ans pour un bâtiment et de 10 ans pour un terrain.  En principe, la dernière échéance ne peut dépasser l'âge auquel l'emprunteur prend sa retraite.

Les exigences de ce crédit différent selon les banques..

 

L'emprunteur doit également prendre une assurance solde restant dû (celle-ci rembourse à la banque le montant qu'il restait à payer en cas de décès de l'emprunteur) ou une autre assurance vie et une assurance incendie.

 

Exemple : Monsieur et Madame Tartempion ont chacun un revenu net de 1239,47 Euros.  Ils ont 3 enfants.  La mensualité de leur crédit hypothécaire s élève à 818,05 Euros.  Ils souscrivent chacun une assurance solde restant dû séparée couvrant 100% du capital.  En cas de décès de l un des 2, l emprunt sera totalement remboursé par l assurance restant dû.  Ainsi, le conjoint survivant gardera intégralement ses revenus pour subvenir aux besoins de sa famille : alimentation, chauffage, électricité, voiture, études des enfants, & autant de dépenses auxquelles il faut désormais faire face avec un seul revenu.

 

Le taux appliqué au crédit logement  varie selon la situation du marché et le type de crédit : le souscripteur peut choisir un taux fixe pour toute la durée du prêt.

Dans cette formule, le taux de base initial, stipulé dans le contrat, reste inchangé pendant toute la durée de l'emprunt, qui est fixe elle aussi.  Vous profitez donc d'une sécurité absolue, ce qui justifie le taux un peu plus élevé.  Cette formule est évidemment très intéressante en période de taux bas.

 

Ou alors il choisit un taux variable : le taux d'intérêt est établi pour une première période (5 ou 10 ans, par exemple).  Passé cette période, il est revu et fixé à nouveau pour une nouvelle période (par exemple 5 ans) suivant les modalités prévues au contrat.  Et ainsi de suite au terme de chaque période...  C'est le client lui-même qui fixe la période (1, 3, 5 ou 10 ans) au terme de laquelle le taux sera adapté.

 

L'augmentation future ne pourra jamais dépasser un certain plafond par rapport au taux initial   (par exemple +5%).  Les diminutions sont également limitées ( par exemple à 5% ).

D.             Le crédit hypothécaire sur « mesure »

 

La banque octroie un crédit qui correspond aux besoins du client :

 

- On peut disposer du montant de ce crédit soit en une fois (en cas d achat) ou en plusieurs tranches (en cas de construction ou de transformations).

- On a également le choix entre différentes formules concernant le taux (Taux fixe, taux uniquement à la baisse ou taux variable).

 

 · Taux fixe.

Grâce au taux fixe, vous avez la certitude que le taux restera fixe pendant toute la durée du crédit (celle-ci étant décidée par le client et stipulée sur le contrat lors de l octroi de crédit).

 

*  Taux uniquement à la baisse.

 

En cas de taux uniquement à la baisse, le taux d intérêt ne pourra jamais augmenter en cas de révision du taux ; par contre, le client peut bénéficier d une éventuelle baisse de taux.

 

Exemple :Vous avez contracté un crédit avec un taux d intérêts de 8%. Si lors de la révision du taux, le taux d intérêt s établit à 9%, votre taux ne sera pas adapté. Il restera à 8% et vos mensualités n augmenteront pas.  Par contre, si le taux tombe à 7%, votre taux sera automatiquement adapté et vous paierez moins chaque mois.

 

Avec le taux uniquement à la baisse, on est assuré de la sécurité totale du crédit et de la possibilité de profiter d une éventuelle baisse des taux.

 

*  Taux variable.

 

Un taux variable ne signifie pas que ce taux change continuellement.  La fréquence possible de ce changement est précisée dans l acte de crédit.  C est ce qu on appelle la période de variabilité.

 

En cas de taux variable, on peut également choisir entre les formules de variabilité suivantes :

 

Ø      Variabilité annuelle : le taux est adapté chaque année.  La deuxième année, l adaptation vers le haut ne peut pas excéder 1% et la troisième année 2% par rapport au taux initial.  Le législateur protège ainsi le client contre les hausses trop fortes.

Ø      Variabilité triennale : le taux est adapté tous les 3 ans.

Ø      Variabilité quinquennale : adaptation tous les 5 ans.

Ø      Variabilité décennale : le taux est adapté tous les 10 ans.

 

Cette adaptation se fait par rapport à un indice de référence mentionné sur le contrat de crédit.  Il est également publié au Moniteur Belge.

 

Dans le cas d un taux variable, le taux peut augmenter ou baisser de 5% maximum.

E.              Le crédit de pont

 

Le crédit de pont est un crédit hypothécaire de courte durée à but immobilier. Il est généralement accordé dans l attente de la réalisation d une transaction immobilière.

F.              Le prêt à tempérament

 

On peut différencier deux types de prêts à tempérament : le financement et le prêt personnel.

 

Le financement permet d acquérir des biens comme une voiture, un ordinateur, une cuisine équipée, etc. Tandis que le prêt personnel est utile pour l achat d un service comme par exemple les impôts, les soins de santé ou encore les vacances.  La différence entre ces deux prêts à tempérament est l importance du T.A.E.G.(Taux Annuel Effectif Global).  Ce dernier est plus élevé dans le cas d un prêt personnel du fait que l organisme de crédit n a aucune garantie en cas de non-remboursement.  Ce qui n est pas le cas pour un financement car en cas de non-remboursement, le banquier récupère de toute façon ce qui restait à payer.

 

Qu est-ce que le T.A.E.G ?

Pour permettre au consommateur de comparer plus facilement les différents crédits disponibles, les banques doivent indiquer, sur le contrat d ouverture, le T.A.E.G correspondant.  Le T.A.E.G doit également inclure2 éléments : l intérêt sur le crédit et les frais annexes liés au crédit.

 

La banque prête la somme convenue à son client ou paie directement le fournisseur concerné, tandis que le client s'engage à rembourser en fonction des modalités de contrat.

Le remboursement se fait par mensualités constantes, composées d'une partie du capital et d'intérêts.

 

La loi exige que diverses clauses et mentions figurent sur le contrat comme le TAEG (Taux Annuel Effectif Global ), qui est le coût total du crédit, intérêts et frais compris, exprimé en taux d'intérêt annuel.

G.             La loi sur le crédit à la consommation

 

Dans le domaine du crédit à la consommation, on a instauré un certain nombre de règles pour protéger le consommateur contre le surendettement et contre les taux abusifs.  Les prêteurs doivent en autres, informer les clients de manière exacte et complète sur le crédit accordé, vérifier la solvabilité, rechercher le contrat de crédit le mieux adapté, etc..

 

Les prêteurs doivent également respecter les taux d intérêt maxima fixés par la loi.

H.             Le remboursement du crédit

 

Il existe deux grands modes de remboursement :

 

*  Mensualités égales

 

Vous payer tous les mois un montant fixe comprenant une part de remboursement en capital et une part des intérêts.

Durant les premières années, la part des intérêts est plus importante que celle du remboursement en capital, puis ce rapport s inverse petit à petit.

 

*  Amortissements mensuels constants

 

Dans ce cas, vous remboursez tous les mois une fraction fixe du capital emprunté, majorée des intérêts sur le solde restant dû.

Celui-ci diminuant, la part d intérêts est de moins en moins élevée et les mensualités diminuent en conséquence.

 

Pour les deux modes de remboursement, vous pouvez opter pour une période temporaire à déterminer, sans remboursement de capital.

 

VII.Proposition de test sur les crédits

une proposition de Vanessa Caufriez (promo 98)

 

 

Niveau taxonomique :  question 1 : restitution.

                        question 2 : restitution.

                        question 3 : résolution de problème (si jamais fait en classe) ou application.

Test   /13:

 

 Explique avec tes propres mots les notions suivantes :

 

Le crédit :                                                                                                                 /2

 

Le T.A.E.G. :                                                                                                          /2

 

Une caution :                        /1

 

‚ Cite 3 conditions pour lesquelles le banquier accorde un crédit :    /3

                                                                                                                             

ƒ Associe chaque bien et service donné à un type de crédit proposé.  /5

 

type de crédit                                                    biens ou services          

                  

un crédit de caisse  w      w une voiture

un financement w                         w des frais d'hôpital

un prêt hypothécaire w                  w un pull

un prêt personnel w                       w une maison

un crédit automatique w    w un scooter

un prêt à tempérament w    w les courses du mois

                                                    w un ordinateur

                                                    w des frais de mariage

                                                    w des frais de réparation d'une maison

                                                    w des frais d'études

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Le système bancaire et le financement indirect de l'économie

 

  1. Les autorités monétaires et le cadre de la communauté bancaire
  2. La communauté bancaire
  3. Les banques et le financement indirect de l'économie

 

I.    Les autorités monétaires et le cadre de la communauté bancaire

 

Au sommet du système, le gouvernement décide des grandes orientations monétaires.  Le ministre de l'économie et des Finances, plus précisément la Direction du Trésor, exerce sa tutelle sur la communauté bancaire.  De son côté, la Banque Nationale doit veiller sur la monnaie et le crédit.

 

 

  1. La Banque nationale
  2. Le trésor public



A.             La Banque nationale

L'évolution de son statut // Les fonctions (ou missions) de la Banque nationale // La tutelle du système bancaire

1.              L'évolution de son statut

 

La Banque Nationale a été créée en 1850, sous l'impulsion de Frère Orban.  Elle reçoit quelques années plus tard, le monopole de l'émission de la monnaie légale sur tout le territoire national.  Auparavant, .  Termes synonymes : la banque centrale, l'institut d'émission, ou simplement la Banque avec une majuscule, par opposition aux autres banques de la communauté bancaire).

 

Progressivement, elle est investie d'un double rôle : d'une part la Banque participe au financement du commerce et de l'industrie, d'autre part, elle devient la Banque des banques, organe de compensation (voir infra, b) et prêteur du système bancaire.  Elle est une S.A. nationalisée, dont les actions sont cotées à la Bourse et dont l'État est le principal actionnaire (capital souscrit 400 M BEF).

 

La dernière évolution de son statut s'est traduite par la loi qui énonce clairement ses missions fondamentales : "La Banque Nationale définit et met en oeuvre la politique monétaire dans le but d'assurer la stabilité des prix.  Elle accomplit sa mission dans le cadre de la politique générale du gouvernement.  "

 

Le traité de Maastricht (février 1992) prévoit les étapes vers l'unification monétaire de l'Europe, au terme desquelles (le 1er janvier 1999 au plus tard) une Banque centrale européenne et un système européen des banques centrales recevront les pleins pouvoirs en matière de politique monétaire, et jouiront d'une complète indépendance par rapport aux gouvernements nationaux.  Dans cette perspective, la loi de 1993 renforce l'autonomie de la Banque Nationale :  "La Banque [...] ne peut solliciter ni accepter d'instructions du gouvernement ou de toute personne.  "

2.              Les fonctions (ou missions) de la Banque nationale

 

·      L'émission de la monnaie légale (les billets de banque qui représentent une partie de la "monnaie banque Nationale" ou "monnaie centrale"), d'où le titre d'Institut d'émission donné à la Banque.  Les billets en circulation, dette de la B.N. se chiffre au passif pour quelque 450 milliards de BEF.

·      Le réescompte des effets commerciaux (= lettres de change)

·      Le commerce des Fonds d'État (politique d'open market)

·      L'octroi d'avances à l'État (=Trésor)

·      La détermination du coefficient de réserve monétaire

·      La gestion du commerce de l'or et des devises

·      La gestion des réserves publiques de change : c'est le gouvernement qui décide de la valeur (parité) du franc par rapport aux monnaies étrangères (devises), et c'est la Banque qui est chargée d'intervenir pour la maintenir.  À cette fin, elle gère les réserves d'or et de devises de l'état.

·      La fonction de banque des banques : elle effectue, sur les comptes que chaque établissement de crédit détient chez elle, les opérations dites de compensation nécessaires aux règlements interbancaires.  La compensation se réalise obligatoirement dans une monnaie reconnue par toutes les banques, c'est-à-dire la monnaie scripturale Banque Nationale.  À cette occasion, la Banque est amenée à jouer le rôle de prêteur si certains établissements de crédit ont des problèmes de trésorerie.  Mais elle ne fournit pas toujours l'intégralité des quantités de monnaie demandées : c'est par ce moyen que se réalise la régulation par la monnaie.

 

 

LE MÉCANISME DE LA COMPENSATION

 

Supposons, pour simplifier, un système bancaire réduit à la banque centrale et à deux banques, A et B.

Supposons également que les transactions entre les agents s'effectuent par virements bancaires.  Si, un jour donné, les clients de la banque A sont amenés à verser aux clients de la banque B une somme de 1 Md BEF, alors que simultanément les clients de B ne leur versent que 0,5 Md BEF, la banque A devra transférer un demi million à la banque B.  Cette opération de compensation se fera en prélevant 0,5 Md BEF sur le compte de A à la Banque Nationale, et en le transférant sur le compte de B.  Et, si le compte de la banque A n'a pas la provision nécessaire, la Banque centrale les lui prêtera.

 

3.              La tutelle du système bancaire

 

La Banque Nationale est présente, avec les représentants du ministère des Finances dans différents organes de réglementation et de contrôle du système bancaire ; à ce titre elle veille au respect de la réglementation, délivre les agréments pour exercer la profession de banquier, publie des études sur le fonctionnement du système financier (rapport annuel de la Banque), et peut donner ses conseils tout projet monétaire du gouvernement.

Elle fournit à la communauté bancaire des informations utiles : par exemple Banque tient un fichier des incidents de paiement sur les chèques, et un fichier bancaire des entreprises.

 

 

LES FONCTIONS DE LA BANQUE NATIONALE

 

La Banque nationale :

·      émet la monnaie légale ou monnaie centrale (billets et monnaie scripturale) ;

·      gère les réserves publiques d'or et de devises (monnaies étrangères) ;

·      gère les comptes du Trésor et des établissements de crédit ;

·      facilite les règlements entre les banques (interbancaires) en émettant, à cette occasion, de la monnaie scripturale ;

·      est le principal prêteur du système bancaire (afin de faciliter la compensation interbancaire) ;

·      contrôle et réglemente l'ensemble des activités bancaires.

 

B.              Le trésor public

Définition et rôle du Trésor public // Les opérations de trésorerie

 

1.              Définition et rôle du Trésor public

 

Le Trésor est la personnalisation financière de l'état :

 

Le Trésor public (ou "Trésor") est un service du ministère des Finances ; avec l'aide de la Banque Nationale, il est à la fois :

·      le caissier de l'état : il perçoit les recettes essentiellement en collectant les impôts paie les dépenses prévues par la loi de finances et gère la dette publique ;

·      le banquier de l'État : il prête à l'état en utilisant les fonds déposés par ses correspondants, et peut créer de la monnaie scripturale par l'intermédiaire du réseau des CCC Le Trésor exerce des activités de tutelle, de financement et d'impulsion (dans les secteurs que le gouvernement veut favoriser).

2.              Les opérations de trésorerie

 

Le Trésor doit faire face au décalage inévitable entre les dépenses (engagées régulièrement tout au long de l'année) et les recettes (perçues irrégulièrement, à certaines périodes).

Il se peut également que le budget voté par le Parlement soit en déficit dépenses excèdent les recettes [étape 9].

Dans ces deux cas le Trésor devra se procurer des ressources complémentaires

 

Le Trésor peut tout d'abord emprunter des fonds sur les marchés :

·      en émettant des bons d'État sur le marché du court et du moyen terme ;

·      en émettant des emprunts d'État sur le marché du long terme (marché financier).

 

Le Trésor peut disposer de ressources hors marché (environ 1/5 du total), en utilisant les fonds de ses correspondants : la Poste (le Trésor bénéficie des excédents de trésorerie des comptes chèques postaux), des collectivités locales, de a SNCB, etc, qui ont l'obligation d'avoir un compte au Trésor.

 

II. La communauté bancaire

 

La loi a réorganisé l'ensemble du système bancaire, en lui donnant un cadre juridique, et des autorités de réglementation et de contrôle communs.

 

 

  1. Cadre juridique et classification
  2. Opérations de crédit
  3. Création monétaire
  4. Contreparties de la masse monétaire

A.             Cadre juridique et classification

 

$$$ à revoir

La communauté bancaire comprend différents établissement de crédit, classés en deux grandes catégories :

 

·      les banques de dépôts : elles sont autorisées "à recevoir des dépôts à vue ou à moins de deux ans : on y trouve les ou coopératives (telles que le Crédit agricole ou les banques...

·      les sociétés financières (société de vente à crédit, de crédit immobilier...) et des institutions financières spécialisées (crédit national, Crédit foncier ou Crédit local  )  : ces organismes ne peuvent u recevoir des dépôts à vue ou à moins de deux ans que si elles y sont autorisées   à titre accessoire

 

Il est important de savoir, que les banques ont connus une réforme en 1935 sous le gouvernement Van Zeeland.  En effet, celles-ci qui avaient le droit d'acheter des actions et obligations industrielles, leur est interdit depuis cette date.  C'était, en effet, très risqué pour les banques d'investir dans ces entreprises.  Si le entreprises croulent, les banques aussi (ce qui s'est passé pendant la crise des années 30).  Seule la première catégorie, qui gère l'essentiel des dépôts à vue, a le pouvoir de création monétaire (voir ci-dessous).

 

En principe, tous les établissements de cette catégorie ont les mêmes droits : ils peuvent gérer les dépôts à vue, dépôts à court terme, octroyer des crédits sur un pied d'égalité. Il y a actuellement en Belgique 85 banques, dont 31 sont de droit étranger et encore 29 dont la majorité du capital est aux mains de groupes étrangers.  Les 8 principales banques de dépôts belges sont : la Société Générale de Banque, la DEXIA, la Banque de la Poste, la BBL, CERA, CGER, le Crédit communal et la Kredietbank.  En fait, l'influence étrangère sur notre système bancaire est beaucoup plus grande, car de nombreuses banques belges font partie de groupes internationaux.  Le total des bilans des banques concerne pour plus de la moitié des opérations étrangères ; les trois quarts d'entre elles dépendent de sociétés mères étrangères.

 

Ne font pas partie de la communauté bancaire : les autorités monétaires (Banque Nationale, Trésor public).

B.              Opérations de crédit

La diversité des crédits // La transformation bancaire

 

Les banques remplissent plusieurs fonctions.  Elles gèrent le patrimoine de leurs clients et notamment les dépôts sur les comptes ouverts à la banque, et les conseillent sur les placements.  Mais leur fonction principale est la distribution de crédit.

 

Dans toute économie, les agents sont amenés à emprunter des fonds afin de réaliser des investissements ou d'assurer l'équilibre de leur trésorerie.

 

Opérations de crédit : financement consenti par les établissements de crédit aux agents non financiers résidents : sociétés, ménages (particuliers ou entrepreneurs individuels), administrations publiques (hormis l'État, dont le banquier est le Trésor) et privées, sociétés d'assurance et  caisses de retraite.

1.              La diversité des crédits

 

Selon leur objet économique, on peut distinguer les crédits :

·      à la trésorerie des particuliers :découverts bancaires, prêts personnels, financements des ventes à tempérament (à crédit), location avec option d'achat.

·      à la trésorerie des entreprises : avances en comptes débiteurs, escompte d'effets de commerce (voir infra) ;

·      à l'investissement des entreprises et à l'habitat ;

·      à l'exportation, etc.

 

Selon le terme du crédit : cette distinction recouvre en partie la précédente.

·      Crédit à court terme :crédit de trésorerie accordé pour une durée inférieure à 2 ans.

·      Crédits à moyen terme (compris entre 2 et 5 ans) et à long terme (supérieur à 5 ans), pour le financement des investissement, des achats de biens durables, etc.

2.              La transformation bancaire

 

Les banques, pour réaliser des crédits à long terme, sont régulièrement conduites à transformer les dépôts qu'elles reçoivent à court et à moyen terme en prêts à long terme :

 

La transformation bancaire

 

Dépôts à court et à moyen terme   è           BANQUE     è           Crédits à long terme

(ex. : compte sur livret)                                                                               (ex : prêt à l'investissement)

 

La transformation pose des problèmes de liquidité aux banques, car les clients qui ont déposé de l'argent sur un compte à vue ou sur un livret peuvent le retirer à tout instant, tandis que cet argent est immobilisé pour une longue période : la banque ne le recouvrera qu'à l'échéance du crédit, cinq ou dix ans plus tard, par exemple.

Cette difficulté conduit la banque à conserver, par prudence, une partie de ses dépôts sous forme liquide.

C.             Création monétaire


À quelles occasions y a-t-il création monétaire ? // Le principe de la multiplication du crédit : un petit modèle

 

Création monétaire : augmentation des moyens de paiement mis à la disposition des agents économiques.

Toute création de monnaie se fait à l'occasion d'une opération de crédit effectuée par un établissement de crédit, et a pour contrepartie une créance détenue par cet établissement sur un agent non financier.

1.              À quelles occasions y a-t-il création monétaire ?

 

Toute opération de création monétaire par une banque se traduit par une modification de l'actif et du passif de son bilan, que l'on peut définir, de façon très simplifiée :

 

Bilan d'une banque, document comptable qui regroupe essentiellement :

·      dans sa partie gauche, l'actif, les créances détenues par la banque, correspondant aux prêts qu'elle a accordés ;

·      dans sa partie droite, le passif, ses dettes, correspondant aux dépôts de ses clients.

 

a)              Le cas le plus simple de création monétaire est l'autorisation de découvert.

 

Supposons que la banque accorde à son client M. Lejeune un découvert de 100 000 BEF : cela signifie qu'il pourra les utiliser, en plus des fonds déposés auparavant sur son compte ; ces 100 000 BEF vont donc s'ajouter à son compte, et la banque devra modifier le passif de son bilan.  En contrepartie, la banque va détenir une créance de 100 000 BEF sur son client, qu'elle inscrira à l'actif de son bilan.

 

Modification du bilan de la banque après l'ouverture du crédit

 

ACTIF :                créance sur M. Lejeune                                 +100 000 BEF

PASSIF :              dépôt sur le compte de M. Lejeune                            +100 000 BEF

 

b)              Mais l'opération la plus importante est la monétisation d'actif.

 

Monétisation d'actif : elle consiste en l'achat par une banque d'un actif non monétaire (lettre de change, crédit de mobilisation de créances commerciales).

Par cette opération (qualifiée aussi d'escompte), la banque crée de la monnaie en augmentant (créditant) le compte à vue de son client d'un montant équivalant à celui du titre qu'elle lui a acheté, moins les intérêts retenus.

 

Prenons le cas d'une entreprise qui a livré 100 000 BEF de marchandises à un commerçant.  Ce dernier ne règle pas la commande immédiatement mais s'engage à la payer d'ici trois mois en signant à l'entreprise une lettre de change.

L'entreprise, qui a un besoin immédiat de liquidité, va porter la lettre de change à sa banque en y apposant à son tour sa signature.  La banque va acquérir la lettre de change et créditer (augmenter) le compte à vue de l'entreprise de 98 000 BEF = 100 000 BEF - 2 000 BEF d'intérêt.

 

À l'échéance de trois mois, c'est la banque qui recevra le paiement de la dette du commerçant.

Mais, dans l'immédiat il y a bien eu création de monnaie : la banque a reçu un actif non monétaire (l'entreprise ne pouvait utiliser la lettre de change comme moyen de paiement) et l'a transformé en monnaie.  Dans ce mécanisme, il n'y a pas eu d'épargne préalable, et aucun agent n'a vu son pouvoir d'achat diminué.  Aucun fonds, aucune ressource se trouvant au passif de la banque n'a été prêtée.

La création de monnaie s'est traduite par l'augmentation d'un compte à vue (celui de l'entreprise), donc par l'augmentation de l'agrégat M1, et donc de la masse monétaire M3.

2.              Le principe de la multiplication du crédit : un petit modèle

 

Nous allons imaginer un modèle monétaire très simplifié où une seule banque n'utilise que de la monnaie scripturale qu'elle crée elle-même.  Cette banque peut offrir des crédits à sa clientèle, à partir du moment où celle-ci en manifeste la demande.

 

Puisqu'il n'existe qu'une seule banque, les crédits accordés à ses clients lui reviendront sous forme de dépôts :

 

Si la banque accorde un crédit de 10 000 F à Melle Sidonie, celle-ci pourra l'utiliser pour régler, par chèque, la facture de son garagiste M. Ducar.  Celui-ci déposera le chèque de 10 000 F à la banque.  À partir du dépôt de M. Ducar, la banque pourra envisager d'accorder un découvert à Mme Angèle, qui l'utilisera pour payer son professeur de chant M. Rémi, et ainsi de suite, à l'infini.  10 000 F

 

Le crédit initial aura donc provoqué une véritable multiplication des dépôts.

 

Dans la réalité, ce mécanisme de multiplication va rencontrer plusieurs limites :

·      tout d'abord, les agents règlent une partie de leurs achats en monnaie matérielle, en pièces et en billets de la Banque Nationale : la banque doit donc conserver sous cette forme un pourcentage encore important des dépôts de façon à faire face aux retraits d'espèces ;

·      la banque doit aussi prévoir l'éventualité où elle ne collecterait pas suffisamment de dépôts.

 

 

LA CRÉATION DE MONNAIE PAR LES BANQUES ET SES LIMITES

La création monétaire par les banques

·      La création monétaire par les banques résulte des crédits qu'elles accordent à leurs clients.

·      Ces crédits se traduisent immédiatement par l'augmentation des dépôts à vue, donc de la masse monétaire M3.

·      Si ces dépôts restaient dans la banque qui a réalisé le crédit, la création monétaire ne connaîtrait pas de limites.

Ses limites : en réalité la banque subit des fuites qui l'obligent à conserver des liquidités lorsque :

·      les dépôts sont transformés en billets (retraits) ;

·      les dépôts sont transformés dans une autre banque (compensation interbancaire).

 

D.             Contreparties de la masse monétaire

 

Chaque fois qu'une institution financière crée de la monnaie, elle augmente le dépôt à vue de son client, mais en contrepartie ce dernier lui remet une créance, c'est le cas de la lettre de change remise par l'entreprise à sa banque.

 

La notion de "contreparties de la masse monétaire" permet d'expliquer le mécanisme macro-économique de la création monétaire en se plaçant au niveau de l'ensemble du système bancaire (Banque nationale, Trésor et communauté bancaire).

 

Contreparties de la masse monétaire : ensemble des actifs non monétaires (créances) acquis par le système bancaire et monétisés, c'est-à-dire donnant lieu à une création de monnaie.  Les contreparties, sources de la création monétaire, sont classé en trois sous-ensembles :

·      les créances sur l'extérieur ;

·      les créances sur l'économie ;

·      les créances sur l'état.

 

Le tableau suivant (en milliards de SYK, couronnes syldaves) permet de donner les ordres de grandeurs de chaque contrepartie :

Masse monétaires et ses contreparties

(en milliards de SYK courants, présentation simplifiée)

Contreparties

1993

1997

var ( %)

sur 100 %

Masse monétaire

1993

1997

Var ( %)

Créances sur extérieur

Créances sur économie

Créances sur l'État

 

81

 

5767

 

1024

 

105

 

7650

 

1098

 

+ 29,6

 

+ 32,6

 

+ 7,2

 

1,2 %

 

86,4 %

 

12,4 %

 

M3

Ressources stables

 

Divers

 

4219

 

2139

 

514

 

5430

 

2799

 

624

 

+ 28,7

 

+ 23,6

 

+ 21,4

 

 

Les créances sur l'extérieur correspondent à l'achat de devises par les banques.  Prenons l'exemple d'un exportateur belge qui vient de recevoir le paiement en marks des marchandises vendues à un client allemand.  Il va changer, à sa banque, ces marks en francs.  II y aura donc création de francs.

Quelle en est la contrepartie ?  Ce sont les devises (marks) détenues maintenant par la banque, que l'on peut considérer comme des créances sur l'économie allemande :

 

                                             marchandises                                                   francs

CLIENT                                             ç                          EXPORTATEUR               ç                          BANQUE

ALLEMAND                      è                          BELGE                                à

                                             marks                                                                marks

 

contrepartie en italique gras

La contrepartie extérieure représente toujours une part très faible de la création monétaire.

 

Les créances sur l'économie sont la principale contrepartie : elles représentent environ 86 % des sources de la création monétaire.  Elles correspondent à l'augmentation du volume des crédits accordés aux particuliers et aux entreprises.  Le cas de l'achat à crédit d'une voiture par un ménage peut être représenté ainsi :

 

 

 

                                             virement                                                                          virement

CONCESSIONNAIRE      ç                          MÉNAGE                           ç                          BANQUE

AUTOMOBILE                  è                          SYLDAVE                          è

                                             voiture                                                              créance sur ménage

 

contrepartie en italique gras

 

Cette contrepartie met en évidence le lien entre l'activité économique (sphère réelle) et la création de monnaie (sphère monétaire).

On comprend que, lorsque l'activité économique progresse (en phase d'expansion, voir fin de l'étape 3), la masse monétaire en fasse autant, de même que sa contrepartie "crédits à l'économie".  Ce fut le cas entre 1988 et 1992 (voir le tableau, supra), où les crédits à l'économie progressaient de 32 % (plus rapidement que les remboursements des crédits antérieurs), tandis que M, augmentait de 28,7 %.

 

Les créances sur l'état représentent environ le dixième des sources de création monétaire.

Elles mesurent l'effet sur la création monétaire du besoin de financement de l'état : titres acquis par les institutions financières (bons et obligations d'État) et les crédits octroyés à l'État par les établissements de crédit.  Supposons que l'état ait besoin de ressources pour payer ses fonctionnaires :

 

                                             salaires versés                                                 achat bons d'État

FONCTIONNAIRE           ç                          TRÉSOR                             ç                          BANQUES

AGENT d'État                                                  PUBLIC                                             à

                                                                                                                        bons d'État

 

contrepartie en italique gras

 

 

 

RETENONS : QUI PEUT CRÉER DE LA MONNAIE ?

·      Les banques, à partir des crédits aux ménages, aux entreprises ou à l'État (achats de bons et d'obligations d'État).

·      Le Trésor public, en tant que banquier de l'État, crée la monnaie divisionnaire (les pièces) et de la monnaie scripturale par l'intermédiaire du réseau des CCP (lorsqu'il l'utilise pour régler un fournisseur de l'État).

·      La Banque Nationale est la seule à pouvoir créer (ou détruire) la monnaie en billets (monnaie Banque Nationale).

 

III.Les banques et le financement indirect de l'économie

 

On parlera de financement indirect lorsqu'un agent économique s'adresse à un établissement de crédit qui joue le rôle d'intermédiaire financier.  Quel est le rôle joué par les banques dans le financement des agents économiques ?  Pourquoi parle-t-on dans ce cas de "financement indirect" ou d'intermédiation bancaire ?  Ce rôle n'est-il pas menacé aujourd'hui par ce que l'on appelle la désintermédiation, c'est-à-dire le développement d'un financement par les marchés ?

 

  1. Financements interne et externe
  2. Financements direct et indirect
  3. La place de l'intermédiaire bancaire

A.             Financements interne et externe

 

Cette distinction porte sur le canal utilisé pour se procurer des fonds :

·      Financement interne (autofinancement, dans le cas d'une entreprise) : l'agent prélève sur l'épargne qu'il a accumulée.

·      Financement externe : l'agent fait appel au crédit en empruntant les fonds nécessaires auprès d'autres agents.

B.              Financements direct et indirect

 

Cette distinction porte sur le canal utilisé pour se procurer des fonds :

·      Financement direct : l'agent se procure les fonds dont il a besoin sur les marchés des capitaux (court, moyen et long terme).

·      Financement indirect : l'agent s'adresse à un établissement de crédit qui joue le rôle d'intermédiaire financier.

 

C.             La place de l'intermédiation bancaire

 

Lorsqu'un établissement de crédit prête des fonds à partir des dépôts qu'il a collectés, il joue le rôle d'intermédiaire entre les agents ayant un besoin de financement, qui cherchent à emprunter, et les agents disposant d'une capacité de financement qui désirent prêter :

 

Le financement indirect non monétaire

 

AGENTS À                                                       ÉTABLISSEMENTS                        AGENTS À

CAPACITÉ DE                  èè                     DE CRÉDIT                        èè      BESOIN DE

FINANCEMENT                              placements          (BANQUES)                       crédits         FINANCEMENT              

 

Le financement indirect monétaire

 

ÉTABLISSEMENTS                              AGENTS À

DE CRÉDIT                              èè      BESOIN DE

(BANQUES)                             crédits               FINANCEMENT              

 

La sphère financière a connu depuis le milieu des années 1980 de profondes mutations, parmi lesquelles une certaine " désintermédiation ".  Ce terme désigne en fait les progrès du financement direct : développement des émissions d'obligations et de titres négociables (billets de trésorerie, bons d'État), des émissions d'actions et d'autres fonds propres, ainsi que des crédits et obligations internationaux.

Ainsi, des entreprises importantes, qui empruntaient à court terme auprès des banques, peuvent-elles aujourd'hui émettre des billets de trésorerie à trois mois sur le marché des capitaux à court terme.

 

Le financement direct et la désintermédiation bancaire

 

 

Agents à

capacité de

financement

offre de capitaux

è

 

 

ß

achat de titres

 

 

MARCHÉ des

CAPITAUX

demande de capitaux

ç

 

ß

ventes (émissions)

de titres

 

 

Agents à

besoin de

financement

 

 

 

Idée logique d'Estelle Depuydt (promotion 1998) :  Vous pouvez vous préparer un questionnaire avec les élèves, concernant la banque.  Inviter un banquier ou se rendre à la banque pour pouvoir interviewer ce banquier (avertir pour des raisons de sécurité) &.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Les marchés de capitaux et le financement direct de l'économie

Les agents ont aussi recours aux marchés des capitaux : à court et moyen terme, et à long terme (marché financier).

Le développement de ce mode de financement s'explique par les avantages que les agents y trouvent : taux d'intérêt plus intéressants, quantités empruntées plus importantes, échéances mieux adaptées à leurs besoins, et, surtout, possibilité de revente des titres.

 

  1. Les marchés des capitaux à court et moyen termes
  2. Le marché financier (marché des capitaux à long terme)
  3. Une leçon proposée : budget d'un ménage (Vanessa Caufriez - promotion 1998)
  4. Une autre leçon proposée (Sophie Dohy - promo 1998)


I.    Les marchés des capitaux à court et moyen termes

 

Sur ce marché, des agents ayant des besoins financiers immédiats (demande de capitaux) rencontrent des agents qui souhaitent placer leurs fonds disponibles pour une courte période (offre de capitaux).

Ainsi, le trésorier d'une grande entreprise se procure des fonds en émettant un billet de trésorerie à 6 mois, que va lui acheter une compagnie d'assurance.

 

Utilisation du marché des titres négociables à court terme (10 jours à 1 an)

et moyen terme (1 à 5 ans)

ACTE ÉCONOMIQUE

PLACEMENTS

EMPRUNTS

agents concernés

entreprises, SICAV, assurances, mutuelles, caisses de retraite

Trésor, entreprises, banques

 

 


II. Le marché financier (marché des capitaux à long terme)

 

Le marché financier est composé du "marché primaire", sur lequel sont émis les titres nouveaux, et du marché "secondaire", où l'on échange des titres déjà émis : c'est ce marché qu'on appelle couramment la Bourse.

 

  1. Rôle du marché financier dans l'économie nationale
  2. Fonctionnement du marché de capitaux à long terme

A.             Rôle du marché financier dans l'économie nationale

 

Son rôle dans le financement direct des agents // Son rôle dans les transferts de contrôle des sociétés

1.              Son rôle dans le financement direct des agents

 

Ce marché permet la rencontre des agents qui disposent d'une capacité de financement et de ceux qui ont un besoin de financement.

 

OFFRE DE CAPITAUX

Agents à capacité de financement à long terme

Ménages, investisseurs institutionnels (assurances, mutuelles, caisses de retraites, SICAV)

DEMANDE DE CAPITAUX

Agents à besoin de financement à long terme

état, collectivités locales, entreprises publiques et privées, établissements de crédit

 

 

L'émission d'actions nouvelles permet aux entreprises d'augmenter leurs fonds propres ; l'émission d'obligations par les entreprises, l'état ou les collectivités locales répond à leurs besoins de financement, etc.

On note toutefois que la part du financement des investissements des entreprises assurée par les émissions d'actions et d'obligations sur le marché varie d'une année à l'autre et est assez réduite : en 1989 elle a représenté 14 % de l'investissement des sociétés.

À titre d'information, voici en  % du P.I.B.., le besoins de financement des pouvoirs publics belges ces 10 dernières années :

1987

1988

1989

1990

1991

-        7,6 %

-        6,8 %

-        6,2 %

-        5,5 %

-        6,3 %

1992

1993

1994

1995

1996

-        6,9 %

-        7,1 %

-        4,9 %

-        3,9 %

-        3,2 %

 

2.              Son rôle dans les transferts de contrôle des sociétés

 

La croissance externe est l'un des moyens du développement des entreprises ; elle se réalise par des opérations de concentration (étape 8).

À la Bourse, le marché des actions est le lieu privilégié des prises de contrôle de sociétés.  Parmi les procédures existantes, on peut retenir les offres publiques d'achat (O.P.A.)

 

Offre publique d'achat : offre publique faite par une société aux actionnaires d'une autre société de racheter leurs titres à un prix supérieur à celui coté en Bourse, afin d'en prendre le contrôle.

 

De nombreuses raisons peuvent motiver les prises de contrôle.

·      Pour gagner des parts de marché, il est actuellement moins coûteux de prendre le contrôle d'une firme concurrente (croissance externe) que d'effectuer les investissements nécessaires (croissance interne).

·      L'entreprise peut ainsi, très rapidement, soit se diversifier dans de nouvelles activités (en raison de la stagnation de son secteur de base), soit améliorer sa position dans son métier ; elle atteindra alors la taille critique, taille minimale pour faire face à la compétition mondiale.

 

B.              Fonctionnement du marché de capitaux à long terme

 

Quelles sont les catégories de titres échangés ! // Pourquoi les agents économiques achètent-ils des titres ? // Les compartiments du marché // La cotation et la détermination des cours en Bourse // Les opérations de Bourse

 

1.              Quelles sont les catégories de titres échangés !

a)              Les actions

 

Une action est un titre émis par une société, représentant une fraction de son capital social..

Elle procure un revenu variable, le dividende.

Son cours est le prix où elle s'échange en Bourse, à un moment donné ; il est très variable et diffère généralement de sa valeur d'émission.

 

Le rendement (=return) de l'action, sous forme de dividende, est assez faible, dans la mesure où une grande partie des bénéfices est mise en réserve pour servir à l'autofinancement de l'entreprise ; sous forme de plus-value du titre, est souvent plus rentable.  Ces revenus (dividendes uniquement) sont affectés du précompte mobilier de 25 %.

 

L'actionnaire est un associé de la société :

·      sa responsabilité est limitée à son apport ;

·      il a le droit de prendre part aux assemblées générales, de recevoir des dividendes, d'être informé ;

·      il jouit du droit préférentiel de souscription lors d'une augmentation de capital (=warrants).

 

b)              Les obligations

 

Une obligation, valeur rapportant un revenu (les intérêts) est un titre de créance à long terme sur l'agent qui l'a émise (une entreprise, une banque, l'État).  Les revenus sont soumis au précompte mobilier belge de 15 %.

 

Elles sont placées dans le public par l'intermédiaire du marché primaire, et émises selon des modalités très diverses (obligations à taux fixe ou variable, indexées...).

L'acquéreur d'une obligation a la possibilité, comme pour une action, de la revendre sur le marché, à un cours qui varie en fonction du taux d'intérêt du moment.

 

Les fonds publics d'achat

Les Fonds communs de placement (organismes de placements collectifs en valeurs mobilières) collectent l'épargne auprès du public afin de la placer sur le marché financier.

Parmi eux, les SICAV (sociétés d'investissement à capital variable) ont été créées en vue d'attirer à la Bourse une clientèle nouvelle de petits épargnants, peu au fait des mécanismes financiers.  Grâce à l'importance de l'épargne collectée, elles constituent un portefeuille diversifié qu'elles gèrent à la place de leurs clients.  Elles sont spécialisées selon la nature des titres qu'elles achètent : obligations et/ou actions, titres belges et/ou étrangers...Les SICAV n'engendrent pas de fiscalité sur les revenus (qui sont des plus-values mobilières) ; mais les banques exigent des frais de gestion.

2.              Pourquoi les agents économiques achètent-ils des titres ?

 

Les agents ont le choix, dans la constitution de leur portefeuille, entre de nombreux produits financiers.

 

Le choix d'un placement est un arbitrage entre le rendement et la sécurité :

·      un placement sans risque offre généralement un faible rendement (comme un livret de la Caisse d'épargne) ;

·      un placement à fort rendement éventuel comporte des risques de moins-value (c'est le cas des actions).

 

L'observation de l'évolution antérieure des cours (celui du Bel20 en Bourse de Bruxelles, de l'indice CAC 40 des 40 valeurs principales de la Bourse de Paris, du Dow Jones à New York), de la conjoncture, du niveau des taux d'intérêts, des anticipations des agents,...  fournit des indications utiles.

 

$$$$

3.              Les compartiments du marché

 

a)              La cote officielle

 

Ce marché regroupe les actions et obligations des sociétés belges et étrangères importantes.  L'admission de ces sociétés est soumise à un certain nombre de conditions ; elle leur permet d'accéder au marché au comptant et, pour les plus grandes d'entre elles, au marché à règlement mensuel.

 

b)              Le second marché

 

Créé en 1983, il permet à des entreprises de taille moyenne de réaliser des augmentation de capital et aux investisseurs institutionnels (compagnies d'assurance...) de prendre des participations dans leur capital.

4.              La cotation et la détermination des cours en Bourse

 

Autrefois existait le procédé de cotation "à la criée".  La cotation avait lieu à la "corbeille" à la Bourse de Bruxelles, cercle autour duquel se tenaient les agents de change.

Ce procédé a été remplacé en 1989 par la Cotation assistée en continu réalisée automatiquement par informatique (le CATS = Computer Aided Trading System).  Il est possible d'intervenir sur le marché toute la journée.  II existe donc de nombreux cours d'équilibre entre les offres et les demandes.

5.              Les opérations de Bourse

 

a)              Les opérations au comptant

 

Ces opérations, achat ou vente, sont dénouées (réalisées) le jour même où s'effectue la transaction.  Elles ont lieu sur le marché de la cote officielle et sur le second marché (actions seulement).

 

b)              Les opérations à terme (marché à règlement mensuel)

 

Ces opérations sont dénouées à la fin du mois boursier.

 

PRINCIPE DES OPÉRATIONS À TERME

 

L'acheteur croit à une hausse des cours, et pense acheter bon marché un titre qu'il revendra ultérieurement à un cours plus élevé.  Le vendeur anticipe une baisse des cours, et vend aujourd'hui des titres qu'il ne possède pas, afin de les racheter ensuite à moindre prix.

 

Ce mécanisme rend possible une opération à première vue singulière : vendre ce qu'on ne possède pas encore.  Quant à l'acheteur, il n'est pas nécessaire qu'il apporte la totalité du montant de son achat : seul un dépôt de garantie est exigé.

 

 

MARCHE FINANCIER

MARCHÉ PRIMAIRE

(émission de titres nouveaux)

MARCHÉ SECONDAIRE

(=la Bourse)

ACTIONS

 

OBLIGA

TIONS

COTE OFFICIELLE

SECOND MARCHÉ

 

 

actions

obligations

(au comptant)

actions

(au comptant)

 

 

marché au comptant

marché à terme

 

 

 

 


III.Une leçon proposée : budget d'un ménage (Vanessa Caufriez - promotion 1998)

 

 

I.  Référence au programme :        D / 1994 / 0279 /016   page 24

                                                                 Sciences économiques 4 p / semaine - 2ème degré.

 

 II.  Références bibliographiques :

 

- «Le dico de l'info» page 88 : Épargne, Ed. Casterman, 1996.

- Fiches de droit Atlas : Banques- Placements et revenus.

               * Quels sont les avantages du compte épargne ?

               * Qu'est-ce qu'un compte épargne ?

               * Comment acheter des obligations ?

               * Qu'est-ce qu'un bon de caisse ?

               * Comment souscrire un emprunt d'État ?

               * Que sont les S.I.CA.V. de capitalisation ?

 - Revues :     * «femmes d'aujourd'hui», Dossier : les femmes et l'argent - pour bien investir lorsque les dettes s'accumulent, 1997.

                        * «Découvrir la banque» de la Générale de Banque, 30/05/1997.

                        * «Tout apprendre, tout comprendre» du Crédit Communal.

- Liste des taux en vigueur à partir du 09/01/1998.

 

III.  Matériel :

 

- Dictionnaire, livre de cours, feuilles élèves, documentation personnelle.

 

IV.  Prérequis :

 

- Notion de budget dans la vie de tous les jours.

 

 V.  Compétences :

 

- Établir le budget d'un jeune, d'un ménage, ...

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes : épargne, thésaurisation, créancier, créance, débiteur, dette, capital, intérêts, compte épargne, compte à terme, bon de caisse, action, obligation, bon d'Etat.

- Citer les deux grandes formes d'épargne.

- Citer trois buts de l'épargne.

- Lire pour  retrouver les idées communes à deux textes (analyse + synthèse).

- Réaliser un schéma complet expliquant le fonctionnement d'un compte épargne.

- Expliquer par écrit sous forme de texte le fonctionnement d'un compte épargne, d'un compte à terme, d'un bon de caisse, d'une obligation, d'un bon d'État.

- Compléter un schéma incomplet du fonctionnement du compte épargne.

- Citer quatre types différents de placements.

- Lire, analyser, commenter une proposition d'épargne.

- Compléter un tableau à double entrée à partir de documents trouvés lors d'une recherche individuelle (développer l'esprit de recherche).

- À partir d'une situation donnée, associer le ou les types d'épargne les plus adéquats et justifier son choix.

- Rechercher pendant un temps limité des informations dans des documents déjà exploités au cours.

- Rechercher la signification d'un mot incompris premièrement en retrouvant le sens de ce mot par rapport au contexte dans lequel il apparaît, deuxièmement en retrouvant sa définition dans un dictionnaire ou dans un ouvrage de référence (livres de cours) (+ associer la bonne définition en fonction du contexte).

- Comparer une définition composée en classe avec la définition donnée dans un dictionnaire ou dans un ouvrage de référence (développer l'esprit critique).

 

 

VI.  MÉTHODOLOGIE

 

** Déroulement de la séquence de leçon

 

         Mise en situation : le budget du jeune.

Demander au élèves de réfléchir par écrit à la question suivante : Si je vous demande de faire votre budget, qu'allez-vous faire ?

      ¬ Temps de réflexion : 3 minutes

      - Le prof passe dans les bancs pour vérifier que chaque élève note des éléments réponses et repère les informations à mettre en valeurs lors de la mise en commun.

      Mise en commun : propositions des élèves +justifications

      - Questions guides :    - Que veux dire «faire son budget» ? ޅ..

                              - Que peut-on retrouver dans le budget ? ޅ.

                              - Comment peut-on organiser tout ces éléments ? Þ ce qu'on reçoit et ce qu'on dépense, recettes-dépenses, entrées-sorties.

                              - Qu'allons-nous mettre dans la colonne de droite et de gauche du tableau ? Þ au choix...

                              - De qui pouvons-nous faire le budget ? Þ d'un ménage, d'un particulier, d'une entreprise, d'un État,...

                              - Pour combien de temps ? Þ une semaine, un mois, une année, ...  pour une période déterminée. 

*Associer les noms adéquats : mensuel, annuel...

*Demander aux élèves de trouver un exemple de dépense et de recette mensuelle, annuelle, annuelle mais pas mensuelle.

                              - Quand faisons-nous le budget ? Þ en début de mois, d'année; c'est une prévision.

      ® Demander aux élèves de composer au crayon, sur leur feuille, une définition du mot budget à partir des différents éléments notés au T.N. Temps de travail individuel : 1 minute.

      - Mise en commun : proposition d'un élève + justification + accord des autres élèves (Attention : retrouve-t-on tous les éléments de la définition !)

      ¯ Demander aux élèves de prendre leur dictionnaire et/ou leur livre d'économie, de rechercher la définition du mot budget.  Comparaison entre les différentes définitions.

      ° Distribution des feuilles élèves et prise de note par les élèves.

      ± À quoi peut vous servir la dernière ligne de votre tableau sur vos feuille ? Þ à faire les totaux des recettes et des dépenses.

      - Quels sont les trois cas qui peuvent se présenter par rapport à ces totaux ? Þ R<D,          R>D, R=D.

      - Demander à l'élève qui fait une proposition d'illustrer le cas proposé par un exemple chiffré.

               * Est-il possible d'avoir un montant de recettes égal à un montant de dépenses ? Þ Oui, mais cela est rare.

                                             + Représentation graphique en hachurant les surfaces.

               * Est-il possible dans la vie de tous les jours d'obtenir le cas où les R<D ? Est-il possible de dépenser plus que ce que l'on reçoit ? Þ oui, en demandant de l'argent à prêter à quelqu'un, en faisant une dette, un emprunt...

                                             + Représentation graphique en hachurant les surfaces.

               * Est-il possible dans la vie de tous les jours d'obtenir le cas où les R>D ? Est-il possible de dépenser moins que ce que l'on reçoit ? Þ Oui...

                                             + Représentation graphique en hachurant les surfaces.

Comment appelle-t-on ce phénomène? Quel nom peut-on donner à la partie restante ? Þ l'épargne

Prise de note.

 

1. Analyse du cas n° ... : L'épargne.

 

          Demander aux élèves de composer par deux une définition du mot «épargne».

               Temps : 1 minute. 

         - Mise en commun.

         - Prise de note.

         ‚ Que va pouvoir faire le jeune avec l'argent qu'il lui reste ? Þ le dépenser, le mettre dans une tirelire, à la banque....

         - Savez-vous où vos grands parents ou arrières grands-parents mettaient leur argent ? Þ...

         - Montrer une chaussette.  Ils le mettait bien souvent dans une chaussette qu'ils glissaient dans le fond d'un tiroir ou sous un matelas.  Est-il encore courant de faire cela ? Þ Non.  Pourquoi ? Þ parce que cela ne rapporte rien, c'est dangereux (vol-incendie,..)  Cette méthode s'appelle la «Thésaurisation».

         ƒ Demander aux élèves de rechercher la définition du mot «thésaurisation» dans le dictionnaire ou livre scolaire, de composer par écrit et par deux, à partir de la définition trouvée, une définition compréhensible par tous, simple mais complète du mot donné.

         - Temps de recherche : 3 minutes.

         - Mise en commun: proposition d'un élève et justifications + accord de tous.

         - Prise de note.

         „ Quel pourrait être un avantage de thésauriser son argent ? Þ l'argent est disponible quand on veut.

         … Au lieu de thésauriser son argent , on peut aussi faire autre chose ? Þ le prêter, l'investir, le placer (en fonction de la définition donnée du mot «thésaurisation»)

         - On réintroduit l'argent dans le système économique en le prêtant à qui par exemple ?

         Þ  à une autre personne, à la banque, à l'État,...

         - Le plus souvent on place notre argent à la banque sur un compte.

         † Demander aux élèves de réaliser un schéma du fonctionnement du compte épargne. temps de travail individuel : 3 minutes.

         - Mise en commun par deux : 3 minutes.

         - Mise en commun globale : envoi d'un élève au T.N., il fait un exposé de ses trouvailles.
 + intégrer les notions de créancier, prêteur, créance, débiteur, emprunteur, dette, capital, intérêt
 + accord de tous.
  prise de note.

         ‡ Demander aux élèves par deux de composer par écrit des définitions simples mais correctes des notions ci-dessus.

         - Mise en commun.

         - Prise de note.

         ˆ Lecture de la remarque notée sur les feuille élèves par un élève + demander à un autre élève d'expliquer cette phrase.

         ‰ Nous allons rechercher ce qui pousse les gens à épargner à partir des deux petits textes suivants.

         - Lire les textes en vue de répondre à la question posée, les élèves disposent d'un dictionnaire pour rechercher les éventuels mots incompris.. temps de lecture : 6 minutes.

         - Avant de répondre à la question posée inviter les élèves à expliquer les mots suivants apparaissant dans le texte : perspective, acquérir, stimuler, s'avérer, fructifier.

         - Propositions des élèves interrogés oralement + accord + prise de note.

         Š Existe-t-il d'autres types de placement autre que le compte épargne ? Þ le compte à terme, le bon de caisse, l'action, l'obligation, le bon d'État,...

 

         Travail à domicile : Demander aux élèves de rechercher des documents qui expliquent les types de placement. (revues disponibles dans les banques, articles de Ciné-télérevue, Femme d'aujourd'hui,..) + prélecture des documents 1, 2, 3. Vérifier la recherche de chacun.

 

         - Relecture individuelle des documents 1,2,3 : 10 minutes.

         Š Travail de groupe :

         - Distribution de la feuille de consigne. Composition des groupes de 4 élèves dans la classe. Durée du travail de groupe : 30 minutes.

         - Reconstituer des groupes formés de deux moitié de groupes précédents, mise en commun 20 minutes. Les élèves sont invités à recopier leur réponse sur un transparent.

         - Exposé oral de chacun  des groupes avec le rétroprojecteur et les transparents.  Les élèves ne prennent pas de note dans leur cours; une synthèse leur sera distribuée à la fin des exposés.

 

Exercices:

 

         - Lecture du premier exercice par un des élèves et résolution + justifications du choix du type de placement  faites ensemble. Prise de note.

         - Résolution des autres exercices individuellement : 20 minutes, correction orale par les élèves + justifications des choix.

 

VII. Leçon :

L'ÉPARGNE.

 

 

Mise en situation :

 

LE BUDGET :           Prévision de l'ensemble des recettes et des dépenses pour une période                                     déterminée d'un ménage, d'un état, d'un particulier,...

 

 

Le budget du jeune :

 

            Recettes                                                                                Dépenses

 

- L'argent de poche,                                                                        - L'habillement,

- L'argent des fêtes                                                                         - L'hygiène (mousse à raser,

(anniversaire, Noël, Nouvel An...),                                              parfums...),

- Les intérêts du compte épargne,                                                - Les loisirs (cinéma, sport),

- Les événements exceptionnels                                                  - Les frais scolaires (bloc, bic...),

(loterie, héritage...),                                                                        - Les dépenses diverses (billet de

- "salaire" : job étudiant.                                                               loterie, bijoux...).

 

TOTAL R = ...                                                                                  TOTAL D = ...

 

 

Les 3 cas qui peuvent se présenter :

 

1°) R = D : les recettes sont égales aux dépenses. 

     On dit que le budget est en équilibre. C'est assez rare.

 

 

2°) R > D : les recettes valent 3 000 BEF et

     les dépenses 2 000 BEF.  Il reste 1 000 BEF.

 

 

3°) R < D : les recettes valent 5 000 BEF et

     les dépenses 6 500 BEF.  Le jeune va demander

     une avance de 1 500 BEF à ses parents ou

     à quelqu'un d'autre.  Il est endetté (il a une dette).                        

                                                                                                                     

                                                                                                                     

 

A. L'ÉPARGNE. (Cas n° ...2.... )

 

L'ÉPARGNE :                                                                                                                                                                                            Part du revenu qui n'est pas consommée, dépensée..

 

ΠQue va pouvoir faire le jeune avec l'argent qu'il lui reste ?

 

le dépenser, le mettre à place à la banque, dans une tirelire, dans un portefeuille...

 

Est-il encore courant de nos jours de placer son argent dans une tirelire, un tiroir, une chaussette, un matelas, ... ? Pourquoi ?

 

Non, car cela ne rapporte rien et c'est dangereux en cas de vol, d'incendie.

 

Cette méthode s'appelle la THÉSAURISATION :  accumulation des richesses sans placement ni investissement.  L'argent ne circule pas, l'argent "dort", il ne rapporte rien.                                                                  

 

Le seul avantage de cette méthode est que l'argent est disponible quand on veut.                                            

 

 Le jeune peut aussi réintroduire son argent dans le système économique.  Il peut PRÊTER son argent à d'autres personnes, comme par exemple : aux banquiers, aux entreprises, à l'Etat....                                        

 

Faisons un schéma en prenant l'exemple de notre compte d'épargne :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CRÉANCIER :    (Prêteur) personne qui prête de l'argent à une autre personne appelée le
                              débiteur.

                              ou personne qui a une créance sur une autre personne : le débiteur.

CRÉANCE :        droit que possède une personne (le créancier) d'exiger quelque chose (un
                              capital) de quelqu'un (le débiteur)                                                                                               

DÉBITEUR :       (Emprunteur) personne qui a une dette vis-à-vis d'une autre personne
                              appelée le créancier.                                                                                                                       

DETTE : capital dû par le débiteur au créancier.                                                                                                   

CAPITAL : somme d'argent prêtée ou empruntée.                                                                                                   

INTÉRÊT :    Pour le débiteur : c'est le coût de l'emprunt d'argent.

                        Pour le créancier, c'est le gain du prêt d'argent.                                                                             

                                                                                                                                                                                          

 

Remarque : il y a beaucoup plus de prêteurs qui placent  de petites sommes et beaucoup plus d'emprunteurs qui demandent des sommes importantes.

 

 

Ž Qu'est-ce qui pousse les gens à épargner ?

    Quels sont les BUTS de l'épargne ?

    (Pour y répondre, aide-toi des textes ci après)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les buts de l'épargne sont :

 

- faire fructifier les sommes d'argent que l'on ne va pas dépenser tout de suite.

- faire face à un achat coûteux (voiture, maison...).

- par souci de sécurité (pension, accident, vol...).

 

 

Existe-t-il d'autres formes d'épargne ?   Cite quelques unes d'entre elles :

 

les comptes à terme, les bons de caisse, les actions, les obligations, les S.I.CA.V., les bons d'état, les assurances...                                                                                                                                                                           

 

Tableau comparatif des différents types de placements.

 

Tableau construit lors du TdG.

 

               Compte épargne Compte à terme  bon de caisse      action    obligation            bon d'État           

 

Émetteurs                                                                                                     

 

Propriétaire                                                                                                  

 

Mise minimale                                                                                             

 

Revenus                                                                                                        

 

Rendement                                                                                                   

 

Durée                                                                                             

 

Remboursement                                                                                          

 

Taxes                                                                                              

 

Risques                                                                                          

 

Autres                                                                                            

 

 

Une synthèse des travaux de groupes sera remise aux élèves.

 

Exercices :

 

A toi de jouer au banquier !

 

1) Luc a 16 ans, il désire que son argent soit disponible en quelques jours tout au plus et il ne veut pas courir de risque important.  Que lui proposes-tu comme placement ?

 

2) Monsieur Ducré-Ansier a 67 ans.  Il voudrait placer 200 000 BEF.  Il voudrait qu'à sa mort, son fils puisse récupérer ces 20 000 BEF sans payer de frais de succession.  Donne-lui un conseil !

 

3)  Monsieur Guy Chetier voudrait placer 1 500 000 BEF. 

      Il voudrait placer d'une part 500 000 BEF à court terme et sans risque. 

      Cet argent devrait donc être disponible dans les 6 mois et Monsieur Guy Chetier voudrait récupérer au moins sa mise de départ.  En revanche, le million restant peut être placé au moins 10 ans.

      Monsieur Guy Chetier souhaite le placement le plus rentable pour ce million et est prêt à accepter un certain risque..  Donne-lui un conseil !

 

4) Est-il intéressant de placer un capital à long terme (plus de 5 ans) sur un compte à terme ?  Justifie ta réponse.

 

5) J'ai 7 ans et ma maman voudrait m'offrir un carnet de dépôts au Crédit Communal. 

      N'y a-t-il pas, pour moi, une formule plus intéressante ? - travail de recherche d'informations.

 

Relie chaque notion à une définition acceptable.

 

A.  La prime à risque                                                    1.  Droit de  créance sur une société.

B. Une obligation (valeur mobilière)                         2. Droit de copropriété sur une société.

C. Une action nominative.                                           3. Droit permettant de souscrire à des  actions nouvelles..

D. Le capital à risque                                                   4. Droit de copropriété dont le transfert de
                                                                                             propriété ne peut se faire par simple cession.

E. Le marché du comptant.                                          5. Droit de copropriété dont le transfert de propriété peut se
    faire par simple cession.

F. Le marché du terme.                                                 6. Règlement d'un montant supplémentaire lors de l'achat d'une
    action par l'actionnaire étant donné le risque qu'il prend.

G. Le second marché.                                                   7. Marché sur lequel les transactions se liquident immédiatement
   et accessible uniquement aux valeurs admises à la côte officielle.

H. Une action (valeur mobilière)                               8. Emprunts à rembourser rapidement.

                                                                                         9. Ressources pour l'entreprise dont la rémunération est le dividende.

I. Le marché hors bourse.                                            10. Opération traitée sans agent de change au dehors de la bourse
     mais sous le contrôle de la Commission de la bourse.

                                                                                         11. Marché boursier orienté vers les petites et moyennes entreprises.

J. Une action au porteur.                                              12. Marché boursier dont les transactions ne se règlent qu'à une date
     plus ou moins éloignée de celle de leur conclusion.

13. Opérations traitées sur base d'un prix fixe et de commun accord
 avec ou sans intervention d'un agent de change en dehors de la
 Bourse et du contrôle  de la Commission de la Bourse.

                                                                                          14. Rémunération supplémentaire engendrée par le capital à risque.

 

 

 A              B              _C             _D             _E             _F             _G             _H             I               _J_

 14            1                 6                2                 7               12             11            9               13               5

 

 


IV.Une autre leçon proposée (Sophie Dohy - promo 1998)

 

- Je propose de débuter ce chapitre, non pas directement par l épargne des ménages, mais en rappelant quelques revenus perçus par les ménages [cf. étape 4, début].

À savoir, les revenus de production et les revenus sociaux, en donner la définition et un exemple.

Rem. : Nous pouvons envisager une extension en parlant du CPAS, qui est une aide donnée aux personnes n ayant pas droit aux revenus sociaux.

Une autre extension possible, est de parler des revenus de remplacement et de complément, les définir et en donner un exemple.

 

- Nous pourrions envisager de développer le schéma de la sécurité sociale.

 

- Ensuite, je propose d analyser les diverses utilisations des revenus disponibles du ménage.

 

1. Les dépenses [cf. étape 4, consommation (fin)] :

Dans ce point, nous pourrions classer les frais en 3 catégories, à savoir les charges fixes, courantes et exceptionnelles.

 

2. L épargne :

Au lieu de commencer par la définition de l épargne, je remettrais une situation de départ, où il faudrait calculer l épargne du ménage par mois et ensuite par an, puis réaliser un histogramme permettant de comparer la somme épargnée chaque mois avec la somme reçue chaque mois.

 

Ensuite, je définirais l épargne et je suivrais le plan proposé dans l étape 6 jusqu'à la page 19

 

3. L endettement :

Donner un exemple concret d un ménage endetté, en détaillant la liste de ses dépenses par mois, en fonction de son revenu mensuel.

Fait réfléchir les élèves sur la situation de ce ménage, à l aide de quelques questions clés, du type :

a) Quelles sont les dépenses mensuelles moyennes du ménage ?

b) Quels sont les revenus mensuels moyens du ménage ?

c) Que remarques - tu en comparant ces deux nombres ?

d) Quelles sera la situation de cette famille à la fin de l année ?

e) Que devront - ils faire pour se sortir de cette situation ?

 

Ensuite, seulement définir l endettement.

 

4. Le crédit :

Au lieu de le placer dans l étape 4, je le remettrais ici.

J utiliserais un petit texte racontant le cas d une personne qui a décidé un jour d acheter à crédit, en exagérant un peu l histoire pour bien faire passer les avantages, comme les inconvénients du crédit.

Ensuite, je définirais le crédit comme dans l étape 4.

Puis, je verrais l importance du crédit dans notre économie.

Et finalement, j analyserais un petit texte parlant des pièges du crédit et des avantages de celui - ci.

 

- Je reprendrais les mêmes points que dans le plan, car lorsque l on entame la partie « Qu est - ce que la monnaie ? », on pourrait en premier lieu expliquer le passage du troc à la monnaie, c est - à - dire l histoire de la monnaie.

Il serait possible d expliquer cette évolution par une bande dessinée.

 

- Le reste de l étape me semble complet, je ne vois donc rien d autre à y ajouter.

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    À retenir...

 

 

Épargne : part du revenu disponible non consommée immédiatement.  Si l'on appelle R le revenu disponible, C la consommation et E l'épargne, on a :

 R=C+E                   d'où                       E=R-C

 

Il y a de plus en plus désépargne, c-à-d que la consommation est supérieure au revenu disponible)

 

Propension moyenne ou taux d'épargne  =                               épargne                             

                                                                                             revenu disponible

 

Le revenu disponible R ne pouvant recevoir que deux affectations : la consommation C ou l'épargne E, nous avons :

R = C + E,

 donc                        R/R = (C + E)/R = C/R + V/R = 1.

 

Propension marginale                      =                            variation absolue de l'épargne                  

                                                                                             variation absolue du revenu disponible

 

La propension marginale à épargner mesure donc la part de la variation du revenu qui est épargnée.

 

Thésauriser (du latin thesaurus : trésor) son épargne, c'est la conserver sans la placer ni l'investir.  Sous cette forme l'épargne est stérile, elle n'a aucune utilité économique.

 

Patrimoine d'un ménage :ensemble de ce qu'il possède, déduction faite de ses dettes.

 

Les fonctions traditionnelles de la monnaie :

n    fonction d'intermédiaire dans l'échange ;

n    fonction de calcul ou d'unité de compte ;

n    fonction de réserve de valeur.

 

La fonction moderne de la monnaie : la monnaie est devenue un instrument de politique économique utilisé par le gouvernement (et par les autorités monétaires) pour influencer l'activité économique et tenter d'améliorer certains indicateurs du tableau de bord.

 

La monnaie fiduciaire (du latin fiducia = confiance) est composée de la monnaie métallique (pièces) émise par le Trésor public et de la monnaie de papier (billets émis par la Banque centrale : la Banque Nationale).

 

La masse monétaire au sens étroit (=M1) est composée de l'ensemble des moyens de paiement sous forme de monnaie métallique (ou divisionnaire), fiduciaire (billets). La masse monétaire au sens moins étroit (=M2) est composée de l'ensemble de la monnaie scripturale (dépôts à vue), émis ou gérés par les établissements de crédit publics : la Banque Nationale, les centres de chèques postaux, les Caisses nationales d'épargne et le Trésor public (État belge).

La masse monétaire au sens large (=M3) ou quasi-monnaie englobe en outre des placements dans des établissements de crédit privés (à vue et à terme) qui ne sont pas immédiatement utilisables comme moyens de paiement, donc moins liquides que la monnaie (voir tableau infra), mais qui peuvent facilement se transformer en monnaie scripturale et/ou fiduciaire.

 

Liquidité : un actif est liquide s'il est immédiatement utilisable comme moyen de paiement.

La monnaie métallique ou fiduciaire représente la liquidité par excellence.

 

Placement à vue : placement rémunéré par le versement d'un intérêt et que l'on peut retirer à tout moment : les différents livrets d'épargne.

Placement à terme : placement rémunéré que l'on ne peut retirer qu'à une échéance convenue (le "terme") : bons d'épargne à deux ans par exemple.

 

Opérations de crédit : financement consenti par les établissements de crédit aux agents non financiers résidents : sociétés, ménages (particuliers ou entrepreneurs individuels), administrations publiques (hormis l'État, dont le banquier est le Trésor) et privées, sociétés d'assurance et  caisses de retraite.

 

Monétisation d'actif : elle consiste en l'achat par une banque d'un actif non monétaire (lettre de change, crédit de mobilisation de créances commerciales).

 

Création monétaire : augmentation des moyens de paiement mis à la disposition des agents économiques.

Toute création de monnaie se fait à l'occasion d'une opération de crédit effectuée par un établissement de crédit, et a pour contrepartie une créance détenue par cet établissement sur un agent non financier.

 

Contreparties de la masse monétaire : ensemble des actifs non monétaires (créances) acquis par le système bancaire et monétisés, c'est-à-dire donnant lieu à une création de monnaie.  Les contreparties, sources de la création monétaire, sont classé en trois sous-ensembles :

·      les créances sur l'extérieur ;

·      les créances sur l'économie ;

·      les créances sur l'état.

 

·      Financement interne (autofinancement, dans le cas d'une entreprise) : l'agent prélève sur l'épargne qu'il a accumulée.

·      Financement externe : l'agent fait appel au crédit en empruntant les fonds nécessaires auprès d'autres agents.

 

Le marché financier est composé du "marché primaire", sur lequel sont émis les titres nouveaux, et du marché "secondaire", où l'on échange des titres déjà émis : c'est ce marché qu'on appelle couramment la Bourse.

 

Offre publique d'achat : offre publique faite par une société aux actionnaires d'une autre société de racheter leurs titres à un prix supérieur à celui coté en Bourse, afin d'en prendre le contrôle.

 

 

Une action est un titre émis par une société, représentant une fraction de son capital social.

Elle procure un revenu variable, le dividende.

Son cours est le prix où elle s'échange en Bourse, à un moment donné ; il est très variable et diffère généralement de sa valeur d'émission.

 

Le rendement (=return) de l'action, sous forme de dividende, est assez faible, dans la mesure où une grande partie des bénéfices est mise en réserve pour servir à l'autofinancement de l'entreprise ; sous forme de plus-value du titre, est souvent plus rentable.  Ces revenus (dividendes uniquement) sont affectés du précompte mobilier de 25 %.

 

L'actionnaire est un associé de la société :

·      sa responsabilité est limitée à son apport ;

·      il a le droit de prendre part aux assemblées générales, de recevoir des dividendes, d'être informé ;

·      il jouit du droit préférentiel de souscription lors d'une augmentation de capital (=warrants).

 

Une obligation, valeur rapportant un revenu (les intérêts) est un titre de créance à long terme sur l'agent qui l'a émise (une entreprise, une banque, l'État).  Les revenus sont soumis au précompte mobilier belge de 15 %.

 

Les Fonds communs de placement (organismes de placements collectifs en valeurs mobilières) collectent l'épargne auprès du public afin de la placer sur le marché financier.

 

Parmi eux, les SICAV (sociétés d'investissement à capital variable) ont été créées en vue d'attirer à la Bourse une clientèle nouvelle de petits épargnants, peu au fait des mécanismes financiers.  Grâce à l'importance de l'épargne collectée, elles constituent un portefeuille diversifié qu'elles gèrent à la place de leurs clients.

 

 

 

 

 

$$$$

 

 

 

 

 

     ♦    Exercices et travaux

 

I.    MARCHÉS "PARFAITS" ET IMPARFAITS
II.    LE MONOPOLE
III.    OLIGOPOLE, DUOPOLE
IV.    L'EFFICACITÉ DU MARCHÉ
V.    ÉCONOMIE NON MARCHANDE
VI.    À DISTINGUER : DON, ÉCHANGE, COMMERCE, MARCHÉ, CAPITALISME
VII.    ANALYSE DE GARY BECKER
VIII.    LES MARCHÉS
IX.    MONNAIE et FINANCEMENT DE L'ÉCONOMIE
X.    ÉPARGNE : MOTIVATIONS et UTILISATIONS
XI.    PATRIMOINE : PERFORMANCES ET CHOIX DES PLACEMENTS

 

 

 

I.    MARCHÉS "PARFAITS" ET IMPARFAITS

 

$$$$$

 

II.    LE MONOPOLE

 

$$$$$

 

III.    OLIGOPOLE, DUOPOLE

 

$$$$$

 

IV.    L'EFFICACITÉ DU MARCHÉ

 

$$$$$

 

V.    ÉCONOMIE NON MARCHANDE

 

$$$$$

 

 

VI.    À DISTINGUER : DON, ÉCHANGE, COMMERCE, MARCHÉ, CAPITALISME

 

$$$$$

 

VII.    ANALYSE DE GARY BECKER

 

$$$$$

 

VIII.    LES MARCHÉS

 

$$$$$

 

IX.    MONNAIE et FINANCEMENT DE L'ÉCONOMIE

 

$$$$$

 

X.    ÉPARGNE : MOTIVATIONS et UTILISATIONS

 

$$$$$

 

XI.    PATRIMOINE : PERFORMANCES ET CHOIX DES PLACEMENTS

 

$$$$$

 

XII.    CONSOMMATION FINALE : MESURE ET ÉVOLUTION

 

$$$$$

 

$$$$$

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Évaluation des connaissances et des savoir-faire

 

  1. Auto-évaluation
  2. Évaluation des connaissances.

 

I.    Auto-évaluation

 

3 = oui_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 2 = à peu près...  _ _ _ _ _ _ _ _ _  1 = pas encore!

 

Pensez vous maîtriser les savoirs et savoir faire suivants ?

 Savoirs :

besoins primaires et secondaires_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

origine sociale des besoins_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

lien entre rareté, besoins, ressources_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

lien entre rareté et travail_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

offre, demande_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

définition de la science économique_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

définition des sciences sociales_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 Savoir-faire :

étapes de l'analyse d'un texte_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

en particulier : sélectionner les idées principales_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

...  et les classer_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


II. Évaluation des connaissances

 

Suggestions de Yves De Boe (promotion 98)

 

Quelques objectifs (niveaux taxonomiques) et quelques questions de test ...

 

En ce qui concerne le travail de cette étape, je me suis limité au bloc du texte lacunaire. Pour ce faire, j ai lu tous ces textes en accordant l importance sur les différents points abordés dans cette partie.  Cependant, parmi la liste de compétences ci-dessous demandées à l élève, il sera également question, de compétences nécessaires à l élève pour pouvoir répondre aux questions de test qui lui sont posées.

 

Prérequis :

 

1)    Compléter, en respectant l idée générale, un texte lacunaire.

2)    Justifier par des exemples la notion de consommation des ménages.

3)    Maîtriser les notions de dépenses des ménages.

4)    Calculer des pourcentages d une manière générale.

5)    Distinguer l essentiel de l accessoire lors de la lecture d un texte.

 

Compétences exercées :

 

1)    Calculer en pourcentage l épargne d un ménage sur base de ses revenus et dépenses.

2)    Représenter graphiquement la part de la consommation ainsi que l épargne d un ménage.

3)    Interpréter un graphique par une phrase grammaticalement correcte.

4)    Dégager les buts principaux de l épargne à partir d un texte.

5)    Pouvoir expliquer, dans un premier temps, ce qu est un compte courant - à vue.

6)    Expliquer ce qu est un compte à vue (sur base de documents).

7)    Donner l utilité générale de la monnaie.

8)    Citer des exemples de moyens de paiements et pouvoir les expliquer de façon précise et concise.

9)    Restituer la définition de l épargne.

10) Citer et justifier les différentes formes de l épargne en donnant pour chacune d elles, un exemple.

11) Argumenter les notions d épargne forcée et volontaire.

12) Décrire les finalités de l épargne.

13) Citer les différentes formes de crédits.

14) Appliquer ces notions (comp. 13) dans des situations mettant l élève dans un contexte plus réaliste (en tant que conseiller financier par exemple).

15) Citer et expliquer les différentes formes de la monnaie .

16) Expliquer, brièvement, ce que « valeur de la monnaie »signifie.

 

Quelques questions de test ...

 

1) Réponds aux questions qui te sont posées à propos du texte suivant :

 

 

 

 

Perspective  « Connaître la banque » de la Générale de Banque

 

A. Qu est-ce qui pousse les gens à épargner ?

B. Quels sont les trois buts de l épargne ?

 

2)    a) Calcule l épargne mensuelle et annuelle réalisée par monsieur et Madame Spéculeux en sachant que le revenu net de ce ménage est de 95000 bef par mois et qu ils économisent 12,8 % de leur revenu.

 

b) Représente graphiquement le revenu mensuel et l épargne mensuelle de ce

ménage

 

 

3)    En fonction des documents suivants, qu est-ce qu un compte à vue.

 

 

 

 

 

 

Perspective  « Connaître la banque » de la Générale de Banque

 

4)    Quel est l utilité de la monnaie ?

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

5)    Quelles sont les différentes formes de crédit ? Explique chacun de ces crédits.

 

 

 

 

 

 

 

 

6)    On distingue deux types d épargne ; quels sont-ils ?

Donne pour chacun d eux un exemple

 

 

 

 

 

 

 

7)    Situation :

L entreprise de Monsieur Servi décide d investir en achetant de nouveaux biens d équipement afin de pouvoir répondre à la demande des ménages.

Pour ce, elle décide d emprunter une somme considérable auprès de la banque C.G.E.R.

En tant que conseiller financier, quel type de crédits lui conseilles-tu ?

Argumente ta réponse !

 

8)    Vrai ou Faux

Indique une croix dans la case qui convient.

 

·    La monnaie scripturale nous est rendue possible grâce
aux chèques, virements, etc ...

·    Les pièces de monnaie constituent la monnaie fiduciaire.

·    À l heure actuelle, de plus en plus de jeunes utilisent la monnaie
électronique.

·    L épargne n est pas une consommation.

 

 

* Il y a lieu d élargir les différentes formes de monnaie précédentes sur le marché, ainsi introduisons : la monnaie électronique (Mister Cash, Bancontact,...) et signalons peut-être : la monnaie marchandise ( autrefois utilisée, lors du troc)

 

9)    Lis attentivement le texte : « La migration des C.C.P. vers le privé » et retire les idées essentielles se rapportant au C.C.P.  Que veulent dire chacune de ces initiales ?

 

 

Source « La Dernière Heure 10/03/98.

10) Quels sont parmi les éléments suivants ceux qui constituent une devise ?

 

 En prenant comme notion : devise :  moyen de paiement établis en monnaie étrangère.

Forme : les billets (les pièces de monnaie ne font pas l objet d opérations d échange) et les devises en compte. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : « Les ménages et les entreprise, A. Lafolla et L. Vanderpoorten, De Boeck - Wesmael, Bruxelles,1995.

 

11) Que signifie « valeur monétaire » ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les questions 4-5-6-11 sont des questions dont le niveau taxonomique consiste plutôt une reproduction (restitution) ; l élève est capable de répondre à ces questions s il a étudié la théorie.

Cependant, la question 4 pourrait faire l objet d une application si l élève devrait retirer , les éléments nécessaires à la réponse à partir d un texte. Il peut toutefois faire appel à la mémoire pour compléter ses éléments de réponses.

 

Les questions 1-3-9 sont plutôt des questions  de conceptualisation ; l élève grâce aux différents textes est capable de déduire ou induire une nouvelle notion ou un nouvel élément faisant appel à une notion déjà rencontrée.

 

Les questions 2-10 sous forme d exercices, sont des questions d application.

 

Les questions 7-8 sont des questions dont certains éléments de la réponse sont présents dans la question, et c est donc à l élève de trier les informations ... ces questions sont plutôt des questions d application.

 

Il sera donc important dans le test de varier le style de question et de poser chacun des niveaux taxonomiques rencontrés dans les questions proposées. Solutions aux questions posées...

 

1)    A et B peuvent faire l objet d une réponse unique ; les éléments à la question A

reviennent dans la question B.

 

1.  faire fructifier les sommes d argent que l on ne va pas dépenser tout de suite.

2.  pour faire face à des achats futurs.

3.  par souci de sécurité.

 

2)  a.

·    revenu mensuel est de : 95 000 bef

·    épargne mensuelle est de : 12 160 bef

·    (consommation mensuelle est de : 82 840 bef)

·    épargne annuelle est de : 145 920 bef

 

b.  voir feuille jointe.

 

3)  Il permet d accéder à l ensemble des services bancaires :

 

·    déposer (placer) de l argent (afin de faire face à des achats futurs) Þ épargne.

·    recevoir ou mieux percevoir de l argent.

·    effectuer des paiements.

·    retirer de l argent.

 

4)  Elle facilite les échanges car elle permet de mesurer la valeur des différents produits offerts sur le marché.  Elle constitue un droit d acquérir une partie de la production offerte sur le marché.

 

5)   

·    Crédit à court terme : lorsqu une entreprise a besoin de monnaie pendant un

court laps de temps.

·    Crédit à moyen terme ( 18 mois à 7 ans ). *

·    Crédit à long terme ( plus de 7 ans ). *

 

* si les réserves de l entreprise ne lui suffisent pas pour acheter des nouveaux équipements et si celle-ci ne peut pas émettre de nouvelles actions alors l entreprise doit choisir un des deux crédits.

 

6)  L épargne volontaire : épargne qui peut être soit thésaurisée, soit déposée à vue dans des institutions financières, soit placée sous forme d actions, d obligations ou de titres d emprunts.
L épargne forcée : celle-ci ne profite pas directement à l individu contraint d épargner.

Celle-ci est constituée soit  par l épargne des entreprises qui peuvent réduire la consommation des salariés, des consommateurs ou des actionnaires ;

soit  par l impôt qui prive d un revenu celui qui le paie ;

soit enfin par la hausse des prix qui diminue le pouvoir d achat du consommateur.

 

 

7)  Possibilité de réponse ...

Étant donné que cette entreprise décide d investir en empruntant une grande somme d argent, il est probable que cette entreprise aura besoin de plus de temps pour rembourser son emprunt ( soit plus de 7 ans ) ; je lui conseillerais donc d opter pour le crédit à long terme.

 

8)   

·    Vrai

·    Faux ( en partie, car elle est également constituée de la monnaie de papier).

·    Vrai ( grâce aux comptes jeunes, carte proton, ... )

·    Vrai ( partie du revenu non consommée ).

 

9)  C.C.P. / Compte Chèque Postaux.

 

Les 4 activités de la poste financière :

 

1.  Compte courant du Post-Chèque (ex-c.c.p.)

2.  Gérance d autres produits financiers que le C.C.P. à savoir ( carnet d épargne, prêt automobile,...)

3.  Assurances de la poste.

4.  Produits « hybrides » ( mandats, ...) pour les usagers sans C.C.P.

 

10)  

1.  v. feuille

2.  oui

3.  oui

4.  v. feuille

5.  v. feuille

6.  non

 

11) Elle est liée à la capacité de production d une économie, laquelle dépend à son tour de la force de travail et des connaissances techniques des travailleurs, de l organisation de la société en vue de la production, des capitaux fixes et des ressources naturelles dont dispose cette économie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Voir aussi...

 

 

Ouvrages :

kkniquc [Idziade, la Monnaie et ses mécanismes, Repères Rrp«Ps, La Découverte, 1990, Main Gélédan, La Bourse, La   marché financier au ou casino ?,   Sirey, i 991 .

Gilles JACOUD, La monnaie dans l'économie, Natan, Paris, 1994

André CHAINEAU, Qu'est-ce que la monnaie, Economica, Paris, 1994

 

Proposition d exploitation : Il serait intéressant de distribuer chaque partie du livre à un élève. Chaque élève travaille sur sa partie afin de la présenter au reste de la classe. Cette méthode est très intéressante par le fait que l élève construit son propre savoir. (Il retiendra donc mieux).

 

 

* Publication annuelle :

la Monnaie en 1993 Publication de la Banque de France (que l'on peut se procurer auprès de ses agences).

 

Roman, enquête :

James B.  Stewart Finance Connection, Albin Michel, 199x.

 

Album :

Peyo, Le Schroumpf financier, Éditions du Lombard, 1992.  1991.

 

Film :

Wall Street, d'0liver Hone, 1987.

 

Quelques CD-ROM & et propositions d'utilisation[2] :

 

 

1.      COMIR
Édition : à partir de 1997 (4 mises à jour par an)
Contenu : Code de l impôt sur le revenu ; les références des documents de base comme les questions parlementaires, &

2.      TVA : commentaire et sources légales
Édition : à partir de 1997 (4 mises à jour par an)
Contenu : textes légales, commentaires et les références des documents de base comme les questions parlementaires, &

3.      Centrale des bilans de la Banque Nationale de Belgique
Édition : à partir de 1987 (bimestriel)
Contenu : comptes annuels (à partir de 1987) d environ 210 000 entreprises avec siège social en Belgique
N.B. : Un programme joint, appelé M&M, permet de réaliser des analyses statistiques

4.      Le Monde Diplomatique
Édition : 1997
Contenu : tous les articles parus dans le « Monde Diplomatique » durant la période 1989 à 1996.

5.      Législation fiscale
Édition : à partir de 1997 (4 mises à jour par an)
Contenu : textes des lois du Code Fiscale

6.      Personnel, salaires et lois sociales
Édition : à partir de 1997 (4 mises à jour par an)
Contenu : avis utile concernant le droit du travail et de la sécurité sociale

7.      Compétitiveness indicators database
Édition : 1996
Contenu : indicateurs statistiques de l Union Européenne

8.      Le Monde
Édition : à partir de 1992 (trimestriel)
Contenu : tous les articles parus dans «le Monde» à partir de 1992.

9.    Roularta
Édition : à partir de 199& (trimestriel)
Contenu : les articles à partir de 1991 des périodiques suivants : Le Vif/L Express,
Weekend L Express ; Style Tendances, Trends, Cash, Talent, Belgian Business and Industrie, Knack, Knack Weekend.

10. Comext
Édition : à partir de 1994 (mensuel)
Contenu : séries statistiques sur le commerce intra et extra communautaire de l Union Européenne.

11. BLUE
Édition :1997
Contenu :Base de données des entreprises exportateurs de la Belgique et du Luxembourg.

 

Remarques : J ai inséré également dans cette liste des CD-ROM ne se rapportant pas aux notions abordées dans l étape 6 (le but de ce travail étant d enrichir le syllabus). Il existe aussi d autres CD-ROM disponibles en anglais, néerlandais, italien, &

 

Propositions d exploitation : L exploitation de l outil informatique peut-être très enrichissante dans les classes du secondaire : plus grande motivation pour les élèves, ils se familiarisent avec cet outil de plus en plus présent dans la vie de tous les jours, les élèves manipulent (donc retiennent mieux), &

Diverses exploitations peuvent être envisagées : recherche de documentation sur une nouvelle leçon, recherche de données statistiques sur un point de matière, répondre à un questionnaire préalablement préparé par le professeur, &

 

Quelques vidéos & et propositions d'utilisation :

 

Afin de ne pas compliquer de futures recherches, j ai laissé les références des cassettes vidéos classées selon M.Boulogne.

 

Le Ministère des finances.                                                       SCE-GD0042002-Sec 029 

La Bourse ou la vie.                                                                  PP 0024 041  Sup 033 

La banque et le crédit  1- Les banques                                  SCE-GD0042003-Sec 028 

La banque et le crédit  2- Le commerce intérieure              0042004

La banque et le crédit  3- Les particuliers                            0042004

Le bon crédit                                                                             PP 0024 002  Sup 005 

Le naufrage du crédit                                                               PP 0024 002  Sup 075 

Système monétaire Européen                                                 SCE-GD0042002-Sec 025 

 

Quelques conseils d exploitation :

Avant de diffuser une cassette vidéo en classe, il faut la visionner chez soi et repérer les mots de vocabulaire méritant une explication préalable.

Réserver à temps le local vidéo

Préparer éventuellement un questionnaire sur le contenu de la cassette ou si la cassette porte sur un thème plus général, donner aux élèves des consignes claires et précises.

S assurer du bon fonctionnement de l appareil

Ne pas hésiter à couper la diffusion pour synthétiser, clarifier les esprits après chaque point de la séquence...

etc. &

 

Quelques articles & et propositions d'utilisation :

 

1.      « Le Belge, fourmi laborieuse, n est pas tenté de jouer à la cigale », in la Libre Belgique, septembre 1997. (Annexe 1)

2.      « L épargne populaire moins gâtée », in Le Soir, janvier 1996. (Annexe 2)

3.      « Qu est-ce qu une action, qu est-ce que la Bourse ? », in la Nouvelle Gazette, octobre 1997. (Annexe 3)

4.      « La corbeille à fait le plein en 1997 », in la Libre Belgique, décembre 1997. (Annexe 4)

5.      « La Bourse de Bruxelles implose pour mieux exploser », in le Soir, février 1997.. (Annexe 5)

6.      « OPA : chronique d une loi mal faite », in la Libre Belgique, décembre 1997. (Annexe 6, 2 feuilles)

7.      « Le franc belge a perdu en moyenne 4% de son éclat en 1997 », in l Echo, décembre 1997. (Annexe 7)

8.      « La monnaie des Belges, & », in la Libre Belgique, juillet 1997. (Annexe 8, 2 feuilles A3)

9.      « Show de billets à la monnaie », in le Soir, janvier 1997. (Annexe 9, 2 feuilles A3)

10.   Les cahiers du petit Ligueur : L argent qui circule &

 

Remarques : Nombreuses brochures peuvent être récoltées dans diverses banques sur l épargne, la bourse, l Euro, &(Annexe 10).

 

Propositions d exploitation :

-        Distribuer aux élèves différentes brochures de banques. Dans un premier temps, un questionnaire leur est fourni : Qu est-ce que épargner ?

                                                            Pour quels  motifs épargne-t-on ?

                                                            Si tu gardes ton argent dans ta poche, est-ce que tu épargnes ?

                                                            Quelle est la différence entre épargner et placer ?

Qu est-ce qu une Sicav ?

  &

Dans un second temps, la mise en commun des recherches d élèves peut se réaliser au moyen de transparents (sur lesquels se trouve leur réflexion). Discussion, mise en commun avec l ensemble de la classe,...

-        Questionnaire portant sur l article 3 (Annexe 3) : « Qu est-ce qu une action, qu est-ce que la Bourse ? ».

1)    Pour chaque proposition suivante, entoure V si elle te semble correcte ou F si tu l as juge inexacte. Justifie ton choix par une phrase grammaticale.

a)      Une action est un titre émis par une société, représentant une fraction de son capital. 

                    V        F             Justification :

b) Les termes « obligation » et « action » sont des synonymes.
                    V        F             Justification :

c) Les « institutionnels » sont les personnes qui détiennent une action.

V        F             Justification :

2)    Pourquoi les agents économiques achètent-ils des titres ?

3)    Quelles sont les différentes opérations effectuées en bourse ?

 

 

 

 

 

I.            

 

II.          

 

III.        

 

IV.        

 

V.          

 

VI.        

 

VII.      

 

VIII.    

 

IX.        

 

X.          

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Ce que les programmes en disent...

 

I. Sciences éco, opt. base simple, 2ème degré, 4 pér/sem (1994/0279/016)
II. Sciences éco, opt. base simple, 3ème degré, 4 pér/sem (1994/0279/017)
III. Socio-économie, option, 1er degré, 2/4 pér/sem (1992/0279/081)
IV. Socio-économie, option, 1er degré, 2/4 pér/sem (1992/0279/081), document d'accompagnement

 

 

I.    Sciences éco, opt. base simple, 2ème degré, 4 pér/sem (1994/0279/016)

 

♦      Page 22 « L homme face au crédit »

♦      Page 49 « Sources des informations », « Formes de marché »

♦      Page 51 « La place-la distribution »

♦      Page 59 « Entreprise, centre de gestion financière », « Diagnostic financier », « Financement des moyens d action »

♦      Page 60 « Entreprise, centre primaire de l accumulation pour la formation du capital ou de son financement »

♦      Page 62 « Entreprise, distributeur de revenus »

 

 

II. Sciences éco, opt. base simple, 3ème degré, 4 pér/sem (1994/0279/017)

 

♦      Page 11 « 3.A.1.2 Économie : ses principaux concepts »

♦      Page 12 « 3.A.2.1.1 Mécanismes et facteurs de croissance à court et long terme », « 3.A.2.1.2 Principes de comptabilité nationale et notion d équilibre ».

♦      Page 13 « 3.A.2.2.2 Le développement capitaliste »

♦      Page 14 « 3.A.2.2.3 Le développement socialiste », « 3.A.3 Rôle du marché en économie ouverte »

♦      Page 16 « 3.A.4.3 Les règlements et systèmes monétaires internationaux »

♦      Page 17 « 3.A.5.2 Moyens d intervention de l'État »

♦      Page 21 « Le droit : expression des droits »

 

 

III.Socio-économie, option, 1er degré, 2/4 pér/sem (1992/0279/081)

 

♦      Page 5 « Revenus du ménage », « Revenus de la propriété »

♦      Page 7 « 2. Utilisation des revenus disponibles du ménage », « 3. Tableau récapitulatif des dépenses des ménages », « 4. Budget du ménage »

♦      Page 27 « 4. Prix de revient et de vente »

 

 

IV.Socio-économie, option, 1er degré, 2/4 pér/sem (1992/0279/081), document d'accompagnement

 

♦      Page 25 « Prix de vente et prix de revient »

♦      Page 33 « Profit »

♦      Page 36 « Rareté »

 

 

 

 

Idée méthodologique :  Vous pouvez vous servir d &.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Table des matières

 

 

I.    Qu'est-ce que l'épargne ?

A.  Définitions
B.  Propensions à épargner

II.  Les déterminants de l'épargne

A.  Le revenu des ménages
B.  L'âge des individus
C.  Des facteurs nationaux

Des facteurs "conjoncturels" (qui dépendent de la situation du moment) // Des facteurs "structurels" (permanents)

 

III.  Pour quels motifs les ménages épargnent-ils ?

A.  Une consommation différée : pour un achat futur
B.  Par précaution ou prévoyance
C.  Par spéculation
D.  Épargne forcée

IV.  Quelle est l'utilité économique de l'épargne ?

A.  La thésaurisation
B.  Placements et investissements

V.    Le rôle des institutions financières

VI.  La Bourse (de Bruxelles) en quelques chiffres

I.  Définition du patrimoine

A.  Définition économique du patrimoine
B.  Patrimoine du ménage, fruit du régime matrimonial choisi

Qu'est-ce qu'un régime matrimonial ? // Deux hypothèses sont possibles : // Qui gère les patrimoines ? // La naissance et la fin du régime matrimonial ? // Comment modifier le régime matrimonial ?

 

II.  Composition du patrimoine

A.  Les biens durables
B.  L'immobilier
C.  Les biens personnels
D.  Les liquidités
E.  Les valeurs mobilières (titres)
F.  Les assurances sur la vie, assurances-pensions et l'épargne-pension

III.  La propriété : un peu de droit

A.  Droit de propriété, droit réel
B.  Propriété, possession et détention
C.  Droit de suite ou de préférence
D.  Droit(s) que confère la propriété
E.  Les limites du droit de propriété
F.  La copropriété
G.  Les différentes façons d'acquérir la propriété

Actes classiques d'acquisition de la propriété // Autres manières d'acquérir la propriété

 

IV.  Transmission du patrimoine

A.  La vente, un contrat : un peu de droit

Définition et caractères généraux // Cas particulier de la vente d'un immeuble // Les obligations du vendeur // Les obligations de l'acheteur // Certaines vente font l'objet d'une réglementation particulière

 

B.  Les successions, donations et testaments

Qu'est-ce que le patrimoine du défunt ? // Qu'est-ce que la succession  ? // Pourquoi auriez-vous besoin d'un testament ? // Quels sont les droits de succession ? // Qu'est-ce qu'une libéralité ?

 

V.  Inégalités et différences de composition du patrimoine

A.  Montant du patrimoine
B.  Composition du patrimoine

I.    Les fondements de la valeur de la monnaie

A.  Un fondement matériel
B.  Un fondement institutionnel
C.  Un fondement psychosocial

II.  Les fonctions et les formes de la monnaie

A.  Fonctions de la monnaie

La fonction d'intermédiaire dans l'échange // La fonction de calcul ou d'unité de compte // La fonction de réserve de valeur // La fonction moderne d'instrument de politique économique

 

B.  Formes de la monnaie

La monnaie fiduciaire : monnaie métallique et monnaie de papier // La monnaie scripturale // La monnaie scripturale : comment ?

 

III.  Les mesures des différents moyens de placement et de paiement

A.  Définition de la masse monétaire
B.  Les agrégats de monnaie
C.  Texte lacunaire concernant les agrégats de monnaie
D.  Représentation synthétique des agrégats de monnaie

I.    Le banquier, quid ?

A.  La Banque, quid ?

II.  Les origines de la Banque

A.  Est-ce la faute à Ève ?
B.  Ou est-ce la faute à Sémiramis ?
C.   Les «trapézistes » d'Athènes
D.  Ton argent ne dort pas, Brutus
E.  Le péché « capital » au début du Moyen-Age
F.  Les templiers : 9 000 "agences"
G.  De la foire à la Banque en passant par le Mont-de-piété
H.  Le billet de banque
I.   La banque nationale

III.  Les comptes à vue

A.  Ouvrir un compte
B.  Alimenter un compte
C.  Contrôler le solde d'un compte

Les crédits et les débits // Les extraits de compte // Plusieurs moyens de contrôle

 

D.  Effectuer des paiements

En espèces // Proton // Cartes de débit : Bancontact/Mister Cash // Cartes de crédit : Visa, Eurocard et American Express // Les chèques // Les virements // Les avis de domiciliations // Les instructions permanentes // La banque à distance // Autre moyen : les chèques de voyage

 

IV.  L'épargne

A.  L'intérêt
B.  Le livret d'épargne
C.  Le placement à terme
D.  En résumé

V.  Les autres formes d'épargne ou valeurs mobilières

A.  Les bons de caisse
B.  Les certificats subordonnés
C.  Les actions
D.  Les obligations
E.  Comparaison entre action et obligation
F.  Les rentes
G.  Les Sicav

VI.  Les différents types de crédit proposés par les banques

A.  Crédit étudiant
B.  Crédit automatique
C.  Crédit hypothécaire
D.  Le crédit hypothécaire sur « mesure »
E.  Le crédit de pont
F.  Le prêt à tempérament
G.  La loi sur le crédit à la consommation
H.  Le remboursement du crédit

VII.  Proposition de test sur les crédits

I.  Les autorités monétaires et le cadre de la communauté bancaire

A.  La Banque nationale

L'évolution de son statut // Les fonctions (ou missions) de la Banque nationale // La tutelle du système bancaire

 

B.  Le trésor public

Définition et rôle du Trésor public // Les opérations de trésorerie

 

II.  La communauté bancaire

A.  Cadre juridique et classification
B.  Opérations de crédit

La diversité des crédits // La transformation bancaire

 

C.  Création monétaire

À quelles occasions y a-t-il création monétaire ? // Le principe de la multiplication du crédit : un petit modèle

 

D.  Contreparties de la masse monétaire

III.  Les banques et le financement indirect de l'économie

A.  Financements interne et externe
B.  Financements direct et indirect
C.  La place de l'intermédiation bancaire

I.    Les marchés des capitaux à court et moyen termes

II.  Le marché financier (marché des capitaux à long terme)

A.  Rôle du marché financier dans l'économie nationale

Son rôle dans le financement direct des agents // Son rôle dans les transferts de contrôle des sociétés

 

B.  Fonctionnement du marché de capitaux à long terme

Quelles sont les catégories de titres échangés ! // Pourquoi les agents économiques achètent-ils des titres ? // Les compartiments du marché // La cotation et la détermination des cours en Bourse // Les opérations de Bourse

 

III.  Une leçon proposée : budget d'un ménage (Vanessa Caufriez - promotion 1998) 

IV.   Une autre leçon proposée (Sophie Dohy - promo 1998)

 

I.      MARCHÉS "PARFAITS" ET IMPARFAITS
II.    LE MONOPOLE
III.  OLIGOPOLE, DUOPOLE
IV.    L'EFFICACITÉ DU MARCHÉ
V.     ÉCONOMIE NON MARCHANDE
VI.    À DISTINGUER : DON, ÉCHANGE, COMMERCE, MARCHÉ, CAPITALISME
VII.  ANALYSE DE GARY BECKER
VIII. LES MARCHÉS
IX.    MONNAIE ET FINANCEMENT DE L'ÉCONOMIE
X.     ÉPARGNE : MOTIVATIONS ET UTILISATIONS
XI.   PATRIMOINE : PERFORMANCES ET CHOIX DES PLACEMENTS
XII.  CONSOMMATION FINALE : MESURE ET ÉVOLUTION

I.    Auto-évaluation
II.  Évaluation des connaissances

I.      Sciences éco, opt. base simple, 2ème degré, 4 pér/sem (1994/0279/016)
II.    Sciences éco, opt. base simple, 3ème degré, 4 pér/sem (1994/0279/017)
III.   Socio-économie, option, 1er degré, 2/4 pér/sem (1992/0279/081)
IV.    Socio-économie, option, 1er degré, 2/4 pér/sem (1992/0279/081), document d'accompagnement

 

 

 

 


    [1] voir bilan de la B.N.  dans "L'économie pour tous" de Mark Eyskens, éditions LABOR, Économie 2000, 1989, p. 119

[2] suggestions de Livia Paolini, promo 98

:

Des liens ne fonctionnent plus ?
Avez-vous des suggestions ?


Envoyez-moi un E-Mail (cuy.w(at)skynet.be)

Attention (at) signifie @

Retour à la page d'accueil de CUY = See you why ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Compteur gratuitCompteur gratuit