♦    Sommaire

 

♦     Cinquième étape : M. Van Vlees et Mme. Van Vlees paient des impôts...

♦     Introduction, objectifs et mots-clefs...

♦     Trop d'État ? rage taxatoire et critique libérale

♦     Crise l'État-Providence et Politique de redistribution ?

♦     État producteur et privatisations

♦     La déréglementation et ses limites

♦     Le niveau de vie

♦     Le mode de vie

♦     Modes de vie et Styles de vie

♦     Peut-on orienter le choix du consommateur ?

♦     Qu'est-ce que la culture ?

♦     Les rapports interculturels

♦     La double nature de l'homme,  biologique et sociale

♦     La production sociale de l'homme :  la socialisation

♦     Qu'est-ce que la sociologie ?

♦     La sociologie & ses méthodes : application étude de la stratification

♦     Stratification sociale des sociIétés traditionnelles : castes et ordres

♦     Stratification sociale des sociétés traditionnelles : classes et catégories sociales

♦     À retenir...

♦     Exercices et travaux

♦     Ce que les programmes en disent....

♦     Évaluation des connaissances et des savoir-faire

♦     Voir aussi...

♦     Table des matières

 

 

 

 

 

     ♦    Cinquième étape : M. Van Vlees et Mme. Van Vlees paient des impôts...

 

Grâce à son travail, M.  Van Vlees gagne un salaire, mais il ne peut pas disposer de la totalité de ses revenus.  En effet, l'État lui en prend une partie sous forme d'impôts pour financer les dépenses publiques.

 

  1. Quels sont les impôts payés par M. Van Vlees ?
  2. Pourquoi les Van Vlees paient-ils des impôts ?
  3. Comment se présente le budget de l'État ?

 

 

 

I.    Quels sont les impôts payés par M. Van Vlees ?

 

 

I.           Comme tous les chefs de famille belge, avant le 30 juin de chaque année, que doit faire M.  Van Vlees ? Il doit rédiger sa _ _ _ _ _ _ _ _ _ de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   Cette _ _ _ _ _ _ _ _ _ récapitule tous les _ _ _ _ _ _ _ _ _ _, y compris certaines prestations de Sécurité sociale perçues par la famille Van Vlees au cours de l'année _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   Elle servira de base au calcul de son _ _ _ _ _ _ _ sur le _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   Cet _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ représente une partie de la contribution de la famille Van Vlees au financement des _ _ _ _ _ _ _ _ belges.  L'ensemble des lois qui organisent la perception des  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ s'appelle la _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

II.         Plus le revenu d'un ménage est important, plus le pourcentage d' _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ qu'il devra payer est élevé.  L'impôt sur le revenu frappe donc les _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  plus que les _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  ; on dit qu'il est _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   En outre, on tient compte des enfants à la charge de la famille dans le calcul du revenu qui sert de base au calcul de l'impôt (le revenu i_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ), aussi appelée assiette de l'impôt, ou encore R.I.G. (revenu imposable globalement) .  Donc, plus une famille est nombreuse et _ _ _ _ _ _ _ le taux de l'impôt est élevé.  Ainsi l'impôt p_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ sur le revenu est lié à une volonté de red_ _ _ _ _ __ _ _ _ des revenus au profit des moins riches.  Grâce à ces mesures, on essaie d'établir une certaine j_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  fiscale.  Il est en effet _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  que ceux qui sont les plus riches et ont le moins d'enfants payent le _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ d'impôt.  Par ailleurs, les avantages concédés aux familles nombreuses encouragent la _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ .

 

III.        Toutefois, l'impôt sur le revenu n'est pas le seul impôt payé.  Si M. Van Vlees achète un appareil photographique japonais, dans le prix qu'il paye sont compris les droits de  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  perçus à l'entrée de l'appareil dans l'UE.  Dans le prix de presque tout ce qu'achète M.  Van Vlees sont en outre comprises diverses taxes payées par les entreprises sur les produits ou les services qu'elles rendent.  La plus importante de ces taxes est la T.V.A., ou  T _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  à (sur) la V _ _ _ _ _ _ _ _ _ _    A _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

IV.        La T.V.A.  est calculée selon un pourcentage du montant des ventes effectuées par les entreprises.  Mais celles-ci déduisent, de la taxe calculée total de leur vente, la T.V.A.  incluse dans leurs achats.  Elle frappe donc la  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  par chaque entreprise.  Calculons la T.V.A.  Soit une entreprise ayant un chiffre de vente de 100 millions pour 96,8 millions d'euros de fournitures comprenant la T.V.A.  de 21 %, quel est le montant de la TVA que cette entreprise doit verser à l'État ? _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _   Pourquoi, pour arriver au même montant ne calcule-t-on pas directement le taux de TVA sur la valeur ajoutée par l'entreprise ?_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

V.          Ces deux types d'impôts (la T.V.A.  et les droits de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ) sont payés par les entreprises, mais comme ils frappent les produits et non les entrepreneurs, ceux-ci intègrent leur montant dans le prix des produits qu'ils vendent.  En définitive les consommateurs en supportent le poids.  Ce sont des impôts payés par les _ _ _ _ _ _ _ _ , mais qui frappent la _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  .  Par opposition aux impôts directement payés par les ménages, on les nomme parfois impôts (ou contributions) _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ .

 

VI.       Les impôts sur la _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  ou impôts  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  peuvent frapper plus lourdement les produits de luxe que les produits de consommation courante.  Toutefois, afin d'assurer à l'État des recettes importantes, ils frappent aussi ces derniers.  Les familles nombreuses sont donc  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ Iourdement touchées par les impôts sur la  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ que les célibataires ou les familles  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  nombreuses.  Les impôts indirects sont donc moins  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ que les impôts directs.

 

VII.       Pourquoi, en dépit de leur caractère injuste maintient-on des impôts indirects ? Pour en faciliter la perception.  Pourquoi ? (1)_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

       Pour rendre la fraude moins facile.  Pourquoi ? (2) _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

       Pour encourager ou décourager la consommation de tel ou tel produit.  Donnez des exemples. (3) _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

       On s'aperçoit moins de l'impôt qu'on paye.  Pourquoi ? (4) _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

       Les impôts indirects sont donc plus e _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  que les impôts sur les  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

VIII.     Mais M.  Van Vlees ne paye pas seulement des impôts sur la consommation et des impôts sur le revenu.  Chaque année, il est obligé de payer une _ _ _ _ _ _ _ _ pour l'automobile et pour le téléviseur couleurs qu'il possède.  Lorsqu'il a hérité de la maison de campagne, il a payé des droits de s_ _ _ _ _ _ _ _   S'il la revend, son acheteur devra payer des droits d'en _ _ _ _ _ _ _ _ _ (12,5 %)  Tous ces impôts frappent la propriété d'un bien ou son transfert ; on les nomme parfois impôts sur la f_ _ _ _ _ _ _ _ _   Notons enfin que certains impôts ne sont pas payés par les ménages, mais par les entreprises.  Ce sont l'impôt sur le .  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  des sociétés et les cotisations patronales sur les salaires.

 

IX.        Quel est le montant des impôts payés par les Belges.  Indiquez la colonne qui se rapproche le plus de la situation actuelle [exercice fiscal 1997] (LLB du 20/02/99 ; Administration générale des impôts, rapport annuel) ?  213 milliards de BEF (ou 5 280 millions d'€), 2 612 milliards de BEF (ou 64 750 millions d'€), 21 315 milliards de BEF (ou 528,4 milliards d'€), ?
 Quelle est la répartition en pourcentage des impôts payés par les Belges.  Indiquez la colonne qui se rapproche le plus de la situation moyenne de ces dernières années.  (Mark Eyskens, "L'économie pour tous", 1988, p.212)

 

Impôts des personnes physiques (IPP)               22.5 %                       30.1 %              49.8 %

Impôts des sociétés                                          44.1 %                       28.2 %              10.2 %

TVA et enregistrement                                      17.2 %                       15.1 %              29.4 %

Douanes et accises                                           07.1 %                       18.6 %              07.5 %

Autres impôts indirects                                      09.1 %                       08.0 %              03.1 %

TOTAL                                                           100                             100                      100

 

X.         Ces 2 612 milliards de BEF ou 64,75 milliards d'€, récoltés en 1997, se ventilaient de la manière suivante :

1. Impôts sur les revenus

2. Taxes assimilées aux impôts s/ revenus et divers

3. Additionnels aux précomptes immobiliers

4. Additionnels à l'IPP et divers

5. TVA et taxes assimilées aux timbres

6. Droits d'enregistrement et succession

7. Droits de douane

8. Accises et divers

 

51,80 %

2,42 %

3,93 %

2,69 %

24,78 %

4,31 %

1,76 %

8,31 %

 

 

i)          déclaration de revenus (feuille de contributions)                     déclaration                      revenus                  précédente (=écoulée)                         impôt sur le revenu                         impôt                     administrations             impôts (=contributions)                       fiscalité

ii)        impôt sur le revenu                     riches                                    pauvres                         progressif                                            imposable                     moins      progressif                             redistribution                        justice                juste                       plus                        natalité

iii)·       douane                        Taxe sur la Valeur Ajoutée

iv)        valeur ajoutée                                                                                                               à l'achat, elle a payé au fournisseur : (96,8/1,21 ) * 0,21 soit 16,8 M de TVA sur achats ;                        à la vente, elle reçoit 100 * 0,21 soit 21 M de TVA sur Ventes, dont elle déduira les 16,8 M déjà payés au fournisseur ;                 elle paira donc 4,2 M à l'état.                                                  Car ici, nous avons supposé le même taux de TVA sur les achats et sur les ventes, ce qui n'est pas toujours le cas.  Pensons aux entreprises de construction (+aménagement), dont la TVA sur achat est de 21 %, mais dont la TVA sur ventes peut être de 21 % ou 6 % selon que les travaux soient exécutés dans une maison de moins de 5 ans ou inversément).

v)        douane                         entreprises                            consommation              indirects

vi)        consommation                             indirects                 plus                consommation                      peu                        justes

vii)      (1) payés par les entreprises, cela réduit le nombre de personnes qui doivent payer                    (2) il est plus facile de contrôler les comptes d'une entreprise que ceux d'un ménage                              (3) Les taxes et impôts sur l'essence ou l'alcool (accises) représente quelque 80 % du prix du produit ; les droits de douane peuvent freiner l'importation de certains produits              (4)l'impôt est compris dans le prix payé, et l'acheteur en connaît rarement le montant.                                         Efficaces                revenus

viii)    taxe                              succession                            enregistrement              fortune    bénéfice

ix)        troisième colonne, avec près de 50 % payés par les ménages

 

 

 

relais

 

 

Dans le système fiscal belge, plusieurs sortes d'impôts coexistent :

 

1 des impôts payés par les entreprises : impôts sur la consommation (T.V.A. et accises, payés indirectement par les ménages), taxes sociales sur les salaires (O.N.S.S., en grande partie réduits ou supprimés par les dernières mesures fiscales), impôts sur le bénéfice des sociétés (I.Soc) ;

 

2 des impôts payés directement par les ménages : impôts sur le revenu (I.P.P., environ 1 000 milliards de BEF / an en 1999) ;

 

3 des impôts payés soit par les entreprises, soit par les ménages : droits d'enregistrement et en France, impôts sur la fortune ;

 

Plus des trois quarts des recettes fiscales françaises et belges sont prélevées à la production avant que les revenus soient distribués aux ménages.  Prélevés à la production, ces impôts sont donc finalement payés par les consommateurs sans distinction de la richesse ou des charges de famille.  Nous sommes loin d'une fiscalité redistribuant les revenus.

 

 

test de progression

 

 

 

 

II.   Pourquoi les Van Vlees paient-ils des impôts ?

 

I.           Pensez-vous qu'il soit nécessaire à un Belge d'aujourd'hui, pour pouvoir vivre dignement et pleinement sa vie d'homme du XXIe siècle :

 

1    de devoir bénéficier d'une bonne formation ? est-ce nécessaire ? l'intervention de l'état est-elle nécessaire ?

 

2    de ne pas être en chômage ? est-ce nécessaire ? l'intervention de l'État est-elle nécessaire ?

 

3    d'avoir des hôpitaux bien équipés et de bénéficier d'un vaccin contre les épidémies et le dépistage des maladies (tuberculose) est-ce nécessaire ? l'intervention de l'état est-elle nécessaire ?

 

4    d'être soigné, en cas de maladie, sans considérations financières ? est-ce nécessaire ? l'intervention de l'état est-elle nécessaire ?

 

5    d'avoir à sa disposition des équipements sportifs ? est-ce nécessaire ? l'intervention de l'État est-elle nécessaire ?

 

6    de bénéficier d'une retraite et éventuellement d'une maison de retraite pour ses vieux jours ? est-ce nécessaire ? l'intervention de l'État est-elle nécessaire ?

 

7    de bénéficier d'équipements routiers et d'un réseau de voies ferrées suffisants pour aller à la campagne le dimanche ou partir en vacances ? Est-ce nécessaire ? l'intervention de l'État est-elle nécessaire ?

 

II.          En fait, ces exigences représentent en quelque sorte les droits de l'homme d'aujourd'hui (droit à l'éducation, droit au travail, droit à l'épanouissement culturel, droit au loisir, droit à la santé, droit à une vieillesse heureuse...).  Comparez ces exigences aux Droits de l'Homme formulés dans la Déclaration française de 1789, notamment : .  "Droit de manifester sa pensée et ses opinions ..  Protéger les libertés publiques et individuelles contre l'oppression de ceux qui gouvernent.  Nul ne doit être accusé, arrêté ni détenu, que dans les cas déterminés par la loi.  Le droit de propriété est celui qui appartient à tout citoyen de jouir et de disposer à son gré de ses biens et de ses revenus .  Tous les citoyens ont le droit de concourir à l'établissement des contributions (impôts), d'en surveiller l'emploi et de s'en faire rendre compte".

 

Quelles sont les grandes différences entre les droits édictés en 1789 et ceux que l'opinion publique tend à y faire ajouter ?_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

III.       Ce changement de mentalité vis-à-vis de l'intervention de l'État est dû à une transformation sociale profonde que nous avons déjà évoquée à propos des prestations sociales : dans bien des domaines, l'État se substitue à la _ _ _ _ _ _ _ _ _ et à l'_ _ _ _ _ _ _ _ _ afin d'assurer de manière efficace la sécurité et l'épanouissement de l'individu.

 

IV.        Ainsi les domaines de l'intervention publique sont de plus en plus  _ _ _ _ _ _ _ _ _ et  _ _ _ _ _ _ _ _ _   Autrefois, l'État devait essentiellement assurer l'ordre public et garantir l'intégrité du territoire.  Souvent, lorsqu'il devait faire face à des dépenses jugées exceptionnelles (guerres ou grands travaux), il ne levait pas de nouveaux impôts, mais empruntait.  Les dépenses de l'État étaient donc constituées essentiellement des services généraux (coût du fonctionnement des organismes publics, de la police et de la représentation de la Belgique à l'étranger et de l'aide au développement), de la défense nationale et du service de la dette (remboursement des emprunts et intérêts).
En Belgique actuellement[1], l'impôt récolté (rappel : 2 612 milliards de BEF ou 64,75 milliards d'€) doit être redistribué entre : &mais quelle est la colonne correcte ?

·        Régions et communautés :                                        33,0 %                    47,2 %                 51,2 %

·        Intérêts de la dette publique :                                  22,6 %                    13,3 %                 13,2 %

·        Dépenses sociales :                                                   23,4 %                    11,2 %                    4,2 %

·        Autorité fédérale :                                                     11,0 %                       9,9 %                 22,3 %

·        Dépenses économiques                                               5,7 %                       9,5 %                    6,0 %

·        Union européenne :                                                     4,3 %                       9,3 %                    3,1 %

 

 

V.          Quels sont les trois grands domaines de l'intervention de l'État, ou plus exactement les domaines qui ont connu une grande expansion ?

 

 

VI.        D'après ce qui a été dit précédemment et les connaissances donnez des exemples des charges de l'État dans ces trois grands domaines :

 

 

VII.      Quelle est la part dans le budget de l'État des dÉpenses relatives à ces trois grands domaines en 1967 ?

 

1 action éducatrice et culturelle

2 action sociale

3 action économique

Total de la part des trois grands domaines de l'intervention publique ......

 

VIII.    L'extension des domaines de l'intervention publique n'est pas la seule cause de la croissance des dépenses publiques et donc de la charge publique.  Qu'elles soient traditionnelles ou nouvelles, la plupart des dépenses publiques sous l'effet du progrès technique.  Au début du XlXe siècle, dans les administrations, les secrétaires se servaient de _ _ _ _ _ _ _ _ d'_ _ _ _ pour écrire le courrier et les rapports ; aujourd'hui, l'usage des _ _ _ _ _ _ _ à _ _ _ _ _ _ _ ou même des ordinateurs est généralisé.  Jadis, les diligences avaient seulement besoin de routes empierrées ; les autos ont besoin d' _ _ _ _ _ _ _ _ _ , les avions d' _ _ _ _ _ _ _ _ _   Les canons de 1817 tiraient des  _ _ _ _ _ _ _ _ _ ; aujourd'hui les armées de l'ONU disposent de  _ _ _ _ _ _ _ _ _ à tête  _ _ _ _ _ _ _ _ _ et de missiles antimissiles.  En dix ans, de 1954 à 1964, période de paix relative, les États-Unis ont dépensé 400 milliards de dollars pour leur équipement militaire, soit  _ _ _ _ _ _ _ _ milliards de francs actuels (1 dollar de l'époque = 50 BEF et l'inflation de 1960 à 1998 est à calculer, sachant que l'indice des prix de janvier 60 est 33,89 [base 81] et celui de janvier 1998 est de 169,33 [même base]).  Comparez ce montant aux recettes de l'État belge qui, en 1989 [indice de janvier 89, 136,88], s'est élevée à 1 556,8 milliards de francs (voir budget de cette année-là).

 

IX.        Au total, pendant les cinquante ans qui précédèrent la Première Guerre mondiale,  soit de 1862 à 1913, les dépenses à la charge de l'État furent multipliées par  _ _ _ _ _ _ _ _ _ tandis que, pendant les cinquante ans qui suivirent, elles furent multipliées par plus de  _ _ _ _ _ _ _ _ _   Une évolution du même ordre a eu lieu dans tous les pays industrialisés.  Après la première guerre mondiale, l'État voit s'accroître rapidement ses charges à causes de dépenses nouvelles (nous ne citerons que les dépenses sociales, les dépenses de la culture et de l'enseignement)

 

 

 

i)          (1) Il faut une formation de plus en plus poussée, dont le coût s'accroît forcément ; l'État devrait intervenir pour que ceux qui n'ont pas moyens puissent cependant bénéficier d'une formation adéquate,.... sans gaspiller l'argent du contribuable                                  (2) Le droit au travail est devenu un droit fondamental.  Si le chômage apparaît, les citoyens d'un pays exigent que la collectivité intervienne pour le faire disparaître... ou que le chômeur soit pris en charge par la collectivité, .. sans gagner de l'argent "en noir" ;                                   (3) Le droit à la santé est aussi un droit fondamental.  Seul l'État peut disposer de fonds suffisants pour équiper des hôpitaux modernes et en faire bénéficier le plus grand nombre.  Lutte contre des épidémies, vaccination, dépistage préventif exigent l'intervention de la collectivité                                         (4) le coût des soins pour certaines maladies augmentent et la famille ne peut plus prendre en charge les soins requis, d'où...                     (5) et (7)  L'équilibre humain exige un minimum de loisirs, qui nécessitent de plus en plus d'équipements.  Pour être accessible à tous, certains de ces équipements peuvent être pris en charge par la collectivité, et peuvent d'ailleurs diminuer d'autres charges collectives...                                            (6) la sécurité des vieux jours ne peut pas être prise en charge exclusivement par la famille ou l'épargne...

ii)        en 1789, les droits protégeaient l'homme contre une intervention abusive de l'État ; aujourd'hui, les droits ont tendance à exiger l'intervention de l'État, et donc à exiger des dépenses publiques supplémentaires...

iii)·      famille                          épargne

iv)        importants et nombreux                                            la première colonne est correcte $$$$

v)        action éducative et culturelle :                                  ,  action sociale :                                        , action économique :                                               

vi)        action éducative et culturelle : près de 100 000 enseignants en Belgique, aide à la construction d'écoles, de facultés, de terrains de sports, de piscines, aides à la recherche, musées, maisons de la culture, etc.                       ,  action sociale : dépenses d'entraide et solidarité, pensions, hôpitaux, formation (payante ? ? ?) des chômeurs, construction de logements sociaux                                                          , action économique : entretien et équipements des télécommunications et des routes, réalisations techniques (ascenseurs de Strépy, le réseau Intranet wallon WIN), industries d'avant-garde, appui à des entreprises privées et publiques ($$$$), aides au tourisme, etc.          

vii)      $$$$

viii)    plumes d'oie                 stylos à bille                          autoroutes                    aérodromes (aéroports)                       boulets                   fusées à tête chercheuse                   $$$$ milliards de BEF actuels

ix)        2,5 (environ)                10

 

 

 

 

relais

 

 

Si l'État doit lever de plus en plus d'impôts, c'est en raison de l'accroissement de ses dépenses.  Cet accroissement est dû à la fois à un changement de mentalité lié à une profonde transformation sociale et au progrès technique.

 

Alors qu'à son origine, les droits de l'homme visaient à défendre le citoyen contre l'État, les nouveaux droits de l'homme tendent à l'intervention de l'État en faveur des citoyens (droit au travail, droit à l'éducation, droit à la santé, droit au loisir, droit à la vieillesse heureuse).  Cette évolution des droits de l'homme est liée à une diminution du rôle de la famille qui, réduite au couple et à ses enfants, ne peut plus jouer le rôle protecteur qui lui était dévolu.

 

Par ailleurs, le progrès technique rend chaque jour plus onéreuse l'intervention de l'État.  De nouveaux moyens de communication apparaissent.  Les techniques administratives et militaires réclament des moyens plus puissants.  Enfin, les guerres totales qui, malheureusement, caractérisent le monde moderne, obligent l'État à des dépenses considérables, tant pour les préparer que pour les faire ou en réparer les dommages.

 

Au total, l'impôt sert non seulement à garantir la sécurité individuelle et collective mais encore à assurer le bien-être des citoyens et à garantir la prospérité actuelle et future de l'économie belge.

 

 

test de progression

 

Pour chacune des activités suivantes, énumérez des interventions de l'État qui ont été faites ou qui sont nécessaires.  Dans une journée, les enfants Van Vlees

1.    ont mangé : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

2.    sont allés à l'école : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

3.    ont joué dans un jardin public : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

$$$correction

 

 

 

 

 

 

III.   Comment se présente le budget de l'État ?

$$$$ déplacé étape 9  ?

 

I.           Chaque année, le Parlement vote le budget de l'État qui récapitule toutes les _ _ _ _ _ _ _ _ _  et les _ _ _ _ _ _ _ _ _  de l'État prévues pour l'année suivante.

 

II.          Les recettes publiques sont : les i_ _ _ _ _ _  ou recettes f_ _ _ _ _ _ _ _, les b_ _ _ _ _ _ _ _ _ des activités et des biens dont l'État est propriétaire (forêts domaniales, entreprises nationalisées ou mixtes...), les résultats des e_ _ _ _ _ _ _ _ _ contractés auprès du public et d'organismes bancaires.  On parle à ce propos de recettes spéciales du Trésor.  Le Trésor est le service public chargé de gérer les finances publiques.  Les deux premiers types de recettes ne donnent généralement pas lieu à un remboursement, elles sont o_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ (certains les nomme aussi d_ _ _ _ _ _ _ _ _).  Par contre, les emprunts devront être remboursés ; ils constituent des recettes p_ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

III.       Les dépenses peuvent être de même classées en dépenses _ _ _ _ _ _ _ _ _  et dépenses _ _ _ _ _ _ _ _ _   Classez en dépenses provisoires ou définitives (=ordinaires) les dépenses suivantes :

traitements des fonctionnaires - construction d 'une école - prêt à une H.L.M.  - prêt à une entreprise - mise au point de l'arme atomique - pensions des anciens combattants - subventions à des activités agricoles.

 

Dépenses définitives : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Dépenses provisoires : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

IV.        On admet généralement que l'État couvre par des emprunts divers (les recettes provisoires) les dépenses _ _ _ _ _ _ _ _ _ : en effet, on ne voit pas pourquoi l'État serait toujours obligé de lever des impôts nouveaux pour couvrir des dépenses qui lui seront remboursées par la suite.  Par contre, en temps normal, les dépenses définitives doivent être couvertes par des recettes _ _ _ _ _ _ _ _ _   Il y a donc déficit budgétaire lorsque les dépenses _ _ _ _ _ _ _ _ _ sont  supérieures aux recettes _ _ _ _ _ _ _ _ _  Il y a excédent budgétaire lorsque les dépenses _ _ _ _ _ _ _ _ sont inférieures aux recettes _ _ _ _ _ _ _ _ _   Ces distinctions ont été établies par le ministère des Finances afin de mettre en évidence l'équilibre ou le déséquilibre des dépenses publiques.

 

V.          Le découvert du Trésor, ou Impasse, est l'appel à l'emprunt que l'état doit faire soit pour financer la partie de ses dépenses non couvertes par des recettes définitives, soit pour couvrir un déficit budgétaire.  Cet appel à des moyens de trésorerie se traduit par un recours de l'État aux institutions financières (appel à l'emprunt, à la création de monnaie, notamment) .  Complétez les schémas suivants en situant le déficit, l'excédent et l'impasse : $$$$schémas

 

VI.       Les dépenses définitives sont évidemment la masse la plus importante des dépenses budgétaires.  On peut les classer de la manière suivante :

 

 

 

dépenses de fonctionnement

transferts et interventions

équipements

dépenses civiles

 

 

 

 

dépenses militaires

 

 

 

 

 

Classez les dépenses suivantes en reportant dans la case convenable le numéro correspondant :

1/ paiement du traitement des instituteurs.                               2/ construction d'un pont

3/ dons à un pays                                                                   4/ subventions pour l'agriculture.

5/ construction d'une maison de la Culture.                              6/ solde des soldats.

7/ achat de papier pour la $$$ par le ministère de l'industrie.              8/ pensions des anciens combattants

9/ paiement du traitement des policiers.                                            10/ achat d'Agusta et/ou autres avions

11/ achat d'un ordinateur pour le ministère                               12/ achat de nourriture pour les soldats.

 

 

VII.      Il y a deux types de crédit prévus pour les dépenses d'équipement.  Dans un cas, les crédits prévus payent les équipements déjà commandés qui seront réceptionnés au cours de l'année.  À ce propos, on parle de crédits de _ _ _ _ _ _ _ _ _   Dans l'autre cas, ce ne sont pas à proprement parler les crédits qui sont prévus,  mais les autorisations faites aux administrations de passer des commandes en fonction d'une certain programme.  À ce propos, on parle d'.  _ _ _ _ _ _ _ _ _  de programme.  Si le Parlement vote un programme pour réaliser la liaison de l'autoroute A17 vers la mer, il votera une _ _ _ _ _ _ _ _ _ de _ _ _ _ _ _ _ _ _   Lorsque les travaux seront entrepris, il lui faudra voter des _ _ _ _ _ _ _ _ _  de _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

i)          recettes                                        dépenses

ii)        impôts ou recettes fiscales                          bénéfices                emprunts        ordinaires (ou définitives)                    provisoires

iii)·      provisoires et définitives                             définitives : traitement des fonctionnaires, construction d'une école, mise au point de l'arme atomique, pensions des anciens combattants, subvention à l'agriculture, bourses d'études                        provisoires : prêt à une H.L.M., prêt à une entreprise, prêts d'études

iv)        provisoires                   définitives                                            définitives                                     définitives                                            définitives                                     définitives                                           

v)         

vi)         

vii)       

viii)     

ix)        dépenses de fonctionnement

x)        transferts et interventions

xi)        équipements

xii)      dépenses civiles

xiii)    1, 7, 9

xiv)    3, 4

xv)·      2, 5, 11

xvi)    dépenses militaires

xvii)    6, 12

xviii)  8

xix)    10

xx)·      On considère que des dépenses de fonctionnement aboutissent toujours, soit directement, soit indirectement, à des achats sur le marché des biens de consommation

xxi)     

xxii)    crédits de paiement                     autorisations de programme                autorisation de programme                            crédits de paiement

 

 

 

relais

 

Le budget de l'État est l'acte par lequel sont prévues et autorisées les recettes et les dépenses de l'État.  Exceptés certains budgets annexes comme ceux des P.T.T., de l'imprimerie nationale ou encore de la Régie des Poudres et Essences, qui se financent par leurs ressources propres et sont en annexe du budget général, les dépenses de l'État sont d'abord couvertes par les recettes fiscales et le revenu des activités et des biens dont l'État est propriétaire.  Ces deux types de recettes constituent les définitives, par opposition aux emprunts auprès des particuliers ou d'organismes bancaires.

On se sert des recettes provisoires pour financer soit un déficit budgétaire (excédent des dépenses définitives sur les recettes définitives), soit plus simplement des dépenses provisoires (prêts de l'État) non couvertes par des recettes définitives ou des remboursements.  Le total de l'appel à des recettes provisoires s'appelle impasse.

Quant aux dépenses, on distingue les dépenses définitives et les dépenses provisoires, qui peuvent être classées en dépenses civiles et dépenses militaires, soit de fonctionnement, soit de transfert et d'intervention, soit d'équipement.

Ill est d'autant plus nécessaire de bien déterminer les dépenses et les recettes publiques qu'aujourd'hui le budget de l'État, tant par l'importance de ses recettes que par celles de ses dépenses, influence non seulement la vie des administrations publiques mais encore l'ensemble de la vie économique.

 

 

 

test de progression

 

 

 

1      Les dépenses de fonctionnement des administrations civiles aboutissent : d'une part à la distribution de _ _ _ _ _ _ _ _ _ aux _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ; d'autre part à des achats des administrations civiles sur le marché des biens de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

2      Les dépenses d'équipement des administrations civiles aboutissent à des achats sur le marché des biens de ;

3      Les dépenses de transferts et d'interventions aboutissent à des flux allant des administrations aux _ _ _ _ _ _ _ _ _ qui transitent par les _ _ _ _ _ _ _ _ _, et accessoirement à des transferts bénéficiant directement aux_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

4      Les dépenses des administrations militaires aboutissent : d'une part à des revenus distribués aux _ _ _ _ _ _ _ _ _ _, d'autre part à des achats sur le marche des biens de _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ puisque ces biens n'interviennent pas lors de leur usage da de production, même s'il s'agit d'équipement militaire.

 

 

Complétez le schéma de l'économie nationale en plaçant les administrations et le financement de l'impasse.

 

 

$$$$correction

 

 

 

 

 

N O T I O N S    A C Q U I S E S

action économique
action éducative et culturelle
action sociale
autorisation de programme
budget de l'État
crédit de paiement

déficit budgétaire
dépenses définitives
dépenses provisoires
dépenses publiques
excédent budgétaire
fiscalité
impasse
impôts directs
impôt sur la fortune
impôts indirects
impôt sur le revenu
interventionnisme de l'État
recettes publiques
redistribution
taxe à la valeur ajoutée
vignette

 

 

 

 

 

     ♦    Introduction, objectifs et mots-clefs...

 

  1. Introduction
  2. Mots-clefs

 

 

I.    Introduction

 

Nous renvoyons aussi le lecteur  à l'étape 9 où l'on montre le rôle de l'État de manière plus approfondie.  Les impôts, ressources de l'État, permettent à chacun de pouvoir consommer un minimum, quels que soient leur niveau ou mode de vie et ce, en assurant une redistribution des revenus et en prenant en charge certaines dépenses liées aux consommations collectives.

Les notions de consommation, de niveau de vie et de mode de vie sont étroitement liées : le niveau de vie est une notion quantitative, donc objective et mesurable, qui désigne l'ensemble des biens et des services que se procurent les ménages ; le mode de vie (ou genre de vie) est une notion qualitative, plus subjective et plus large que Le niveau de vie puisqu'il désigne l'ensemble des façons de vivre des ménages, non seulement dans leur consommation, mais aussi dans l'utilisation du temps.

 

 

 

II. Mots-clefs

 

Déjà suggérée dans "l'exercice de la Démocratie et à la limitation du pouvoir politique" (voir étape 2), la question des limites du rôle de l'État est, depuis une vingtaine d'années, au cSur des débats : un "vent libéral", venu des États-Unis et de Grande-Bretagne, a soufflé sur la pensée économique et inspiré les politiques libérales de Reagan et Thatcher ; celles-ci ont servi d'expériences-phares aux autres pays, mais suscité en même temps de sérieuses réserves.  La critique libérale a, tout d'abord, porté sur les conséquences de la croissance des dépenses publiques, et dénoncé le poids excessif des impôts et de la dette de l'État.  Dans quelle mesure doit-on suivre les libéraux quand ils proposent, afin d'alléger l'impôt, de réduire significativement les dépenses et donc le rôle de l'État ?

 

On parle aujourd'hui de "crise de l'État-providence".  Le terme d'État-providence, au sens strict, désigne la fonction d'état-redistributeur étudiée à l'étape 3.  Mais quelle est la véritable nature de cette "crise" ?  Quelle société se dessine à travers les projets de réforme dont l'état-providence est l'objet ?

 

En Grande-Bretagne et en France, ainsi que dans de nombreux pays, des vagues de privatisations ont réduit l'étendue du secteur public.  Comment analyser cette remise en cause de la fonction d'état-producteur de biens et de services, tant marchands que non-marchands.  L'État doit-il produire des biens et des services ?  La critique libérale à l'égard de l'état producteur.  Le remède libéral : les privatisations et leurs limites.

 

L'activité réglementaire de l'État fait également l'objet de critiques des libéraux qui l'accusent de fausser les mécanismes du marché.  Ainsi, on a vu se développer aux États-Unis mais aussi en France, dans des domaines variés, des expériences de "déréglementation" : quels en sont les buts, les limites ou les dangers ?  Jusqu'au faut-il déréglementer ?

 

De l'État-minimal des libéraux au "tout-État" de l'ex-marxisme soviétique, il y a des degrés dans le libéralisme comme dans l'interventionnisme, et une diversité de réponses à la question des limites du rôle de l'État.

 

 

Après avoir défini le niveau de vie, nous en étudierons les facteurs explicatifs : revenu et niveau des prix courants et des prix réels, (qui déterminent le pouvoir d'achat), le patrimoine et le crédit à la consommation.  Le mode de vie sera étudié dans ses relations avec le revenu, la P.C.S.  d'appartenance, l'âge, le lieu d'habitation et le rôle des facteurs psychosociaux, notamment la valeur symbolique des biens et le cycle des produits.

 

Nous nous demanderons également dans quelle mesure un rapprochement des modes de vie s'opère dans les pays industrialisés.  Enfin, Le mode de vie des individus ne se caractérise pas seulement par l'usage qu'ils font des produits dont ils disposent mais aussi de leur utilisation du temps, "bien" rare par excellence ! Sera ainsi abordée la notion de budget-temps qui permettra de distinguer, notamment, entre le temps de travail et le temps libre.

 

Les individus sont-ils, dans les limites de leur budget et de leur conditionnement social, libres de l'utilisation de leurs ressources ou bien leur choix est-il plus ou moins orienté par les entreprises qui fabriquent des biens et des services ?  Nous tenterons de répondre à ces questions en étudiant la publicité, l'information, et la défense du consommateur.

 

Les pratiques des individus s'organisent en ensembles cohérents.  Les analyses en termes de modes de vie ou de styles de vie permettent de rendre compte de cette cohérence.  Elles s'opposent cependant (ethnologie, ethnocentrisme, évolutionnisme, relativisme, sous-culture) dans la mesure où elles ne donnent pas la même importance aux variables sociodémographiques (modes de vie) et aux orientations individuelles (styles de vie)..  Il s'agit de deux façons d'analyser des pratiques culturelles.

 

Comme le souligne Edgar Morin, le mot culture est un "mot-piège".  Selon la science sociale qui l'utilise, il désigne soit la totalité des productions d'une société ("culture" s'oppose alors à "nature"), soit un nombre limité d'oeuvres particulièrement riches en signification (dimension symbolique du social).  Il peut sous-entendre un jugement de valeur (ethnocentrisme) ou être neutre (relativisme).

 

Dans la mesure où la culture permet à l'homme de s'adapter à son milieu, elle ne peut être un ensemble figé.  On désigne par le terme acculturation ce processus de changement qui, dans le cas où il est imposé, peut aboutir à des conflits entre sociétés ou à l'intérieur d'une même société.  Ces deux dimensions du conflit culturel permettent de mieux cerner les problèmes liés à l'immigration et à toute culture minoritaire.

 

Confrontant sa pensée au monde environnant, l'homme a dès l'origine de l'humanité, développé les éléments de sa culture à travers le langage, les outils et les croyances.  Au fil des millénaires, ce patrimoine culturel s'est enrichi et lui a permis de faire face aux multiples défis de la nature.  Aussi peut-on dire que l'homme est au moins autant un être social, produit d'une société (l'acquis) et d'une culture, qu'un être biologique (l'inné).  Quelle est la nature de l'homme ?

 

Confrontées aux problèmes de leur propre perpétuation, les sociétés ont organisé la transmission de leur culture.  Ce processus de socialisation est un apprentissage nécessaire et complexe, réalisé par des instances spécifiques.  Comment l'homme s'intègre-t-il dans la société ?  En tant qu'être social, l'homme est au coeur des faits sociaux qui constituent l'objet de la sociologie.

 

Les concepts utilisés par les sociologues de la stratification (représentations, subjectivisme, objectivisme, individualisme méthodologique, holisme, réalisme, nominalisme groupe social, catégorie sociale, hiérarchie, inégalité, richesse, pouvoir, influence, prestige, domination arbitraire, groupe d'appartenance, de référence, strate, méthodes inductives, déductives, enquête sociologique, société traditionnelle, industrielle, castes, ordres, classes sociales, catégories socioprofessionnelles) peuvent-ils éviter de traduire les orientations intellectuelles de leurs auteurs ?  Malgré la rigueur méthodologique dont ils font l'objet, il ne faut pas oublier que les différents types d'enquêtes sur la stratification ont des limites.

 

Si les sociétés modernes conservent encore certains traits des systèmes de castes et d'ordres (esprit de caste de certains groupes, prestige des noms à particule, etc.), ce sont néanmoins les sociétés traditionnelles qui se caractérisent par ce type de stratification.  Comment rendre compte des inégalités sociales dans des sociétés qui, se voulant égalitaires, multiplient par ailleurs les sélections et hiérarchies ?  Classes sociales et catégories socio-professionnelles sont les deux instruments centraux de cette étude.  Ils s'opposent sur de nombreux points mais se complètent sur d'autres.

 

Nous renvoyons aussi le lecteur à l'étape 7 pour l'aspect sociologique relatif à la famille, aux valeurs et normes, au contrôle social, et à l'étude des opinions.

 

 

I N F O R M A T I O N S

C O M P L E M E N T A I R E S

C R I T I Q U E S   L I B É R A L E S

N I V E A U,  M O D E   D E   V I E

C U L T U R E   E T   S O C I É T É

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Trop d'État ? rage taxatoire et critique libérale

 

  1. Que sont les impôts : idée méthodologique de Yves De Boe (promo 98) ?
  2. La mesure de la croissance quantitative de l'État
  3. La critique libérale de l'impôt
  4. Les emprunts publics et l'effet d'éviction
  5. La perte de compétitivité des entreprises
  6. Le débat sur les remèdes libéraux au "trop d'État"

 

 

I.    Que sont les impôts : idée méthodologique de Yves De Boe (promo 98) ?

 

  1. Introduction
  2. Mise en stuation
  3. Proposition d'un test

 

 

A.             Introduction

 

Comme signalé plus haut, nous renvoyons le lecteur à l'étape 9 où l'on montre le rôle de l'État de manière plus approfondie.  Les impôts, ressources de l'État, permettent à chacun de pouvoir consommer un minimum, quels que soient leur niveau ou mode de vie et ce, en assurant une redistribution des revenus et en prenant en charge certaines dépenses liées aux consommations collectives.

 

Nous signalons, que le mot "impôt" est présent dans chacune des étapes que nous avons développées dans ce syllabus.

 

 

B.              Mise en situation

 

Le professeur arrive en classe avec son courrier dans lequel se trouve une enveloppe comportant les mentions suivantes :

                                                                           Ministère des finances

                                                                           Administration des contributions directes.

Celui-ci s'exclame : « je vais devoir remplir ma déclaration de revenus afin de savoir si je dois ou non payer un impôt ! »

 

Que signifie ce mot ?

 

à      plusieurs démarches sont ici possibles :

 

·    Demander aux élèves d'expliquer ce terme avec leurs propres mots.

 

·    Demander aux élèves de prendre le dictionnaire et de rechercher la définition d'impôt ; celle-ci est la suivante :   prélèvement effectué d'autorité sur les ressources ou les biens des individus ou des collectivités et payé en argent pour subvenir aux dépenses d'intérêt général de l'état ou des collectivités locales.

                                                                                                                                « Le petit Larousse illustré 1995 »

 

·    À partir des idées des élèves (argent donné à l'État, « c'est ce que nos parents paient chaque année et qui les rend de très mauvaise humeur, relevé sur salaire, financer les dépenses publiques, ...), construire un tableau comportant toutes les étapes de l'impôt et ce à partir du salaire perçu par les ménages. Ce tableau se constituerait de photos et de textes afin d'avoir une approche plus concrète de l'impôt ; il aurait une petite ressemblance au schéma économique.

 

·    Si nous sommes dans une classe du deuxième ou troisième degré, on peut demander aux élèves de se documenter auprès des ministères des finances afin de construire le cours d'après les commentaires et le fruit de la documentation récoltés.

 

·    Afin d'être plus concret, dans une démarche plus pratique et dans la condition de disposer tous les documents nécessaires :

*  feuille de déclaration à l'impôt des personnes physiques.

*  fiche de rémunération  de l'année précédente.

*  pécule de vacances de l'année précédente.

*  la fiche 281 pour l'employé.

Cfr feuilles annexes.

                 

                              Rédiger une feuille de déclaration de revenus avec les élèves.

                              Ceci, à condition d'avoir analysé tous les documents requis à cette matière.

                              Toutes ces méthodes nous permettraient d'en arriver à une synthèse.

               Le texte lacunaire de cette étape conviendrait très bien à cette synthèse du moins la première partie. 

 

·    Une autre approche serait d'analyser une fiche de salaire, tout comme dans le livre « les ménages et les entreprises,  A.Lafolla - L.Vanderpoorten,  page 81,     De Boeck Wesmael,  Bruxelles, 1995 » pour en arriver petit à petit à la notion d'impôt.

 

 

C.             Proposition d'un test

(suggestion de Vanessa Caufriez - promo 98)

 

Niveau taxonomique :  question 1et 2 : restitution

                                     question 3 : exploitation.

 

Test   /7 : 

 

1. Que signifie I.P.P.?     /1

2. Quel est le nom donné à l'impôt sur le bénéfice des entreprises ?    /1

 

3. Tableau :

 

 

Prélèvement I.P.P. en milliards de francs.

 

Années        milliards de francs

 

1970            89,4

1975         223,5

1980         438,5

1985         595,9

1990         661,9

1995         871,3

 

 

- Explique d'une manière générale l'évolution des prélèvements de l'I.P.P.   /2

 

- À partir du tableau, associe une année donnée dans le tableau ci-dessus aux événements suivants :

 

événement 1 :           Important choc pétrolier qui va entraîner une augmentation importante de la        demande de biens et du coût de la vie. Année : .............  /1

 

événement 2 :           C'est la fin des "goldens sixties", période de prospérité. Année : .........    /1

 

événement 3 :           Le nombre de chômeurs est en pleine expansion; ceux-ci sont moins taxés                que les travailleurs.  Année : ..........    /1

 

Réponses :

 

1. Impôt des personnes physiques.

2. L'Isoc ou impôt des sociétés

3. Les impôts ont augmentés très vite de 1970 à 1975 avec un ralentissement de l'augmentation à partir des années 1980.

       événement 1 : Choc pétrolier en 1973 - 1975.

       événement 2 : 1970

       événement 3 : ralentissement des montants prélevés car les chômeurs sont moins taxés que les travailleurs : 1985-1990-1995

 

 

II. La mesure de la croissance quantitative de l'État

 

Plusieurs indicateurs permettent de mesurer le poids de l'État dans l'économie, et sa croissance historique.  La croissance des dépenses publiques a entraîné une augmentation du taux des prélèvements obligatoires par rapport au PIB.  À partir des années 1980, les gouvernements, influencés par le renouveau de la pensée libérale (v.  section 3), se donnent pour objectif la réduction du taux de prélèvements obligatoires.  Ils réussiront seulement à stopper ou freiner son augmentation : l'effet de cliquet semble empêcher une diminution sensible de la pression fiscale.

 

  1. La progression globale des dépenses publiques
  2. L'augmentation du nombre de fonctionnaires civils
  3. Le poids des prélèvements obligatoires
  4. L'effet de cliquet et la loi de Wagner

 

 

A.             La progression globale des dépenses publiques

 

Le rapport entre l'ensemble des dépenses des administrations (Sécurité sociale incluse) et le produit intérieur brut était en 1992 de 52,9 % en France. Au niveau de l'UE (des 15), ce rapport a oscillé de 45,8 à 48,0 % entre 1999 et 2004.  Sur longue période, on passe à la moitié du PIB.

 

 

B.              L'augmentation du nombre de fonctionnaires civils

 

Leur croissance a été spectaculaire depuis 1950, en particulier pour le personnel de l'éducation nationale (environ 1 million en 1990 en France).

 

C.             Le poids des prélèvements obligatoires

 

 

La croissance des dépenses publiques s'est accompagnée de la hausse du taux des prélèvements obligatoires par rapport au PIB.  Cet indicateur regroupe les recettes fiscales de l'État et des collectivités locales, les prélèvements sociaux, ainsi que le prélèvement au profit de la Communauté européenne.  Ce taux a gagné près de 10 points depuis 1973.

Mais sa progression, en Europe, a été freinée à partir des années 1980 : c'est le résultat d'une volonté des gouvernements devenus sensibles à la critique libérale du "trop d'État".  Ainsi, en 1984, le président F. Mitterrand fixe-t-il l'objectif d'une réduction de 1 point du taux de prélèvements durant l'année 1985, baisse qui ne sera obtenue que deux ans plus tard. Partout en Europe, on observe une combinaison d’une baisse des tarifs avec un élargissement de la base imposable. L’aspect nouveau est la recherche d’une diminution de la pression fiscale totale. À cet égard, l’objectif prioritaire est l’allégement des charges sur le travail, alors que les taxes sur la production ou la consommation non écologiques sont plutôt relevées (verdissement). Cependant il n'y a, pas plus en France que dans la plupart des autres pays touchés par la "vague libérale", de réduction significative des prélèvements obligatoires ; cela provient de l'effet de cliquet.

 

D.             L'effet de cliquet et la loi de Wagner

 

L'examen des documents ci-dessus met en évidence trois périodes : après la Première Guerre mondiale, au moment de la crise de 1929, et après 1945.  En effet, en période de difficultés (guerres, crises économiques...) l'État est amené à intervenir plus largement pour financer soit les dépenses militaires, soit les dépenses d'aide sociale.  II est donc amené à augmenter les impôts, et les contribuables l'admettent.

Mais, lorsque les difficultés sont passées, on ne revient pas en arrière : cette tendance a été formulée au début du siècle par l'économiste allemand Adolf Wagner, qui exposa sa célèbre "loi de l'extension croissante de l'activité publique ou d'état chez les peuples civilisés qui progressent".

 

Si les libéraux contestent le bien-fondé de la loi de Wagner qui fait de l'état un moteur du progrès, force est de constater que les prélèvements obligatoires n'ont pas connu de recul significatif depuis un siècle.  C'est ce que l'on appelle l'effet de cliquet, qui peut être symbolisé par le schéma ci-contre.

$$$$

 

Loi de Wagner et effet de cliquet

- La hausse des dépenses publiques et de leur part dans le PIB a été pratiquement ininterrompue pue tout au long du siècle.

- Cette progression est conforme à la loi de Wagner, selon laquelle l'extension croissante de l'activité de l'État caractérise les nations qui progressent.

- Elle illustre aussi l'effet de cliquet : les dépenses publiques, comme les prélèvements obligatoires ne peuvent pas diminuer, mais se stabiliser ou augmenter.  recettes fiscales totales

 

 

 

III.  La critique libérale de l'impôt

 

  1. Le contexte : le renouveau des idées libérales pendant les années 1970
  2. La courbe de Laffer

 

A.             Le contexte : le renouveau des idées libérales pendant les années 1970

 

En 1978, un mouvement de révolte contre l'impôt vit le jour en Californie : les deux tiers des électeurs votèrent par référendum une réduction des impôts fonciers (la Proposition 13) dont la hausse avait suscité la colère des propriétaires d'immeubles.  Ce mouvement d'opinion s' inscrit dans le renouveau de la doctrine libérale (v.  section 3) qui influença profondément les gouvernements anglais et américains de l'époque.

Ronald Reagan, président des États-Unis de 1980 à 1988, choisit ses conseillers parmi les économistes de l'offre, dont faisait partie Arthur Laffer.

 

B.              La courbe de Laffer

 

Elle décrit l'évolution théorique des recettes fiscales totales de l'état, en fonction : du taux d'imposition (pourcentage du revenu versé à l'État sous forme d'impôt).  En ordonnée, les recettes totales perçues par l'État augmentent tandis que la pression fiscale s'élève.  Mais si elle dépasse le taux maximal TM, le rendement de l'impôt va se réduire.  Le taux d'imposition TA rapporte la même somme à l'État que le taux TB pourtant supérieur : l'État peut abaisser la pression fiscale, sans dommage pour ses recettes.

La courbe montre qu'un taux d'imposition aboutit à l'effet inverse de celui recherché.  Cela illustre le vieil adage "trop d'impôt tue l'impôt".  Ce constat a amené Philippe Maystadt à réduire le précompte mobilier de 25 à 10 % en 1989 ; malheureusement, depuis lors, les taux sont remontés pour atteindre 15 % en 1998, et même 25 % pour les dividendes en 2007.

 

Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène :

·      l'évasion ou fraude fiscale : une pression fiscale élevée incite les contribuables à tromper le fisc, et favorise le travail non déclaré ;

·      l'émigration des personnes et des capitaux vers des pays qualifiés de "paradis fiscaux" (Luxembourg, Monaco, etc.) ;

·      la diminution de l'activité : les contribuables, en particulier ceux qui disposent :e revenus importants sont tentés de réduire leur activité et leurs investissements, si leurs gains sont ainsi confisqués par l'État.  Si l'activité est moindre, il y aura aussi moins d'emplois créés et de revenus distribués, ce qui crée un manque à gagner pour l'État.

Selon Laffer, en 1974, les États-Unis étaient dans la "zone prohibitive" (en hachures) où le rendement de l'impôt diminue, et avaient tout intérêt à réduire les impôts ; même réaction de notre maître argentier belge en 1989.  La réduction d'impôts, particulièrement de ceux qui pèsent sur les riches ou les entreprises, devait contribuer à la relance de l'activité économique, comme le montre le schéma ci-dessous.  En baissant le taux d'imposition, le gouvernement améliore donc les conditions de la production, de l'offre : d'où le nom d'économie de l'offre - donné à cette école (cf.  chapitre 11).

En Europe, on observe un phénomène semblable, à savoir la combinaison d’une baisse des tarifs avec un élargissement de la base imposable. L’aspect nouveau est la recherche d’une diminution de la pression fiscale totale. A cet égard, l’objectif prioritaire est l’allégement des charges sur le travail, alors que les taxes sur la production ou la consommation non écologiques sont plutôt relevées (verdissement).

$$$$

 

 

IV.   Les emprunts publics et l'effet d'éviction

 

  1. Le cercle vicieux des déficits publics
  2. L'effet d'éviction

 

A.             Le cercle vicieux des déficits publics

 

II était fréquent, dans cette période des années 80, que les dépenses de l'État soient supérieures à ses recettes, en provoquant un déficit budgétaire (cf.  chapitre 10).  L'État était donc amené à emprunter, ce qui augmentait la dette publique qu'il devrait rembourser ultérieurement. En 1983, la dette publique belge atteignait les 130 %, la norme du traité de Maastricht était de 60 % ; de façon lente, mais constante, la Belgique réduit cette dette publique qui n'atteignait plus que 87 % en 2007.

Mais chaque année, l'État devait verser les intérêts des emprunts : c'est la charge de la dette.  Or les taux d'intérêt avaient atteint depuis le début des années 1980 des niveaux élevés.  Les économistes estimaient que, pour que la dette n'augmente pas, le taux d'intérêt réel devait être inférieur ou égal au taux de croissance du PIB : c'était loin d'être le cas.

La charge de la dette se répercutait sur les dépenses annuelles du budget, et son poids devenait de plus en plus lourd, aggravait encore le déficit, nécessitaite le recours à des emprunts supplémentaires, etc.  C'est un cercle vicieux qu'illustre le schéma suivant.

 

B.              L'effet d'éviction

 

L'effet d'éviction résulte de l'importance des besoins de financement des administrations : si, pour couvrir ses dépenses, l'État est amené à emprunter sur les marchés monétaire et financier des sommes importantes, il en prive les autres agents et, en particulier, les entreprises qui doivent payer des taux d'intérêt trop élevés pour le financement externe de leurs investissements.

 

L'épargne mise à la disposition de l'économie par les agents ayant une capacité de financement (cf.  chapitre 2) était limitée.  Les besoins de financement des administrations faisaient concurrence à ceux des entreprises.  Si les déficits publics étaient importants, ils contribuaient à la hausse des taux d'intérêt sur les marchés monétaires et financiers (cf.  chapitre 3).  Cette hausse décourageait l'investissement privé : c'était l'effet d'éviction.

 

 

V.   La perte de compétitivité des entreprises

 

Le poids de la fiscalité et des cotisations sociales entraînait une perte de compétitivité pour les entreprises d'un pays dont les charges fiscales et salariales étaient supérieures à celles de pays concurrents.  L'effet d'éviction y contribue aussi : en freinant la croissance des investissements productifs, la hausse des taux d'intérêt retarde la modernisation des entreprises.

 

 

VI.   Le débat sur les remèdes libéraux au "trop d'État"

 

  1. Les remèdes libéraux
    1. La rédution d'impôts
    2. La réduction des dépenses publiques
  2. Les limites de la thérapeutique libérale
    1. L'objectif d'une réduction sensible des prélèvements obligatoires, des dépenses publiques et des déficits budgétaires n'a pas été atteint
    2. La reprise de la croissance n'a résulté qu'en partie de la politique de l'offre
    3. La thérapeutique libérale a aggravé les inégalités

 

A.             Les remèdes libéraux

 

 

1.              La réduction d'impôts

 

Les "économistes de l'offre" préconisent, avec Laffer, une réduction des impôts, principalement ceux qui pèsent sur les revenus les plus élevés et sur les entreprises.  Cette mesure a été appliquée avec vigueur en Grande-Bretagne et aux États-Unis, et plus modérément en France.

 

Dès 1980, Ronald Reagan fait voter l'ERTA (Economic Recovery Tax Act), puis en 1988 le Tax Reform Act qui réduit le nombre de tranches de 14 à 3.  Le taux maximal de l'impôt sur les bénéfices des sociétés passe de 46 % à 34 %.  Globalement on s'attendait à un allégement de 122 milliards de dollars en cinq ans.  Margaret Thatcher, arrivée au pouvoir en Grande-Bretagne en 1979, applique également une politique économique très libérale d'incitation par la baisse des impôts.  En Belgique et en France, la tendance est aussi à la réduction des impôts directs : les taux maximaux de l'IPP et de l'IRPP passe de 65 % à 58 % en 1987, tandis que l'impôt sur les sociétés passe progressivement de 50 % avant 1987 à 33 % aujourd'hui.

Le budget belge de 1994 va dans le même sens, en réduisant les tranches d'imposition de 13 à 7 (25, 30, 35, 40, 45, 50 et 55 %). En Belgique, depuis 2006, le nombre de tranches a encore diminué : les 35 %, 52,5 % et 55 % ont disparu.

 

 

2.              La réduction des dépenses publiques

 

Cet objectif est au centre de la doctrine libérale : les libéraux estiment que l'action de l'état asphyxie l'économie.

La réduction des dépenses publiques est aussi la condition pour que l'état diminue sensiblement les prélèvements obligatoires.  Mettre fin au déficit du budget, stopper puis réduire la dette publique de façon à abaisser les taux d'intérêt et atténuer l'effet d'éviction pour finalement favoriser l'investissement productif, tout cela n'est possible qu'à une condition : que l'État réduise son train de vie.  Les libéraux recommandent donc une cure d'austérité (ou de rigueur, v. étape 9) budgétaire.

La réduction des dépenses publiques s'est révélée, aux États-Unis comme en Europe, plus difficile à mettre en oeuvre que la baisse des impôts : l'effet de cliquet a eu raison des déclarations d'intentions les plus affirmées.

Cependant certains domaines de l'intervention publique ont effectivement connu depuis une dizaine d'années des "coupes sombres" budgétaires, sinon un coup d'arrêt à leur progression :

·      aux États-Unis, ce sont surtout les programmes de dépenses sociales qui ont pâti de la rigueur budgétaire ;

·      en Grande-Bretagne, Margaret Thatcher a diminué les subventions aux entreprises publiques tout en lançant un vaste plan de privatisations ;

·      en France, la rigueur budgétaire s'applique aux effectifs de l'administration et aux dépenses de santé (v.  section 2).

 

B.              Les limites de la thérapeutique libérale

 

On peut tirer trois leçons de l'expérience libérale.

 

 

1.              L'objectif d'une réduction sensible des prélèvements obligatoires, des dépenses publiques et des déficits budgétaires n'a pas été atteint

 

Si certaines dépenses publiques ont diminué, d'autres se sont accrues conformément à la loi de Wagner.  Dans le cas des États-Unis, le président R. Reagan a engagé la Défense nationale dans une compétition sans merci avec l'URSS, et les dépenses militaires ont contribué à l'aggravation du déficit budgétaire.  En Europe, la montée du chômage a pesé sur les budgets sociaux, entraînant une importante augmentation des dépenses sociales (v.  section 2).  Il a donc été impossible de faire reculer sensiblement le taux de prélèvements obligatoires.  Dans le cas de la France, il n'a diminué que de 2 points, et reste supérieur à 43 % du PIB.  Si le poids de l'impôt sur le revenu a baissé (de 18,1 % à 14,9 % du PIB), cela a été compensé par une aggravation des prélèvements sociaux et de la fiscalité locale.  En Grande-Bretagne, malgré les recettes des privatisations, le taux de prélèvements a augmenté : il est passé de 38 % en 1979 à 40 % en 1990 (source OCDE).

 

Contrairement à ce que prévoyaient Laffer et les économistes de l'offre, la baisse des impôts aux États-Unis a entraîné une diminution des recettes fiscales totales.  Le résultat est l'augmentation du déficit budgétaire des États-Unis qui est passé de 60 milliards de dollars courants en 1980 à 201 milliards en 1986.  Il a atteint 327 milliards en 1993.  Les États-Unis sont entrés ensuite dans le cercle vicieux d'une dette de 4 000 milliards de dollars en 1993, dont la charge risquait d'absorber le tiers des dépenses fédérales en l'an 2000... On affirme même qu'elle pourrait atteindre 7 000 milliards de dollars quand Bush quittera la Maison Blanche [8], non seulement parce que George W. Bush a promis une baisse d’impôts, pour les classes aisées, d’un montant de 350 milliards de dollars sur 10 ans, mais aussi l’invasion et l’occupation de l’Afghanistan et de l’Iraq avaient déjà coûté, fin 2004, quelque 250 milliards de dollars, auxquels 6 milliards s’ajoutent chaque mois [9].

 

Pour de nombreux économistes, la théorie de Laffer est une véritable imposture scientifique et son succès médiatique provient de son excessive simplicité.  Le fondement théorique de la courbe de Laffer est fragile.  Selon Laffer une pression fiscale élevée conduit les agents à travailler et investir moins.  Mais on peut envisager la réaction inverse : si la hausse de l'impôt amenuise le revenu disponible, les agents peuvent être incités à travailler davantage pour compenser cette perte.  Dans ce cas, l'effet sur les rentrées fiscales sera l'inverse de celui prédit par Laffer (cf.  Alain Beitone et Alain Legardez : "Enseigner l'économie", les Cahiers pédagogiques n° 308, novembre 1992).  II est donc impossible de déterminer quel est le taux maximal d'imposition au-delà duquel il conviendrait de réduire les impôts.  Dans le cas de la France, André Fourçans l'estimait à 44,7 %, soit à peu près le taux actuel ici.  Revue d'économie politique n° 1, 1985).  Mais aucune observation empirique, aucun modèle théorique ne peuvent déterminer avec rigueur la limite de la pression fiscale.

 

 

2.              La reprise de la croissance n'a résulté qu'en partie de la politique de l'offre

 

Les économistes de l'offre mettent à l'actif de leur politique la reprise économique et la baisse du chômage.  De fait, les États-Unis ont connu une exceptionnelle phase d'expansion entre 1983 et 1989, et une baisse de près de la moitié du taux de chômage (5,5 % en 1988 contre 9,8 % en 1982).  II est probable que les réductions d'impôts y ont contribué, en favorisant à la fois les profits et la consommation.

 

Mais on peut donner une autre explication à cette croissance :ce sont la hausse des dépenses publiques, en particulier militaires, et l'importance du déficit budgétaire qui ont "tiré" (l'économie en avant.  Ceci est en totale contradiction avec la théorie de l'offre, et semble plutôt conforme à une politique keynésienne de relance par la demande publique (ci.  chapitre 11).

 

 

3.              La thérapeutique libérale a aggravé les inégalités

 

On a vu que le programme libéral réduit les dépenses sociales de l'État, tout en allégeant la fiscalité sur les revenus du capital.  II ne peut qu'en résulter une aggravation des inégalités de revenus et de modes de vie.  Les libéraux la justifient par l'efficacité économique.  Si la politique de l'offre contribue à faire reculer le chômage, qui est la pire des injustices économiques, elle est plus " juste " qu'une politique égalitaire qui freinerait l'activité économique.  C'est notamment la position selon Rawls (v.  infra, section 2, B).

 

Mais l'examen de la situation sociale aux États-Unis tempère cet optimisme.  En dépit de la reprise de l'expansion la pauvreté semble y avoir progressé.  Au début de 1993, plus de 36 millions d'Américains vivent au-dessous du seuil de pauvreté.  Les émeutes qui ont ravagé Los Angeles durant l'été 1992 illustrent les graves problèmes posés par le désengagement de l'État.  Les subventions fédérales aux budgets des villes, divisées par deux depuis 1980, placent certaines villes (comme New York) au bord de la faillite.  L'insécurité y est notoire, les écoles publiques sont délaissées et les classes moyennes émigrent vers les banlieues, accentuant la ségrégation dans les ghettos urbains.

 

 

 

 

 

 

     ♦    Crise l'État-Providence et Politique de redistribution ?

Le terme de providence désigne à l'origine la sagesse divine qui gouverne le monde.  L'expression État-providence apparaît pendant le second Empire, sous la plume de penseurs qui attribuent à l'état un rôle de protecteur des personnes les plus faibles.  Le droit des individus à la solidarité nationale est affirmé en Grande-Bretagne par le rapport Beveridge (1942), et en France par l'instauration de la Sécurité sociale.

 

Aujourd'hui, l'expression État-providence désigne :

·      au sens strict, la fonction de redistribution de l'État à travers le système de la Sécurité sociale, qui garantit à toute personne le bénéfice de prestations sociales, moyennant le versement obligatoire des cotisations sociales ;

·      au sens large, l'ensemble des fonctions de l'État dans des domaines variés : protection sociale, mais aussi production de services collectifs (l'éducation, etc.), les interventions économiques, et la régulation de la conjoncture.

 

Après une période de développement de État-providence (au sens strict, tout au long de cette section), pendant les Trente Glorieuses, on parle aujourd'hui de sa crise.  Selon Pierre Rosanvallon (La Crise de l'État-providence, Le Seuil, 1 981 ), la crise revêt trois aspects : financier, d'efficacité et de légitimité.

 

 

  1. La crise financière de l'État-providence
  2. La crise de légitimité et la crique de l'État-providence

 

 

I.    La crise financière de l'État-providence

 

$$$$

 

Le graphique ci-contre met en évidence la forte croissance de la part des prestations sociales et des cotisations dans le PIB.

 

Pour équilibrer les comptes de la nation, les gouvernements ont dû augmenter à plusieurs reprises les prélèvements, dont le poids a crû de 7 points[2] en vingt ans (Cotisation sociale généralisée exclue).  Sur l'ensemble de la période 19701990, les prestations versées ont progressé plus vite que les cotisations.  II en résulte un déficit de la Sécurité sociale, qui est devenu chronique depuis 1986.

 

Excédentaire, malgré la crise, de 1983 à 1985, le régime général de la Sécurité sociale, qui prend en charge l'ensemble des salariés de l'industrie et du commerce est désormais constamment en déficit, et ce depuis 1986.  La récession de 1993 a aggravé la dégradation du solde.

 

  1. La forte progression des dépenses de protection sociale
    1. Les dépenses de santé
    2. Les explications de cette augmentation sont multiples :
    3. Les dépenses d'allocations-chômage
    4. Les dépenses de retraites
  2. La moindre progression des recettes
    1. La récession
    2. Le financement des retraites

 

A.             La forte progression des dépenses de protection sociale

 

 

1.              Les dépenses de santé

 

Le graphique montre que la consommation de soins et de biens médicaux par habitant ICSBM) a été multipliée par 3,5 depuis 1970.

En 1992, les Français ont dépensé 599 milliards de francs pour leur santé, soit 10 674 francs par habitant et par an.  (Comptes de la santé).

Les dépenses de santé ont tendance à augmenter plus vite que la richesse nationale ; cette croissance s'est un peu ralentie : d'un taux annuel de 7,5 % entre 1970 et 1980, on est passé à 4 % (en francs constants) entre 1980 et 1990, ce qui reste supérieur à celui du PIB.

 

 

 

2.              Les explications de cette augmentation sont multiples :

 

- Du côté de la demande, il n'y a guère de limites aux besoins de santé.

Les dépenses de santé font partie des postes de consommation dont la part dans le budget des ménages est croissante lorsque Le niveau de vie progresse : la santé fait partie des biens qualifiés de "supérieurs" par les économistes, biens dont l'élasticité par rapport au revenu est supérieure à 1 (loi d'Engel[3]).

L'évolution démographique est le second facteur de la hausse de la demande de soins : la consommation de santé augmente avec l'âge des individus.  Le graphique ci-contre montre que la proportion des personnes de plus de 60 ans va s'élever dans les prochaines années et, très sensiblement, après 2006 lorsque la génération du baby-boom atteindra 60 ans.

 

- Du côté de l'offre de soins, la prise en charge de 80 % environ des dépenses par la Sécurité sociale et les mutuelles aboutit à une quasi-gratuité apparente des soins.

En réalité, la santé n'est pas gratuite : elle pèse sur les revenus par le biais des cotisations sociales.  Mais ce mode de financement est indirect : le mécanisme de la redistribution horizontale (cf.  chapitre 10) dissocie la prestation de son paiement.  Les patients peuvent donc adopter un comportement individualiste dit de " passager clandestin ", espérant bénéficier du système davantage qu'ils ne cotisent..

La protection sociale aurait donc pour effet de déresponsabiliser les différents acteurs, patients et médecins, et de provoquer une certaine surconsommation médicale.

 

 

3.              Les dépenses d'allocations-chômage

 

Les dépenses d'allocations-chômage prises en charge par l'UNEDIC ne cessent d'augmenter en raison de la hausse du taux de chômage et de sa durée.

a.    

 

4.              Les dépenses de retraites

 

  c.  Les dépenses de retraites augmentent aussi, en raison :

  - de l'évolution démographique ;

  - de l'allongement de l'espérance de vie ;

  - de l'avancement à 60 ans de l'âge de la retraite depuis 1982, et du développement des préretraites utilisées comme substitut aux licenciements.

 

 

B.              La moindre progression des recettes

 

 

1.              La récession

 

La récession (ou "crise") actuelle, marquée par un ralentissement de l'activité économique, les difficultés pour les entreprises et l'augmentation du chômage, affecte les recettes.  L'aggravation du chômage réduit les recettes de la Sécurité sociale, tout en augmentant les charges.

 

 

2.              Le financement des retraites

 

Retraites par répartition : les actifs paient pour les retraites du moment ; ce système est fondé sur la solidarité et réalise un transfert entre les générations.

Retraites par capitalisation : chaque actif épargne en vue de sa propre retraite, qui lui sera versée par les organismes spécialisés auprès desquels il a placé son capital vieillesse.

 

 

En Belgique et en France, les retraites sont principalement financées par répartition.

 

  * jusqu'au début des années 80, la démographie était favorable aux retraités, du fait de l'augmentation et du rajeunissement de la population active.  II en est résulté une amélioration sensible des revenus moyens des personnes âgées (avec cependant d'importantes inégalités).

  Cette tendance est aujourd'hui inversée du fait du vieillissement démographique, qui s'accentuera après 2006.  Les plus de 60 ans, qui représentent aujourd'hui 25 % de la population totale, seront 40 % après 2030..

 

  e Le système des retraites par répartition sera-t-il en mesure de répondre à cette évolution !

 

  - Dans l'immédiat, le gouvernement a décidé d'allonger la durée minimale de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein.  II faut désormais cotiser pendant 40 ans (contre 37,5 ans précédemment) pour faire valoir ses droits à la retraite.

 

  - À long terme, dans une perspective de sortie de crise, on peut supposer que des gains de productivité devraient accroître la richesse et les salaires.  Les actifs, moins nombreux mais plus riches, seraient alors à même d'assumer l'augmentation du nombre des retraites.

 

 

II. La crise de légitimité et la crique de l'État-providence

 

  1. La légitimité de l'État-providence est fondée sur deux principes :
  2. La doctrine libérale et l'État-providence
    1. L'État-protecteur d'Adam Smith
    2. Les effets pervers de l'assistance
    3. L'alourdissement des charges sociales pénalise l'emploi
    4. La réduction des inégalités et la théorie de "l'inégalité équitable", (John Rawls)
  3. Le débat sur l'opportunité des remèdes libéraux
    1. Les propositions
    2. Le système américain de protection sociale
    3. Limites et dangers des propositions libérales

 

A.             La légitimité de l'État-providence est fondée sur deux principes :

 

Celui de l'assurance mutuelle contre les risques : on peut considérer les maladies ou les accidents comme des risques qui, fort heureusement, ne deviennent réalité que pour une minorité d'individus.

Si chaque personne cotise auprès d'une assurance, les sommes recueillies peuvent être utilisées pour venir en aide aux victimes, afin de leur éviter de se trouver dans une situation trop difficile.

Selon ce principe, l'État rend les assurances sociales obligatoires dès 1928.

 

Celui de la solidarité à l'égard des plus faibles : à partir de la fin du XIXe siècle.  on commence à considérer que les pauvres, les malades, les personnes âgées et les chômeurs ont un droit à l'assistance.

La loi de 1898 sur les accidents du travail marque un tournant : elle incite les employeurs à s'assurer contre les accidents du travail ; les salariés sont alors couverts, même si la responsabilité de leur employeur n'a pu être établie.

 

B.              La doctrine libérale et l'État-providence

 

 

1.              L'État-protecteur d'Adam Smith

 

La doctrine libérale traditionnelle ne rejette pas le rôle protecteur de l'État.  Adam Smith, un des "pères fondateurs" de la science économique, et de la doctrine libérale, écrivait en 1776 :

 

"Le premier devoir du souverain est celui de défense nationale [...].  Le second devoir du souverain, celui de protection ; autant que possible, chaque membre de la société doit être soustrait à l'injustice ou à l'oppression d'un autre membre de celle-ci." (Adam Smith : Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1776.)

 

À l'exception d'un courant ultra libéral qui a inspiré certaines mesures prises par les gouvernements de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher, le libéralisme moderne accepte ce rôle, mais critique son ampleur actuelle et son développement apparemment sans limites :d'une façon générale les libéraux sont partisans d'un État minimal.

 

 

2.              Les effets pervers de l'assistance

 

La protection des plus démunis peut engendrer une mentalité d'assistés.  Ceux qui en bénéficient attendraient passivement le bien-être, le bonheur et la protection du moindre risque, sans chercher à "s'en sortir" par eux-mêmes.  La critique libérale vise en particulier l'institution du revenu minimal garanti à toute personne sans ressources.  II en résulterait une "désincitation" au travail et un chômage volontaire.

 

 

3.              L'alourdissement des charges sociales pénalise l'emploi

 

Cette critique est analogue à celle développée par les économistes de l'offre à propos de l'impôt : la hausse des cotisations sociales, dont 55 % sont à la charge des employeurs, pèse sur les coûts salariaux, agit donc comme un frein à l'embauche.

 

Cet argument est souvent avancé pour expliquer le niveau élevé du chômage en France : la part des cotisations sociales dans le financement de la protection sociale y est prépondérante (79,8 % en 1990) contrairement à d'autres pays, comme le Royaume-Uni où l'impôt joue un rôle plus important (43,2 %, source Eurostat).  Cela alourdit le coût du travail non qualifié.  Les employeurs sont incités à substituer le capital au travail, en remplaçant les ouvriers spécialisés et les manoeuvres par des machines.

 

 

4.              La réduction des inégalités et la théorie de "l'inégalité équitable", (John Rawls)

 

La redistribution verticale (des riches vers les pauvres) a contribué à réduire fortement les inégalités.  Lorsque ces écarts étaient très forts, elle apparaissait légitime.  Aujourd'hui, alors qu'une grande partie de la population a le sentiment d'appartenir à la classe moyenne, on ressent moins la nécessité de réduire les inégalités.

 

Pour John Rawls, on peut admettre qu'un écart de revenus existe et même se creuse, entre catégories favorisées et défavorisées, si la situation de ces dernières s'en trouve améliorée :

 

Principe de Rawls :

"Les inégalités économiques et sociales seront réglées de telle sorte qu'elles seront a la fois à l'avantage de tous, et prioritairement des plus défavorisés [...].  "

(La Théorie de la justice, Le Seuil 1987, publié aux États-Unis en 1 971 .)

 

Quel raisonnement peut conduire à un principe apparemment paradoxal ?  Si l'on parvient à démontrer qu'un certain degré d'inégalité stimule l'activité, l'emploi, et finalement réduit le chômage, on aura établi un lien entre les inégalités et l'idée de justice.  Ainsi le personnel d'une entreprise pourrait accepter que le salaire de son PDG d'une grande entreprise soit très élevé, si sa gestion conduit à protéger l'emploi et améliorer les salaires.  Avec une rémunération inférieure, ce patron serait sans doute moins motivé, ou tenté de prêter ses services à une entreprise concurrente.  John Rawls n'est pas pour autant un libéral au sens classique du terme : l'inégalité est subordonnée au principe de justice.  II fournit cependant des arguments à ceux qui pensent que l'État providence a été trop loin dans le sens de la réduction des inégalités.

 

C.             Le débat sur l'opportunité des remèdes libéraux

 

 

1.              Les propositions

 

les différentes mesures inspirées par la critique libérale de l'État-providence ont pou r objectif commun de transférer à l'assurance volontaire et à l'épargne individuelle une partie des dépenses de l'État-providence, de façon à responsabiliser les bénéficiaires.  Ces mesures vont de l'aménagement du système à sa transformation radicale, voire utopique.  En matière de santé on peut :

·      réduire la part des dépenses de santé couverte par la Sécurité sociale, en relevant celle prise en charge par les patients de " ticket modérateur "), et recourir à l'assurance privée pour le complément ;

·      privatiser l'offre de soins hospitaliers (avec le développement des cliniques et hôpitaux privés) de façon à obtenir une réduction des coûts sous l'effet de la recherche du profit et de la concurrence ;

·      de façon plus radicale, allouer aux citoyens des " bons de santé " dont ils disposeraient librement pour le paiement de leurs actes médicaux : ils seraient incités à ne pas les multiplier, à choisir les meilleurs centres de soins et à mener une vie saine et équilibrée...

 

En matière de retraites, la capitalisation viendrait compléter le système de répartition : on peut en effet envisager d'inciter les actifs à constituer dès aujourd'hui un capital-vieillesse..

 

 

2.              Le système américain de protection sociale

 

Le "modèle" qui sert de référence à ces réformes est le système américain de protection sociale.  Les Américains ne connaissent pas de système généralisé de protection sociale.  Le système actuel est mixte et combine :

·      un système d'assurance privée pour les catégories de revenus moyens et élevés ; les assurances sont contractées auprès des compagnies d'assurances, soit par les individus eux-mêmes, s'ils sont travailleurs indépendants ou chômeurs, soit par l'intermédiaire de leur entreprise.  Mais la plupart des petites et moyennes entreprises refusent de souscrire, d'autant que les compagnies leur imposent des primes plus élevées qu'aux grandes entreprises.  De plus, les entreprises reçoivent les cotisations de retraite de leurs salariés et en confient la gestion à des organismes spécialisés ;

·      un système public de protection garantit un minimum de couverture des dépenses de santé aux personnes âgées de plus de 65 ans (Medicare) et aux plus pauvres (Medicaid).

 

De même, l'offre de soins hospitaliers est mixte : à côté des hôpitaux publics, qui reçoivent la clientèle à faible revenu, on trouve des cliniques et chaînes d'hôpitaux privées et pratiquant le paiement à l'acte.  Une partie de l'offre de santé est réalisée par les HMO (Health Maintenance Organizations) auprès desquels les clients souscrivent des contrats de santé : il s'agit d'une protection sociale "à la carte", car l'étendue des prestations couvertes dépend du montant forfaitaire versé par le client.  Le tarif est également fonction de son âge ou de ses antécédents familiaux.

 

 

3.              Limites et dangers des propositions libérales

 

Les limites sont d'abord d'ordre sociologique : il n'est pas certain que les citoyens de l'État-providence, même s'ils le trouvent peu efficace ou dispendieux, soient prêts à renoncer à ses avantages.  Le succès de B. Clinton aux élections présidentielles de 1992, dont le programme comportait l'engagement d'offrir à tous les Américains une protection sociale généralisée, prouve que dans la patrie du libéralisme économique, les citoyens souhaitent au contraire un peu plus d'État-providence.

 

Il n'est pas certain que le modèle libéral soit, sur le plan économique, plus efficace.  Le système américain est le plus coûteux au monde (14 % du PNB contre 9,4 % en France et 6,6 % en Grande-Bretagne) et laisse pourtant 1 Américain sur 7 sans aucune protection sociale.  Les hôpitaux publics sont débordés, les coûts des soins privés sont vertigineux : 30 000 francs pour un accouchement, 700 francs pour une visite de spécialiste.  D'un strict point de vue économique, il est abusif de ne considérer les dépenses de santé que comme des coûts pesant sur le reste de l'économie "productive".  En réalité, la santé est un besoin fondamental, et un secteur économique porteur.  L'appauvrir pour favoriser la consommation marchande n'est pas forcément un bon calcul.

 

Le danger essentiel est l'aggravation des inégalités jusqu'à créer une société duale : d'un côté les plus riches qui auront les moyens de s'assurer et de se préparer une retraite convenable, de l'autre les pauvres, chômeurs ou invalides qui n'auront jamais pu cotiser suffisamment pour y parvenir.

 

Il est paradoxal de vouloir réduire la protection sociale dans une période où le chômage de longue durée multiplie les cas d'exclusion sociale.  Il suffit d'un hiver rigoureux pour voir apparaître les sans-abri.  Le succès des initiatives privées (les Restaurants du coeur, la fondation de l'abbé Pierre...) souligne une carence plutôt qu'un excès de protection sociale.

 

 

 

 

 

 

     ♦    État producteur et privatisations

 

  1. La critique libérale
  2. Les remèdes libéraux : privatisations et gestion marchande des services collectifs

 

 

I.    La critique libérale

 

  1. L'État n'a pas à produire des biens marchands
  2. La gestion publique des services collectifs (services non marchands) est coûteuse

 

A.             L'État n'a pas à produire des biens marchands

 

Pour les libéraux il n'est pas logique que l'État produise des biens marchands : l'économie de marché et les entreprises privées remplissent mieux ce rôle.  En effet, une entreprise publique ne peut faire faillite : si elle est peu productive et en déficit, l'État la subventionnera.  Elle n'est pas menacée par la concurrence et elle en fausse le jeu.  L'entreprise publique n'est pas incitée à réduire les coûts et vendre au meilleur prix, ne connaissant aucun des stimulants de l'entreprise concurrentielle : ni la "carotte" (le profit), ni le "bâton" (la faillite).

 

Ce jugement doit être nuancé car de nos jours, de nombreuses entreprises publiques sont en concurrence avec des entreprises privées : Renault doit affronter Peugeot, Fiat, Volkswagen, etc.  Elles suivent une logique marchande : recherche du profit et des parts de marché, compression des coûts, autofinancement des investissements, innovation permanente.  Les libéraux avancent alors un second argument : l'État ne peut assurer convenablement son rôle d'actionnaire en augmentant le capital des entreprises publiques.  Si elles étaient privées, elles pourraient augmenter leurs fonds propres en émettant des actions nouvelles sur le marché financier.

 

 

B.              La gestion publique des services collectifs (services non marchands) est coûteuse

 

La position des libéraux est p)us nuancée en ce qui concerne la production des services collectifs non marchands (cf..  chapitre 10).  Adam Smith, à la suite du passage cité plus haut, indiquait clairement :

 

"Le troisième et dernier devoir du souverain est celui de développer les biens publics, c'est-à-dire de créer et de maintenir les institutions publiques, édifices et travaux publics qui, bien qu'utiles au plus haut degré, sont cependant tels qu'ils ne dégagent pas un profit suffisant pour couvrir les dépenses d'un individu ou d'un groupe de citoyens qui ne pourraient ainsi les entreprendre."  Adam Smith montre ainsi les limites du marché et justifie que l'État produise ses biens socialement "utiles" mais non rentables pour une entreprise privée.

 

La critique libérale porte donc sur le coût de la gestion des biens collectifs par les administrations.  Les libéraux ne contestent plus guère que l'État ait un rôle à jouer dans l'offre des biens publics : l'ensemble des agents bénéficient de leurs effets externes (cf. chapitre 8), qu'il s'agisse de l'éducation et de la culture, de la recherche scientifique ou de la protection de l'environnement, etc.  Ils dénoncent par contre le monopole de gestion et le fonctionnement bureaucratique de ces services, qui en augmentent les coûts : n'existe-t-il pas un moyen de les faire produire par le marché en les soumettant à la concurrence qui en abaisserait le coût pour la collectivité !

 

II. Les remèdes libéraux : privatisations et gestion marchande des services collectifs

 

  1. Les privatisations
    1. L'objectif des privatisations
    2. Les modalités des privatisations en France
  2. Les services collectifs : financement public et gestion privée

 

A.             Les privatisations

 

La privatisation d'une entreprise publique est la vente de la majorité ou de la totalité de son capital a des actionnaires privés.

 

Le gouvernement de Margaret Thatcher en vendant British Aerospace, en février 1981, a donné le coup d'envoi d'une importante vague de privatisations : 65 autres entreprises ont suivi dont British Gas, British Airways, British Telecom, British Steel, etc.  Le secteur public a été réduit de moitié, et près de 800 000 salariés sont passés au privé.

 

Cet exemple a été suivi dans de nombreux pays, dont la France entre 1986 et 1988 puis à partir de 1993.

 

 

1.              L'objectif des privatisations

 

Cet objectif se situe à trois niveaux :

·      augmenter la productivité des entreprises concernées : soumises à la concurrence elles devront améliorer leur rentabilité ;

·      améliorer les finances publiques : les privatisations rapportent à l'État des sommes considérables qu'il peut employer à rembourser la dette publique.  De surcroît, le développement de ces grandes entreprises est désormais assuré à l'aide de fonds qu'elles se procurent sur les marchés financiers.

·      développer l'actionnariat populaire.

 

 

2.              Les modalités des privatisations en France

 

Le gouvernement de Jacques Chirac a initié, après les élections de 1986, un programme de privatisations.  Parmi les entreprises privatisées, on peut citer : Saint-Gobain, CGE (Compagnie générale d'électricité), Agence Havas, TF1, Matra, et des banques : Paribas, CCF (Crédit commercial de France), Société générale, Suez.

Après les élections de 1993, la droite prévoit la privatisation de 21 grandes entreprises, banques et compagnies d'assurance dont la BNP, Rhône-Poulenc et Elf Aquitaine.

Les lois de privatisation de 1986 (comme celle de 1993) prévoient la vente au public d'une part, et à un groupement d'actionnaires stables (ou " noyau dur ") d'autre part.  Ces actionnaires sont des groupes financiers ou industriels importants qui doivent préserver les entreprises de tentatives d'achat, notamment de la part de groupes étrangers, afin que le patrimoine industriel français soit préservé.

 

B.              Les services collectifs : financement public et gestion privée

 

Le libéralisme moderne propose de confier la gestion des services collectifs à des entreprises privées sous contrat avec l'État.  Comme pour les marchés de travaux publics, l'État soumettrait un appel d'offre à la concurrence et choisirait parmi les entreprises celle qui lui paraît offrir les conditions les plus avantageuses.  Mais l'État reste souverain dans la décision de produire les services collectifs, et il en assure le financement.

Par exemple, les communes peuvent confier la gestion des cantines scolaires à des entreprises de restauration privées.  Mais l'État subventionne le prix des repas, et contrôle leur qualité.  Il y a bien longtemps que l'État donne en concession à des entreprises privées la construction et la gestion des autoroutes : le système du péage rend en effet possible la rentabilisation de cette activité.

 

Pour les ultra-libéraux, la remise en cause de l'État producteur va beaucoup plus loin : le marché peut remplacer l'État pratiquement dans tous les domaines.  Leur objectif n'est plus l'État minimal mais l' "État-zéro".  Le cas de certaines prisons américaines construites et gérées par des entreprises privées va déjà loin dans le désengagement de l'État : la délégation par l'État des services carcéraux est au coeur d'un important débat idéologique.

 

Avec cette position extrême, hyper individualiste, la société ne serait plus qu'un  vaste marché, où les relations sociales se réduiraient à des opérations d'achats-ventes ; l'État n'aurait plus de raison d'être Pierre Rosanvallon parle ainsi de "négation du social" à propos de ces théories  ultra libérales.

 

Idée de test :

Question N°1: Restitution / Reproduction.

Question N°2: Restitution / Reproduction.

Question N°3: Exploration.

 

1.      Quel est l'objectif des privatisations?../3.

®            Augmenter la productivité des entreprises pour en améliorer la rentabilité.

®            Améliorer les finances publiques car la privatisation rapporte des sommes d'argent qui permettent à l'État de rembourser la dette publique.

®            Développer la division des capitaux en actions.

 

2.      Qu'est-ce que "privatiser"?  ../2.

® Privatiser, c'est rendre privé une entreprise qui appartient à l'État.

 

3.      A partir de l'article provenant du "Nouvel observateur" du mois de décembre /janvier '96, répond aux questions suivantes:

 

A.    Pourquoi British Télécom a t- elle été privatisée?    ../3.

® Le réseau British Télécom était en mauvais état à cause d'un manque d'investissement publics. Il fallait attendre longtemps pour avoir un téléphone, d'où dans les années 80, le gouvernement anglais a décidé de vendre et d'autoriser la concurrence pour obliger la British Télécom à se moderniser.

B.    Quelles ont été les conséquences de cette privatisation?   ../2.

® La privatisation de British Télécom a causé des restrictions de personnel afin d'améliorer ses services.

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    La déréglementation et ses limites

 

  1. Exemples de déréglementation
  2. Le renard libre dans le poulailler
  3. Les degré de l'interventionnisme et du libéralisme

 

 

I.    Exemples de déréglementation

 

 

La déréglementation consiste à supprimer des règles contraignantes instaurées par Les pouvoirs publics, de façon à laisser le marché jouer librement son rôle régulateur.

 

La déréglementation a été un élément essentiel des programmes libéraux de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher.  Elle a été mise en Suvre parallèlement dans la plupart des pays industrialisés, dans des domaines très variés ; on peut citer par exemple, pour la France :

·      la libération des prix (1986), jusque-là contrôlés par l'état ;

·      la suppression de l'autorisation administrative de licenciement(l986) : cette procédure soumettait la décision de licenciement d'un chef d'entreprise à l'avis de l'inspection du travail.  Elle a été maintenue pour les licenciements de plus de dix salariés ;

·      la déréglementation bancaire (le développement des marchés, cf.  chapitre 3) ;

·      la libération des changes (1985 : fin du contrôle des changes qui réglementait les entrées et sorties de devises) ;

·      l'ouverture du grand marché européen (1er  janvier 1993, disparition des frontières douanières entre les Douze).

 

 

II.   Le renard libre dans le poulailler

 

$$$$Le renard libre Adam Smith, avec son image de la "main invisible" (cf.  chapitre 9) justifie l'éco dans le poulailler nomie de marché, et l'intervention minimale de l'État.

 

Cependant, le marché libre est aussi une compétition (on parle même de la " guerre économique ") où les moins productifs sont défavorisés.  Une des principales raisons des différentes réglementations est la protection des individus les plus faibles : sans cette protection du salarié face à son employeur, de la petite et moyenne entreprise face à la multinationale, d'un pays face à d'autres plus développés que lui, on est, disent les partisans de la réglementation, dans la situation du "renard libre dans le poulailler libre" où le plus fort impose sa loi sans aucune limite.

 

Le chapitre 9 a montré que le marché ne pouvait fonctionner sans une intervention publique assurant le respect des "règles du jeu" par les contractants.  De ce point de vue, la déréglementation financière n'est pas sans danger.

 

 

III.   Les degré de l'interventionnisme et du libéralisme

 

À la question des limites de l'action de l'État, les différentes doctrines économiques apportent des réponses graduées, qui vont de l'État-zéro des ultra libéraux au tout-État du marxisme soviétique où le plan centralisé se substituait entièrement au marché :on pouvait considérer l'économie de l'Union soviétique comme une seule et immense entreprise : "l'entreprise Union soviétique S.A." (Alex Nove : L'économie soviétique, economica, 1981).

 

Il y a donc des degrés dans le libéralisme comme dans l'interventionnisme.  Le tableau ci-dessous présente ces degrés de l'intervention de l'État : à partir de l'État-minimum dont les fonctions se réduisent à celles de "gendarme" et de "protecteur", d'autres fonctions vont se superposer jusqu'à la disparition du marché dans le tout État.  Actuellement, après la période des années 1980 où le vent libéral venu des États-Unis et de Grande-Bretagne s'est propagé à la plupart des pays industrialisés, les limites et les dangers d'un libéralisme triomphant et "sauvage" conduisent à apporter une réponse nuancée à la question des limites de l'État :

·      Il est pratiquement impossible de déterminer la limite objective où commence le "trop-d'État".  Non seulement la science économique ne peut dire si elle est atteinte avec un taux de prélèvements obligatoires de 45 % du PIB, de 50 ~o ou davantage, mais cette limite, si elle existe, est d ordre sociologique plus qu'économique, comme le montre P. Rosanvallon (op.  cité).

·      Ce qu'on a appelé la "crise de l'État-providence" est un moment où la société s'interroge sur l'étendue et le contenu de la solidarité.  Les attentes sociales sont contradictoires : on se plaint des impôts, mais on continue d'attendre de l'État la protection la plus large possible.

·      L'objectif actuel, pour l'ensemble de ces pays, n'est pas de retourner à l'État minimum du XVIIIe siècle.  L'exemple des États-Unis qui, après douze années de reaganisme, améliorent leur système de protection sociale "à l'européenne" est significatif.  Ce qu'on attend de l'État c'est qu'il soit à la fois plus proche des besoins réels de la société, et plus économe et efficace dans sa gestion.  Plutôt que le "moins d'État", il convient donc aujourd'hui de rechercher le "mieux d'État"

 

 

 

 

 

 

     ♦    Le niveau de vie

 

  1. Qu'est-ce que le niveau de vie ?
  2. Les facteurs déterminant le niveau de vie

 

 

I.    Qu'est-ce que le niveau de vie ?

 

  1. Notions générales
  2. Quelques chiffres

 

A.             Notions générales

 

Le niveau de vie d'un ménage (d'un groupe social, d'un pays) désigne l'ensemble des biens et des services qu'il acquiert, qu'il produit pour lui-même ou qu'il se procure gratuitement.  [ A V O I R ou Q U A N T I T É ]

 

Le niveau de vie d'un ménage est donc mesuré par :

·          la valeur des biens et services qu'il achète : sa consommation marchande,

·          la valeur des biens et des services qu'il produit et consomme lui-même (l'autoproduction) : par exemple les produits du jardin familial ou le service qu'il se rend à lui-même en habitant le logement dont il est propriétaire,

·          le montant des dépenses qui lui sont remboursées par certains organismes sociaux (Sécurité sociale notamment) : allocations-logement, remboursements de soins médicaux, etc.,

·          la valeur des consommations collectives dont il bénéficie à titre gratuit.

 

Le niveau de vie est donc une notion quantitative comme celle de pouvoir d'achat.  Il faut néanmoins bien les distinguer :

·          le pouvoir d'achat correspond à ce que l'on peut- si on le désire- se procurer avec son revenu ;

·          alors que Le niveau de vie est l'ensemble des biens et des services qu'on se procure effectivement, à titre onéreux ou gratuit.

Deux individus, ayant le même niveau de vie peuvent l'utiliser de manières très différentes ; ces disparités déterminent Le mode de vie façon de vivre, de se nourrir, de se vêtir, d'utiliser ses loisirs ou son temps libre, etc.

 

Idée méthodologique : Vous pouvez vous servir des tableaux de statistiques.  Le but de la lecture est de sensibiliser les élèves, et de construire avec eux, une définition.  Résumer à l'extrême la notion du niveau de vie c'est employer le mot AVOIR.[4]

 

 

B.              Quelques chiffres

 

Voitures, radios, télévisions, téléphones... par 1000 habitants

 

1961

1981

1988

Voitures de tourisme

Postes de radio

Postes de télévision

Abonnements téléphoniques

142

102

162

111

320

185

302

213

369[5]

210

333

455

 

Cartes de banque en circulation

1974

1980

1985

1 241 377

2 869 142

4 335 605

 

Confort de l'habitation (en %)

 

1970

1991

Salle de bain ou douche

Eau courante à l'intérieur

Toilette à l'intérieur

49

90

53

77

98

92

 

♦    Que constatez-vous en ce qui concerne l'évolution des montants figurant dans ces tableaux ?

♦    En vous basant sur ces chiffres, à quelle époque auriez-vous voulu vivre ?

♦    Ces tableaux évoquent des notions de quantité.  En économie, cette notion s'appelle le _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

♦    Remettre dans l'ordre les mots de la (plus exactement d'une) définition du "niveau de vie", ou plus exactement du "pouvoir d'achat" : Le niveau de vie est revenu avec l'homme de biens monétaire que peut se procurer son la quantité

♦    Le niveau de vie est _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

Le lecteur comprendra qu'une correction n'est ici pas nécessaire.

 

II. Les facteurs déterminant le niveau de vie

 

  1. L'influence des revenus
  2. L'influence du niveau des prix
    1. Comment calculer une variation du pouvoir d'achat ?
    2. La notion de prix réel
  3. Le rôle du patrimoine (voir sixième étape)
  4. L'influence du crédit à la consommation (voir étape 4, "le crédit")

 

A.             L'influence des revenus

 

Les économistes s'accordent pour reconnaître que Le niveau de vie dépend essentiellement du revenu.  Ce constat s'applique aussi bien au niveau du ménage qu'au niveau du pays.

 

La fonction de consommation décrit la relation entre consommation et revenu.  Elle s'écrit :

C = f(R)

C = consommation, R = revenu (les prix sont supposés constants).

 

Cette fonction est croissante, puisque normalement les ménages tendent à accroître leur consommation à mesure que leur revenu augmente.

Mais, comme le montre la loi de la consommation élaborée par Keynes, l'accroissement de la consommation n'est pas proportionnel à l'augmentation des revenus : quand les revenus augmentent, l'accroissement de la consommation est inférieur à l'accroissement du revenu.  En d'autres termes, plus le revenu est élevé, plus la propension moyenne à consommer est faible.

Cependant, le phénomène n'est pas totalement réversible : en cas de baisse du revenu, un ménage tentera généralement de maintenir son niveau de vie, en puisant dans son épargne ou en s'endettant.  Il se produit ce qu'on appelle un effet de cliquet ou effet de mémoire, qui limite la réduction de la consommation.  (voir étape 4, fin, loi de $$$$)

Le niveau de vie d'un ménage dépend non seulement de ses revenus actuels mais aussi de ses revenus et de sa consommation passés.

Quand le revenu augmente, la consommation croît moins vite que le revenu.

Quand le revenu diminue, la consommation décroît moins vite que le revenu.

Mais si le revenu influe sur Le niveau de vie, constater qu'un ménage dispose d'un certain revenu ne suffit pas à déterminer son niveau de vie.  Soit, par exemple deux ménages A et B ayant le même revenu, 4 000 € par mois.  Supposons que A, ménage "fourmi", épargne 50 % de son revenu et que B, plus "cigale", dépense la totalité du sien.  On dira que B a un niveau de vie égal au double de celui de A, car il achète pour 4 000 euross de biens et de services, contre 2 000 euros pour A.

 

Pour un revenu donné, on peut accroître ou diminuer son niveau de vie en réduisant ou en augmentant son épargne.

 

B.              L'influence du niveau des prix

 

Les variations des revenus et des prix- qui sont rarement identiques- entraînent des variations à la hausse ou à la baisse du pouvoir d'achat.

 

Inflation : hausse du niveau général des prix.  À revenu inchangé, l'inflation réduit le pouvoir d'achat des ménages.  En l'absence de compensation (réduction de l'épargne ou autoconsommation), Le niveau de vie diminue également.

 

 

1.              Comment calculer une variation du pouvoir d'achat ?

 

Nous avons vu dans la quatrième étape (in "Mesure de la consommation") que l'évolution des prix rendait nécessaire si l'on veut comparer une dépense de 100 euros/francs à deux époques différentes, de l'exprimer en "francs constants".  C'est une démarche analogue qui doit être adoptée lorsque l'on veut savoir si la variation d'un revenu dans le temps correspond à une variation réelle du pouvoir d'achat de ce revenu.

On est alors amené à distinguer le revenu nominal et le revenu réel.

Soit un revenu (Rt) prenant différentes valeurs selon les années (t).  Le début de période est l'année t0.

On appelle revenu nominal le revenu (Rt) constaté l'année t.  Il est exprimé-francs courants ou francs de l'année (t) considérée.

On appelle revenu réel le revenu calculé en francs constants ou francs de l'année t0,

Une hausse du revenu réel correspond donc à une hausse de pouvoir d'achat.  Celle-ci peut être calculée directement.

 

(1)            Calcul d'une variation du pouvoir d'achat :

 

formule approchée (pour de faibles variations des prix et des revenus) :

 

 

formule exacte :

 

 

(2)            Explication

 

Soit un revenu qui prend, aux dates t1, et t2, les valeurs Rt1 et Rt2.   On calcule l'indice du revenu, t1 étant l'année de base :

 

 

Soit Ip(t1/t2) l'indice des prix à la date t2,  t1 étant l'année de base.       Donc,  Ip(t1)=100

 

La variation de pouvoir d'achat du revenu s'obtient selon la formule :

 

 

 

(3)            Exemple

 

En 2000, un ménage gagnait 3 000 € par mois.  En 2003, son revenu atteint 3 450 € [soit 15 % d'augmentation pour les non-matheux].  Pendant ce temps, le taux d'inflation a été chaque année de + 3 %.  L'indice des prix atteignant 109,3 en 2003, soit une hausse de 9,3 % par rapport à 2000 (indice 100).  La variation du pouvoir d'achat s'obtient :

 

                       I) par la formule "approchée" :

variation du pouvoir d'achat = 15 %- 9,3 % = 5,7 %                    (environ)

 

                       2) par la formule "exacte" :

 

indice de pouvoir d'achat (base 100 en 2000) =                  115    .  * 100   = 105.2
                                                                                    109,3

 

  soit, très précisément, un gain de pouvoir d'achat de 5,2 % en trois ans.

 

 

2.              La notion de prix réel

 

Une autre façon d'appréhender ce qui se passe lorsque le revenu change en même temps que le niveau des prix est d'utiliser la notion de "prix réel".

 

Prix réel d'un bien : nombre d'heures de travail nécessaires pour acheter ce bien :

 

prix réel       (en heures)  =             prix du bien (en euros)
                                                      salaire horaire (en euros)

 

Jean Fourastié a constaté en longue période une baisse générale, quoique très inégale, des prix réels et donc une hausse du pouvoir d'achat.    Par exemple, en France, entre 1810-1820 et 1960 le prix réel du quintal de blé a été divisé par dix (173 heures en 1810-1820 contre 17 en 1960), celui du transport d'une personne sur 100 km par 23 (80 heures contre 3,4), etc.  Entre 1895 et 1960, le prix réel du kwh d'électricité a été divisé par 41 (58 heures et 1,4), en revanche le prix réel d'une coupe de cheveux n'a pas varié.

On peut donc dire que, durant la période considérée, le pouvoir d'achat a été multiplié par 10 pour le blé, par 23,5 pour le transport d'une personne, par 41 pour l'électricité et a stagné pour les coupes de cheveux.  Remarquons cependant que sur un plus court terme, depuis une dizaine d'années, le pouvoir d'achat diminue dans les pays de la CE.

 

Sur longue période et sur l'ensemble des biens, la "course"  entre prix et revenus a été gagnée par les revenus.

Le pouvoir d'achat a augmenté et les prix réels ont baissé.

Nous avons vu les raisons profondes de cette amélioration du niveau de vie.

 

C.             Le rôle du patrimoine (voir sixième étape)

 

Le fait, pour un ménage, de disposer d'un patrimoine important (maison, bijoux, terrains, valeurs mobilières) contribue à augmenter ses revenus (donc ses impôts), ses dépenses de consommation et donc son niveau de vie, et ce pour trois raisons :

·      soit parce que le ménage s'estime à l'abri du besoin et peut se dispenser de réaliser une épargne de précaution ;

·      soit parce que la vente d'une partie de son patrimoine peut servir à financer des achats de biens de consommation onéreux (en général des biens durables) ;

·      soit parce que ce patrimoine crée un flux de ressources supplémentaires (revenus de valeurs mobilières ou de la location d'immeubles).

 

D.             L'influence du crédit à la consommation (voir étape 4, "le crédit")

 

Le crédit à la consommation, qui s'est fortement développé, concerne essentiellement les achats de biens durables destinés à l'équipement du logement (appareils ménagers, meubles...) et l'automobile.  Il permet de desserrer la contrainte du revenu disponible.  Généralement, une partie du prix est versée au moment de l'achat, le reste est réglé ultérieurement, sur une durée plus ou moins longue, par des versements périodiques (souvent des mensualités) comprenant le remboursement de la somme empruntée et le paiement des intérêts.

L'achat de biens de consommation à crédit permet immédiatement d'augmenter Le niveau de vie.  Cependant, il arrive que des ménages s'endettent excessivement, ils ne peuvent alors plus faire face aux échéances ni même parfois subvenir aux dépenses courantes (loyer, électricité, etc.).  Ce surendettement (qui pour les organismes de crédit est atteint lorsqu'un ménage doit consacrer plus de 33 % de son revenu disponible au remboursement de crédits), peut les entraîner dans un redoutable engrenage : procédures de saisies pour rembourser les impayés, expulsions du logement, coupures d'électricité, etc.  Le maintien ou l'augmentation temporaires, grâce au crédit, du niveau de vie présent, se paie ensuite par une chute dramatique du niveau de vie futur.

 

La montée du chômage, les taux d'intérêt peu élevés, la multiplication d'offres de crédit alléchantes, dont la multitude de crédit à 0% et la stimulation de la consommation par la publicité, rendent ces situations de surendettement de plus en plus fréquentes.

 

 

 

 

 

 

     ♦    Le mode de vie

 

 

  1. Notions de mode de vie
  2. Diversité des modes de vie
  3. Peut-on parler de rapprochement des modes de vie ?
  4. L'utilisation du temps et le mode de vie

 

 

I.    Notions de mode de vie

 

  1. Définition
  2. Quelques textes

 

A.             Définition

 

Mode de vie ou genre de vie : on désigne par ces termes l'ensemble des éléments qui caractérisent les façons de vivre des ménages.

 

Le mode de vie dépend en partie du niveau de vie mais ne se confond pas avec lui : les habitudes culturelles, les différents "conditionnements" sociaux (dont celui de la publicité), les rythmes imposés par la société, tous ces facteurs influencent le mode de vie. [ Ê T R E ou Q U A L I T É ]

Lorsque l'on évoque le mode de vie des Belges ou des Français, on pense à quelque chose d'abstrait, comme s'il existait un mode de vie standard : le mode de vie du "Français moyen" ou du "Belge moyen".  Or, en réalité, les caractéristiques du ménage (revenu, âge, lieu d'habitation...) ont une influence très forte sur son mode de vie.

 

B.              Quelques textes

 

«  En Somalie,(Est de l'Afrique) les pluies sont rares, le climat est, dans l'ensemble du pays, sec et très chaud. En été, la température est de 35° en moyenne, mais il n'est pas rare qu'elle dépasse 40°.  Ces fortes chaleurs fatiguent considérablement la population.  De plus le manque d 'eau et la rareté des pluies ne favorisent pas l'agriculture.  Les Somaliens ont faim et soif.  L'enseignement est très peu développé et les sans-emploi très nombreux.

Le Somalien ne part jamais en vacances. 

 

 

« En Belgique, le climat est maritime : pas de chaleur excessive l'été, pas de froid rigoureux l'hiver ; des pluies suffisamment abondantes toute l'année.  Il n'y a pas de chaînes de montagnes qui font obstacle, ni au climat ni à l'économie.  Malgré sa faible superficie, la Belgique est un des 25 pays les plus riches au monde.  Sa situation géographique est favorable au trafic commercial, et son sol est fertile.

L'enseignement y est extrêmement développé mais il est rare de trouver un emploi sans devoir passer quelque temps au chômage.  Le Belge part régulièrement en vacances. 

 

$$$$

 

Idée méthodologique : Vous pouvez vous servir des textes se rapportant à deux pays : Somalie et Belgique.  Le but de la lecture est de sensibiliser les élèves, et de construire avec eux, une définition.  Résumer à l'extrême la notion du genre (mode) de vie c'est employer le mot ÊTRE.[6]

 

Idée méthodologique : Vous pouvez vous servir du film « Germinal » d'Emile Zola  : même genre de démarche mais ici au lieu de comparer deux pays, comparer la vie des familles Maheu et Groseille.

 

Idée méthodologique d'Yves DeBoe (promo 98) : Vous pouvez demander aux élèves de produire un texte, en y insérant son mode et niveau de vie, et celui de ses grands-parents.

Cet exercice consiste à comparer la situation de chacun en fonction du temps et de l'espace.

Les élèves ne restent pas indifférents à cet exercice vu qu'il imprègne la vie de leur famille.

J'ai réalisé cette expérience lors d'un stage et cela a très bien fonctionné.

 

 

II. Diversité des modes de vie

 

  1. Influence du revenu
  2. Influence de la profession et de la catégorie socioprofessionnelle
  3. Influence de l'âge
  4. Influence de la situation géographique
  5. Le rôle des facteurs psychosociologiques
    1. La valeur symbolique des biens
    2. Consommation et cycle des produits

 

A.             Influence du revenu

 

Le mode de vie varie en fonction du type de dépenses effectuées :

·    les dépenses de voyages, de loisirs, de vacances, d'équipement du logement, ainsi que tout ce qui peut se ranger dans les dépenses de seconde nécessité ou de luxe, sont très influencées par le niveau du revenu ;

·    en revanche, les dépenses de première nécessité comme l'alimentation sont moins influencées par le revenu.  exception faite pour certains produits tels que la viande, le poisson, les pâtisseries, les vins fins.

 

B.              Influence de la profession et de la catégorie socioprofessionnelle

 

Les P.C.S.  (voir chapitre 3 ), possèdent des caractères distinctifs : comportements, mentalités, aspirations, prestige, qui ont des répercussions sur leurs choix de consommation et donc leurs modes de vie.

Ainsi, à dépenses totales très voisines, des P.C.S.  peuvent avoir des structures de consommation fort différentes.

 

C.             Influence de l'âge

 

La structure du budget et le choix des produits consommés sont également influencés par l'âge des consommateurs.  On peut opposer schématiquement la consommation des jeunes à celle des personnes âgées, notamment dans le domaine alimentaire et vestimentaire.

 

D.             Influence de la situation géographique

 

La consommation est également influencée par le lieu d'habitation : les consommations se différencient selon que le ménage vit à la campagne ou en ville.

La vie en milieu urbain entraîne un accroissement des dépenses de transport, de loisirs, d'habillement, avec des particularités encore assez marquées entre les grandes villes, les villes moyennes et les petites villes proches du milieu rural.

 

E.              Le rôle des facteurs psychosociologiques

 

L'analyse précédente sous-entend que les biens ou les services sont recherchés pour l'usage auquel ils sont destinés, pour leur utilité, et que le consommateur est un être qui calcule et qui réalise ses choix sur des critères rationnels.  Ce n'est pas faux, mais le consommateur ne peut se réduire à cette dimension rationnelle, ses choix sont aussi déterminés par des mécanismes psychologiques qu'il faut essayer de mettre en lumière.

 

 

1.              La valeur symbolique des biens

 

À côté de leur valeur d'usage (réduite à leur pure utilité), les biens économiques possèdent une valeur symbolique.

Prenons l'exemple de l'achat d'une automobile.  L'acheteur fera son choix à partir de ses besoins et de son budget sur des critères utilitaires : prix, nombre de places, consommation d'essence, etc.  Cependant, son choix sera également déterminé par des facteurs psychologiques : il préférera sentimentalement une marque à une autre et, par ailleurs, indépendamment de ses besoins objectifs, il choisira plutôt une voiture familiale, un modèle d'avant-garde, etc., car il sait que les différents modèles donnent de leur conducteur une image qui n'est pas la même.

Ce qui est vrai de l'automobile l'est aussi du mobilier d'un appartement, d'un vêtement, d'une lampe ou d'un stylo...

Les marchandises constituent donc souvent des signes par lesquels les consommateurs cherchent à donner une image de leur personnalité, à marquer leur place dans la société, à afficher leur appartenance à un groupe social, elles n'ont pas qu'une simple utilité matérielle, mais permettent de répondre à des besoins psychologiques.

 

 

2.              Consommation et cycle des produits

 

Le rôle symbolique des marchandises est plus ou moins sensible selon les produits : plus faible pour les biens non-durables (sauf pour l'alimentation de luxe), plus fort pour les produits durables...  Mais il est aussi particulièrement mis en évidence dans le cas de produits nouveaux.

Quand un produit nouveau est lancé sur le marché, il joue immédiatement le rôle de signe distinctif par sa nouveauté même et par son prix généralement élevé : ceux qui le possèdent montrent qu'ils appartiennent au cercle restreint des heureux privilégiés qui disposent de cette innovation.

Ce fut le cas, dans les années cinquante, des premiers possesseurs d'un téléviseur noir et blanc ; dans les années soixante, d'une cuisine intégrée ou d'une chaîne HI-FI ; dans les années septante, d'un lave-vaisselle ou d'un magnétoscope ; dans les années quatre-vingts, d'un caméscope ou d'un micro-ordinateur ; dans les années quatre-vingt-dix, d'un télécopieur, ou d'une antenne parabolique ; dans les années deux mille, de plusieurs GSM, d'un home-cinema ...

Au bout d'un certain temps, quand le prix de vente a diminué, et que l'objet est largement répandu, le produit ne peut plus jouer ce rôle distinctif et un autre prend sa relève.

 

 

Le cycle du produit

 

Un produit passe donc à travers différentes phases : période de lancement, croissance de la diffusion, stade de la maturité, déclin, et enfin disparition au moment où il est retiré du marché.  Il peut alors éventuellement entrer sur le marché des antiquaires ou des collectionneurs et jouer à nouveau son rôle d'objet symbolique de distinction, mais c'est alors une autre histoire...

 

III. Peut-on parler de rapprochement des modes de vie ?

 

  1. La tendance à l'uniformisation des modes de vie
    1. Les formes de consommation des P.C.S.  sont de moins en moins spécifiques
    2. Les manifestations de l'uniformisation des modes de vie
  2. Des différences subsistent néanmoins

 

A.             La tendance à l'uniformisation des modes de vie

 

 

1.              Les formes de consommation des P.C.S.  sont de moins en moins spécifiques

 

Depuis la Seconde Guerre mondiale, l'entrée de la Belgique dans la "société de consommation" semble avoir, non pas effacé, mais réduit une partie des différenciations ou des spécificités entre les groupes sociaux.  Certains parlent d'uniformisation pour désigner cette tendance au rapprochement des modes de vie.  La consommation des employés se distingue de moins en moins de celle des ouvriers ; celle des employés ressemble de plus en plus à celle des cadres ; le ménage vivant dans une région rurale adopte un mode de vie de plus en plus influencé par le mode de vie urbain ; les personnes âgées n'hésitent plus à s'adonner à des formes de consommation qui étaient jusqu'alors le propre des consommateurs jeunes, etc.

 

 

2.              Les manifestations de l'uniformisation des modes de vie

 

L'alimentation : de nombreuses enquêtes sur la consommation alimentaire montrent que celle-ci tend en quelque sorte à se couler dans un moule.  On note de façon générale le déclin de certains produits : vin, pain, matières grasses, sauces, pâtes, pommes de terre, etc.  et l'expansion d'autres types d'aliments : plats cuisinés, surgelés, jus de fruit, eau minérale, plats à préparer au micro-ondes.

De nouvelles habitudes se répandent, introduisant un nouveau mode de vie : grignotage ou petits repas pris au moment où l'on a faim ; repas devant la télévision (le "plateau-télé") ; alimentation allégée, ...  Parties des États-Unis et très répandues auprès des consommateurs plutôt jeunes et urbains, ces nouvelles manières de table tendent à se généraliser.

L'habillement : le vêtement a été longtemps un signe distinctif.  Il le reste encore certainement, mais de plus en plus nombreux sont les consommateurs qui privilégient l'aspect pratique.  L'habillement perd son caractère d'obligation et de contrainte.  Ainsi, costumes, cravates, tailleurs, manteaux, imperméables sont délaissés au profit des jeans, pulls, polos, anoraks, survêtements.  Il n'est plus possible de déceler dans une cour d'école l'origine sociale des élèves sur leur seule apparence vestimentaire.

Les dépenses de santé : grâce au remboursement des dépenses médicales, pratiquement tous les groupes sociaux ont désormais accès aux soins médicaux et à la consommation de produits pharmaceutiques.  Signe de cette évolution, l'espérance de vie des catégories sociales défavorisées tend à se rapprocher de l'espérance de vie moyenne.

Les dépenses d'éducation : dans le domaine éducatif, des progrès ont été réalisés vers une plus grande démocratisation.  Les progrès permettant aux enfants de tous les milieux sociaux d'avoir accès à l'éducation sont lents et difficiles à réaliser mais la situation est meilleure que par le passé.

L'équipement des ménages : l'équipement des ménages regroupe l'achat d'automobiles et de biens d'équipement du logement : meubles, vaisselle, appareils de chauffage, équipements sanitaires, équipements de la cuisine, équipements de loisirs...  L'équipement des ménages constitue l'un des éléments les plus visibles de la consommation.  Il symbolise même concrètement l'idée de société de consommation.

 

On peut ainsi mesurer et comparer le niveau d'équipement des ménages par leur taux d'équipement :

                              Taux d'équipement d'un bien         =             Nombre de ménages possédant ce bien
                                                                                                                        Nombre total des ménages

 

 

Pour les principaux biens d'équipement, la diffusion a commencé à se dérouler à partir des années cinquante.  Actuellement, pour beaucoup de biens, le taux d'équipement approche du seuil de saturation, qui est atteint lorsque la totalité des ménages sont équipés.

·      En 1991, les trois-quarts des ménages avaient en même temps une automobile, un réfrigérateur, un aspirateur, un lave-linge et un téléviseur.

·      En même temps commence à se généraliser un phénomène de multi-équipement (le fait de posséder plusieurs biens durables d'un même type) : plusieurs voitures, plusieurs téléviseurs, plusieurs téléphones, plusieurs radiocassettes, lecteurs de CD, DVD ou MP3.

 

B.              Des différences subsistent néanmoins

 

Les manifestations d'une tendance à l'uniformisation des modes de vie ne peuvent faire oublier que de profondes différences subsistent entre les groupes sociaux.

Si, par exemple, un cadre supérieur va de temps à autre dans un fast-food où il côtoie des étudiants, cela ne l'empêche pas de fréquenter des restaurants primés par les guides gastronomiques.  Les ouvriers n'y auront guère accès : d'abord faute de moyens, mais également parce que l'idée même de pénétrer dans ces lieux intimidants ne leur viendra pas à l'esprit, tellement cette démarche est éloignée de leur mode de vie habituel.

Dans le domaine du vêtement, le rapprochement est souvent plus une affaire d'âge ou d'occupations communes que de catégorie sociale.  En dehors du collège, de l'athénée ou du lieu de travail, dans les réunions d'amis, les sorties, les fêtes familiales, le milieu social se remarque de nouveau davantage.

En matière de soins médicaux, les catégories les plus favorisées, cadres supérieurs et professions libérales, bénéficient davantage de la médecine de pointe alors que la médecine générale et l'hospitalisation sont plus le fait des catégories ouvrières ou des inactifs.  Et pour les catégories précarisées et marginalisées par la crise (chômeurs de longue durée, par exemple), l'accès aux soins reste ou devient problématique.

Le rapprochement des taux d'équipement des ménages masque des différences importantes.  On continue en effet de reconnaître l'appartenance sociale des ménages à de multiples signes distinctifs : type de voiture possédée, ameublement des logements, possession d'équipements audiovisuels "sophistiqués", etc.

Ainsi, si l'on peut parler à juste titre de rapprochement des modes de vie, on ne peut conclure à leur uniformisation.

 

IV.   L'utilisation du temps et le mode de vie

 

Au cours des siècles passés, le temps était, pour la majorité de la population, occupé par le travail.  Le temps de non-travail étant, lui, essentiellement consacré au repos et à la récupération des efforts fournis.  Aujourd'hui, grâce au progrès technique et au progrès social qui en est résulté, on a vu un abaissement régulier de la durée de travail et une multiplication du temps libre.  Cette utilisation du temps est un aspect essentiel d'un mode de vie.

Le budget-temps

 

Budget-temps : par  analogie avec le budget économique du ménage, son budget-temps désigne l'utilisation qu'il fait du temps dont il dispose afin de satisfaire ses besoins.

 

Si l'on partage le temps dont on dispose, on trouve une première distinction entre le temps de travail (activité professionnelle rémunérée, temps de formation et d'études) et le temps de "non-travail".

Dans ce dernier, on distingue :

    - le temps obligé :

= temps domestique : préparation des repas, ménage, courses et transports qui y sont liés, éducation des enfants, bricolage...  ;

= et temps physiologique : sommeil, alimentation, soins personnels (toilette...) ;

     - le temps libre : loisirs, participation à la vie sociale, syndicale...

 

L'UCM a relevé en 2002 : "Dans une semaine, il y a 168 heures réparties grosso modo en 38 heures de travail, 30 heures de mobilité et 65 heures de repos et obligations familiales. Il reste 35 heures de temps libre, c'est-à-dire la durée du temps de travail." (source : http://www.ucm.be/ua/0102/temps.htm) et le CCIP révélait que "En 1848, le temps de travail hebdomadaire était de 84 heures en France, puis de 40 heures en 1936, 39 heures en 1982, et 35 heures en 2002" (source : http://www.fda.ccip.fr/upload/pdf/la_reduction_du_temps_de_travail.pdf).

Le budget-temps peut être analysé dans le cadre des différentes périodes qui structurent habituellement la vie : la journée, la semaine, l'année...  Selon l'INSEE qui a réalisé une enquête en 1985 (refaite en 2002) portant sur une population d'adultes citadins, incluant des femmes au foyer, l'évolution du temps quotidien est la suivante :

 

$$$$

Le temps libre s'est donc accru d'une manière très nette entre 1975 et 1985 : de 36 minutes par jour (ou de 4 heures 12 par semaine).

Cette évolution du temps libre a été surtout rendue possible par la baisse du temps de travail.  En moyenne, pour les travailleurs à temps plein, la durée hebdomadaire du travail était de près de 45 heures en 1968 alors qu'aujourd'hui, cette durée est en général de 38 heures (depuis le 1er janvier 2003) (source : http://mineco.fgov.be/enterprises/vademecum/Vade15_fr.htm), pour 36 heures en France.

 

  1. Le temps de travail
    1. La journée de travail
    2. La semaine de travail
    3. L'année de travail
    4. La place du temps de travail au cours de la vie
  2. L'utilisation du temps libre

 

 

A.             Le temps de travail

 

 

1.              La journée de travail

Pour un travailleur salarié à plein temps, la durée de la journée de travail est généralement fixée aux alentours de huit heures.  Mais la durée du travail quotidien est variable : les non-salariés (agriculteurs, patrons, professions libérales, commerçants) peuvent travailler plus longtemps ou moins longtemps, selon l'importance de leur clientèle, par exemple.

 

 

2.              La semaine de travail

 

Pour les salariés, la durée hebdomadaire du travail est fixée à trente-neuf heures, si l'on excepte les 12 % qui travaillent à temps partiel.  N'oublions cependant pas la mesure proposée par le gouvernement De Haene II, en mars 1997, visant à favoriser la semaine de 32 heures... Nous n'en sommes en mars 2007 qu'à 38 heures par semaine...

Le travailleur doit bénéficier de deux jours de repos (si possible consécutifs) dont l'un est le dimanche.

De nombreuses dérogations existent car la vie économique et sociale ne peut s'arrêter totalement ce jour-là : hôtels, restaurants, cafés, hôpitaux, police, transports, presse.  Certaines entreprises de la grande distribution (ameublement, disques, livres) souhaiteraient à leur tour bénéficier de ces dérogations.  Elles invoquent le désir des consommateurs d'utiliser cette journée pour faire des achats en famille..

 

 

3.              L'année de travail

 

Au cours du XXe siècle, la durée annuelle du travail a fortement diminué.  Actuellement, on l'évalue à 1 850 heures en moyenne.

Le nombre de jours de travail sur l'année est fonction du nombre de jours non travaillés : jours fériés, "ponts x et surtout n congés payés".  Les congés payés ont été institués en 1936.  De deux semaines à l'origine, leur durée a été progressivement augmentée.  Depuis 1982, elle a été portée à cinq semaines ; certaines catégories de salariés bénéficient en outre d'une durée plus longue.

Les différences enregistrées en matière de congés amènent cependant à distinguer deux catégories : les non-salariés (agriculteurs, commerçants...) et les salariés.

 

 

4.              La place du temps de travail au cours de la vie

 

La vie est divisée en trois grandes périodes : l'enfance et la période des études, la vie active, la période de retraite.

La durée de la vie active tend à se réduire du fait de deux tendances : d'une part, l'allongement de la scolarité et d'autre part, l'abaissement de l'âge de la retraite (voir chapitre 3).

La part respective de ces trois périodes de la vie ne cesse de se modifier, mais d'autres bouleversements peuvent intervenir au cours de la période d'activité : chômage, formation continue, congés divers (année sabbatique...).

La diminution de la durée du travail a eu pour conséquence principale d'accroître celle du temps libre.

 

Usage de leur temps libre par les Français ...

 

B.              L'utilisation du temps libre

 

Dans une enquête sur les emplois du temps des Français réalisée en 1985-1986, l'INSEE a donné des quatre heures de temps libre des Français de plus de quinze ans (en moyenne pour tous les jours, y compris les week-ends), la répartition suivante :

 

Télévision, radio, disques                                                       1 h 50

Expression personnelle et vie de relation                                 1 h 15

Lecture [journaux, revues, livres]                                           0 h 27

Jeux (tiercé, loto, jeux de société, etc.)                                   0 h 11

Spectacles, sorties                                                                0 h 09

Pratique d'un sport                                                               0 h 08

 

Et quelques données belges (Flandres, 1999) (source : http://www.socialsecurity.fgov.be/bib/frames/fr/rbss_03_2001_02.pdf) :

TABLEAU 2 : L’EMPLOI DU TEMPS MOYEN DES HOMMES ET DES FEMMES DANS 11 RUBRIQUES
PRINCIPALES (DUREE PAR REPONDANT ET PAR SEMAINE).

 
Hommes
(N=753)
Femmes
(N=743)
Travail rémunéré**
Tâches ménagères**
Education et soins aux enfants**
Soins personnels
Sommeil et repos**
Formation
Participation sociale**
Temps libre**
Attendre
Déplacements**
Autres*
24:37
12:57
1:17
14:29
58:57
3:37
9:05
30:03
0:10
7:23
5:19
4:07
25:02
3:37
14:38
60:23
3:57
10:23
23:17
0:11
6:12
6:07

Et,

TABLEAU 4 : L’EMPLOI MOYEN DU TEMPS DES HOMMES ET DES FEMMES CONSACRE A CERTAINES
ACTIVITES DE TEMPS LIBRE (DUREE PAR REPONDANT PAR SEMAINE).

 
Hommes Femmes
(N=753) (N=743)
Hommes Femmes
(N=753) (N=743)
Hobbies et jeux**
Sport**
Loisirs**
Sorties**
Participation à la culture*
TV/Vidéo*
Ecouter de la musique*
Lecture**
Informatique et technologie de la communication**
2:00
1:16
3:11
3:35
1:08
14:20
0:47
2:37
1:06
1:24
0:31
2:19
2:01
0:53
13:14
0:27
1:58
0:25

Signification statistique de la différence entre hommes et femmes : * p<0,05; **p<0,01.

 

 

La première façon dont les Belges/Français occupent leur temps libre est représentée par le poste "télévision, radio, disques", au sein duquel la télévision arrive en tête.  Plus précisément, ce sont les hommes inactifs (retraités, chômeurs) qui la regardent le plus (2h 30 min par jour) et ceux qui la regardent le moins sont les femmes ayant une activité professionnelle.

·        La deuxième façon d'occuper son temps libre est liée aux relations sociales : c'est le temps consacré à la conversation, au courrier, au téléphone ; ce sont les visites chez les parents, les amis et les réceptions à domicile ainsi que les activités associatives (politiques, syndicales et autres).

·        Parmi les autres utilisations du temps libre, on peut noter que la pratique d'un sport arrive à la dernière place, mais certains sports (jogging, tennis) on : cependant connu une forte augmentation.

·        La lecture et la fréquentation des spectacles ont tendance à diminuer : on peut y voir la concurrence de la télévision.

Les chiffres fournis sont des moyennes.  Il faudrait donc examiner ces occupations de façon plus précise en fonction de critères sociaux (sexe, âge, diplômes, P.C.S., milieu rural et urbain).

 

 

 

 

     ♦    Modes de vie et Styles de vie

 

  1. La différenciation culturelle
  2. Deux explications des styles de vie
  3. Une proposition de leçon par Aurore Dessily (promo 00)

 

 

 

I.    La différenciation culturelle

Les valeurs et les normes qui structurent la culture d'un groupe ne se laissent pas percevoir directement.  Elles se déduisent des usages communs à un ensemble d'individus : les mSurs.

 

Dans nos sociétés, où règne une forte différenciation sociale, ce n'est qu'au prix de simplifications qu'on peut faire apparaître ces formes culturelles.

 

Différenciation culturelle : façon dont les individus se distinguent en mettant en Suvre, de façon volontaire ou non, des pratiques originales.

 

La première approche de la différenciation culturelle consiste à regrouper les individus qui partagent un nombre restreint de pratiques.  On parle alors d'approche en termes de modes de vie.

La seconde approche recherche l'unité des pratiques à partir des orientations culturelles des individus : on parle alors de styles de vie.

 

  1. Les modes de vie
  2. Le style de vie

 

A.             Les modes de vie

 

Mode de vie : ensemble des pratiques communes à un groupe d'individus.

Cette notion est plus large et plus qualitative que celle de niveau de vie puisqu'elle prend en compte des éléments, comme l'utilisation du temps, (emploi du temps, loisirs, vacances), qui ne découlent pas directement du revenu.

Ainsi, à niveau de vie égal, un citadin ou un rural n 'ont pas le même mode de vie.  On le constate, en examinant, par exemple, la structure de leur consommation : plus de repas en dehors du domicile pour le citadin que pour le rural, davantage de dépenses de loisirs et de transports, etc.

Il est à noter que la consommation, dans sa conception économique, est une destruction de biens, alors que dans sa conception sociologique, elle est une production : de différences sociales, par sa dimension symbolique.  En effet, le vêtement porté, l'automobile utilisée, le loisir pratiqué par un individu "signent" son appartenance à une classe d'âge, à un groupe social, à une profession.  L'utilisation du temps est également révélatrice des différents modes de vie.

Le mode de vie prend également en compte la sociabilité.

 

Sociabilité : ensemble des relations sociales propres à un groupe.

Les pratiques associatives, les relations de voisinage, les sorties entre amis varient selon les groupes sociaux.

La consommation, l'utilisation du temps et la sociabilité sont donc des moyens de différenciation.

 

B.              Le style de vie

La démarche en termes de mode de vie à l'avantage, à condition de choir un nombre restreint de pratiques (consommation, utilisation du temps, sociabilité, etc.) de classer un grand nombre d'individus.  Mais constater que deux usages coexistent (posséder un chat et lire plus de vingt livres par an) n'a pas de valeur explicative en soi.

Il peut alors sembler plus pertinent de rendre compte de l'unité des pratiques des individus à partir de leurs orientations culturelles.  Il s'agit d'une démarche en de style de vie.

 

Style de vie : ensemble de pratiques dont la cohérence provient du système de valeurs et de normes intériorisé par l'individu.

 

Pour désigner le système de valeurs, Max Weber (1864-1920) parle de l'ethos, c'est-à-dire d'un ensemble de principes qui règlent les conduites de vie, qu'il distingue de l'éthique en tant qu'ensemble de valeurs morales.  Dans son étude célèbre sur le protestantisme ("L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme", 1901), il montre comment l'ethos protestant permet de rendre cohérents des comportements qui ne le sont pas à première vue : le désir du capitaliste protestant d'accumuler des richesses refus d'en jouir.

La notion de style de vie, déjà ancienne puisqu'on la trouve chez Aristote suscite un regain d'intérêt avec le développement des études de marché (le marketing).

 

II. Deux explications des styles de vie

 

  1. La "Distinction" de Pierre Bourdieu
    1. Style de vie et classe sociale
    2. Bon goût et légitimité
  2. Les sociostyles
    1. Une vision résolument individualiste
    2. Une construction taxable de nominalisme

 

A.             La "Distinction" de Pierre Bourdieu

 

 

1.              Style de vie et classe sociale

 

Dans son analyse de la différenciation culturelle, P. Bourdieu fait une place importante aux classes sociales, qui gardent leur capacité d'agir sur les pratiques chap. 5.

 

Distinction : phénomène de différenciation dans un espace culturel hiérarchisé.

On se "distingue" des individus socialement inférieurs, mais on imite ceux des catégories supérieures.

Le schéma suivant résume cette analyse.

 

$$$$$

 

Une classe sociale ou une fraction de classe se caractérisent par un certain volume et une certaine structure de capital global (plus ou moins de capital économique, culturel, social).

Le capital, à travers cette diversité de structure, détermine des types différents de socialisation, qui "marquent" les individus sous la forme de dispositions durables (habitus, v.  chap.  4 et 5) à l'origine d'un style de vie, qui inclut les goûts (au sens de systèmes de classement) et les pratiques.

À leur tour, goûts et pratiques confèrent à leur détenteur plus ou moins de réputation, de crédit, de capital symbolique.

 

 

2.              Bon goût et légitimité

 

La classe dominante, qui dispose d'un volume important de capital global acquiert de ce fait une légitimité qui lui permet d'une part, d'imposer ses goûts et son style de vie au reste de la société, mais également de recréer sans cesse une certaine distance sociale.

Si, par exemple, le tennis apparaît à un certain moment comme un sport "noble" pratiqué essentiellement par les membres de la bourgeoisie, progressivement d'autres classes vont s'y adonner.  La distance sociale se réduit donc entre la bourgeoisie et ces classes inférieures, mais elle va être recréée par l'adoption par la bourgeoisie d'un autre sport, le golf, par exemple, puis la planche à voile ou le sky surfing.

De même, dans le domaine de l'art, de la mode, les avant-gardes successives déplacent sans cesse les frontières du "bon goût" de telle sorte que les classes inférieures sont toujours en retard d'une ou de plusieurs avant-gardes.  Les cartes du jeu social sont ainsi sans cesse rebattues et brouillées par la classe dominante.

L'intérêt de cette analyse est de montrer que les goûts individuels ont une origine sociale, qu'ils nous classent parce qu'ils révèlent nos conditions d'existence.

Ainsi les goûts les plus rares (voir par exemple "L'Amour de l'art", titre d'un ouvrage de P. Bourdieu) sont-ils ceux de la classe dominante parce qu'ils demandent le plus d'investissement en temps et en capital économique, social et culturel.  Ils engendrent des pratiques les plus éloignées de la consommation immédiate.  Ainsi l'amateur d'art fréquente les musées, court les expositions, fait des voyages culturels, etc., plutôt que de s'adonner, par exemple, au jardinage ou au bricolage.

La structure des goûts reflète donc la structure sociale.

 

B.              Les sociostyles

 

 

1.              Une vision résolument individualiste

 

Pour certains chercheurs, le style de vie d'un individu ou d'un groupe n est pas la résultante de sa position dans les structures sociales, mais s'analyse comme un arbitrage entre des contraintes sociales et des aspirations individuelles : chaque individu devient acteur de sa propre culture.

Cette position résolument individualiste est, par exemple, celle de Bernard Cathelat, fondateur du Centre de communication avancée (CCA).

Sa méthode consiste à interroger un échantillon de personnes sur les aspects de leur vie quotidienne (usages mais aussi attitudes) puis à les regrouper en ensembles homogènes qui constituent cinq "mentalités" (représentées par des surfaces) et quatorze sociostyles (repérés par des points).  Leur positionnement dans l'espace dépend de leur plus ou moins grande proximité par rapport aux deux axes principaux.  Par exemple, les "frimeurs" sont les plus éloignés des "moralisateurs".

 

$$$$$$$

 

 

2.              Une construction taxable de nominalisme

 

Cette conception d'une adhésion volontaire à des courants socioculturels s'oppose à la démarche "holiste", qui fait des comportements individuels le résultat de conditionnements sociaux (V.  holisme, chap.  5), démarche qui permet d'établir un lien causal, via la socialisation, entre les pratiques culturelles d'un individu et sa position dans les structures sociales.

Mais les critères de construction des sociostyles paraissent assez flous et fluctuants.

D'une part, on ne sait comment expliquer qu'un individu adhère à tel courant socioculturel plutôt qu'à tel autre, ni à partir de quel critère deux individus seront rangés dans un même sociostyle alors que celui-ci est censé refléter la spécificité de chacun.

D'autre part, on constate de grandes variations dans la représentation "cartographique" des sociostyles (ainsi le nombre d'axes passe de deux à huit) et dans la comptabilisation des effectifs des sociostyles, qui fluctuent considérablement (par exemple, le groupe des "recentrés" a augmenté de 36 % en cinq ans).

Enfin, les sociostyles ont été imaginés pour orienter l'action publicitaire des entre prises dans une période où les variables habituelles (PCS, âge, lieu de résidence, etc.) semblaient, du fait des transformations rapides de la société, perdre de leur pertinence.  Or il faut constater leur faible capacité à prédire les comportements d'achat ; dans ce dernier domaine, les variables anciennes restent supérieures aux sociostyles, dont les regroupements sont souvent superficiels.

 

 

III.Une proposition de leçon par Aurore Dessily (promo 00)

 

 

Leçon donnée en 2e année de l'enseignement général dans une classe de 5 élèves.

 

1.    Référence au programme

 

                        D / 1992 / 0279 / 081                          pages 17 et 18

                        Consommation :  - notion de consommation

                                                     - sortes de consommation

                        Niveau de vie et genre de vie

 

 

 

2.    Prérequis

 

1)    Définir : bien, service, consommation et besoin.

2)    Distinguer ces notions dans des exemples de la vie courante.

3)    Classer des biens et services dans les différentes sortes de consommation :

-        consommation de bien ou de service

-        consommation durable ou non-durable

-        consommation finale ou productive

-        consommation marchande ou non-marchande

-        consommation individuelle ou collective

 

 

 

3.    Compétences

 

1)    Utiliser ses connaissances dans un nouveau contexte

2)    Classer des objets selon le critère choisi.

3)    Organiser des données dans un tableau.

4)    Prendre des notes.

5)    Comprendre des consignes.

6)    Dégager des informations d'un texte donné.

7)    Donner des exemples de la vie courante pour illustrer chaque catégorie de dépenses.

8)    Reformuler une consigne.

9)    Comparer 2 photos ( points communs et différences ).

10) S'exprimer oralement et écouter les autres.

11) Différencier le genre de vie du niveau de vie.

12) Préciser si un texte parle du genre de vie ou du niveau de vie.

13) Souligner dans un texte les éléments caractérisant le genre de vie et ceux caractérisant Le niveau de vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4.    Bibliographie

 

a)    La consommation finale, module de F. Boulanger, Édition De Boek  Wesmael

 

b)    Économie et gestion, module G 1-7-b : l'homme consommateur, J. André, G. Brulard, M.. Montluc, E. Wauthy, Édition La Procure, Namur.

 

c)    L'argent circule en Belgique, Cahier du Petit Ligueur n° 9, 1997.

 

d)    La production, J. André, collection économie et gestion, édition Erasme, Namur, 1992.

 

e)    Syllabus d'économie de G.. Van de Kelder : étape 4.

 

 

Liste des documents et objets utilisés pour cette leçon :

 

1) Photos :      un médecin

                        une pièce de théâtre

                        un pain

                        une peinture

                        un bateau de croisière

 

2) Objets :       un crayon ( mine + crayon )

                        une feuille d'arbre

                        un bonbon emballé ( bonbon + emballage )

                        un carton pour l'air que l'on respire

                        un bout de métal

 

3) Texte venant du Cahier du Petit Ligueur : " Que dépensent les familles ?"

 

4) Photos de familles du début du siècle, d'aujourd'hui, belges, africaines.

 

 

FE 1 : Synthèse du rappel et de la classification selon les sortes de consommation

 

1.    Rappel des définitions

 

Besoin : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

   

              _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

Bien : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

          _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

Service : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

               _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

Consommation : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

                           _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

2.    Les différentes sortes de consommation

 

a)    Consommation _ _ _ _ _ _ & & & : exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ .

 

Consommation _ _ _ _ _ _ & & & : exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ..

 

b)    Consommation _ _ _ _ _ _ _ _ _ . : exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ & & &

 

Consommation _ _ _ _ _ _ _ _ _ . : exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ & & &

 

c)    Consommation _ _ _ _ _ _ & & & : exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ .

 

Consommation _ _ _ _ _ _ & & & : exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ..

 

d)    Consommation _ _ _ _ _ _ & & & : exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ .

 

Consommation _ _ _ _ _ _ & & & : exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ..

 

e)    Consommation _ _ _ _ _ _ & & & : exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ .

 

Consommation _ _ _ _ _ _ & & & : exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ..

FE2 : Les 8 catégories de dépenses des ménages

 

 

1)    L'alimentation

 

Exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

2)    Habillement

 

Exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

3)    Maison

 

Exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

4)    Appareils

 

Exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

5)    Santé

 

Exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

6)    Transports et communication

 

Exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

7)    Culture et loisirs

 

Exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

8)    Autres

 

Exemples : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

 

 

FE3 : Exercices sur la consommation finale

 

1.    S'agit-il d'un besoin, d'une consommation d'un bien ou d'un service ?

 

a)    Je vais en train à Bruxelles.

 

 

b)    J'ai faim, je mange un bonbon.

 

 

c)    J'ai mal aux dents, le dentiste me soigne.

 

 

d)    Quel calcul compliqué, où est ma calculatrice ?

 

 

e)    J'ai les cheveux trop longs.

 

 

 

2.    Classe les consommations suivantes selon les différents critères vus en classe.

 

 

a)    Je vais au garage pour faire réparer ma voiture.

 

 

 

 

 

b)    J'utilise de la farine pour faire du pain.

 

 

 

 

 

c)    Je vais en bus à l'école.

 

 

 

 

 

d)    Un peintre vient repeindre la façade de ma maison.

 

 

 

 

 

e)    L'infirmière me fait une prise de sang à l'hôpital.

 

 

 

FE4 : Le genre et Le niveau de vie

 

 

A.    Définitions

 

Genre de vie : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ..

 

            _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ...

 

Niveau de vie : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ .

 

            _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ...

 

B.    Tableau comparatif

 

Genre de vie

Niveau de vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C.    Exercices

 

 

1.    En Somalie, les pluies sont rares, le climat est sec et très chaud. En été, la température moyenne est de 35° mais il n'est pas rare qu'elle dépasse 40°.

En Belgique, le climat est maritime : pas de chaleur excessive l'été, pas de froid vigoureux l'hiver. Les pluies sont suffisamment abondantes en toute saison.

                                                                              ( Module de F. Boulanger )

 

      Ce texte parle-t-il du genre de vie ou du niveau de vie 

 

 

 

2.    Voici une conversation entre 2 voisins :

 

-        Vous avez acheté une belle voiture.

-        Oui, mais si vous saviez ce qu'elle m'a coûté. Cependant, je préfère rouler avec une grosse voiture.

-        Vous avez de la chance, moi je ne pourrais jamais m'acheter une voiture d'un million. D'ailleurs, ma voiture ne m'a jamais coûtée que 150 000 Bef.

-        La voiture de ma femme a coûté 300 000 Bef mais elle a beaucoup de mal pour la faire démarrer.

 

Genre de vie ou niveau de vie ?

 

 

 

 

 

 

3.    Voici les résultats d'une enquête faite en Belgique ( 1000 habitants interrogés ) :

 

Données

1961

1981

1988

Voiture

142

320

369

Radio

102

185

210

Télévision

162

302

333

Téléphone

111

213

452

 

        Genre de vie ou niveau de vie ?

 

 

4.    Témoignage : Je me suis mariée à 23 ans, en 1842 et c'est seulement après que je suis

descendue à la mine. Je ne sais ni lire ni écrire. Je tire des wagonnets de charbon et je travaille 12 heures par jour. Il y a une pause à midi pendant laquelle on me donne du pain et du beurre mais rien à boire &

                                                        ( Module de F. Boulanger )

 

Genre de vie ou niveau de vie ?

 

 

5.    Souligne en bleu les éléments concernant le genre de vie et en rouge les éléments qui concernent Le niveau de vie dans le texte suivant :

 

La Belgique est un petit pays de 9 600 000 habitants, situé entre la France, les Pays-Bas, l'Allemagne et la Mer du Nord. Il est aussi appelé plat pays et les hommes ont toujours travaillé dur pour pouvoir développer l'agriculture.

Actuellement, les conditions de vie des agriculteurs sont moins rudes mais ils ont toujours beaucoup de travail.

Au début du siècle, les Belges travaillaient surtout dans les mines pour un salaire misérable. En effet, ils ne pouvaient guère s'acheter que de la nourriture. Ils n'avaient pas de chauffage mais une cheminée qui servait à chauffer toute la maison.

Ils n'avaient pas non plus de télévision.. Par contre, aujourd'hui, nombreuses sont les familles qui possèdent un téléviseur et parfois même 2 postes.

 

 

FE5  : test

 

Nom :                                                                                                  Date :

Prénom :

Classe :                                                            

 

1.              TEST : la consommation finale

 le genre de vie et Le niveau de vie

 

 

1.    Définis les termes suivants :

 

-        besoin

-        consommation

 

2.    Cite 2 exemples non vus au cours de :

 

-        consommation collective : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

-        consommation non durable : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

-        besoin : _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ .

 

3.    Le texte suivant parle-t-il du genre de vie ou du niveau de vie ? ( Entoure la réponse )

 

Pourquoi ? _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

 

                  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ .

 

Texte ( extrait de 50 questions sur les robots de R. Taylor ) :

 

      Beaucoup de personnes pensent que le siècle prochain sera le siècle des robots.

      Parlons d'abord des voitures robotisées. Celles-ci apparaîtront en premier lieu dans les grandes villes. Il n'y aura plus qu'à appuyer sur des boutons pour indiquer où l'on veut aller. On se déplacera alors plus vite et on pourra travailler moins au bureau car on pourra le faire dans sa voiture pendant le trajet.

      Un autre phénomène que l'on peut examiner serait l'apparition des animaux domestiques robotisés. Ils pourraient entretenir des conversations et rendre la vie de son maître plus agréable.

 

 

P

C

Déroulement de la séquence

Timing

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

 

 

 

 

 

 

2

 

3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4

 

 

 

 

 

 

 

 

5

 

 

6

 

 

7

 

 

 

 

8

 

 

 

 

 

 

 

9

 

 

 

10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11

 

 

4

 

 

 

 

 

12

 

 

 

13

 

 

Sujet : la consommation finale. Le genre et Le niveau de vie

 

1.    Rappel des définitions de biens, services, besoin et consommation.

 

··      Prof met sur une table les différentes photos et objets ( voir liste ) et demande aux es de venir autour de cette table.

··      Les élèves regardent quelques instants les photos et les objets.

··      Prof leur demande comment on pourrait les définir en termes économiques : il s'agit de biens et de service et les élèves définissent oralement ces 2 termes ( matière vue au cours précédent ).

··      Question du prof : " que fait-on avec ces biens et ces services ? " : on les utilise, on les consomme.

··      Les élèves définissent oralement ce qu'est la consommation.

··      Le prof note les définitions données par les élèves au TN.

 

2.    Les différentes sortes de consommation

 

··      Après avoir rappelé ces définitions, qui restent au TN, le prof demande aux élèves de classer les photos et les objets après avoir choisi un premier critère. Il doit donc y avoir sur la table 2 " paquets " d'objets.

··      Pendant ce temps, le prof note au TN les différents objets en 1 colonne ( voir FE 1 ).

··      Mise en commun : les élèves présentent au prof le critère qu'ils ont choisi et le prof rajoute une colonne avec ce critère et demande aux es dans quelle catégorie vont les objets.

··      Même chose pour les autres critères.

··      Le prof laisse les es libres de choisir leurs critères mais il veut au moins les critères suivants et posera des questions aux es pour les avoir tous au TN :

-        bien ou service

-        durée, nombre d'utilisation

-        sert-il à produire un autre bien ou service ?

-        doit-on le payer entièrement ?

-        peut-on l'utiliser à plusieurs

 

 

··      Une fois que les es ont fait le tour des différents critères, le prof donne un titre à chaque colonne correspondant à un critère.

··      Prof demande aux es d'observer le tableau obtenu au TN pour vérifier s'il n'y a pas d'erreur et pour remarquer qu'un même bien ou service peut se retrouver dans différentes catégories.

··      Les es retournent à leur place.

··      SYNTHÈSE : prof distribue la FE 1 où les élèves complètent d'abord les 4 définitions de rappel.

··      Ils prennent ensuite note des différents objets classés selon les différentes sortes de consommation.

 

3. Les catégories de dépenses des ménages

 

··      Prof distribue aux es l'article sur les catégories de dépenses des ménages provenant du Cahier du Petit Ligueur n° 9, 1997 : " L'argent de tous les jours ".

··      Le prof donne les consignes aux es : lire le texte en soulignant les catégories de dépenses qui sont présentées.

··      Lecture individuelle pendant max. 5 minutes.

··      Mise en commun orale : prof demande aux es de lui donner les catégories ( 8 ) pour qu'il puisse les noter au TN.

··      Prof leur distribue une feuille de synthèse ( FE 2 ) où les 8 catégories y sont indiquées. Le prof demande aux es de trouver au moins 2 exemples de leur vie quotidienne et ce, pour chaque catégorie.

 

4. Exercices ( FE 3 )

 

··      Le prof demande aux es de lire une première fois les consignes des 2 exercices.

··      Le prof demande ensuite à un e de réexpliquer oralement la 1ère consigne et à un autre d'expliquer la 2e.

··      T.E.I pendant 5 min.

··      Correction : la correction des exercices se fait oralement : un e donne 1 réponse et la justifie oralement.

 

 

 

 

 

5. Niveau de vie et genre de vie

 

··      Activité d'introduction : le prof donne aux es rassemblés autour d'une table et leur demande de comparer ces photos que le prof regroupe par 2 :

1)    Comparer une famille du début du siècle avec une famille d'aujourd'hui.

2)    Comparer une famille belge et actuelle avec une famille africaine.

··      Prof laisse les es s'exprimer à ce sujet, un à la fois et il note au TN les différentes observations en 2 colonnes.

··      Conclusion de l'activité : faire prendre conscience aux es de l'évolution de la vie dans le temps et l'espace.

··      Prof attire leur attention sur le fait qu'il a noté les observations en 2 colonnes et il leur demande de dégager le critère utilisé par le prof pour faire ce classement des observations.

··      Critère : dans la première colonne, il n'y a que des éléments que l'on peut mesurer tandis que dans la 2ème, on ne peut pas mesurer les observations.

··      Prof donne un titre au 2 colonnes un fois que les es ont trouvé le critère : le genre de vie et Le niveau de vie.

··      Prof leur demande de définir oralement ces 2 termes en fonction des exemples et du critère.

··      SYNTHèSE : prof leur distribue une feuille ( FE 4 ) où les es complètent les définitions qu'ils viennent de formuler oralement.

··      Prof leur demande ensuite de compléter au crayon le tableau comparatif.

··      Mise en commun : les es donnent les points communs et les différences qu'ils ont trouvé.

 

6. Exercices ( FE 4 et 5 )

 

··      Prof distribue les 2 feuilles d'exercice que le genre et Le niveau de vie.

··      Exercice 1 : les es lisent seul le texte puis, on réfléchit ensemble s'il s'agit du niveau ou du genre de vie. Les es justifient à chaque fois leurs réponses oralement.

··      Pour les 3 exercices suivants, les es travaillent seul et la correction se fait oralement : le prof désigne à chaque fois un e qui donne sa réponse et la justifie.

Exercice 5 : les es travaillent par 2. Correction orale, phrase par phrase, les es interviennent chaque fois qu'ils ont souligné un passage et justifient oralement.

 

 

 

 

 

 

 

5 min.

 

 

 

5 min.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25 min.

 

 

 

 

 

5 min.

 

 

5 min.

 

 

 

 

 

 

 

5 min.

 

-------- 1 heure

 

 

10 min.

 

 

 

 

5 min.

 

10 min.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10 min.

 

 

 

 

 

5 min.

 

5 min.

 

 

---------- 2 heures

 

10 min.

 

 

 

 

 

5 min.

 

10 min.

 

10 min.

+ test : 3 heures

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Peut-on orienter le choix du consommateur ?

 

  1. La publicité
  2. L'information et la protection du consommateur

 

Une idée assez répandue veut que chacun soit libre dans les limites de ses besoins, de ses goûts et de son budget, d'utiliser ses revenus comme il l'entend.  Pourtant une idée opposée a également cours selon laquelle nous serions asservis  par la persuasion clandestine des médias.  Ce sont donc la publicité, l'information et la défense du consommateur qui sont en cause.

 

I.    La publicité

 

  1. Définition
  2. Objectifs et effets de la publicité

 

A.             Définition

 

Publicité : ensemble des moyens destinés à orienter les consommateurs ou à influencer leur opinion dans un sens favorable à un produit ou à une marque.

La publicité s'exerce dans d'autres domaines que la consommation.  Citons par exemple la politique (campagnes électorales) ou la santé (lutte contre la drogue, prévention du Sida...) mais nous nous bornerons ici à traiter uniquement de la publicité commerciale, celle qui vise le consommateur.

 

B.              Objectifs et effets de la publicité

 

La publicité vise à la fois à informer les consommateurs et à stimuler leurs besoins d'achat.

Même si ce n'est pas son objectif premier, la publicité ne peut faire autrement que d'apporter certaines informations sur les produits (produits nouveaux surtout) et leurs caractéristiques, notamment techniques.

Ainsi favorise-t-elle le développement et la diffusion de l'innovation et l'amélioration de la qualité en faisant connaître très rapidement et à un très large public le nouveau produit ou le produit amélioré.

Elle a des effets contradictoires sur les prix : d'une part, en accentuant la concurrence entre les marques, elle pousse les entreprises à baisser le prix des produits ; mais d'autre part, son coût - parfois très élevé - peut alourdir les prix de vente.

Mais la publicité est avant tout un ensemble de techniques qui agissent sur les besoins et les désirs des consommateurs.

Elle oriente massivement les goûts des consommateurs, souvent vers les mêmes produits.

·      En stimulant les besoins, elle peut pousser à la surconsommation.

·      En diffusant des modèles de consommation idéaux vers une population dont le revenu ne permet pas d'accéder aux biens convoités, la publicité crée des frustrations.

 

II. L'information et la protection du consommateur

 

Le consommateur a des droits, que certains producteurs ou distributeurs ont parfois tendance à oublier, se laissant aller à des abus.

C'est pour défendre ces droits qu'est né d'abord aux états-Unis, le mouvement de défense des consommateurs, parfois appelé "consumérisme" ,.

 

  1. Les organisations de défense des consommateurs
    1. Les mouvements associatifs
    2. L'état
  2. Le rôle de l'état dans la défense des consommateurs
    1. Du point de vue économique
    2. Du point de vue de la sécurité et de la santé
  3. Rôle des organisations de consommateurs

 

A.             Les organisations de défense des consommateurs

 

L'information et la défense des consommateurs sont le fait de mouvements associatifs ainsi que de l'État.

 

 

1.              Les mouvements associatifs

Les organisations nationales de consommateurs sont au nombre d'une vingtaine parmi lesquelles on trouve : l'Union Fédérale des Consommateurs (U.F.C.) qui publie la revue « Que choisir ? »  ; la Confédération Syndicale du Cadre de Vie ; la Confédération Syndicale des Familles (C.S.F.) ; l'Union Féminine Civique et Sociale (U.F.C.S.) ; plus typiquement belge : "Tests-Achats".

 

 

2.              L'État.

Il prend en charge ces problèmes par l'intermédiaire de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (D.G.C.C.R.F.) qui dépend du ministère de l'économie français.

De plus, un secrétariat d'état à la consommation existe maintenant assez régulièrement dans la plupart des gouvernements.

Enfin en 1967, a été créé l'Institut National de la Consommation (I.N.C.) qui publie la revue "50 millions de consommateurs" et présente, sur les chaînes publiques de télévision, des émissions d'information.

 

B.              Le rôle de l'État dans la défense des consommateurs

 

La défense des consommateurs est importante.  D'abord du point de vue économique, ensuite du point de vue de la sécurité et de la santé.

 

1.              Du point de vue économique

 

Le fonctionnement même de l'économie de marché qui repose sur la concurrence suppose que les consommateurs soient parfaitement informés des prix et des qualités des produits qui leur sont proposés.  D'où une réglementation minutieuse de :

l'étiquetage des produits : nature, origine, composition, additifs dans les produits alimentaires, etc. ;

l'affichage des prix et autres conditions de vente (garanties...) ;

l'interdiction des ententes entre entreprises pour empêcher les prix de baisser, par exemple.

Ces règles permettent de défendre le consommateur et son pouvoir d'achat.

 

 

2.              Du point de vue de la sécurité et de la santé

 

Ici, les négligences ou la recherche du profit à tout prix peuvent avoir des conséquences très graves, menacer la santé ou la vie des personnes.  Il est donc prévu notamment :

des homologations : un organisme, l'AFNOR (Association française de normalisation) ou IBN (Institut Belge de Normalisation), impose des normes minimales de sécurité pour de nouveaux produits,

des contrôles de la qualité sanitaire des produits alimentaires,

des contrôles de sécurité dans les lieux publics : stades, lycées, cinémas, etc.  En cas d'infraction, l'Administration peut :

faire retirer du marché tout produit présentant un danger pour la santé, la sécurité du consommateur ou pour l'environnement (exemple : retrait progressif des bombes aérosol contenant des C.F.C.  (ChloroFluoro-Carbures) jugés responsables de la destruction de la couche d'ozone),

suspendre la vente,

ou informer du danger d'une utilisation non conforme à l'utilisation prévue initialement (exemple : kits pour les cyclomoteurs permettant d'augmenter la puissance du moteur et donc la vitesse).

 

C.             Rôle des organisations de consommateurs

 

Le rôle des organisations de consommateurs est fondamental.

Il est d'abord d'informer les consommateurs dans tous les domaines qui les concernent.  Pour cela, elles publient des tests comparatifs et leur prodiguent des conseils.

Leur rôle est ensuite d'aider les consommateurs qui s'estiment victimes de manquements à la législation : elles peuvent, pour cela, saisir les tribunaux ou aider le plaignant de leur conseil.

Elles ont enfin un rôle de groupe de pression (cf.  chapitre 4).

Elles peuvent faire pression sur Les pouvoirs publics afin de les inciter à prendre des mesures favorables aux consommateurs ou de mettre un terme aux abus, mais également sur les producteurs pour qu'ils modifient leurs produits ou leurs pratiques.

Ces pressions peuvent revêtir plusieurs formes : la discussion, la campagne médiatique voire, mesure extrême, le boycott, en incitant les consommateurs à refuser d'acheter tel produit ou les produits de telle marque. 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Qu'est-ce que la culture ?

 

  1. La diversité des acceptions du terme culture
  2. Analyse de la culture

 

 

 

I.    La diversité des acceptions du terme culture

 

Si l'on remonte à l'étymologie du mot culture, on trouve deux sens : l'un se rapportant au mot culte (cérémonies où l'homme honore Dieu), l'autre aux pratiques culturales (techniques ayant trait à l'agriculture).  Par extension, on parle de la culture du corps ou de l'esprit.

Ces deux origines permettent de délimiter le champ des définitions possibles (et effectivement très nombreuses) du terme culture.

 

  1. Le sens courant du mot culture
  2. Le sens (trop) large : les deux traditions de l'ethnologie
  3. L'usage sociologique du terme culture
    1. La culture au sens sociologique
    2. La notion de sous-culture

 

A.             Le sens courant du mot culture

 

Culture : ensemble de connaissances acquises par un individu, un groupe social ou la société tout entière.

Cette définition désigne donc la connaissance des grandes Suvres classiques, littéraires, philosophiques, artistiques, scientifiques ; ce que l'on appelle la culture savante ou cultivée, et qui s'acquiert généralement à l'école.  Mais la culture se transmet également au sein de groupes sociaux plus restreints : quartier, village, région : chants et danses, artisanat local, peintures naïves, bibelots que l'on place au-dessus de la cheminée...  Il s'agit dans ce cas de la culture populaire ou vernaculaire.

Ces deux cultures que le sens courant oppose parfois sont en fait plus proches l'une de l'autre qu'on ne pourrait le croire et s'interpénètrent.  Nombre de grands musiciens ont, par exemple, utilisé dans leurs oeuvres des thèmes populaires.

 

B.              Le sens (trop) large : les deux traditions de l'ethnologie

 

Les ethnologues (qui étudient les sociétés traditionnelles et primitives), et plus précisément les anthropologues, qui cherchent à comparer les sociétés dans le temps et dans l'espace et à en dégager les lois générales d'organisation, donnent au terme culture un sens très large.  "Culture" s'oppose alors à "nature".  Pour eux, la culture est tout ce qui est produit de l'homme, ce qui dans le milieu est dû à l'homme (y compris les outils, l'architecture, les connaissances, les relations sociales et familiales, etc.

De ce point de vue, il ne peut y avoir de peuple sans culture.

La culture au sens ethnologique : elle est constituée de l'ensemble des productions matérielles et intellectuelles qui permettent à l'homme de s'adapter à son environnement.

On peut cependant distinguer deux traditions :

Une tradition évolutionniste née au XVIIIe siècle, qui hiérarchise les cultures.

Évolutionnisme : théorie selon laquelle l'histoire culturelle de l'humanité passerait par plusieurs étapes allant du plus simple (les "sauvages") au plus complexe (la "civilisation occidentale").

Selon cette conception, la civilisation est une forme supérieure de la culture.

Cette théorie a souvent servi de justification aux expéditions coloniales entreprises par les puissances européennes au XIXe siècle.  Ainsi Jules Ferry déclarait-il : "Les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures.  Elles ont le pouvoir de civiliser les races inférieures" (discours à l'Assemblée nationale, le 28 juillet 1885).

L'évolutionnisme débouche ainsi fréquemment sur l'ethnocentrisme.

Ethnocentrisme : attitude d'un individu qui consiste à apprécier une culture par rapport à sa propre culture et donc, très souvent, à la considérer comme inférieure à la sienne.

Les jugements de valeur, implicites ou explicites, que cette attitude engendre sont un obstacle à l'étude objective, scientifique, des cultures.

En réaction à cette approche, le relativisme culturel fait de la culture un ensemble de traits particuliers à chaque groupe humain qui lui confère une originalité irréductible.

Relativisme culturel : attitude consistant à considérer que tout fait culturel a un sens par rapport à la culture à laquelle il appartient.

Cette prudence méthodologique permet à l'ethnologue de se prémunir contre toute tentation ethnocentrique.

L'ethnologue Marcel Mauss a, par exemple, étudié le cannibalisme pratiqué dans certaines tribus à l'égard de leurs propres membres (endocannibalisme).  Sans se laisser rebuter par le tabou que représente cette pratique au sein des civilisations occidentales, il a montré, en l'examinant à la lumière des représentations de la mort et du groupe spécifiques à ces tribus, que l'endocannibalisme avait pour but de "retenir une partie de l'esprit de la famille prêt à s'échapper" et qu'il renforçait la cohésion du groupe.

 

C.             L'usage sociologique du terme culture

 

Avec la sociologie, on change de perspective.  À la différence des sociétés de petite taille, qui constituent le domaine d'élection de l'ethnologie, celles qu'étudie le sociologue ne sont pas homogènes d'un point de vue culturel.  Cette complexité fait que tout le social ne saurait se confondre avec le culturel et que d'autres éléments, comme la structure sociale (v.  chapitre 5), doivent être pris en compte pour expliquer les comportements sociaux.

 

 

1.              La culture au sens sociologique

 

Observons une file d'attente en Angleterre : chacun s'aligne avec ordre ("the queue").  Observons la même en Belgique ou en France : une file ou plusieurs files ? Où commence-t-elle ? Où finit-elle ?

Voilà un exemple de caractéristiques, de mSurs, qui distinguent les individus aussi clairement que la langue ou les habitudes vestimentaires, qui peut nous permettre de mieux comprendre la notion sociologique de culture.

La culture, au sens sociologique : elle est constituée des manières de penser, de sentir et d'agir propres à un groupe social.  Elle est l'ensemble des valeurs, normes, et pratiques qui sont acquises et partagées par une pluralité d'individus.

 

 

2.              La notion de sous-culture

 

Peut-être, dans la file d 'attente précédente, une jeune fille en jeans, baskets et blouson de cuir, se rangera-t-elle avec la même discipline que le gentleman à chapeau melon et costume rayé qui la précède.  Par son comportement dans la file, elle respecte un modèle propre aux Anglais, mais, par ailleurs, son habillement montre qu'elle  se conforme à un autre modèle, une sous-culture, qui relève de son groupe d'âge.

Sous-culture : ensemble de traits culturels propres à un groupe social au sein d'un groupe plus large..

On distingue ainsi des sous-cultures de classes sociales (ouvrière, bourgeoise, etc.), de classes d'âge (sous-culture jeune), de milieux géographiques (sous-culture rurale, urbaine), de communautés, etc.

L'exemple des sous-cultures de classes sociales montre que nos comportements dépendent de notre culture, mais qu'ils sont également déterminés par notre place dans la stratification sociale (voir chap.  5).  Ainsi peut-on aller à la messe par conviction religieuse et/ou parce que notre position de notable nous y contraint.  Autrement dit, dans cette pratique religieuse, comme dans bien d'autres, l'aspect culturel du comportement se combine à un aspect structurel (l'appartenance au groupe des notables).

Le terme de culture prend des sens différents selon l'utilisateur.  Dans tous les cas, ce terme organise un système d'oppositions.

 

Usage

Domaine

Oppositions

Littéraire

Les Suvres savantes

cultivé / inculte

Ethnologique

Caractéristique universelle des sociétés

culture / nature

 

Caractéristique particulière d'une société

opposition de modes de vie

Sociologique

Les comportements sociaux

culturel / structurel

 

II. Analyse de la culture

 

Idée méthodologique : Vous pouvez introduire la notion de culture par la projection du film : "Jamais sans ma fille".  Ceci vous permettrait :

 

·      mettre en évidence les grandes différences culturelles entre les pays occidentaux et l'Islam

·      souligner ces différences culturelles à différents niveaux ; (la religion, le port du voile par la femme, ...)

·      dégager les éléments d'une culture (signes extérieurs).

 

Tous ces différents traits nous permettront d'en arriver à une définition de culture.

Celle-ci pourrait être : ensemble des manières de vivre, de penser et d'agir propre à une société déterminée.

Cette projection ne prendra qu'un réel sens, que lorsqu'on aura expliqué le pourquoi de l'étude d'une culture d'un pays ; faire comprendre aux élèves qu'il est essentiel de connaître la culture d'un pays car celle-ci facilitera la communication, permettra d'être plus tolérant envers les personnes et ce sans juger autrui.

 

  1. Culture et valeurs
    1. La culture comme système de valeurs
    2. Des valeurs aux normes
  2. Culture et système symbolique
    1. Système symbolique
    2. Les rites
  3. Les fonctions de la culture
    1. La socialisation de l'individu
    2. L'identité collective

 

A.             Culture et valeurs

 

 

1.              La culture comme système de valeurs

 

"Comment peut-on être Persan ?" Voilà la question que posait Montesquieu en 1721 pour signifier l'étonnement des peuples face aux différences de coutumes.

Les moeurs des autres sociétés nous semblent souvent incompréhensibles.  De l'extérieur, nous n'y voyons que contradictions et incohérences, que nous nous empressons de ranger dans la catégorie rassurante du "folklore",.

Ainsi, les Anglais peuvent nous sembler conformistes, et pourtant, la minijupe, inventée par le français Courrèges, n'a connu son succès que grâce à la jeunesse anglaise.  À quoi attribuer cette incohérence apparente ?  Faut-il voir dans le succès de cette mode outre-Manche la marque de l'attachement des Anglais aux valeurs de la liberté individuelle ?

Nous voyons bien qu'il faut rechercher l'explication des traits culturels d'un peuple, même les plus surprenants à nos yeux, dans la cohérence des manières d'être, de faire ou de sentir ce peuple.

Ainsi la culture d'une société, d'un groupe social, constitue un système (ensemble d'éléments interdépendants) centré sur la croyance partagée en des valeurs communes.

Valeurs : Ce qui est, dans une société, considéré comme désirable ou estimable.  Elles constituent un idéal, qui s'impose aux membres de cette société comme une évidence, un absolu.  En économie, "valeur" est synonyme de prix.  En sociologie, "valeur" est synonyme d'intérêt, d'importance, d'attraction.

 

 

$$$$idéologie, échelles de valeur

 

 

 

2.              Des valeurs aux normes

 

Ce système de valeurs constitue une idéologie, une vision du monde, qui imprègne les esprits et impose des normes de vie sociale.  Ces normes déterminent à leur tour les manières de penser, de sentir, des membres de la société ou du groupe social.

Nous ne nous référons plus à des valeurs parce que nous avons du mal à croire dans leur transcendance, fût-elle rattachée à une intuition ou un acte intentionnel particulier. Même la référence à une conscience de classe, quand il était encore questions des valeurs prolétariennes ou des valeurs de la tradition, n’opère plus. En dépit du fait que ces valeurs étaient celles d’un groupe social limité, elles n’en comportaient pas moins la revendication d’une universalité qui se réaliserait historiquement par la révolution — ou la contre-révolution. Dès lors que nous acceptons la division du social, nous acceptons aussi le pluralisme des valeurs, qui bientôt devient le pluralisme des normes. Il n’y a plus pour nous que des normes et des évaluations.

Une norme se définit en effet par le caractère conventionnel et collectif de son élaboration, ce qui permet de comprendre qu’elle soit partagée au sein d’un groupe aussi réduit soit-il, mais rend problématique son universalité. Au sens courant, une norme n’a rien d’absolu : c’est un gabarit, un modèle, un type permettant d’étalonner des objets qui seront déclarés conformes ou non à elle ; c’est, dans le prolongement de cette caractéristique, un concept statistique correspondant au type moyen d’une population — à la normale dans cette population.

Cette idée de la norme, étrangère au champ de représentation des philosophies de la valeur, recoupe en revanche celui des philosophies de l’utilité et de la convention du 18e siècle. La conception chez David Hume aussi bien des règles morales que des vertus artificielles est une théorie des ajustements humains sous le signe de l’utilité : nous faisons en sorte (avec plus ou moins de succès) de mettre nos comportements en accord avec ceux des autres hommes en établissant des conventions sur la base de l’utilité modulée par la fantaisie de l’imagination. Il reste cependant chez Hume l’idée que l’utilité est un critère simple et décisif. Si bien que, n’étaient précisément les fantaisies de l’imagination, le caractère artificiel des conventions reste limité.

Il n’en est plus de même pour nous. Pour des raisons extrêmement diverses où l’invention technique et technologique, le développement de l’industrie, des communications et des échanges ont une part importante, nous avons, nous, affaire à des normes de toutes sortes, où l’arbitraire et l’utilité sont imbriqués, ce qui rend la convention flottante autant qu’indispensable. Qu’on songe seulement à l’incroyable diversité des systèmes de prise de courant électrique selon les pays et continents ou, pour prendre un exemple un peu plus élevé, à l’incroyable diversité des règles de transmission du patrimoine selon les pays. Nous parlons de transmission et de patrimoine comme s’il s’agissait de notions évidentes, mais dans le concret pas un pays européen n’a les mêmes règles successorales.

En fait le champ des normes s’est étendu au point que le concept couvre des règles de nature très différente mais toutes également marquées par la convention, par le caractère collectif et par un élément d’arbitraire et d’artifice : il existe des normes techniques (celles concernant les prises électriques, la définition des produits alimentaires, des vins de pays), des normes morales (celles de la déontologie journalistique, la morale de la fidélité familiale, l’acceptabilité de certains mensonges), des normes sociales (le mode de vie queer, le régime végétarien, les modes vestimentaires), des normes religieuses (le port du voile, les tabous alimentaires, l’interdiction ou non de l’avortement), des normes juridiques (les normes de l’adoption, la définition de la faillite ou du surendettement).

La norme apparaît donc à la fois multiple, relative, conventionnelle et arbitraire, une sorte de fruit de l’utilité, de l’usage et du hasard. Évidemment, elle est aussi contraignante — mais avec des degrés dans la contrainte qui sont, eux aussi, variables et qui ne sont jamais absolument contraignants. Au lieu d’avoir affaire à l’impératif catégorique d’un devoir, comme c’était le cas avec la valeur, on a affaire à des impératifs hypothétiques : si l’on veut atteindre tel objectif, alors il faut se soumettre à telle norme. Si l’on veut entrer sur tel marché, il faut que le produit proposé respecte telles normes d’hygiène et telles normes de traçabilité (légumes et viandes). De même pour faire partie de tel groupe ou telle tribu sociale. Si l’on veut adopter, un enfant, il faut répondre à tel profil familial ; et ainsi de suite. Ce qui est attendu de l’individu, c’est d’ordonner ses préférences et non plus de respecter une échelle des valeurs.

 

$$$$$$$$

 

B.              Culture et système symbolique

 

 

1.              Système symbolique

 

Symbole : un symbole est un objet ou une image qui, en vertu d'une convention ou d'un usage, représente autre chose que lui-même : un autre objet, une idée, etc.

Marianne, par exemple, symbolise la République française ; le coq wallon symbolise la Wallonnie ; un signe de croix symbolise la chrétienté.

Dans une société donnée, les individus sont entourés de symboles qu'ils perçoivent et utilisent pour donner sens à leurs comportements.

Ainsi, porter un chapeau melon n'est pas seulement une manière de se protéger du froid, mais indique une appartenance sociale, une adhésion à un système de valeurs, de représentations liées à un groupe social.  D'autres couvre-chefs, le chapeau mou, la casquette, le béret, etc., ont la même fonction utilitaire mais pas le même contenu symbolique..

 

 

2.              Les rites

 

Dans la vie courante, ce symbolisme est plus ou moins explicite.  Il peut, au cours, par exemple, de cérémonies, être strictement codifié et constituer un rite.

Rite : ensemble d'actes répétitifs et codifiés qui donnent une dimension symbolique à la vie quotidienne.  Dans certaines cérémonies à forte charge émotionnelle, ils prennent un sens sacré.

Les sociologues se sont particulièrement intéressés à certains rites dits rites de passage.  Ils permettent à la société et aux individus d'affronter un moment d'incertitude lors d'un changement de statut.  Dans notre société, le permis de conduire, le diplôme constituent de véritables rites de passage vers l'âge adulte.  Ils correspondent aux rites d'initiation pratiqués par certains peuples.

 

 

3.              Les mythes

 

Mythe : récit de faits imaginaires qui met en scène des héros dans le but de fonder une communauté et qui a valeur de vérité pour le groupe.

L'Antiquité gréco-latine nous a légué de nombreux mythes : celui de Prométhée, entre autres.  La littérature a donné naissance aux mythes de don Juan ou de Faust.  Notre époque sécrète elle aussi ses propres mythes, liés aux stars de cinéma, de la chanson ou du sport, par exemple.

Ainsi, les individus s'identifient plus ou moins aux héros des mythes, qui leur servent parfois de modèles.

* La culture a une dimension symbolique.

* Les symboles donnent un sens aux pratiques quotidiennes.

* Ce symbolisme peut être plus ou moins codifié.  Il l'est particulièrement dans les rites et les mythes.

 

Chaque société a ses propres symboles, dont la fonction est de relier les membres de la communauté autour des valeurs qu'ils incarnent.

 

C.             Les fonctions de la culture

 

 

1.              La socialisation de l'individu

 

Parce qu'elle modèle nos comportements souvent de manière inconsciente, la culture nous permet de nous intégrer dans notre groupe social.  Cette intégration de l'individu encore appelée socialisation a été étudiée au chapitre 4.  Elle implique des contraintes et limite donc notre liberté individuelle : nous sommes tous plus ou moins "prisonniers" de notre culture d'origine.

 

 

2.              L'identité collective

 

La culture contribue à définir notre identité, individuelle et collective.

La construction de cette identité collective passe par un double mouvement : de fusion avec ceux qui nous ressemblent, et de différenciation avec les autres.

De cette différenciation peuvent naître des conflits culturels, parfois sous des formes violentes.  C'est le cas des mouvements de xénophobie (hostilité à l'égard de l'étranger).  Les périodes où les valeurs s'effondrent, où les individus en perdant leurs repères culturels ne savent plus quelles normes suivre (crise d'anomie), sont particulièrement propices à ce genre de situation conflictuelle.

 

 

 

 

 

 

     ♦    Les rapports interculturels

 

  1. Les rapports culturels entre deux sociétés
  2. Rapports culturels à l'intérieur d'une même société
  3. L'immigration

 

 

I.    Les rapports culturels entre deux sociétés

Les rapports entre cultures peuvent prendre des aspects et des dimensions divers.  Nous distinguerons ceux qui s'établissent entre des sociétés globales différentes, de ceux qui se déroulent au sein d'une même société globale.  Les mouvements de population tels que l'immigration font se recouper ces deux types de rapports.

 

  1. Le processus d'acculturation et ses résultats
  2. Les résultats de l'acculturation

 

A.             Le processus d'acculturation et ses résultats

 

Acculturation : on désigne ainsi le phénomène d'échanges entre deux cultures à la suite d'un contact direct et prolongé.

L'acculturation peut être le résultat de contacts pacifiques entre deux cultures (par le commerce, le tourisme, la diffusion des Suvres littéraires, musicales, télévisuelles, etc.).  L'une des sociétés adopte alors librement des valeurs et des pratiques qui peuvent être pour elle synonyme de libération ou de modernité.  On est en présence d'une acculturation demandée.

Mais l'acculturation peut être aussi le résultat de l'occupation prolongée d'un pays par un autre ou de sa domination économique et politique (dans le cas, par exemple du colonialisme et du néocolonialisme).

Il se peut aussi que les dirigeants d'un pays tentent d'imposer à leur peuple des valeurs et des coutumes venues d'ailleurs..  Il s'agit alors d'acculturation imposée.

Selon le dosage qui s'établit entre les deux cultures en contact, on peut alors distinguer diverses situations.

 

B.              Les résultats de l'acculturation

 

Le contact prolongé entre deux cultures débouche souvent sur la constitution d'une nouvelle culture qui emprunte, tout en les réinterprétant, des éléments des deux premières.  On parle dans ce cas de métissage ou de syncrétisme.

Syncrétisme ou métissages culturels : synthèse de deux cultures différentes qui subissent une interpénétration.

Au cours des millénaires les cultures ont tiré leurs richesses non pas de leur repli sur elles-mêmes mais des échanges avec d'autres cultures, comme l'illustrent, par exemple, les cultures qui se sont développées sur les bords de la Méditerranée.

On peut donc considérer toute culture comme le résultat d'un processus, plus ou moins poussé, de métissage et estimer que l'idée d'une pureté originelle relève du mythe, au même titre que la pureté de la race.  Par le contact, les cultures tendent à s'homogénéiser, mais elles s'efforcent aussi, à travers divers processus de recréer des différences.

Un deuxième cas de figure est celui du dualisme culturel.

Dualisme culturel : coexistence, sans interpénétration, de deux cultures auxquelles un même individu peut participer.

Dans nombre de pays du Tiers-monde, on voit des cadres participer, selon le moment de la journée, à la culture des pays industriels et à la culture traditionnelle de leur société.  Par exemple, ils s'habillent à l' "occidentale" durant leurs activités professionnelles et revêtent chez eux le costume traditionnel.

L'acculturation peut faire craindre la perte des repères, des valeurs et des pratiques antérieurs, c'est-à-dire une déculturation, assimilation totale d'une culture par une autre.

Ce processus, quand il est mené à son terme, peut aboutir à un ethnocide, c'est-à-dire à la destruction systématique de la culture dominée.  Des phénomènes de résistance au changement culturel et de retour à la tradition peuvent alors apparaître, afin de préserver ou de restaurer l'identité du groupe.  Les ex-pays colonisés tentent par exemple de se réapproprier leur culture en rendant obligatoires les langues locales, en réimposant le costume traditionnel, etc.

 

II. Rapports culturels à l'intérieur d'une même société

 

  1. Culture globale, sous-cultures et idéologie
    1. Culture globale et sous-cultures
    2. L'idéologie
  2. Culture dominante et contre-culture
    1. Qu'est-ce qu'une contre-culture ?
    2. Contre-culture et changement culturel

 

A.             Culture globale, sous-cultures et idéologie

 

 

1.              Culture globale et sous-cultures

 

Une société globale se caractérise par un ensemble de traits culturels communs à tous ses membres.  Un certain nombre de sous-cultures peuvent cependant coexister au sein de cette culture globale, sans pour autant la remettre en cause.  Il existe en effet un ciment commun, l'idéologie, qui assure la cohésion de la société globale.

 

 

2.              L'idéologie

 

Idéologie : ensemble des représentations et des valeurs communes à une société.

 

Ainsi, dans la tradition française et plus largement occidentale, l'État-nation incarne le progrès et l'universalisme face aux particularismes communautaires.

Historiquement on constate une remarquable continuité des différents régimes, de la domination des Habsbourgs à nos jours en passant par l'indépendance de 1830, pour couler dans un moule national toutes les particularités locales, politiques et culturelles.

Dans certains cas, il arrive cependant que les différences de valeurs aboutissent à l'apparition de contre-cultures.

 

 

B.              Culture dominante et contre-culture

 

 

1.              Qu'est-ce qu'une contre-culture ?

 

Contre-culture : on désigne ainsi l'ensemble des valeurs et des modèles qui s'opposent à la culture officielle dominante.  Elle permet aux dominés de se réapproprier une identité définie de façon négative par la société globale.

Ainsi, par bien des aspects, Mai 68 apparaît comme un mouvement contre-culture, dont les caractéristiques peuvent être résumées dans le tableau suivant :

 

 

Modèles de la culture dominante

Modèles de la contre-culture soixante-huitarde

Type de culture

unificatrice, européocentriste

éloge de la diversité (ethnique, sexuelle)

Valeurs

progrès économique et social

hédonisme :  le plaisir tout de suite 

Type d'allégeance

citoyenne

communautaire

Rapports entre les individus, sexes, générations

autoritaires

libertaires

Organisation de la société

centralisée, technocratique

décentralisée, autogestionnaire (tradition du socialisme utopique)

 

 

 

2.              Contre-culture et changement culturel

 

Certains sociologues critiquent la notion de contre-culture de deux points de vue totalement opposés :

Pour les uns, une contre-culture radicalement différente de la culture globale devrait dès lors être considérée comme une culture autonome.

Pour les autres, une contre-culture ne serait en fait qu'une sous-culture dans la mesure où elle le détermine, en fin de compte, par rapport à la culture dominante et contribue à la dynamique sociale globale...

En effet, si nous reprenons l'exemple de Mai 68, il est indéniable que ce mouvement ouvrit non seulement un fossé entre les générations mais provoqua aussi une révolution des mSurs qui se prolonge de nos jours (et oui, il existe encore des soixante-huitards parmi nous) et s'est traduite dans les rapports sociaux moins autoritaires et dans la législation (statuts matrimoniaux, droits de la femme, légalisation de la contraception et de l'avortement, etc.).

L'apparition d'une contre-culture n'est donc pas nécessairement un dysfonctionnement de la société, mais peut contribuer, comme dans cet exemple, à sa transformation en profondeur.

 

Idée méthodologique : Vous pouvez élargir la notion de culture par la projection du film : "La vie est un long fleuve tranquille".  Ceci vous permettrait :

 

·      mettre en évidence l'interdépendance entre culture et hérédité sociale ;

·      souligner ces différences culturelles (et de mode de vie) d'une famille à l'autre ;

·      dégager les éléments d'une culture (signes extérieurs).

 

 

III.    L'immigration

 

Parce qu'elle provoque la rencontre de deux cultures, celle de l'immigré et celle de l'habitant du pays d'accueil, l'immigration est un phénomène particulièrement riche d'enseignements pour le sociologue.

 

  1. Définir et compter
    1. étrangers et immigrés
    2. Flux et stocks
  2. Des modes d'insertion différents
    1. Intégration ou assimilation
    2. Projet individuel ou projet communautaire

 

A.             Définir et compter

 

 

1.              étrangers et immigrés

 

Selon le code de la nationalité, un étranger est celui qui réside en Belgique et n'a pas la nationalité belge ; un immigré est celui qui s'installe durablement en Belgique sans en être originaire.

Immigrés et étrangers sont donc deux ensembles qui ne se recoupent pas entièrement.  31 % des immigrés étaient français soit de naissance, soit par naturalisation (décret gouvernemental), soit par acquisition, à la suite d'un mariage mixte.

Une étude belge, faite par l'ULB en 2003, affine encore ses distinctions (source : http://www.workingagainstracism.org/docs/rituBelg_draftreport[1].pdf) :

« L’installation des populations issues de l’immigration n’a pas toujours modifié les mots utilisés pour qualifier ceux qui seraient dans les pays anglo-saxons des minorités ethniques. Sur ce point, les qualifications des descendants des immigrés est un enjeu très important qui a cette particularité en Belgique de se décliner différemment chez les francophones et chez les flamands. L’assouplissement des modes et des conditions d’acquisition de la nationalité belge a eu pour effet un accroissement substantiel, surtout statistiquement visible localement, d’étrangers qui sont devenus Belges. Ce changement concerne plus de 400.000 personnes, entre 1985 et 2001, soit 4% de la population totale.

Cette transformation juridique contribue aussi à la formation sociologique de minorités ethniques, qui du côté francophone continuent à être désignées par le terme « immigrés » et du côté flamand par le mot « allochtone ». Même si les minorités ethniques n’existent pas comme groupes sociaux mobilisés, elles existent au moins comme groupes sociaux dans les représentations et les discours majoritaires : « les Musulmans », « les Marocains ». Ces désignations collectives construisent des groupes et un espace opposant des nationaux légitimes (« les Belges de souche ») et les « nouveaux Belges » (« les Belges sur papier »). Du côté flamand, depuis le début des années quatre-vingt-dix, le terme de migrant a été abandonné. Un très large consensus existe sur le recours au mot « allochtone » emprunté aux modes de désignation en vigueur aux Pays-Bas. Le terme d’allochtones est utilisé dans la vie ordinaire, dans les discours politiques et dans les travaux scientifiques. Le terme a même une définition officielle. Selon un décret de la Communauté flamande de 1998, les allochtones sont des personnes –possédant ou non la nationalité belge- qui résident légalement en Belgique, dont au moins un des parents ou des grands-parents est né en dehors de la Belgique, et qui sont défavorisées en raison de leur origine ethnique ou de leur situation socio-économique précaire. Cette définition ajoute que les allochtones sont aussi des personnes issues de l’immigration non-européenne. Cette désignation peut être considérée comme une qualification raciale, puisqu’il s’agit de dissoudre le changement juridique de la nationalité, de nommer essentiellement les populations les plus stigmatisées, à savoir celles issues de l’immigration marocaine et turque. Du côté francophone, ce terme est très peu utilisé. Toutefois, l’alternative n’est pas plus satisfaisante, puisque le mot immigré continue à être utilisé. Quelques chercheurs utilisent la qualification « minorités ethniques » qui n’est pas acceptée dans le langage ordinaire ou dans l’espace politique et médiatique. Dès lors, une pluralité de mots sont mobilisés : « immigrés », « Belges d’origine étrangère », « Belges issus de l’immigration », « nouveaux Belges », etc. Un constat peut être arrêté sur les modes de désignation post-migratoire : les Flamands utilisent plus fréquemment des mots qui négligent le mot « Belge » et qui signifient qu’ils n’appartiennent pas culturellement à la communauté flamande imaginée et les francophones mobilisent abondamment le mot « Belge » pour désigner leur appartenance juridique à la Belgique tout en insistant sur leur différence culturelle. Deux modes de désignation différents qui aboutissent à un résultat semblable : le maintien d’une partie des descendants des immigrés dans un statut de citoyens de seconde zone, culturellement parlant. Ceci qui constitue la forme belge de la racialisation des rapports sociaux. »

Si la société belge utilise peu les catégories de racialisation ou de relations interethniques, les recherches scientifiques y font plus souvent référence. Le sens attribué varie selon les auteurs : soit la racialisation renvoie aux relations entre des groupes dont on estime qu’une différence de race (pas au sens biologique) les oppose et l’ethnicisation oppose une différence de culture, soit la racialisation s’apparente est un processus d’infériorisation par l’attribution d’une identité prescrite et l’ethnicisation est le processus de choix d’une identité souscrite. La racialisation a pour finalité d'élire des caractéristiques (phénotypiques, culturelles et/ou religieuses) en vue de définir un groupe minoritaire de sorte à l'opposer, et non à le rapprocher, d'un groupe majoritaire. En Belgique, l'ethnicisation ne relève pas seulement des rapports entre des nationaux et des minorités immigrées mais également des rapports entre des minorités nationales (les Flamands et les Wallons), même si cette conception n’est pas partagée. Les chercheurs flamands parlent volontiers de l’existence de deux entités ethnoculturelles en Belgique, ce que ne peuvent formuler les francophones.

 

 

2.              Flux et stocks

 

Le statut d'immigré correspond à un fait intangible (celui de n'être pas né en Belgique), alors que celui d'étranger dépend de l'évolution du code de la nationalité, c'est-à-dire de l'ensemble des dispositions relatives à l'acquisition de la nationalité belge.

Dans ce domaine, la tradition française repose sur un équilibre entre le « droit du SOL » et le « droit du sang », la tradition belge ne reconnaît que la « loi du sang ».  La dernière réforme du code de la nationalité renforce les exigences pour l'obtention de la nationalité belge.  Par exemple, elle impose une vie commune de deux ans en cas de mariage mixte, une déclaration volontaire pour les enfants d'étrangers, à la place de l'automaticité à l'âge de 18 ans.  Dans tous les cas les enfants de troisième génération naîtront belges de plein droit.

La législation donne donc aux immigrés et à leurs enfants un certain nombre de possibilités d'acquérir la nationalité belge, mais la société leur permet-elle une véritable insertion économique et sociale ?

 

B.              Des modes d'insertion différents

 

 

1.              Intégration ou assimilation

 

On peut opposer le modèle français (moins le belge), qui repose sur l'assimilation des individus, au modèle anglo-saxon, qui intègre les communautés dans le respect de leurs différences.  Dans le premier, le lien communautaire doit disparaître au profit d'un lien de citoyenneté : dans le langage durkheimien, la solidarité mécanique doit laisser place à la solidarité organique.  Ce choix peut être qualifié de progressiste dans la mesure où il fonde la citoyenneté sur la volonté de s'identifier à un projet commun et non pas sur une appartenance ethnique.

Insertion, assimilation, intégration, participation : l'insertion désigne la manière dont un immigré s'incorpore à la société d'accueil.  C'est un terme neutre d'un point de vue culturel.

Au contraire de l'assimilation, qui implique une acculturation complète, l'intégration suppose une adaptation économique et sociale sans pour autant renoncer à ses spécificités culturelles.  Quant à la participation elle désigne le degré d'identification citoyenne : mobilisation politique, syndicale, etc.

Ces différents modes d'insertion ne sont pas donnés une fois pour toutes.  Ils évoluent avec la politique d'immigration du pays d accueil et, à l'intérieur même d'une communauté (espagnole, asiatique, maghrébine...), ils changent d'une génération à l'autre.

 

 

2.              Projet individuel ou projet communautaire

 

Les jeunes issus de l'immigration doivent concilier deux cultures différentes : celle de la famille ou de la communauté d'origine et celle qui est transmise par les institutions de la société d'accueil, au premier rang desquelles se trouve l'école.

Le conflit qui peut résulter de ce double système normatif dépend des attentes du jeune à l'égard de la société d'accueil.

·      Tant que le projet de retour est vivace, la famille ou la communauté évitera l'assimilation.  Il en découlera pour le jeune un réseau important de relations ethniques qui lui permettront de s'intégrer sans renoncer à sa culture.  C'est le cas des jeunes portugais qui, disposant de réelles possibilités de trouver du travail par l'intermédiaire de leur communauté, limitent d'autant leur investissement dans l'école.

·      Au contraire, la jeunesse maghrébine vit dans des communautés moins structurées du fait d'une installation vécue comme provisoire mais que la "fermeture des frontières" a rendue souvent définitive.  Dès lors les exigences de cette jeunesse à l'égard de la société d'accueil sont devenues plus fortes.

Ainsi, cette volonté d'assimilation conduit les jeunes filles à s'opposer à leur père, qui y voit la remise en cause de leur statut et de leur image.  En outre, l'écart entre une proximité culturelle de plus en plus évidente (contribution à une sous-culture jeune : le "raï", slogans mobilisateurs, comme "Touche pas à mon pote", etc.) et une intégration qui reste difficile du fait de pratiques discriminatoires provoque cette espèce de révolte morale (mouvement "beur") qui a fait du jeune Maghrébin la figure emblématique de l' "immigré à problèmes".

C'est dans ce contexte qu'il faut replacer le réveil communautaire, dont la revendication islamique est le signe le plus visible.

Certains interprètent ces deux phénomènes comme étant la preuve d'un échec du modèle français d'assimilation et justifient de la sorte leurs réactions xénophobes.

Or, comme le montrent les enquêtes sur le terrain (v.  Pierre Bourdieu, la Misère du monde, Seuil, 1993), ce "racisme culturel" ne s'expliquerait pas par une distance culturelle mais par le contraire : elle correspondrait à la tentative de groupes en déclin de remplacer les barrières sociales qui s'estompent par des barrières culturelles.

Dans la réalité, il n'est pas évident que la communauté constitue un frein à l'assimilation.  Elle peut fonctionner sur le modèle des groupes intermédiaires chers à émile Durkheim et dont la fonction est de fournir un premier système normatif sur lequel viendra se greffer celui de la société d'accueil.  Comme le prouve le mouvement régionaliste en France, la maîtrise de deux codes culturels n'est pas un handicap en soi ni pour l'individu, ni pour la société.

 

·      Les modes d'insertion des étrangers dans la société française/belge varient d'une communauté (pas au sens politique belge) à l'autre.  Ils dépendent souvent de la place qu'occupe le projet du retour dans l'imaginaire collectif de la communauté concernée.

·      Les jeunes d'origine étrangère doivent, de ce fait, arbitrer entre projet individuel et communautaire, culture d'origine et culture d'accueil.  Ce qui est source de conflits.

·      Les difficultés d'intégration et plus encore d'assimilation sont donc importantes.  La proximité culturelle est pourtant grandissante du fait, notamment, d'une contribution notable à une sous-culture jeune,

Il reste à savoir si cette proximité culturelle en termes de modes de vie traduit une véritable adhésion aux valeurs de la société française ou belge.  Il faut, pour cela, aborder la problématique plus générale des modes de vie et des styles de vie.

 

Idée méthodologique : Vous pouvez introduire la notion d'immigration par la projection de films disponibles au Centre audio-visuel de l'école normale :

·      "Immigration 1) mesure d'éloignement   2) Islam Belgique"                                scs-gvd 0300 a sec 063

·      "Rue de l'abondance (immigration)"                                                                        scs-gvd 036 126 sec 50

·      "Les immigrés"                                                                                                         scs-mbo 066 016 sec 060

·      "Les immigrés en Belgique"                                                                                      scs-mbo 066 017 sec 12

 

 

 

 

 

 

     ♦    La double nature de l'homme,  biologique et sociale

 

  1. L'humanité impossible sans règles sociales
  2. Les rapports entre l'inné et l'acquis

 

 

I.    L'humanité impossible sans règles sociales

 

  1. L'apprentissage
  2. Règles et contraintes
  3. Le social dans les actes quotidiens

 

A.             L'apprentissage

 

Contrairement à la représentation qu'en donne Le Livre de la jungle de Rudyard Kipling, l'étude d'une cinquantaine de cas d' "enfants sauvages", c'est-à-dire élevés par des animaux (loups, ours, panthères,...), a montré que l'homme s' "animalise" au contact exclusif d'un milieu animal.

L'homme n'est véritablement humain, distinct des autres espèces, que parce qu'il est "social".  Définissons tout d'abord le social :

Social : ce qui est relatif à un groupe d'hommes ou à une société conçus comme des réalités distinctes des individus qui les composent.

L'adjectif social , s'oppose à biologique, psychique et individuel.

L'être humain ne développe donc son "humanité" qu'au contact de ses semblables dans le cadre d'un apprentissage socioculturel.

On entend par là qu'il intériorise des règles sociales (règles de parenté, de hiérarchie, etc.) et acquiert un patrimoine culturel (langage, technique, valeurs) qui le font accéder au développement intellectuel caractéristique de l'espèce humaine.

 

B.              Règles et contraintes

 

L'individu ne sauvegarde son humanité qu'en respectant un certain nombre de règles sociales.

Robinson Crusoé, naufragé solitaire sur une île déserte, se sent menacé par une régression vers l'animalité en l'absence de véritables contraintes sociales.  Ainsi va-t-il recréer, au milieu de l'océan, une société avec ses principes, ses règles et ses peines.

Des témoignages des survivants des camps de concentration, il ressort que la survie dans l'univers concentrationnaire implique de la part des internés une réelle prise de conscience de la nécessité de poursuivre, coûte que coûte, une vie sociale.

 

C.             Le social dans les actes quotidiens

 

Bien que nous n'en ayons pas toujours conscience, la plupart de nos actions sont, à des degrés variables, codifiées par des règles, influencées par des situations ou conditionnées par des apprentissages sociaux.  Cette dimension sociale des comportements humains se révèle y compris dans les actes les plus anodins.

Si la nécessité de se nourrir constitue, à l'évidence, un besoin physiologique vital, on ne peut méconnaître l'influence du social sur le rythme d'apparition de la faim (dépendant du nombre de repas) et sur la manière de la satisfaire (traditions alimentaires et culinaires différentes).  Les différenciations sociales dans les façons de se nourrir sont innombrables.  Par exemple, le copieux breakfast britannique a peu à voir avec le succinct déjeuner belge (ou petit déjeuner français).

Les émotions connaissent aussi une forte détermination sociale.  Avant même de produire des effets dans l'organisme, la colère, la peur ou le désir se déclenchent dans des conditions socialement déterminées.  Ainsi la colère apparaît souvent en réaction à une attitude socialement considérée comme "anormale", c'est-à-dire ne respectant pas les normes sociales en vigueur (la colère des parents envers les enfants irrespectueux, par exemple).

L'homme se révèle donc comme le résultat complexe et singulier à la fois d'une nature biologique - l'inné - et d'un contexte social - l'acquis.

 

II. Les rapports entre l'inné et l'acquis

 

  1. L'inné ou l'acquis : un débat dépassé
  2. L'inné et l'acquis, une interaction à l'origine de l'homme

 

A.             L'inné ou l'acquis : un débat dépassé

 

La double influence de l'hérédité (le biologique) et du milieu (le social) a depuis longtemps suscité de nombreux travaux.  Mais l'analyse de la question s'est trop souvent limitée à une opposition idéologique et stérile entre les partisans de l'inné et ceux de l'acquis.

Inné : ce qui existe dans un être dès sa naissance, c'est-à-dire relève de son patrimoine génétique, par exemple la couleur des yeux.

Acquis : se dit des caractères que l'être vivant acquiert au cours de son existence, essentiellement dans le cadre de ses relations sociales.  La connaissance du langage est un exemple de caractère acquis.

L'opposition entre l'inné et l'acquis semble aujourd'hui totalement dépourvue de pertinence, car c'est en situation d'influence réciproque (de dialectique) qu'il faut représenter ces facteurs.

 

B.              L'inné et l'acquis, une interaction à l'origine de l'homme

 

Comment s'est effectuée l'évolution du primate australopithèque, au volume crânien de 600 cm3, à l'homme actuel, l'Homo sapiens, au volume crânien de 1 500 cm3 ?

D'après les paléoanthropologues, comme le Français Yves Coppens, cette "hominisation", serait le résultat de l'interaction entre l'inné et l'acquis, entre le génétique et le culturel.

Stimulés par l'environnement dangereux que constitue la savane, certains hominiens ont développé des aptitudes relatives à la marche, à l'utilisation des mains et du cerveau.  Ces aptitudes ont, à la fois, été intégrées génétiquement et ont permis un développement socioculturel.  Ainsi la croissance du cerveau est-elle allée de pair avec une culture (langage, techniques, croyances) et une organisation sociale (divisions familiales et sexuelles au sein de la société) de plus en plus complexes.

L'inné et l'acquis ont donc agi l'un sur l'autre de manière "dialectique".  C'est ce processus interactif entre le génétique et le culturel qui forme la trame de "l'aventure humaine".

De même, pour l'ethnologue français Claude Lévi-Strauss, l'action réciproque de la nature (l'inné) et de la culture (l'acquis) caractérise le développement humain.

Dans son ouvrage Les Structures élémentaires de la parenté (1948), il montre que la prohibition de l'inceste, règle universelle, fonde la culture en imposant l'échange des femmes entre les groupes naturels issus de la procréation, et se trouve à l'origine des relations d'alliance qui constituent les premiers liens sociaux.  Ainsi, selon Lévi Strauss, est-on passé de la nature (procréation) à la culture (la parenté).

 

RETENONS

 

*. L'homme appartient à une espèce biologique.  Mais il a construit au fil des millénaires une organisation complexe, sociale et culturelle, qui lui confère ses caractères proprement humains.

*. L'être humain est le résultat d'une interaction de l'inné et de l'acquis qu'on ne saurait opposer trop sommairement.

Pour perpétuer la société humaine, la culture doit être transmise et apprise par chaque individu nouveau dans le cadre d'un processus de socialisation.

 

 

 

 

 

       ♦      LA PRODUCTION SOCIALE DE L'HOMME :    LA SOCIALISATION

 

  1. La socialisation, un apprentissage de la société et de ses règles
  2. Les instances de socialisation : agents et milieux

 

 

I.    La socialisation, un apprentissage de la société et de ses règles

 

  1. Un apprentissage nécessaire
    1. Statuts et rôles
    2. Valeurs, normes et sanctions, socialisation
  2. La socialisation, un apprentissage complexe et multidimensionnel
    1. Assimilation et accommodation
    2. Personnalité individuelle, personnalité sociale

 

A.             Un apprentissage nécessaire

 

En première approche, considérons la socialisation comme le processus par lequel l'individu s'intègre dans le schéma général d'une société donnée.

 

1.              Statuts et rôles

 

Dans tous les groupes où il intervient (famille, école, entreprise, associations, etc.), chaque individu occupe un statut particulier, c'est-à-dire une position donnée ou un ensemble de positions.

Statut social : position occupée par un individu dans une dimension du système social (familiale, économique, associative, etc.) et, plus généralement, ensemble des positions le situant dans la hiérarchie sociale.

Ainsi, chacun est doté d'un statut d'homme ou de femme, d'adulte ou d'enfant, de salarié ou d'entrepreneur, d'animateur d'un club ou de simple adhérent, etc.

À chaque statut social sont associés un certain nombre de rôles correspondant à ce qui est attendu de l'individu par les autres membres du groupe.

Rôle social : ensemble des comportements attendus d'un individu dans l'exercice d'un statut.

Prenons un exemple, illustré par le schéma ci-dessous.  Michel, jeune contremaître dans une entreprise est marié à Sandrine et père d'une petite Marion.  Excellent sportif, il occupe le poste de gardien de but dans l'équipe locale qui vient d'accéder à la troisième division.  Dans chacun des groupes, famille, entreprise, équipe de football, Michel dispose d'un statut spécifique (dans le schéma ci-dessous : S1, S2, S3).

Ainsi, dans son statut de contremaître, il entretient des relations avec les autres membres de l'entreprise (directeur, ingénieurs, ouvriers), qui attendent de lui qu'il se comporte conformément à sa position.  Aussi accepte-t-il l'autorité du directeur, les ordres des ingénieurs en même temps qu'il contrôle.  Dans chacun de ses rôles (R1...,R2..., R3..), il se comporte de manière attendue, c'est-à-dire en accord avec son statut.   Bien que différents ces statuts s'influencent mutuellement.

Ainsi, la place qu'occupe Michel dans l'équipe locale de football (S3) lui confère une notoriété qui retentit dans l'exercice de son statut professionnel (S3) par quelques avantages (emploi du temps aménagé, reconnaissance de ses collèges, etc.) et de son statut familial (admiration de sa fille, par exemple).  D'une manière générale, l'équilibre de la personnalité d'un individu suppose la compatibilité, c'est-à-dire la relative proximité des statuts et des rôles qui sont les siens dans l'espace social ; c'est ce qu'on appelle la congruence des rôles.

 

$$$$$

 

 

Il est bien évident que l'individu n'agit pas comme un automate social.  Les attentes d'autrui, autrement dit les rôles, limitent sa liberté mais ne la suppriment pas.  Ainsi, comme au théâtre, Michel peut interpréter ses différents rôles à sa manière (gardien innovateur, père conformiste, contremaître autoritaire,...) dans le cadre contraignant du texte et de la mise en scène (ici son statut et le style de l'institution à laquelle il appartient).

Cette métaphore théâtrale a été utilisée par le sociologue américain E Goffman (1922-1982).  Selon lui, la réalité sociale apparaît comme le résultat de l' des individus réalisée en fonction de celle des autres, autrement dit des interactions.

Cette perspective interactionniste se démarque principalement du déterminisme du sociologue français É. Durkheim (1858-1917), qui considère que le monde social s'impose aux individus et conditionne leur comportement.  Dans la première analyse, qui trouve son inspiration chez le sociologue allemand Max Weber (1864-1920), la société est façonnée par l'homme, dans la seconde l'homme est façonné par la société.

La vie sociale se déroule donc dans le cadre de multiples statuts et rôles sociaux s'ajustant les uns aux autres.

Pour que cet ajustement se produise il faut néanmoins que les personnes concernées partagent un certain nombre de valeurs communes.

 

 

2.              Valeurs, normes et sanctions, socialisation

 

Valeurs : principes, généralement d'inspiration morale, appelés à orienter l'action des hommes en société en leur fixant des buts, des idéaux et donc des moyens de juger leurs actes.

Par exemple, la société française est, depuis la Révolution, fondée sur des valeurs politiques telles que la liberté et l'égalité.

Mais les valeurs sont trop abstraites pour se traduire concrètement dans les actions des individus, il faut donc qu'elles soient en quelque sorte traduites en règles pratiques de conduite, qui sont les normes partagées par les membres d'une société ou d'un groupe.

Normes : règles de conduite, plus ou moins institutionnalisées, fondées sur des valeurs.

Par exemple, en application de la valeur de liberté, nul ne peut être arrêté arbitrairement et, en application de la valeur d'égalité, chacun est soumis aux mêmes règles de droit.

L'application des normes est assortie de sanctions.

Sanctions : peines infligées à ceux qui transgressent les normes, et récompenses accordées à ceux qui s'y conforment de manière exemplaire.

Le terme "sanction" a, en sociologie, une acception plus large que dans le langage courant, où il a un sens uniquement répressif.

Par exemple, un policier coupable d'une arrestation illégale sera traduit devant un tribunal, alors qu'un policier qui s'est particulièrement distingué dans l'arrestation de dangereux malfaiteurs sera peut-être décoré par son ministre.  Dans l'un et l'autre cas, il s'agira, en terme sociologique, d'une sanction.

Il faut noter que les sanctions ne sont pas nécessairement juridiques ou institutionnel(es : les manifestations de réprobation (raillerie, etc.) ou d'approbation (félicitations, etc.) des membres du groupe à l'égard du comportement d'un individu assurent aussi efficacement le respect des normes.

Les valeurs et les normes sont généralement intériorisées par les individus (c'est-à-dire apprises et retenues), sous l'effet notamment des sanctions positives ou négatives dont elles sont assorties.  Ceci complète la définition de la socialisation.

Socialisation : processus d'intériorisation par chacun de la culture (valeurs, normes, notamment) de son groupe et de la société dont il est membre.

La socialisation est donc nécessaire à la société dans son ensemble.  Elle permet en effet la perpétuation de la société et aussi son bon fonctionnement quotidien : c'est la régulation sociale (chapitres 13, 14 et 15).

Régulation sociale : la régulation sociale est l'ensemble des mécanismes (élaboration et application des règles sociales, notamment) permettant le fonctionnement correct de la société (réduction des conflits, coexistence pacifique des individus et des groupes...).

Sans l'intériorisation par les individus des valeurs et des normes, la société ne pourrait pas fonctionner.

Mais il est important de noter que, sans transgression des normes, il n'y aurait pas d'évolution sociale : la société serait routinière, totalement figée.

 

B.              La socialisation, un apprentissage complexe et multidimensionnel

 

La socialisation se déroule tout au long de l'existence, mais elle est particulièrement intense lors de l'enfance.  Le psychosociologue J.Piaget, l'anthropologue G.H.Mead et S.Freud, le fondateur de la psychanalyse, ont particulièrement étudié ce phénomène.

 

 

1.              Assimilation et accommodation

Pour Jean Piaget (1896-1980), la socialisation s'effectue dans un double mouvement d'assimilation et d'accommodation.

Par l'assimilation, l'enfant soumet le monde extérieur à ses structures mentales et affectives.  Par exemple, le nourrisson qui suce son pouce reproduit la relation vitale qu'il entretient avec le sein maternel ou le biberon.

L'accommodation consiste pour l'enfant à adapter ses structures mentales au monde extérieur.  C'est ainsi notamment qu'il se représente progressivement l'espace, le temps et la notion de causalité.

 

 

2.              Personnalité individuelle, personnalité sociale

 

Cette construction de la personnalité d'un individu s'effectue de manière interactive, c'est-à-dire dans le cadre de relations réciproques entre l'individu et la société, le socialisé et les socialisateurs (parent, frère, sSur, camarade, etc.).

Personnalité : combinaison de caractéristiques personnelles (physiques et psychiques, notamment) et de données socioculturelles.

Complétant cette perspective, G.H.Mead (1863-1931) a mis en évidence l'importance de l'apprentissage des rôles sociaux dans la formation de la personnalité de l'enfant.  Cet apprentissage se réalise dans le cadre des jeux.  L'enfant joue d'abord librement avec lui-même en s'inventant un personnage imaginaire (son double) qui lui permet de jouer le rôle de ses proches (mère, père, etc.).  Vers trois ans, notamment à l'école maternelle, il s'engage dans des jeux réglementés (football, par exemple) dans lesquels il est contraint à la fois d'intérioriser des règles (celles du football) et de se  représenter comme faisant partie d'un ensemble (l'équipe)..

L'enfant se découvre ainsi comme membre agissant d'une collectivité réglementée en même temps que comme individu singulier.  De ce fait, il accède vraiment à la personnalité sociale.

Personnalité sociale : capacité à s'adapter à la vie sociale en assimilant les données psychologiques et culturelles indispensables à la vie en société (ex. : rapports à autrui, au groupe, à la règle).

De plus la socialisation recèle une dimension affective incontestable.  Sigmund Freud (1856-1939) et la psychanalyse ont montré l'importance de l'identification des enfants à leurs parents dans leur formation psychologique et sociale.

Cette identification ne se fait pas sans conflit, c'est le "complexe d'Rdipe" contraint à se séparer de sa mère, dont il est peu ou prou "amoureux", pour ressembler à son père (rôle masculin), le petit garçon éprouve des sentiments ambigus à l'égard de ce dernier.  D'une part il ressent de l'admiration et de l'amour pour son père, d'autre part il vit avec lui une forme de rivalité par rapport à sa mère.  Ce complexe se retrouve, avec cependant moins d'intensité, entre les filles et leur mère dans une forme de rivalité par rapport au père.  La prohibition de l'inceste pourrait ainsi constituer une tentative pour limiter ces rapports conflictuels.

L'objectif essentiel de la socialisation réside dans l'adaptation des individus à la société dont ils sont membres.  Néanmoins, des phénomènes d'inadaptation et de contestation sociale, qualifiés de déviance (la délinquance), ou d'innovation (la libération sexuelle des années 60-70 par exemple) existent toujours parallèlement.

 

II. Les instances de socialisation : agents et milieux

 

Traditionnellement on distingue les agents socialisateurs (ou de socialisation de socialisation) : dont l'action est directe (par exemple la famille) des milieux de socialisation, dont agents et milieux l'influence est indirecte (par exemple le milieu social).

 

  1. Les agents explicitement socialisateurs
    1. La famille
    2. Le système éducatif
  2. Les agents implicitement socialisateurs
    1. L'entreprise
    2. Les médias
  3. Les milieux de socialisation

 

A.             Les agents explicitement socialisateurs

 

 

1.              La famille

La famille conjugale n'exerce plus aujourd'hui qu'un nombre limité de fonctions :

la consommation et la transmission du patrimoine sur le plan économique ;

la socialisation, l'héritage culturel, l'épanouissement personnel sur le plan social.

Bien que concurrencée par l'école, la famille demeure, en matière de socialisation, l'institution fondamentale.  En effet, l'assimilation et l'accommodation, l'acquisition des premiers rôles masculins et féminins ou encore l'identification et le complexe d'Rdipe ont la famille pour cadre principal.

Les mutations dans les structures de la famille ne peuvent donc manquer d'avoir des répercussions sur sa fonction socialisatrice.  La multiplication des familles monoparentales, résultant notamment de l'augmentation des divorces, prive de nombreux enfants de la présence permanente de leurs parents, leur père le plus souvent (en France, près de 2 millions d'enfants sont séparés de leur père et près de 600 000 d'entre eux ne le voient pas ou ne le connaissent pas).  Or l'absence du père peut déstabiliser un garçon adolescent manquant d'un modèle masculin d identification et d'une figure d'autorité.  D'ailleurs les multiples difficultés que rencontrent les adolescents noirs américains sont souvent analysées comme la résultante (entre autres facteurs) de l'absence du père, beaucoup plus fréquente dans cette communauté que dans les autres.

Fort heureusement la fonction socialisatrice du père peut éventuellement être assumée par une autre personne (concubin de la mère, beau-père, voire grand-père, etc.).

Le travail féminin est un autre facteur important de mutation de la socialisation par   la famille.  L'extension du travail féminin (qui, en France, concerne près de 75 % des femmes âgées de 25 à 49 ans) influence les formes de la socialisation par la famille dans au moins deux directions :

Les rôles masculins et féminins évoluent peu à peu.  L'éducation des garçons et celle des filles ont longtemps divergé, parce que les fonctions assumées par les hommes et les femmes dans la société et la famille différaient.  Aujourd'hui, les femmes accèdent peu à peu aux fonctions de décision et les filles sont plus nombreuses à poursuivre leurs études que les garçons.  Ces mutations engendrent, en même temps qu'elles la révèlent, la tendance au rapprochement des rôles de la fille et du garçon.

Il faut cependant constater que, si elle évolue, la répartition des tâches dans la famille connaît encore une grande différenciation selon le sexe.

Les réseaux de parenté sont réactivés.  La situation fragilisée de la famille nucléaire a souvent occulté la permanence voire la vigueur des réseaux de parenté.  C'est ainsi que, en dépit des mutations socio-économiques, on constate encore aujourd'hui une proximité résidentielle entre parents et enfants adultes (75 % des enfants mariés habitent à moins de 20 kilomètres de leurs parents).  Cette proximité favorise les relations entre les générations, qui sont nombreuses et régulières.  Par exemple, plus d'un enfant scolarisé dont la mère travaille sur quatre est gardé par une grand-mère.  Le rôle socialisateur de la parentèle s'exprime aussi lors des rites de passage (anniversaires, baptêmes, communions, mariages, enterrements, etc.) et des fêtes annuelles (Noël, Pâques, fête des mères, etc.)qui rythment la vie familiale.

La vigueur socialisatrice de la famille est aussi révélée par la transmission entre les générations d'engagements politiques, religieux et moraux, ce que l'on peut rassembler sous la dénomination d'idéologie.

En France, les études d'Annick Percheron ont mis en lumière cette reproduction familiale de l'engagement politique, tout en la relativisant.

    *. Entre générations, on hérite :

· d'un capital économique constitué de biens matériels et financiers,

· d'un capital culturel : niveau culturel, maîtrise du langage, connaissance des  usages,

· d'un capital social : les relations, la "réputation".

*. Pour éclairer plus globalement l'empreinte familiale que les individus reçoivent lors de leur socialisation, on peut se référer à la notion d'habitus développée par le sociologue français Pierre Bourdieu.

Habitus : l'habitus correspond à l'ensemble des goûts, des comportements, des manières de percevoir, de ressentir et de dire, qu'un individu reçoit de sa famille et de son milieu social.  C'est en fonction de cet habitus hérité que tout homme agit dans la société.

La socialisation est un processus qui se poursuit aussi à l'âge adulte, y compris dans la famille.

Ainsi dans les familles immigrées, il n'est pas rare de voir les enfants socialiser leurs parents à la culture du pays d' accueil.  C'est bien souvent par leurs enfants que les parents acquièrent sa langue, la connaissance de ses valeurs et de ses normes ou de ses institutions sociales à travers les démarches administratives qu'ils aident à accomplir.  Quant aux enfants eux mêmes c'est surtout à travers l'école qu'ils se socialisent.

 

 

2.              Le système éducatif

 

En accueillant en France plus de 13 millions d'élèves et d'étudiants, en scolarisant 98 % des enfants âgés de 3 ans, l'école exerce une puissante action de socialisation qui.  selon les cas, peut être complémentaire ou concurrente de celle de la famille.

Pour les enfants des catégories sociales dominantes (voir chapitre 5), l'école renforce la culture familiale et permet généralement la réussite scolaire.  Par contre, pour les enfants des catégories défavorisées, la culture véhiculée par l'école ne coïncide pas avec leur culture d origine.  Dès lors, ils subissent des socialisations concurrentes qui contribuent à expliquer leur échec scolaire, plus fréquent.  Pour réussir, notamment dans les filières générales (par opposition aux filières techniques), ces enfants doivent adopter la culture scolaire, ce qui introduit une distance entre eux et leur famille, distance que leurs camarades des catégories sociales dites " cultivées " ne connaissent pas.  Cette situation engendre souvent des conflits et des incompréhensions dans les familles concernées.

Mais en dépit des efforts des familles et de l'intervention de l'école, de fortes inégalités relatives à la scolarisation demeurent.  Ainsi, en général, un enfant de cadre ou d'enseignant possède, à sept ans, un vocabulaire de 2 à 3 fois plus riche que celui d'un enfant d'ouvrier.  De même la possibilité d'accès à l'enseignement supérieur d'un fils de cadre supérieur est 20 fois plus élevée que celle d'un fils d'ouvrier.

 

3.              Le groupe de pairs

 

La quête d'identité qui caractérise l'adolescent l'amène à rechercher voire à accumuler les appartenances à des groupes de pairs, c'est-à-dire de personnes ayant le même statut que lui.

Une enquête de l'INSEE[7] a montré que la majorité des individus qui parlent avec un adolescent sont de même sexe et de même âge que lui.  Des relations privilégiées existent donc entre les adolescents de même sexe et d'une même classe d'âge et, par conséquent, dans les groupes de copains de toute nature, de la bande de "Zoulous" aux jeunes "BCBG", des influences socialisatrices multiples s'exercent.

Néanmoins ces groupes adoptent souvent des valeurs et des normes innovantes par rapport à celles en vigueur dans la société et contribuent ainsi à son évolution (introduction du " jeans ", ou cohabitation juvénile, par exemple).  Certains de ces groupes, très homogènes, pratiquent de véritables rites d'initiation, sortes de mises à l'épreuve codifiée des nouveaux venus.  Ainsi, dans certaines bandes de jeunes motards, les postulants doivent accepter une course de vitesse avec les autres membres du groupe.

 

B.              Les agents implicitement socialisateurs

 

 

1.              L'entreprise

 

Dans notre société, l'entreprise constitue non seulement un lieu de travail mais aussi un facteur d'identité professionnelle et d'appartenance sociale.  Elle participe ainsi à la socialisation de son personnel à travers, par exemple, l'observance d'un horaire régulier, l'obligation de coopérer dans le travail, etc.

 

 

2.              Les médias

 

Les médias : la presse, la radio, et surtout la télévision, qui dispose de la puissance de l'image, exercent une influence grandissante sur la vie sociale des sociétés développées.

Dans beaucoup de ces pays, les enfants scolarisés consacrent plus de temps à la télévision qu'à l'école : en France 1 000 heures pour la télévision par an contre 800 heures par l'école.  équipés à 95 %, les ménages français allument la télévision 5 heures par jour en moyenne, les ménages belges 2h35 par jour en moyenne (les sources ne sont pas les mêmes).  Dès lors les héros et les valeurs diffusés par la télévision participent à la socialisation effective.

*. Face à la télévision, les familles n'ont pas toutes la même attitude.

La grande majorité des familles des catégories dominantes l'acceptent, tout en s'efforçant d'en faire une utilisation sélective et contrôlée.

Cette pratique s'oppose nettement à l'usage permanent et souvent non contrôlé d'une bonne part des familles culturellement défavorisées.

 

C.             Les milieux de socialisation

 

Une première distinction peut être effectuée entre les milieux auxquels appartiennent les agents de socialisation.  On peut distinguer :

· Le milieu géographique des différences dans le processus et le résultat de la socialisation peuvent apparaître entre la ville et la campagne.  Certains psychologues ont pu constater un développement culturel plus précoce en milieu urbain, mais plus stable en milieu rural.

· Le milieu ethnique.  Comme nous l'avons vu, la socialisation ne s'effectue pas de la même manière dans les différents milieux ethniques : groupes d'immigrés et communautés nationales d'accueil en Europe ; Indiens, Blancs et Noirs d'Amérique, par exemple.

· Le milieu social proprement dit, c'est-à-dire la classe sociale ou la catégorie sociale.  Pour un individu donné, son habitus trouve son origine autant dans sa famille que dans le milieu social dont il fait partie.

· Un autre type de milieu doit être évoqué : le milieu de référence.  Il s'agit d'un milieu auquel l'individu n'appartient pas objectivement mais subjectivement.  Ainsi un ouvrier appartient objectivement à la catégorie sociale des ouvriers ou à la classe ouvrière, mais, s'il s'inscrit pour diverses raisons dans une trajectoire d'ascension sociale, il transmettra à ses enfants des références de cadre plutôt que d'ouvrier.  Dans cet exemple le milieu de référence de l'ouvrier est donc celui des cadres.  Cette situation peut être qualifiée de socialisation anticipatrice dans la mesure où elle essaie de préparer un changement d'appartenance..

Ÿ Par le processus complexe de la socialisation, l'individu fait l'apprentissage de la société et de ses règles.

Ÿ La socialisation lui permet d'intégrer à sa personnalité individuelle et sociale les statuts, les rôles, les valeurs et les normes.

Ÿ L'intériorisation des valeurs et des normes attachées aux différents statuts et rôles de l'individu est facilitée par l'application de sanctions sociales positives ou négatives.

Ÿ L'intégration de l'individu dans la société s'effectue dans des milieux de socialisation et au contact de différents agents de socialisation.

 

 

 

 

 

 

     ♦    Qu'est-ce que la sociologie ?

 

  1. Les fait sociaux, objet de l'étude sociologique
  2. La vocation scientifique de la sociologie

 

 

I.    Les fait sociaux, objet de l'étude sociologique

 

Il semble possible de définir, non sans simplification, la sociologie de la manière suivante :

Sociologie : science dont l'objet est la connaissance des faits sociaux.

Les faits sociaux constituent un domaine d'étude très étendu que le sociologue partage avec d'autres chercheurs mais sur lequel il porte un regard spécifique.  De plus, les faits sociaux font l'objet de classifications qu'il nous faut évoquer.

 

  1. Les faits sociaux : un domaine d'étude partagé
    1. Définition du fait social
    2. La spécificité du "regard" sociologique
  2. La classification des faits sociaux
    1. La classification des faits sociaux selon leur dimension
    2. La classification des faits sociaux selon leur degré d'extériorité par rapport aux individus

 

A.             Les faits sociaux : un domaine d'étude partagé

 

 

1.              Définition du fait social

 

Comme l'écrit Raymond Aron, sociologue et philosophe français (1905-1983), " tous les phénomènes humains sont d'une manière ou d'une autre, sociaux puisqu'ils se produisent à l'intérieur de collectivités qui ne sauraient manquer de les influencer " (Introduction à la philosophie de l'Histoire, Gallimard, 1948).

En effet, lorsque vous décidez d'avoir telle ou telle pratique culturelle, de porter tel type de vêtement plutôt que tel autre, etc., votre acte, comme beaucoup d'autres, est socialement orienté.  Autrement dit, il est toujours possible de déceler dans le comportement d'un individu l'influence de son appartenance à un ou plusieurs groupes sociaux (catégorie sociale, communauté religieuse, parti politique, nation,...)

Mais il faut se garder de toute tentation "sociologiste" qui consisterait à faire du  comportement humain le résultat de la seule détermination sociale.  Ainsi quand, étudiant le mariage, les sociologues mettent en évidence la proximité sociale des conjoints (leur homogamie), ils n'abordent que la dimension sociale d'un acte qui en présente bien d'autres (dimensions psychologique, morale, affective...).

 

 

2.              La spécificité du "regard" sociologique

 

La sociologie étudie la dimension sociale du comportement humain,  c'est-à-dire dire l'influence que peuvent avoir les différentes appartenances sociales des êtres humains sur leurs actes, leurs choix, leurs croyances, etc.  Il n'y a donc pas a priori de limites au domaine d'étude de la sociologie, puisqu'elle embrasse la totalité des comportements humains.  Du suicide au crime, des pratiques culturelles aux relations hiérarchiques, des croyances aux pratiques vestimentaires, rien ne laisse le sociologue indifférent.

L'étendue de son champs d'études semble différencier la sociologie d'autres sciences humaines (science économique, ethnologie ou histoire) dont l'objet paraît ait plus nettement délimité.  Mais les champs d'étude des sciences humaines ont tendance à se recouper.  Ainsi certains économistes, tel G. Becker, ont étendu leur domaine d'investigation à des sujets jusque-là réservés à la sociologie (économie de la famille, du mariage, du crime, etc.).  De même des historiens (comme P. Ariès) se sont penchés sur les mentalités collectives du passé.  Notons enfin que les méthodes des ethnologues sont parfois appliquées de manière très fructueuse à l'étude des sociétés industrielles.

Ce qui différencie la sociologie des autres sciences humaines réside donc davantage dans les méthodes utilisées, dans le "regard" qu'elle porte sur le monde, que sur la nature des objets qu'elle étudie.  Néanmoins, l'extrême étendue du champ d'investigation de la sociologie a poussé les sociologues à classifier les faits sociaux.

 

B.              La classification des faits sociaux

 

 

1.              La classification des faits sociaux selon leur dimension

 

Le sociologue français Georges Gurvitch (1897-1965) classe les faits sociaux en trois grandes catégories.

Il y a d'abord les phénomènes macrosociologiques, qui concernent la société dans sa totalité : l'urbanisation, le déclin des valeurs religieuses, le travail féminin en sont quelques exemples.

Viennent ensuite les phénomènes qui concernent les groupes partiels qui composent la société : les classes sociales (que nous avons étudiée précédemment) : la famille, les partis politiques, etc.

Enfin, les faits microsociologiques, qui concernent les formes des rapports sociaux entre les membres d'une collectivité (rapports hiérarchiques, égalitaires, coopératifs, par exemple) et la manière dont ils sont liés à la société (statut de l'individu dans ensemble).

 

 

2.              La classification des faits sociaux selon leur degré d'extériorité par rapport aux individus

 

En partant des faits sociaux qui sont les plus éloignés de l'individu vers ceux qui lui sont les plus proches, il est possible de définir quatre catégories :

·      les faits relatifs à la morphologie sociale, c'est-à-dire le nombre des hommes, leur répartition dans l'espace ;

·      les faits concernant les structures sociales, c'est-à-dire les formes stables d'organisation des rapports sociaux ;

·      les conduites collectives comprenant les actions, les pratiques de la vie sociale et leur régulation (normes, socialisation,...) ;

·      les faits de conscience, c'est-à-dire les phénomènes sociaux les plus proches de l'individu (les valeurs, les idéologies, les symboles).

La réalité sociale, par nature protéiforme et évolutive, rend problématique et difficile toute tentative d'analyse scientifique.

 

II. La vocation scientifique de la sociologie

 

L'interrogation des hommes sur l'organisation et le fonctionnement du monde social s'est réalisée principalement dans le cadre de la philosophie politique.

 

La démarche sociologique rompt avec l'attitude normative de la philosophie politique, puisqu'elle adopte un point de vue positif : elle se propose de décrire et d'expliquer le monde social tel qu'il est.

 

Mais le projet d'une sociologie scientifique, théorisée notamment par émile Durkheim, rencontre de nombreux obstacles.

 

  1. La vocation scientifique contestée de la sociologie
    1. La concurrence déloyale du bon sens
    2. Les faits sociaux rebelles à une approche scientifique
    3. La position délicate du sociologue
  2. L'affirmation scientifique de la sociologie : les règles de la méthode
    1. Il faut considérer les faits sociaux comme des choses"
    2. La cause d'un fait social doit être recherchée dans d'autres faits sociaux
    3. Il faut utiliser la démarche comparative

 

A.             La vocation scientifique contestée de la sociologie

 

La sociologie apparaît triplement contestée par le "bon sens" en tant que science, du fait de la nature même des phénomènes sociaux, et enfin de la position du sociologue.  Mais cette contestation n'aboutit pas à la disqualification de la nature scientifique de la sociologie.

 

 

1.              La concurrence déloyale du bon sens

 

Fort de son expérience, chaque individu développe un ensemble - tout limité et subjectif qu'il soit - de représentations de la société n'ayant rien à voir avec une vision objective de cette dernière.

Ces idées préconçues, ces a priori qualifiés de "prénotions" par é. Durkheim, s'imposent d'autant plus facilement qu'ils sont ressentis comme évidents, bien que dépourvus de toute validité scientifique.

 

Contre ces prénotions, le sociologue doit respecter une méthode stricte lui permettant de prendre de la distance par rapport à son objet.

Cela le conduit ainsi à utiliser un vocabulaire spécifique permettant d'éviter les prénotions.  Ainsi, le sociologue parlera plus volontiers de changement technique que de progrès technique.

 

 

2.              Les faits sociaux rebelles à une approche scientifique

 

Les faits sociaux ne sont pas des objets clos et immobiles : ils sont ouverts sur la société et évoluent avec elle.  Dès lors, la connaissance sociologique est seulement valable dans un contexte géographique et historique donné.  Ce caractère contingent de la connaissance sociologique, s'il n'interdit pas l'affirmation scientifique de la sociologie, la rend cependant plus difficile.

De plus, la sociologie ne peut réaliser de véritables expérimentations pour vérifier ses hypothèses.  Contrairement à la plupart des sciences de la nature, la sociologie ne peut réaliser cette opération essentielle de la démarche scientifique.

Enfin, les phénomènes sociaux résultent de décisions, de comportements humains qui intègrent un certain libre arbitre.  Le sociologue met donc en évidence des probabilités.  Par exemple, près de 80 % des fils dont le père est cadre ou exerce une profession intellectuelle supérieure ont terminé le secondaire supérieur.  Ce constat ne permet de prévoir qu'une probabilité, mais en aucun cas une certitude, de réussite pour un individu de cette catégorie.

 

 

3.              La position délicate du sociologue

 

Le sociologue étudie des phénomènes auxquels il est confronté personnellement en tant qu'homme et citoyen.  Des thèmes tels que la famille, l'école ou le travail renvoient nécessairement chaque individu à sa propre expérience, à sa subjectivité et de ses prénotions.  évidemment le sociologue doit s'interdire de tels renvois et oublier, dans la mesure du possible, toutes ses opinions d'homme.  Sans cela, aucune démarche scientifique n'est possible.

 

B.              L'affirmation scientifique de la sociologie : les règles de la méthode

 

émile Durkheim, qui publie en 1895 Les Règles de la méthode sociologique, élabore trois règles fondamentales qui doivent être appliquées en sociologie.

 

 

1.              "Il faut considérer les faits sociaux comme des choses"

 

Avec cette phrase célèbre, Durkheim préconise d'accorder aux faits sociaux le même degré de réalité qu'aux choses (considérer par exemple qu'une valeur à la même réalité qu'une chaise).

Mais, en même temps, le sociologue doit se garder de tout sentiment de familiarité avec les faits sociaux pour se limiter à leur seule observation, à leur seule mesure.

L'utilisation des statistiques réalisée par Durkheim dans son étude sur le suicide (Le Suicide, 1897) est un modèle de cette règle méthodologique.

 

 

2.              La cause d'un fait social doit être recherchée dans d'autres faits sociaux

 

Pour faire de la sociologie, il ne faut donc pas s'écarter du domaine social.

 

 

3.              Il faut utiliser la démarche comparative

 

C'est en comparant les faits sociaux dans l'espace et dans le temps que le sociologue peut tenter de remplacer l'expérimentation gui lui fait défaut.  En confrontant les statistiques du suicide dans plusieurs pays d'Europe sur plusieurs décennies, Durkheim a ainsi pu démontrer que le suicide est lié au niveau d'intégration sociale, familiale et religieuse.

Ces quelques principes de méthodologie de la sociologie ne sauraient rendre compte de l'ensemble des problèmes que rencontrent les sociologues dans leur démarche scientifique.

Un autre chapitre permettra d'approfondir différents points de vue qui divisent les sociologues.

La sociologie peut difficilement, en tant que science, se définir par un objet exclusif d'étude.  Elle partage en effet l'étude de la société avec d'autres sciences humaines : histoire, économie, ethnologie, etc.

Elle se définit plutôt par un certain type d'approche des comportements humains en les considérant de deux points de vue :

·      soit comme le résultat de l'influence de la société sur les individus ;

·      soit comme des facteurs influençant le fonctionnement de la société.

Dans son étude, le sociologue adopte une démarche scientifique en se défiant des u prénotions ", qui lui viennent de son appartenance à une société déterminée.

 

 

 

 

 

 

 

       ♦      La sociologie & ses méthodes : application étude de la stratification

 

  1. Les représentations de la stratification sociale
  2. Quelques éléments de méthodologie

 

 

I.    Les représentations de la stratification sociale

 

Les sociologues ne partagent pas nécessairement la même représentation de la réalité sociale.  Là où certains voient une multitude d'acteurs individuels poursuivant chacun leur propre logique, d'autres considèrent que les groupes sociaux, dont les individus font partie, ont une action prépondérante.

 

  1. Les représentations
    1. Qu'est-ce qu'une représentation ?
    2. Sens commun et représentations savantes
  2. La diversité des représentations savantes
    1. Objectivisme et subjectivisme
    2. Individu et société : holisme ou individualisme méthodologique ?
  3. Les concepts du classement social
    1. Réalisme et nominalisme
    2. Catégorie sociale/groupe social
  4. Les concepts de la stratification sociale
    1. Hiérarchie, inégalité, injustice
    2. Qu'est-ce qu'une stratification sociale ?
    3. Stratification, groupes d'appartenance et de référence, réussite sociale
    4. La cristallisation du statut social

 

A.             Les représentations

 

 

1.              Qu'est-ce qu'une représentation ?

 

Représentation : système mental permettant de décrire, comprendre, interpréter un phénomène social.

Une représentation permet de décoder une réalité sociale complexe en lui appliquant un schéma de perception réduit à quelques éléments et relations essentiels.

C'est à travers nos représentations que nous essayons de maîtriser, d'organiser notre environnement naturel et social et d'orienter nos jugements et nos actions.

Ainsi, les concepts de catégorie sociale, groupe social, classe sociale, etc. induisent chacun une forme de représentation sociale, une "vision" du monde.

 

 

2.              Sens commun et représentations savantes

 

Pour analyser une situation sociale donnée, chaque individu utilise spontanément, sans beaucoup de recul critique, le "sens commun", c'est-à-dire les représentations élémentaires dont il est porteur.  Les stéréotypes nationaux appartiennent par exemple à cette catégorie.  Le sociologue se doit de dépasser ce "sens commun".

 

Représentation savante : classements, modèles et théories élaborés par les chercheurs qui aspirent à l'étude scientifique des faits sociaux.

 

Ce sont ces représentations qui nous serviront dans l'étude qui va suivre.

 

B.              La diversité des représentations savantes

 

 

1.              Objectivisme et subjectivisme

 

Objectivisme : démarche intellectuelle consistant à rechercher les "lois objectives" qui gouvernent la réalité sociale, c'est-à-dire celles qui, derrière le désordre apparent de la vie en société, révèlent un ordre sous-jacent.

 

Ce courant de pensée est notamment représenté par deux grands fondateurs de la sociologie : Auguste Comte et émile Durkheim (voir chapitre 4), qui ambitionnaient de faire de la sociologie une véritable "physique sociale", aussi rigoureuse que la physique.

Dans les années 1950-60, le structuralisme de Claude Lévi-Strauss donna un grand retentissement au courant objectiviste..

Subjectivisme : héritier de la philosophie kantienne en sciences sociales.  Selon Kant (philosophe allemand, 1724-1804), la réalité en soi est inaccessible à l'homme.  Celui-ci n'observe le réel qu'à travers un ensemble de représentations, de structures mentales, variables d'un individu à l'autre, d'un groupe à l'autre.  Il n'y a pas une observation objective de la réalité mais seulement des visions différentes de ce qui nous paraît être la réalité.

Selon les subjectivistes, l'objectivisme peut déboucher sur une imposture quand, sous couvert d' "objectivité", le chercheur ne fait qu'énoncer ses propres représentations.  Ce courant a pris naissance en sociologie avec Max Weber et Georges Simmel, qui proposèrent d"étudier la vie sociale à partir du sens que les individus donnent à leur action.  Il s'incarne dans la sociologie individualiste (Raymond Boudon) et à l'interactionnisme symbolique (Erving Goffman).

 

 

2.              Individu et société : holisme ou individualisme méthodologique ?

 

S'il n y a pas de société sans agrégation d'individus, il n'y a pas non plus d'individus sans société.  Une fois ces principes élémentaires rappelés (v.  chap.  4), rien n'est résolu pour autant.  Faut-il partir de l'individu pour comprendre le social ou partir de la société pour expliquer les actions individuelles ! Ce débat sur le déterminisme en sociologie oppose l'individualisme méthodologique et le holisme dont les principaux éléments sont résumés dans le tableau ci-après.

$$$$$

Le "tout" est supérieur à la somme des parties (principe de totalité).  Le groupe est doté d'une "conscience collective".  Il pense, agit tout autrement que ne feraient ses membres s'ils étaient isolés.

La société impose des valeurs, des normes, des rôles qui exercent une contrainte sur les individus.  L'action de l'individu est conditionnée par sa culture, déterminée par logiques qui le dépassent.

La conscience sociale de l'individu est déterminée par sa place dans le mode de production, dans les rapports sociaux.

La classe sociale détermine le niveau d'ambition, les chances de réussite et donc le statut social de ses membres et de leurs enfants.  Tout phénomène social s'explique par l'agrégation des comportements individuels..  Le groupe social est la résultante des comportements individuels et de leurs interactions.

Normes, valeurs ne sont que des possibilités offertes à l'individu, qui conserve toujours une marge de liberté dans l'exercice de ses rôles sociaux.  Sa stratégie consistera à utiliser ses possibilités de choix pour maximiser son intérêt.

Il faut partir des motivations individuelles pour expliquer un phénomène social.

Le statut social d'un individu est l'aboutissement d'une trajectoire Lois de fonctionnement de la société

Principaux auteurs représentatifs

Dépassement  ?

La tendance dominante est celle d'une reproduction des structures sociales.  Il existe des lois de fonctionnement des sociétés qui rendent l'avenir prévisible.  Il n'y a pas de lois générales de fonctionnement et de développe ment des sociétés.  Le résultat de toute action humaine est en partie aléatoire.  Rien n'est écrit d'avance.

Karl Marx

Émile Durkheim Claude Lévi-Strauss Mancur Olson Raymond Boudon

jalonnée d'alternatives diverses et de décisions rationnelles face à ces choix.

Principes fondamentaux

Valeurs Normes Rôles

Statut social Classe sociale Déterminisme social

Les travaux de Pierre Bourdieu tentent un dépassement de cette alternative, tout en étant plus proches du holisme.

$$$$$

La sociologie, en tout état de cause, ne pourra progresser qu'en intégrant la complexité de cette influence réciproque entre l'individu et le social : "La société produit les individus, qui produisent la société" (Edgar Morin).

 

C.             Les concepts du classement social

 

Dans la mesure où, par définition, elle vise à la connaissance, toute science procède par classements.

Par exemple les "ensembles" en mathématique, les "espèces" en biologie, les "périodes" en histoire, etc.  Il est donc normal que la sociologie suive la même démarche.  C'est ainsi qu'ont été créées les notions de "catégories sociales", de "classes sociales", de "groupes", etc.

Un premier problème soulevé par ces classements consiste à savoir quelles relations ils entretiennent avec la réalité sociale.  Deux conceptions s'opposent :

 

 

1.              Réalisme et nominalisme

 

Selon l'approche réaliste ces concepts de catégories, classes, etc., traduisent des réalités sociales objectives que l'on peut constater et même souvent mesurer.

Selon l'approche nominaliste ces concepts sont des constructions intellectuelles opérées par les sociologues, leur permettant d'appréhender et de comprendre le réel.  On regroupe des individus présentant des similitudes au regard de certains critères, mais ces regroupements ne sont pas des réalités empiriques, ce sont des outils abstraits.

 

 

2.              Catégorie sociale/groupe social

Qu'est-ce qu'une catégorie sociale ?

Catégorie sociale : juxtaposition d'individus présentant une ou plusieurs caractéristiques communes.

Les critères de construction des catégories sociales sont très nombreux ; parmi les plus employés, citons : le revenu, l'âge, le sexe, la profession, le niveau d'étude, la nationalité, le lieu d'habitation, etc.

Si certains critères paraissent nettement marqués, telle la différence homme/femme, d'autres peuvent être facilement taxés de nominalisme.  Prenons le cas de l'âge.  Qu'est-ce qu'un "jeune"  ?  L'INSEE considère comme "jeunes", les 15-24 ans.  Les 0-14 ans sont les "enfants", les plus de 25 ans sont les "adultes".

Qu'est-ce qu'un groupe social ?

Groupe social : ensemble d'individus qui ont des caractéristiques communes et qui entretiennent des relations telles qu'elles leur donnent une certaine conscience d'appartenir à cet ensemble, ayant un but commun.  En outre, un groupe social est identifiable par le reste de la société.  Enfin, grâce à sa cohésion, un groupe social peut être un acteur dans la vie sociale.

Pour qu'un groupe social existe et se maintienne, il faut que ses membres aient en commun un minimum de manières de penser, de sentir et d'agir qui opèrent une démarcation nette avec le reste de la société.  Il existe une diversité presque infinie des groupes sociaux : nations, ethnies, partis politiques, syndicats, religions, familles, groupes d'amis, classes d'établissements scolaires, équipes sportives, groupes artistiques, participants à une compétition de scrabble, etc.

Une catégorie sociale essentiellement nominale présente le plus souvent un minimum de réalité.  Ainsi les femmes peuvent être considérées comme un rassemblement assez artificiel dans la mesure où il englobe des jeunes, des adultes, des femmes âgées, des bourgeoises, des ouvrières, etc.  Et pourtant, au-delà de cette diversité, elles ont certains traits communs, par exemple le fait de subir une certaine discrimination dans leur vie professionnelle.  Inversement, les groupes les plus "réels" en apparence manquent souvent de cohérence.

·        il arrive qu'un groupe se constitue, bien que ses membres ne se connaissent pas, ou se connaissent mal, ou dont le but commun soit peu ou mal défini (ex : supporters d'une même équipe de foot)

·        certains groupes ont une durée de vie (très) courte, lorsque le groupe se constitue dans un but commun à intérêts momentanés (ex : les manifestants lors des marches blanches)

·        pour qu'un groupe fonctionne bien, il faut que chacun des membres ait l'intention de réaliser l'objectif, le but commun et que l'attitude de chacun soit conforme à l'objectif fixé : respect des traditions, des usages, de la norme,...

 

 

Idée méthodologique : Une utilisation du rétro-projecteur semble approprié à ce sujet.  En effet, le professeur peut disposer différentes photos ou images représentants : une manifestation, leur photo de classe (afin de les motiver davantage), une équipe de foot, des vacanciers, mouvement de jeunesse, un athlète, ...

Toutes ces photos peuvent figurer dans un tableau qui distinguerait groupes sociaux et catégories sociales.

Cette proposition de matière et cette façon de faire peuvent être utilisées à plusieurs reprises soit en une mise en situation ; soit en guise d'exercices.

Ces deux définitions peuvent être déduites à partir de ces photos ou images si le professeur a utilisé la proposition en tant que mise en situation.

 

D.             Les concepts de la stratification sociale

 

 

1.              Hiérarchie, inégalité, injustice

 

Les réflexions sur la stratification partent du constat de l'existence de hiérarchies et d'inégalités dans toute collectivité humaine.

Hiérarchie : classement visant à distinguer des supérieurs, des inférieurs et donc des intermédiaires, au regard de certains critères fonctionnant comme valeurs.

Le fait, par exemple, de classer les individus selon la richesse ou le prestige implique que l'argent et la considération des autres sont des "valeurs", des "biens sociaux" reconnus comme tels par au moins la majorité des membres de la société.

Inégalité sociale : différences de richesse, de pouvoir, de culture, etc entre les groupes sociaux qui existent.

Si aucun principe d'équité, de légitimité ne paraît fonder une inégalité, on parlera d' "injustice".

La mesure des inégalités est appelée "écart".  Ainsi l'écart entre la moyenne des rémunérations des 10 % de salariés les moins payés et la moyenne des rémunérations des 10 % de salariés les mieux payés est une mesure (parmi d'autres) de l'inégalité des salaires.  Annoncé au J.T. de la RTBF ce 17/07/96, "les 358 familles les plus riches au monde détiennent autant que la moitié la plus démunie du monde."

 

 

2.              Qu'est-ce qu'une stratification sociale ?

 

Stratification sociale : système hiérarchisé de statuts représentant des inégalités de pouvoir, de richesse, de prestige entre les membres d'une société.

La stratification est souvent représentée par la métaphore de l'échelle dont on peut gravir ou descendre les échelons ou de la pyramide sur laquelle on occupe une place plus ou moins proche du sommet ou de la base).

Le schéma suivant indique que la stratification sociale résulte de l'action combinée des hiérarchies et des inégalités qui les accompagnent.

 

$$$$

sociales

 

administratives

 

politiques

religieuses hiérarchies

 

militaires

professionnelles         économiques juridiques

 

Stratification sociale

Inégalités

I / intellectuelles  artistiques

économiques

     politiques sociales

$$$$$

 

 

3.              Stratification, groupes d'appartenance et de référence, réussite sociale

 

Les études sur la stratification ont pour point de départ la position de l'individu au sein du groupe et la place de ce groupe dans la société.  Mais l'individu partage-t-il nécessairement les valeurs et représentations de son groupe ?

Cette question est à l'origine de la distinction, conceptualisée initialement par Robert King Merton, entre groupe d'appartenance et groupe de référence (voir aussi étape 7, "Valeurs, normes et contrôle social").

 

Groupe d'appartenance/groupe de référence ou groupe neutre

· Le groupe d'appartenance est celui dont l'individu est membre objectivement (qu'il le veuille ou non).

· Le groupe de référence est celui auquel l'individu emprunte ou rejette ses normes, ses valeurs, auquel (par rapport auquel) il s'identifie, désire ou croit appartenir.

Par exemple une secrétaire qui fait objectivement partie de la catégorie des employés peut emprunter certaines de ses valeurs, de ses normes au groupe des cadres, ce qui se traduira par l'adoption de certains éléments de standing : vêtements "griffés", vacances exotiques, etc., quitte à consentir des sacrifices pécuniaires pour satisfaire ce besoin de statut.

Lorsqu'on fait partie d'un groupe, on considère ces groupes comme des groupes d'appartenance.  Si on ne fait pas partie d'un groupe dont les objectifs ne nous plaisent pas, on parlera d'un groupe de référence négative ; par contre si ses objectifs nous plaisent, nous parlerons d'un groupe de référence positive.  Les groupes neutres sont ceux qui ne laissent "ni chaud, ni froid".

Qu'est-ce que la réussite sociale ?

Pour un individu, la réussite sociale est l'accès à une position jugée enviable par la majorité des membres de la société ou d'un groupe.

Un individu va avoir tendance à mesurer sa réussite sociale en comparant sa situation à la situation moyenne des membres du groupe qu'il prend comme référence.

Raymond Bourdon a montré que le sens même de la notion de réussite et les moyens de l'atteindre sont très variables d'un groupe à l'autre et entre les individus au sein d'un même groupe.  Ainsi un instituteur sera normalement satisfait si son fils est professeur du secondaire ; un professeur de faculté risque d'en être déçu.

Par ailleurs, certains intellectuels rejettent violemment "l'idéologie de la réussite sociale" qui engendre une société libérale de "battants" et qui exclut la plupart de ses membres des voies légitimes d'accès à la considération sociale ; les critères de la réussite étant d'ailleurs ceux imposés et légitimés par la classe dominante.

 

 

4.              La cristallisation du statut social

 

a)              Richesse, prestige, pouvoir

 

Le schéma précédent recense les multiples dimensions du statut social.  Chacune d'entre elles peut donner lieu à l'établissement d'une hiérarchie particulière et l'entrecroisement de toutes ces hiérarchies rend finalement très complexe (voire impossible) une représentation unique de la stratification.  C'est pourquoi la plupart des études retiennent ces critères essentiels que sont la richesse, le prestige, le pouvoir, qui "cristallisent" en quelque sorte les nombreux éléments du statut social.

Richesse : ensemble des ressources matérielles (revenu et patrimoine) dont dispose un individu ou un groupe.

Prestige : considération sociale dont jouissent certains individus et certains groupes et qui se traduit par des actes de déférence, de respect de la part d'autrui.

Pouvoir : capacité d'imposer sa volonté à autrui.

La notion de pouvoir proprement dite, qui implique éventuellement l'usage de la contrainte, est à distinguer de :

·      l'influence, qui permet d'infléchir la conduite d'autrui par la persuasion ;

·      l'autorité, qui est le pouvoir institutionnalisé, accepté et reconnu comme légitime par ceux qui lui obéissent.

 

b)              La congruence entre les éléments du statut

 

Il n'y a pas forcément correspondance (congruence) entre les trois dimensions du statut social.

Dans les sondages que les médias réalisent chaque année sur "les Français les plus célèbres" arrivent régulièrement en tête l'abbé Pierre et le commandant Cousteau.  Or ces deux personnalités prestigieuses ne sont pas "riches", et n'ont pas de pouvoir direct sur la société.  Leur influence est surtout morale et diffuse.

Par contre, l'un des plus grands "patrons" français, François Michelin, est quasiment inconnu du grand public.  Il dispose de la richesse et du pouvoir, mais son prestige ne dépasse pas le sérail des catégories dirigeantes.

Néanmoins la plupart des enquêtes sur la stratification sociale montrent que, en général, les professions classées "en haut" de l'échelle confèrent à leurs membres à la fois un revenu élevé, du prestige et un pouvoir certain.  À l'inverse, les professions "au bas" de l'échelle ne sont ni prestigieuses ni bien rémunérées et correspondent à des tâches de simple exécution.

· Toute procédure de classement social est une représentation de la réalité.

· La principale question est de savoir si les divisions effectuées par le sociologue existent réellement ou sont créées artificiellement pour les besoins de sa démonstration.

· Les concepts utilisés ne sont pas neutres mais traduisent toujours une problématique des choix considérés comme pertinents par le chercheur.

 

II. Quelques éléments de méthodologie

 

Nous ne reviendrons pas sur la nécessité qui s'impose au sociologue, comme à tout scientifique, d'être rigoureux dans ses méthodes et vigilant quant aux "prénotions" qui peuvent entacher son travail (cf.  chapitre 4).  Ceci est particulièrement vrai dans des domaines "sensibles" comme l'étude des inégalités sociales.

 

  1. Méthode inductive et méthode déductive
  2. L'enquête sociologique
    1. La formulation des hypothèses
    2. La construction du plan d'observation
    3. La construction des variables
    4. Analyse des relations entre les variables
  3. Délimitation et difficultés de mesure de la richesse
    1. Comment la délimiter ?
    2. Comment la mesurer ?
  4. Comment mesurer le prestige ?
    1. Le questionnaire quantitatif : l'échelle de North et Hall
    2. Méthode réputationnelle et entretien 
    3. Les limites des enquêtes par questionnaire et entretien
    4. L'ethnométhodologie
  5. Qui détient le pouvoir ?
    1. Oligarchies et domination arbitraire
    2. Comment repérer les postes de pouvoir ?

 

A.             Méthode inductive et méthode déductive

 

La méthode déductive consiste à partir d'hypothèses, de concepts abstraits, que l'on va chercher à appliquer au réel.

Par exemple, on peut construire une définition a priori des classes sociales et voir si, dans la réalité, les classes observées correspondent à cette définition.

La méthode inductive consiste à partir de l'observation, de l'expérience, pour élaborer ensuite des concepts, des théories.

Cela correspond à la sociologie empirique, qui construit par exemple des échelles de prestige à partir des réponses à un questionnaire.

Cependant la plupart des enquêtes transcendent cette opposition entre méthode inductive et méthode déductive.  En effet, le sociologue n'est pas un être désincarné, ses hypothèses sont donc influencées par son expérience de la société.  Inversement, une observation ne peut partir de rien, elle repose nécessairement sur un minimum d'hypothèses préalables, plus ou moins explicites.

 

B.              L'enquête sociologique

 

Nous pouvons distinguer les quatre moments d'une enquête.

 

 

1.              La formulation des hypothèses

 

Comme nous venons de le signaler, elles peuvent être énoncées plus ou moins clairement.

Par exemple, on se demandera s'il y a une relation fiable entre le niveau de diplôme et le statut social dans la vie active.  L'hypothèse est sans ambiguïté.

On pourra aborder cette même question de manière plus floue, sans formuler d'hypothèse précise, en constatant que certains individus, bien que n'étant pas diplômés, disposent d'un statut élevé alors que d'autres, bardés de diplômes, connaissent une situation médiocre.

 

 

2.              La construction du plan d'observation

 

Il s'agit de déterminer les moyens d'accès aux données : consultation de sources statistiques, construction d'un échantillon en vue d'une enquête, choix du type d'enquête, etc.

On oppose à cet égard :

·      les enquêtes quantitatives, qui permettent de comparer des informations chiffrées ;

·      les enquêtes qualitatives, qui sont utilisées quand la quantification est impossible ou lorsque le sociologue estime que c'est la seule méthode acceptable (cf.  page 12 : l'ethnométhodologie).

 

 

3.              La construction des variables

 

C'est le problème de la traduction des concepts en instruments opératoires utilisables pratiquement).

Par exemple, le prestige, notion abstraite, sera mesuré par l'attribution à chaque profession d'une note allant de 1 à 5.

 

 

4.              Analyse des relations entre les variables

 

Attention à ne pas confondre corrélation et causalité : si deux phénomènes se produisent en même temps, l'un n'est pas forcément la cause de l'autre.

Par exemple on peut remarquer une certaine corrélation entre richesse et pouvoir : les riches sont souvent puissants.  Ce n'est pas nécessairement un lien de causalité :

·      il y a des riches qui ne sont pas puissants, et inversement ;

·      en outre, dans le cas des personnages puissants et riches, ce peut être la puissance qui est à l'origine de leur richesse ; ce peut être aussi l'inverse ;

·      à moins qu'un troisième phénomène, non pris en compte jusqu'à présent, n'explique à la fois la puissance et la richesse, comme la chance au jeu, le talent, etc.

 

C.             Délimitation et difficultés de mesure de la richesse

 

 

1.              Comment la délimiter ?

 

Le sociologue aborde cette question comme l'économiste (cf.  cours de seconde, chapitres 5 à 8) en ayant soin d'inclure dans le revenu et le patrimoine les avantages annexes monétaires ou en nature dont bénéficient certains, et en tenant compte de l'effet des transferts.

 

 

2.              Comment la mesurer ?

 

De toutes les dimensions du statut social, la richesse semble être celle qui se prête le mieux à la mesure.  Pourtant cette mesure se heurte à certains obstacles :

·      les enquêtes peuvent manquer de fiabilité, car les gens ont tendance à minimiser leur revenu et leur patrimoine.  Leurs déclarations doivent donc être traitées avec précaution ;

·      les données d'origine administrative et fiscale doivent être "redressées" pour tenir compte de la fraude.

 

D.             Comment mesurer le prestige ?

 

Différentes méthodes sont utilisées pour classer les positions sociales sur des échelles de prestige.  ces dernières étant les instruments privilégiés des études empiriques sur la stratification.

 

 

1.              Le questionnaire quantitatif : l'échelle de North et Hall

 

C'est l'outil de référence de la sociologie empirique de la stratification.

On demande à un échantillon représentatif de la population étudiée de donner une note de 1 à 5 à un ensemble de professions.  On calcule ensuite la moyenne ou le nombre de points obtenus par chaque profession et I on établit une liste de la plus prestigieuse à la moins prestigieuse.

Une enquête de ce type, portant sur 72 professions, a été effectuée en France en 1972 auprès de 6 650 personnes.  Quelques résultats sont récapitulés dans le tableau suivant.

$$$$

 

Professions

 

Médecin Président-directeur-général

 

Pilote Professeur

                        Notes et rangs                         Notes I Rangs

                        95,1                         93,1                         1,0                         2,0

                        88,0                         85,4

                           9,0

                          10,0 Plombier             /  73,9  1 28,0 Infirmière              72,8  1 29,0

 

Pompier              1  64,6  1 46,0 Dactylo              1  63,6  1 47,0 Prêtre                  62,9  1 48,0

Femme de ménage Ouvrier agricole íboueur

Laveur Manceuvre

                        42,2                         41,0                         39,5                         39,0                         39,0                         68,0                         6910                         70,0                         71,0                         72,0

 

 

Source : Y.  Lemel, Stratiiication et mobilité sociale,                         Armand Colin, 1991.

 

 

2.              Méthode réputationnelle et entretien :

 l'enquête de William Lloyd Warner sur Yankee City.

 

Cette enquête sur une petite ville baptisée symboliquement par W.L. Warner "Yankee City" (en réalité Newburyport, 17 000 habitants) fut effectuée dans les années 40.  Des "juges de prestige" avaient à classer les individus selon le degré de considération qui leur était attaché.  Les sociologues ont ainsi pu repérer sur quels critères se fondaient les sujets pour diviser leur localité en classes sociales : le revenu et l'ancienneté de résidence, la profession et le niveau d'instruction.

*. Warner mit ainsi en évidence six classes sociales qu'il qualifie de : "supérieure supérieure", "supérieure inférieure", "moyenne supérieure", "moyenne inférieure", "inférieure supérieure", "inférieure inférieure".

 

 

3.              Les limites des enquêtes par questionnaire et entretien

 

Comparer ce qui est comparable : North et Hall ont constaté que toutes les professions n'étaient pas jugées selon les mêmes critères.  On peut, par exemple, donner une note élevée à un universitaire pour son savoir, à un chef d'entreprise à cause de son sens des affaires, à un homme politique pour son pouvoir.

Ils ont donc déterminé différents "situs" de prestige à l'intérieur desquels les professions sont comparables.  Ainsi, au sein du situs sportif, un champion international a plus de prestige qu'un champion national.  Au sein du situs politique, un ministre a plus de prestige qu'un bourgmestre ou maire de petite ville.

En revanche, il est souvent très délicat de comparer des positions sociales de situs différents.  Peut-on dire, par exemple, qu'un footballeur de première division est plus prestigieux qu'un ministre ! Cela illustre les difficultés d'élaboration d'une théorie de la stratification.

 

 

4.              L'ethnométhodologie

 

Ses principaux représentants (Howard Becker, Harold Garfinkel, Aaron Cicourel, Erving Goffman) rejettent les méthodes précédentes pour privilégier le "travail sur le terrain", qui permet d'observer les interactions entre les individus.  Ce sont des interactionnistes.

Le langage est un de leurs domaines d'étude privilégiés, car c'est par ce "système d'adresse" (v.  schéma ci-dessous) que les gens entrent en relation, construisent les interactions primaires.

Entre "monsieur le président, voilà le dossier que vous m'avez demandé" et "Tiens, coco, le voilà ton dossier !", il y a toute une palette de formulations, révélatrices des rapports hiérarchiques.

L'ethnométhodologie connaît cependant des limites : l'observation directe des interactions n'est possible que si le sociologue est capable de se fondre dans le groupe ; à défaut de fusion, la présence de l'observateur perturbe le fonctionnement habituel du groupe.  Howard Becker, lui-même pianiste de jazz, a pu fournir une étude très pénétrante des musiciens de jazz de Chicago, groupe très fermé aux non jazzmen.  Mais le sociologue n'est pas un caméléon capable de passer inaperçu dans n'importe quel groupe.  Aussi la méthode est-elle peu applicable dans certains groupes très fermés, comme la haute bourgeoisie, par exemple.

 

E.              Qui détient le pouvoir ?

 

 

1.              Oligarchies et domination arbitraire

 

Oligarchie : minorité située au sommet des différentes hiérarchies économiques, sociales, culturelles, politiques, etc.

Toute oligarchie cherche à asseoir sa légitimité et à limiter les contestations.  Mais existe-t-il un principe de pouvoir incontestable ?

Domination arbitraire : pouvoir d'un individu ou d'un groupe qui ne peut se justifier par aucun principe universel.

L'exemple de la belge ou français permet d'illustrer ces notions.

*. En Europe occidentale, on peut distinguer essentiellement trois voies d'accès aux positions dirigeantes :

·      la propriété du capital ;

·      le passage par les grandes écoles ;

·      la carrière interne.

La Belgique et la France se singularisent, parmi les autres pays industriels, par l'importance croissante des grandes écoles et des grands corps d'état comme mode de formation des dirigeants (voir schéma ci-dessous).

Ce que l'on appelle "l'élite de la Nation" est issue des deux voies royales de l'enseignement supérieur en France : Polytechnique et É.N.A.  Cette élite exerce un véritable monopole sur l'administration étatique, a trustant "tous ses rouages essentiels, des directions centrales aux cabinets ministériels".

Depuis quelques années, ces hauts fonctionnaires, après un passage par les grands corps de l'état envahissent aussi le monde des affaires.

Dans quelle mesure cette domination des grands corps est-elle arbitraire  ?  Cette "noblesse d'état", selon l'expression de Pierre Bourdieu, justifie sa position dominante par sa compétence attestée par le succès à un concours "impitoyable".  Or dans la tradition républicaine, le concours anonyme est l'institution-type de l'égalité des chances.  Comment dès lors contester la légitimité d'un tel pouvoir ?

Les travaux sur l'origine sociale des lauréats de l'ENA et de Polytechnique permettent de dévoiler le mythe de l'égalité des chances.  C'est ainsi que le quart des "X" (élèves de l'école Polytechnique) a déjà un X dans sa famille ; ce qui confère à ces élèves 4 000 fois plus de chances d'être à Polytechnique qu'aux fils d'ouvriers spécialisés.

Les recherches de P. Bourdieu démontent les mécanismes de cette domination culturelle arbitraire, qui est d'autant plus efficace qu'elle est parée de tous les symboles de la légitimité et donc acceptée par ceux-là mêmes qui la subissent.

 

Source :

P Bauby "Au cSur de l'état qui gouverne ?", !  Sciences humaines n° 22, nov 1992.  1 Y9L.

 

 

2.              Comment repérer les postes de pouvoir ?

 

Trois méthodes sont utilisées :

a)              La méthode "positionnelle"

 

Elle consiste à détecter les positions de pouvoir à partir des organigrammes des administrations et des entreprises.  Plus on est "haut placé" dans l'organigramme, plus on est censé avoir de pouvoir.  La fiabilité des déductions tirées des organigrammes est cependant limitée.  Ainsi les détenteurs de pouvoirs "occultes", (les "éminences grises", amis influents, et autres "conseillers spéciaux") ne peuvent être détectés.

 

b)              La méthode réputationnelle

 

Sont considérées comme ayant du pouvoir les personnes réputées "importantes" déterminées par la méthode de Warner.  Les limites de cette méthode sont celles inhérentes à tout questionnaire et entretien.

 

c)              La méthode décisionnelle

 

Elle consiste à analyser le processus de la prise de décision pour repérer qui a de l'influence, qui a le rôle "décisif", qui sont les "décideurs".  Cette analyse est particulièrement difficile quand elle porte sur des situations complexes, où entrent en jeu de multiples influences et instances de décision, qui provoquent un brouillage et une dilution des responsabilités.  C'est le cas par exemple de certaines mesures administratives où l'on ne sait pas qui décide en dernier ressort.

· Les enquêtes sur la stratification sociale utilisent l'appareillage méthodologique classique de la sociologie- études statistiques, questionnaires, entretiens, observation directe- appliqué à ces trois dimensions essentielles que sont la richesse, le prestige, le pouvoir.

· Le sociologue doit constamment exercer sa vigilance épistémologique, c'est-à-dire porter un regard critique sur les méthodes utilisées.

 

 

 

 

 

       ♦      Stratification sociale des sociIétés traditionnelles : castes et ordres

 

  1. Les castes
  2. Les ordres

 

 

I.    Les castes

 

D'origine portugaise, le mot caste sert à désigner les classes sociales de la société hindoue.  Le système de castes existe en outre dans d'autres régions de l'Asie, ainsi qu'en Afrique.

 

  1. Les caractéristiques des castes
  2. Du principe à la pratique des castes

 

A.             Les caractéristiques des castes

 

Les castes sont des groupes sociaux endogames (on ne peut se marier qu'entre membres d'une même caste), strictement hiérarchisés et fermés, imposant à leurs membres des manières de penser, de sentir et d'agir des normes, des croyances et des interdits spécifiques..  L'appartenance à une caste se transmet de façon héréditaire.

Les relations sociales se construisent autour de la notion de pureté/répulsion.  L'esprit de caste interdit formellement les contacts physiques, les relations sexuelles, les repas en commun entre membres de castes différentes.

Si un contact impur a lieu, il faut procéder à un rite de purification.

Des tribunaux de castes jugent les déviants et prononcent contre eux des sanctions allant jusqu'à l'exclusion définitive.  Dans ce cas, l'individu perd son identité sociale, il n'est plus rien, ne peut rejoindre une autre caste, où il n'est pas né.  Il devient un intouchable, mis au ban de la société.

 

B.              Du principe à la pratique des castes

 

Le système des castes, même s'il tolère une certaine souplesse dans son fonctionnement concret, est difficilement compatible avec la modernisation sociale qu'en traîne l'industrialisation de l'Inde.  De ce fait, la Constitution de 1947 a aboli les castes, qui n'ont plus d'existence légale.  Toutefois, l'esprit de caste exerce encore une puissante influence sur les mentalités.  Il y a, en Inde, concurrence entre normes juridiques et normes sociales.

 

II. Les ordres

 

  1. Les trois ordres : une hiérarchie fondée sur le prestige
  2. Du principe à la pratique sociale
  3. L'abolition de la société d'ordres

 

A.             Les trois ordres : une hiérarchie fondée sur le prestige

 

Les ordres sont les trois grandes catégories qui composent la société d'Ancien Régime : clergé, noblesse et tiers état.

Les ordres sont hiérarchisés en fonction du prestige des fonctions sociales remplies par leurs membres.  En théorie, le clergé est le premier des ordres, car sa fonction est d'être l'intermédiaire entre le monde divin et le monde humain.  Mais la noblesse, dont la fonction principale est le métier des armes, jouit d'un égal prestige.  Quant au tiers état, il s'adonne à des taches peu prestigieuses : agriculture, artisanat, commerce.

Comme pour les castes, la religion légitime cette division, considérée comme le reflet terrestre de l'ordre divin.  L'inégalité entre les ordres est par ailleurs consacrée par la loi.

Dans la noblesse, le souci de la pureté du sang, de la lignée, engendre une Corte endogamie (proche de celle des castes) ; la transmission des fonctions sociales est largement héréditaire, limitant ainsi la mobilité sociale.

 

B.              Du principe à la pratique sociale

 

La pratique sociale s'est parfois écartée de ces principes.

Les transformations techniques, l'extension des marchés, de la monnaie, le développement des villes secouèrent l'inertie de la société d'ordres.  En particulier, au sein du tiers état, une couche bourgeoise s'enrichit, jetant les bases du capitalisme, tandis que la noblesse ne pouvait accéder à des fonctions mercantiles.

Une certaine convergence d'intérêt apparut ainsi entre la haute bourgeoisie, avide de reconnaissance sociale, et la noblesse et l'état toujours impécunieux.

L'état vendit donc à la bourgeoisie des charges anoblissantes, titra ses grands commis d'origine bourgeoise (Colbert,...), ce qui institua une "noblesse de robe", inférieure en dignité à la "noblesse d'épée".

Des alliances matrimoniales se nouèrent entre les deux noblesses.  L'endogamie fut donc, à certaines époques, plus une tendance qu'une règle stricte.

 

C.             L'abolition de la société d'ordres

 

Les ordres furent abolis en France par la Révolution.

·      Les privilèges furent supprimés dans la nuit du 4 août 1789.

·      La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen affirma, dans son article premier : "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits, les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune."

Mais cet idéal égalitaire n'est-il pas tempéré par l'article 17, qui pose que "la propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé...  " ?

L'égalité des droits n'est donc pas incompatible avec l'inégalité des richesses : voilà posé le point de départ de la réflexion sur les classes sociales.

·      Les sociétés de castes et d'ordres sont strictement hiérarchisées en groupes sociaux très fermés, caractérisés par l'endogamie et la transmission héréditaire du statut social.

·      La religion et la tradition légitiment cette division fonctionnelle du travail et l'ordre social ainsi établi.

·      Néanmoins, les sociétés traditionnelles ne sont pas figées.  Elles se transforment et leur système de stratification tolère une certaine souplesse leur permettant de s'adapter à ces évolutions.

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Stratification sociale des sociétés traditionnelles : classes et catégories sociales

 

  1. Les classes sociales
  2. Les catégories socioprofessionnelles
  3. Des CSP aux classes sociales

 

 

I.    Les classes sociales

 

  1. Stratification et classes sociales
    1. Comment s'articulent ces deux concepts ?
    2. Strates, classes, castes ou ordres ?
  2. Deux conceptions des classes sociales (cf.  1,1.  a)
    1. La conception réaliste
    2. La conception nominaliste
    3. Dépasser l'alternative nominalisme/réalisme ?
  3. Le problème du dénombrement des classes sociales
  4. Le problème de la conscience de classe et de l'action collective
    1. L'importance de la place dans les rapports de production
    2. La critique de cette approche déterministe s'articule autour de deux axes 
  5. Dans quelle mesure peut-on encore parler de classes sociales ?

 

A.             Stratification et classes sociales

 

 

1.              Comment s'articulent ces deux concepts ?

 

Les travaux sociologiques montrent quatre conceptions différentes des liaisons entre stratification et classes sociales.

Toutes les sociétés sont stratifiées en classes sociales

On peut donner des classes sociales une définition tellement extensive (par exemple : groupes hiérarchisés au sein d'une société) qu'on peut alors déceler des classes sociales dans toutes les sociétés.

La société est divisée en strates et en classes

Les strates constituent dans ce cas des couches hiérarchiques sans unité collective alors que les classes sont conscientes d'elles-mêmes, ont des projets communs à réaliser.

Strates et classes, deux représentations opposées de la société

Les strates évoquent l'idée de couches superposées et complémentaires correspondant à une vision harmonieuse, consensuelle, de la société.  Alors que les classes sociales renvoient à une logique d'opposition, à une vision conflictuelle de la société.

Les classes sociales sont un type de stratification parmi d'autres, celui de la société industrielle

 

 

2.              Strates, classes, castes ou ordres ?

 

Dans les sociétés traditionnelles où les individus naissent inégaux en droit, on ne peut pas parler de "classes sociales", mais de "castes" ou d' "ordres".

Par opposition, on parle de " classes " lorsque la division de la société en groupes n'a pas d'existence légale.

 

B.              Deux conceptions des classes sociales (cf.  1,1.  a)

 

 

1.              La conception réaliste

 

La conception réaliste peut être illustrée par la définition marxiste des classes sociales.  Marx, mort avant d'avoir achevé son Suvre majeure, Le Capital, n'a pas donné de définition réelle du concept de classe sociale.  On peut néanmoins trouver à travers son Suvre les éléments de cette définition.

La conception marxiste des classes sociales : les classes sociales sont de vastes groupements d'individus occupant la même place dans le mode de production, cette place étant définie essentiellement par la possession ou la non-possession des moyens de production.

Placés dans les mêmes conditions d'existence, les membres d'une classe développent une conscience commune qui débouche sur la lutte des classes.

 

 

2.              La conception nominaliste

 

La conception nominaliste est illustrée par les définitions de Max Weber.

La classe sociale selon Max Weber : "tout groupe d'individus qui se trouvent dans la même situation de classe ".  La situation de classe s'évalue par la plus ou moins grande facilité qu'a un individu de se procurer des biens ou des services.

La classe sociale est donc pour Weber un phénomène essentiellement économique.  Il la distingue des groupements basés sur le prestige (tels les ordres) ou sur le pouvoir (tels les partis politiques).  Cette définition peut être prolongée par celle de Warner, qui considère en outre le statut, les conditions et les perspectives d'existence comme critères d'appartenance de classe.

 

 

3.              Dépasser l'alternative nominalisme/réalisme ?

 

Pierre Bourdieu considère cette alternative comme stérile et a tenté de la transcender tout en plaçant le concept de classe au centre de sa théorie.

Classe objective, classe mobilisée :

·      La classe objective est un ensemble d'individus placés dans des conditions d'existence homogènes leur imposant des conditionnements propres à engendrer des pratiques semblables.  Ces individus possèdent un ensemble de propriétés communes : la possession de biens, de pouvoirs, des habitudes de classe, etc.

·      S'ils se rassemblent, s'organisent, pour mener une lutte commune, la classe objective devient classe mobilisée.

La construction des classes par Bourdieu prend en compte la profession, le niveau d'instruction, le sexe, l'âge, la résidence, mais surtout le volume et la structure du capital possédé et la trajectoire sociale des agents composant cette classe.

L'auteur distingue quatre types de capitaux :

·      le capital économique, que l'on peut assimiler à la richesse (revenu et patrimoine) ;

·      le capital culturel, qui prend diverses formes (tableaux, livres, disques, diplômes).  Il se manifeste également dans l'habitus (v.  chap.  4) ;

·      le capital social est l'ensemble des ressources liées à l'appartenance à un groupe qui assure des liaisons permanentes et utiles que l'on peut mobiliser.  Il se matérialise dans des clubs sélects, des rallyes, des cercles, des réceptions, etc. ;

·      le capital symbolique, qui peut prendre diverses formes : l'apparence physique, la réputation, le nom, les décorations,...

Les classes sociales se définissent non seulement par le volume global de capital possédé mais aussi par sa structure.  Si l'on compare les "gros commerçants" aux "professeurs", les premiers sont mieux dotés en capital économique mais moins bien dotés en capital culturel que les seconds.

Enfin les membres d'une même classe sociale ont en commun une certaine probabilité de mobilité sociale.

 

C.             Le problème du dénombrement des classes sociales

 

Il existe de très nombreuses typologies des classes sociales.  Certaines (Marx, Le Manifeste du parti communiste, 1848) n'en dénombrent que deux.  D'autres sont plus nombreuses : nous avons vu par exemple que Warner en dénombre six.

Le nombre de classes n'est pas indifférent : les typologies bipolaires suggèrent spontanément l'affrontement des classes : le prolétariat contre la bourgeoisie chez Marx.  Des typologies plus nombreuses supposent des rapports de classes plus complexes, voire plus équilibrés, qui se nouent à travers des alliances diverses.

 

D.             Le problème de la conscience de classe et de l'action collective

 

 

1.              L'importance de la place dans les rapports de production

Le marxisme orthodoxe pose le primat des conditions matérielles.  Les ouvriers ont d'abord en commun des conditions de travail pénibles pour des salaires faibles.  C'est en subissant cette exploitation et cette aliénation dans le cadre des rapports de production capitalistes qu'ils prennent conscience de former une classe et décident de s'organiser pour défendre leurs intérêts.

 

 

2.              La critique de cette approche déterministe s'articule autour de deux axes :

 

Le fait de partager les mêmes conditions et perspectives d'existence ne suffit pas à forger une conscience de classe.  La plupart des sondages actuels montrent qu'il y a dilution du sentiment d'appartenance de classe : si 56 % des cadres supérieurs ont Je sentiment d'appartenir aux classes moyennes, c'est également le cas pour 45 % d'employés et pour 13 % d'ouvriers (sondage SOFRES, "Opinion publique", 1984).  On voit bien que le sentiment d'appartenance à la classe moyenne est partagé par des acteurs sociaux d'origines très diverses.

En outre, les travaux de l'Américain Mancur Olson (La Logique de l'action collective) ont montré que la conscience d'intérêts communs ne suffit pas à engendrer une action collective.  Une grève qui serait profitable à un groupe d'ouvriers n'aura pas lieu si les individus décident de privilégier leurs propres intérêts.  L'ouvrier peut estimer que sa non-participation lui évite de subir des pertes de salaire sans le priver des avantages obtenus par les grévistes.  Or, si tout le monde raisonne ainsi, le mouvement ne peut avoir lieu.  Le rassemblement pour la défense d'intérêts communs ne peut donc pas être considéré comme allant de soi.

 

E.              Dans quelle mesure peut-on encore parler de classes sociales ?

 

Faut-il rejeter le concept de classe sociale  ?  Certaines évolutions portent à le croire.  En effet, dans la tradition sociologique teintée de marxisme, si classe il y a, c'est bien la classe ouvrière.  Or, aujourd'hui, celle-ci est éclatée, en déclin numérique, et en voie d'intégration à la société.  Raymond Boudon préfère ainsi la notion de "strate" à celle de "classe" sociale.

Au contraire, Pierre Bourdieu affirme que les classes sociales existent toujours.  Il suggère que la division de la société en classes a des conséquences importantes sur l'inégalité des chances entre les individus.  Il souligne également l'enjeu idéologique et politique des rapports de classes.  De son côté, l'INSEE propose un classement qui élude cette polémique et fournit plutôt un outil d'analyse, qui découpe la société en grandes catégories : les PCS.  Pour autant, il ne met pas un terme au débat.

Si le concept de classe soulève autant de controverses, c'est bien parce qu'il est au cSur de toute réflexion sur le pouvoir et l'inégalité dans les sociétés démocratiques.

 

Correspondance

entre les

classements selon le    code des CSP

   et la nouvelle nomenclature PCS de

1982.  )

 

II. Catégories socioprofessionnelles

 

Le succès remporté par l'outil "catégorie socioprofessionnelle" ne doit pas en faire oublier les limites.

 

  1. Une portée limitée dans le temps et dans l'espace
    1. Un produit historiquement situé
    2. Un produit propre aux francophones
    3. Une procédure d'élaboration sujette à critiques

 

A.             Une portée limitée dans le temps et dans l'espace

 

 

1.              Un produit historiquement situé

 

La nomenclature des CSP fut utilisée dans les recensements de 1954, 1962, 1938, 1975.  L'évolution durant cette période rendit nécessaire en 1982 un changement de nomenclature, mais ce changement entraîna une discontinuité dans les séries et des effets de seuil.

Par exemple, dans les CSP, on classait en "industriels" les chefs d'entreprises qui employaient six salariés et plus ; au-dessous de 6 ils étaient "artisans".  Les "gros commerçants" employaient 3 salariés et plus, au-dessous c'étaient de "petits commerçants".  Dans la nomenclature des PCS, les "artisans" et "commerçants" ont moins de 10 salariés.  À partir de 10 salariés, on est "chef d'entreprise".

En 1983, la France a décidé d'abandonner son ancienne classification de CSP pour créer les PSC, la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles, qui compte 8 groupes socioprofessionnels divisibles en 42 catégories socioprofessionnelles. En 2003, l'INSEE a mis à jour la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles.

Au niveau européen, la nomenclature statistique des activités économiques dans la Communauté européenne (NACE) a été adoptée en 1990 afin d'établir une nomenclature statistique commune des activités économiques dans la Communauté européenne garantissant la comparabilité entre nomenclatures nationales et nomenclatures communautaires et, partant, entre statistiques nationales et statistiques communautaires. Une version révisée de la NACE est en vigueur depuis le 1er janvier 2003 (NACE rév. 1).

 

 

2.              Un produit propre aux francophones

L'application des CSP/PCS à d'autres sociétés industrielles a priori comparables à la Belgique ou à la France est malaisée.  Ainsi le mot "cadre" n'a pas d'équivalent véritable en anglais.

On distingue dans les pays anglo-saxons les "professionnals" (professions libérales et salariés de haute compétence technique, tels qu'ingénieurs et chercheurs, des "managers" (dirigeants d'entreprise, salariés ou non).

 

 

3.              Une procédure d'élaboration sujette à critiques

· au niveau du découpage

Le découpage des catégories socioprofessionnelles comme nous l'avons vu dans l'exemple des "industriels" et des "artisans" opère souvent des regroupements de personnes aux positions très différentes.

· au niveau du questionnement

Les enquêtes dans certains milieux sont difficiles et donnent des résultats incertains.

· au niveau du codage

Certaines personnes sont à la limite de deux catégories : on trouve des salariés qui possèdent un commerce, etc.  Ainsi deux enquêteurs pourront-ils classer le même individu dans des catégories différentes.

Par ailleurs, les CSP/PCS sont mieux adaptées au classement des actifs qu'à celui des ménages.  Dans un même ménage, les adultes appartiennent fréquemment à des catégories différentes.  On classe néanmoins le ménage dans son ensemble dans une catégorie qui est celle de la "personne de référence".  Mais la détermination de celle-ci comporte souvent une part d'arbitraire.  Où classer, par exemple, un ménage où l'un des conjoints est "employé" et l'autre "ouvrier" ?

Ces huit catégories ne sont pas jugées significatives de huit classes sociales (une personne classée dans la PCS des ouvriers peut gagner du simple au double). Au sein d'un ménage elles ne comptabilisent que le travailleur référant : l'homme (Or, on observe une féminisation de la société). Ces catégories sont fixes et ne tiennent pas compte de l'ascension sociale. La précarisation de l'emploi remet également en question le statut de ce classement.

Pour rappel : les 8 catégories :

        1. Agriculteurs
        2. Artisans, commerçants et chefs d'entreprises
        3. Cadres et professions intellectuelles supérieures
        4. Professions intermédiaires
        5. Employés
        6. Ouvriers
        7. Retraités
        8. Autres personnes sans activité professionnelle

Les chômeurs ayant déjà travaillé sont classés en fonction de leur dernier métier.

Cette classification est par exemple utilisée en marketing pour savoir vers quel public orienter un produit, ou pour étudier à consommation d'une population.

 

III.   Des CSP aux classes sociales

 

  1. La CSP entre catégorie et classe sociale
  2. La CSP, un indice fiable de l'appartenance de classe
  3. Les CSP, un instrument de synthèse ?
  4. Les catégories socioprofessionnelles ne sont pas des classes sociales

 

A.             La CSP entre catégorie et classe sociale

 

Si l'on met l'accent sur certains critères d'une CSP- par exemples, ses membres exercent la même profession , ont le même statut et la même qualification, etc. -, une CSP s'apparente plutôt à une catégorie sociale.

Mais si l'on ajoute, comme le fait l'INSEE : "Vivant dans des situations objectives voisines, ayant des conditions de travail, des formations et souvent des origines sociales analogues, des moyens économiques, des conditions de vie et de logement du même type, les personnes d'une même catégorie socioprofessionnelle ont une probabilité notable d'avoir des pratiques et des projets semblables, parce que produits par des conditions voisines", nous sommes très près des critères de la "classe objective" énumérés par Bourdieu.

 

B.              La CSP, un indice fiable de l'appartenance de classe

 

Des études sociologiques mettent en évidence la corrélation étroite qui existe entre CSP d'une part, et revenu et diplôme d'autre part.  Or ces deux indicateurs (revenu et diplôme) sont également les principaux critères de l'appartenance de classe.  Classe sociale et CSP sont donc étroitement liées.

 

C.             Les CSP, un instrument de synthèse ?

 

Elles représentent une tentative de dépassement de l'alternative nominalisme/réalisme présentée plus haut.  Elles sont construites sur la base de représentations opérant dans la société.  Ainsi, les actifs classés dans une catégorie doivent se reconnaître comme faisant effectivement partie de cette catégorie et être considérés par les autres comme en faisant partie.  Néanmoins elles n'échappent pas aux difficultés rencontrées par toute nomenclature : les postes ne sont pas homogènes et les frontières entre catégories sont floues.

Les reclassements entraînés par le changement de nomenclature de 1982 ont abouti à une "moyennisation" de la société (diminution des ouvriers, augmentation des employés, des professions intermédiaires).  Dans quelle mesure ces changements sont-ils "nominaux" ou "réels" ? La réponse à cette question est un enjeu important du débat entre les tenants du consensus, qui appuient leur vision d'une société harmonieuse sur l'extension des classes moyennes, et (es tenants du conflit, pour qui les classes moyennes ne peuvent que rejoindre la bourgeoisie ou le prolétariat, accentuant ainsi la bipolarisation de la société.

 

D.             Les catégories socioprofessionnelles ne sont pas des classes sociales

 

La profession n'est pas un indice suffisant de l'appartenance de classe.  Ainsi, il ne suffit pas d'être un chef d'entreprise pour être bourgeois, il faut en outre posséder un capital d'une certaine ampleur, d'une certaine ancienneté ; il faut en outre assimiler les manières de vivre, de penser, de la bourgeoisie, son "habitus" de classe.  À défaut on n'est qu'un "parvenu".  C'est ce qui permet d'affirmer que les catégories socioprofessionnelles "rangent" mais ne "classent" pas.

Les CSP, comme nous l'avons déjà signalé, prennent comme référence les individus et particulièrement les actifs.  Or on peut penser, comme J. Schumpeter, que "c'est la famille et non la personne physique qui est le véritable individu pour une théorie des classes sociales".  Avis que partageait E. Goblot : "Chacun appartient à une famille avant d'appartenir à une classe.  C'est par sa famille que le bourgeois-né est bourgeois ; c'est avec sa famille qu'il s'agit de le devenir.  Pour cela, une ou deux générations sont souvent nécessaires."

Catégories socioprofessionnelles et classes sociales montrent des différences quant aux intentions qui ont présidé à leurs conceptions et orientent leurs utilisations.

·      Les CSP doivent permettre des recensements de chaque catégorie, alors que le dénombrement des classes sociales n'a guère de sens.  Les CSP sont plus empiriques et statistiques, et les classes sociales plus théoriques et sociologiques.

·      Néanmoins, les sociologues ne sauraient guère aujourd'hui se passer des catégories socioprofessionnelles.  Il faudrait en effet beaucoup de moyens (en termes de temps et d'argent) pour élaborer une autre typologie et ce serait se priver d'une source considérable de connaissances, compte tenu des innombrables travaux qui utilisent les CSP sur lesquels il serait regrettable de faire l'impasse.

· Conceptions réaliste et nominaliste s'opposent depuis le XIXe siècle sur la question des classes sociales.

· Si le concept de classe sociale est aujourd'hui de plus en plus controversé, il reste néanmoins fondamental pour tenter de comprendre pourquoi l'égalité des droits n'entraîne pas l'égalité des chances et des positions sociales.

· Les catégories socioprofessionnelles sont un instrument fondamental pour l'étude de la stratification en France.

· Elles servent de base à l'étude des inégalités sociales, mais on ne saurait les confondre avec les classes sociales.

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    À retenir...

 

Le niveau de vie d'un ménage (d'un groupe social, d'un pays) désigne l'ensemble des biens et des services qu'il acquiert, qu'il produit pour lui-même ou qu'il se procure gratuitement.  [ A V O I R ou Q U A N T I T É ]

·          le pouvoir d'achat correspond à ce que l'on peut - si on le désire - se procurer avec son revenu ;

·          alors que le niveau de vie est l'ensemble des biens et des services qu'on se procure effectivement, à titre onéreux ou gratuit.

 

En cas de baisse du revenu, un ménage tentera généralement de maintenir son niveau de vie, en puisant dans son épargne ou en s'endettant.  Il se produit ce qu'on appelle un effet de cliquet ou effet de mémoire

 

Inflation : hausse du niveau général des prix.  À revenu inchangé, l'inflation réduit le pouvoir d'achat des ménages.  En l'absence de compensation (réduction  de l'épargne ou autoconsommation), le niveau de vie diminue également.

 

 

prix réel       (en heures)  =             prix du bien (en euros)
                                                   salaire horaire (en euros)

 

Mode de vie ou genre de vie : on désigne par ces termes l'ensemble des éléments qui caractérisent les façons de vivre des ménages.

 

Budget-temps : par  analogie avec le budget économique du ménage, son budget-temps désigne l'utilisation qu'il fait du temps dont il dispose afin de satisfaire ses besoins.

 

Publicité : ensemble des moyens destinés à orienter les consommateurs ou à influencer leur opinion dans un sens favorable à un produit ou à une marque.

 

Culture : ensemble de connaissances acquises par un individu, un groupe social ou la société tout entière.

 

évolutionnisme : théorie selon laquelle l'histoire culturelle de l'humanité passerait par plusieurs étapes allant du plus simple (les " sauvages ") au plus complexe la " civilisation occidentale ").

 

Ethnocentrisme : attitude d'un individu qui consiste à apprécier une culture par rapport à sa propre culture et donc, très souvent, à la considérer comme inférieure à la sienne.

 

Relativisme culturel : attitude consistant à considérer que tout fait culturel a un sens par rapport à la culture à laquelle il appartient.

 

La culture, au sens sociologique : elle est constituée des manières de penser, de sentir et d'agir propres à un groupe social.  Elle est l'ensemble des valeurs, normes, et pratiques qui sont acquises et partagées par une pluralité d'individus.

 

Sous-culture : ensemble de traits culturels propres à un groupe social au sein d'un groupe plus large..

 

Valeurs : Ce qui est, dans une société, considéré comme désirable ou estimable.  Elles constituent un idéal, qui s'impose aux membres de cette société comme une évidence, un absolu.  .

 

Symbole : un symbole est un objet ou une image qui, en vertu d'une convention ou d'un usage, représente autre chose que lui-même : un autre objet, une idée, etc.

 

Rite : ensemble d'actes répétitifs et codifiés qui donnent une dimension symbolique à la vie quotidienne.  Dans certaines cérémonies à forte charge émotionnelle, ils prennent un sens sacré.

 

Mythe : récit de faits imaginaires qui met en scène des héros dans le but de fonder une communauté et qui a valeur de vérité pour le groupe.

 

Acculturation : on désigne ainsi le phénomène d'échanges entre deux cultures à la suite d'un contact direct et prolongé.

 

Syncrétisme ou métissages culturels : synthèse de deux cultures différentes qui subissent une interpénétration.

 

Dualisme culturel : coexistence, sans interpénétration, de deux cultures auxquelles un même individu peut participer.

 

Idéologie : ensemble des représentations et des valeurs communes à une société.

 

Contre-culture : on désigne ainsi l'ensemble des valeurs et des modèles qui s'opposent à la culture officielle dominante.  Elle permet aux dominés de se réapproprier une identité définie de façon négative par la société globale.

 

 

Insertion, assimilation, intégration, participation : l'insertion désigne la manière dont un immigré s'incorpore à la société d'accueil.  C'est un terme neutre d'un point de vue culturel.

Au contraire de l'assimilation, qui implique une acculturation complète, l'intégration suppose une adaptation économique et sociale sans pour autant renoncer à ses spécificités culturelles.  Quant à la participation elle désigne le degré d'identification citoyenne : mobilisation politique, syndicale, etc.

 

Différenciation culturelle : façon dont les individus se distinguent en mettant en oeuvre, de façon volontaire ou non, des pratiques originales.

 

Mode de vie : ensemble des pratiques communes à un groupe d'individus.

 

Sociabilité : ensemble des relations sociales propres à un groupe.

 

Style de vie : ensemble de pratiques dont la cohérence provient du système de valeurs et de normes intériorisé par l'individu.

 

Social : ce qui est relatif à un groupe d'hommes ou à une société conçus comme des réalités distinctes des individus qui les composent.

 

Inné : ce qui existe dans un être dès sa naissance, c'est-à-dire relève de son patrimoine génétique, par exemple la couleur des yeux.

 

Acquis : se dit des caractères que l'être vivant acquiert au cours de son existence, essentiellement dans le cadre de ses relations sociales.  La connaissance du langage est un exemple de caractère acquis.

 

Statut social : position occupée par un individu dans une dimension du système social (familiale, économique, associative,etc.) et, plus généralement, ensemble des positions le situant dans la hiérarchie sociale.

 

Rôle social : ensemble des comportements attendus d'un individu dans l'exercice d'un statut.

 

Valeurs : principes, généralement d'inspiration morale, appelés à orienter l'action des hommes en société en leur fixant des buts, des idéaux et donc des moyens de juger leurs actes.

 

Normes : règles de conduite, plus ou moins institutionnalisées, fondées sur des valeurs.

 

Sanctions : peines infligées à ceux qui transgressent les normes, et récompenses accordées à ceux qui s'y conforment de manière exemplaire.

 

Socialisation : processus d'intériorisation par chacun de la culture (valeurs, normes, notamment) de son groupe et de la société dont il est membre.

 

Régulation sociale : la régulation sociale est l'ensemble des mécanismes (élaboration et application des règles sociales, notamment) permettant le fonctionnement correct de la société (réduction des conflits, coexistence pacifique des individus et des groupes...).

 

Par l'assimilation, l'enfant soumet le monde extérieur à ses structures mentales et affectives.  Par exemple, le nourrisson qui suce son pouce reproduit la relation vitale qu'il entretient avec le sein maternel ou le biberon.

 

L'accommodation consiste pour l'enfant à adapter ses structures mentales au monde extérieur.  C'est ainsi notamment qu'il se représente progressivement l'espace, le temps et la notion de causalité.

 

Personnalité : combinaison de caractéristiques personnelles (physiques et psychiques, notamment) et de données socioculturelles.

 

Personnalité sociale : capacité à s'adapter à la vie sociale en assimilant les données psychologiques et culturelles indispensables à la vie en société (ex. : rapports à autrui, au groupe, à la règle).

 

Habitus : l'habitus correspond à l'ensemble des goûts, des comportements, des manières de percevoir, de ressentir et de dire, qu'un individu reçoit de sa famille et de son milieu social.  C'est en fonction de cet habitus hérité que tout homme agit dans la société.

 

Sociologie : science dont l'objet est la connaissance des faits sociaux.

 

Représentation : système mental permettant de décrire, comprendre, interpréter un phénomène social.

 

Représentation savante : classements, modèles et théories élaborés par les chercheurs qui aspirent à l'étude scientifique des faits sociaux.

 

Objectivisme : démarche intellectuelle consistant à rechercher les " lois objectives " qui gouvernent la réalité sociale, c'est-à-dire celles qui, derrière le désordre apparent de la vie en société, révèlent un ordre sous-jacent.

 

Subjectivisme : héritier de la philosophie kantienne en sciences sociales.  Selon Kant (philosophe allemand, 1724-1804), la réalité en soi est inaccessible à l'homme.  Celui-ci n'observe le réel qu'à travers un ensemble de représentations, de structures mentales, variables d'un individu à l'autre, d'un groupe à l'autre.  Il n'y a pas une observation objective de la réalité mais seulement des visions différentes de ce qui nous paraît être la réalité.

 

Catégorie sociale : juxtaposition d'individus présentant une ou plusieurs caractéristiques communes.

 

Groupe social : ensemble d'individus qui ont des caractéristiques communes et qui entretiennent des relations telles qu'elles leur donnent une certaine conscience d'appartenir à cet ensemble.  En outre, un groupe social est identifiable par le reste de la société.  Enfin, grâce à sa cohésion, un groupe social peut être un acteur dans la vie sociale.

 

Hiérarchie : classement visant à distinguer des supérieurs, des inférieurs et donc des intermédiaires, au regard de certains critères fonctionnant comme valeurs.

 

Inégalité sociale : différences de richesse, de pouvoir, de culture, etc entre les groupes sociaux qui existent.

 

Stratification sociale : système hiérarchisé de statuts représentant des inégalités de pouvoir, de richesse, de prestige entre les membres d'une société.

 

Groupe d'appartenance/groupe de référence

· Le groupe d'appartenance est celui dont l'individu est membre objectivement (qu'il le veuille ou non).

· Le groupe de référence est celui auquel l'individu emprunte ses normes, ses valeurs, auquel il s'identifie, désire ou croit appartenir.

 

Qu'est-ce que la réussite sociale ?

Pour un individu, la réussite sociale est l'accès à une position jugée enviable par la majorité des membres de la société ou d'un groupe.

 

Richesse : ensemble des ressources matérielles (revenu et patrimoine) dont dispose un individu ou un groupe.

 

Prestige : considération sociale dont jouissent certains individus et certains groupes et qui se traduit par des actes de déférence, de respect de la part d'autrui.

 

Pouvoir : capacité d'imposer sa volonté à autrui.

 

La méthode déductive consiste à partir d'hypothèses, de concepts abstraits, que l'on va chercher à appliquer au réel.

 

La méthode inductive consiste à partir de l'observation, de l'expérience, pour élaborer ensuite des concepts, des théories.

 

Oligarchie : minorité située au sommet des différentes hiérarchies économiques, sociales, culturelles, politiques, etc.

 

Domination arbitraire : pouvoir d'un individu ou d'un groupe qui ne peut se justifier par aucun principe universel.

 

Les castes sont des groupes sociaux endogames (on ne peut se marier qu'entre membres d'une même caste), strictement hiérarchisés et fermés, imposant à leurs membres des manières de penser, de sentir et d'agir des normes, des croyances et des interdits spécifiques..

 

Impôts : les impôts, ressources de l'état, permettent à chacun de pouvoir consommer au minimum, quels que soient leur niveau ou mode de vie et ce, en assurant une redistribution des revenus et en prenant en charge certaines dépenses liées aux consommations collectives.

 

Privation : La privation d'une entreprise publique et la vente de la majorité de son capital à des actionnaires privés.

 

Déréglementation : La déréglementation consiste à supprimer des règles contraignantes instaurées par les pouvoirs publiques, de façon à laisser le marché jouer librement son rôle de régulateur.

 

Effet de cliquet : Les économistes s'accordent pour reconnaître que Le niveau de vie dépend essentiellement du revenu.

Les ménages tendent à accroître leur consommation à mesure que leur revenu augmente.  Mais la loi de la consommation élaborée par Keynes montre que l'accroissement de la consommation n'est pas proportionnel à l'augmentation des revenus.  Plus le revenu est élevé, plus la proportion moyenne à consommer est faible.  Ce phénomène n'est pas réversible : en cas de baisse de revenu, un ménage tentera de maintenir son niveau de vie, en puisant dans son épargne ou en s'endettant.  Il se produit ce qu'on appelle un effet de cliquet ou de mémoire, qui limite la réduction de la consommation.  (plus de détails, voir étape 4)

 

Revenu nominal et revenu réel : Soit un revenu (Rt), prenant différentes valeurs selon les années (t).  Le début de période est l'année t0.

On appelle revenu nominal le revenu (Rt) constaté l'année t.  Il est exprimé en francs courants ou francs de l'année (t) considérée.

On appelle revenu réel le revenu calculé en francs constants ou francs de l'année t0.  Une hausse du revenu réel correspond donc à une hausse du pouvoir d'achat.

 

Prix réel d'un bien : La formule figure dans le syllabus, il manque la définition.

Le prix réel d'un bien est le nombre d'heures de travail nécessaire pour acheter ce bien.

 

Equipement des ménages : Il regroupe l'achat d'automobiles et de biens d'équipement du logement (vaisselle, sanitaires, etc.).  L'équipement des ménages constitue l'un des éléments le plus visibles de la consommation.  Il symbolise même concrètement l'idée de société de consommation.  On peut ainsi mesurer et comparer le niveau d'équipement des ménages par leur taux d'équipement.

 

      

Taux d'équipement d'un bien = Nombre de ménages possédant ce bien
                                                            Nombre total des ménages

 

Temps obligé et libre : Dans le syllabus on définit le budget-temps mais &  Dans ce dernier on distingue :

Le temps obligé = temps domestique : préparation des repas, courses, éducation des enfants, bricolage,

                         = temps physiologique : sommeil, alimentation, soins personnels (toilettes, etc.)

Le temps libre = loisirs, participation à la vie sociale, syndicale, etc.

 

Les trois grandes catégories de faits sociaux selon leur dimension :

Phénomènes macrosociologiques, qui concernent la société dans sa totalité : urbanisation, déclin des valeurs religieuses, etc.

Phénomènes qui concernent les groupes partiels qui composent la société : famille, partis politiques, etc.

Phénomènes microsociologiques, qui concernent les formes des rapports sociaux entre les membres d'une collectivité (ex : rapports hiérarchiques, égalitaires, etc.) et la manière dont ils sont liés à la société (statut de l'individu dans l'ensemble).

 

Ordres : Les ordres sont les 3 grandes catégories qui composent la société d'Ancien Régime : clergé, noblesse et tiers état.  Les ordres sont hiérarchisés en fonction du prestige des fonctions sociales remplies par leurs membres.  En théorie, le clergé est le premier des ordres, car sa fonction est d'être l'intermédiaire entre le monde divin et le monde humain.  Mais la noblesse, dont la fonction principale est le métier des armes, jouit d'un égal prestige.  Quant au tiers état, il s'adonne à des tâches peu prestigieuses : agriculture, artisanat, commerce.

 

La conception marxiste (ou réaliste) des classes sociales : Les classes sociales sont de vastes groupements d'individus occupant la même place dans le mode de production, cette place étant définie par la possession ou la non-possession des moyens de production..

 

La classe sociale selon Marx Weber ( ou conception nominaliste) : «  tout individus qui se trouvent dans la même situation de classe ».  La situation de classe s'évalue par la plus ou moins grande facilité qu'à un individu de se procurer des biens ou des services.  Cette définition peut être prolongée par celle de Warner, qui considère en outre le statut, les conditions et les perspectives d'existence comme critère d'appartenance de classe.

 

Classe mobilisée/classe objective :

La classe objective est un ensemble d'individus placés dans des conditions d'existence homogènes leur imposant des conditionnements propres à engendrer des pratiques semblables.  Ces individus possèdent un ensemble de propriétés communes : la possession de biens, de pouvoirs, des habitudes de classe, etc.

S'ils se rassemblent, s'organisent, pour mener une lutte commune, la classe objective devient classe mobilisée.

 

Les quatre types de capitaux selon Bourdieu :

Capital économique, que l'on peut assimiler à la richesse (revenu, patrimoine)

Capital culturel, qui prend diverses formes (tableaux, livres, disques, diplômes).  Il se manifeste également dans l'habitus.

Capital social est l'ensemble des ressources liées à l'appartenance, à un groupe qui assure des liaisons permanentes et utiles que l'on peut mobiliser.   Il se matérialise dans des clubs selects, des rallyes, des cercles, des réceptions, etc.

Capital symbolique, qui peut prendre diverses formes : l'appartenance physique, la réputation, le nom, les décorations,  etc.

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Exercices et travaux

 

  1. Fiscalité régionale
  2. Pouvoir d'achat, prix réels et niveau de vie
  3. Crédits à la consommation
  4. Consommation et modes de vie
  5. Utilisation du temps et modes de vie
  6. Communication publicitaire
  7. Consommation : évolution
  8. Relativisme culturel
  9. Dimension symbolique de la culture
  10. Acculturation et conflits culturels
  11. Modes de vie et sous-cultures
  12. Dimension sociale du corps de l'homme
  13. Aspects de la socialisation
  14. Rôles familiaux en évolution
  15. Transmission de la culture : école et société
  16. Le suicide, un fait social
  17. Concepts et méthodes de la sociologie
  18. élites et classes dirigeantes
  19. Les "sans statut" des sociétés modernes
  20. Les cadres
  21. Les classes moyennes
  22. Fractions de classes moyennes
  23. Femmes actives : inégalité
  24. Consommation finale: mesure et évolution
  25. Dissertation

 

 

 

I.    FISCALITÉ RÉGIONALE

 

Le parlement wallon a voté trois nouvelles taxes régionales

Le Parlement wallon a voté le 4 novembre dernier trois nouvelles taxes régionales, qui jusque là étaient déjà applicables dans certaines communes :

 

- une taxe sur les distributeurs automatiques.  Cette taxe frappe les distributeurs automatiques de billets (60.000BEF par an) et les distributeurs de carburant (20.000 BEF par an, ou 30.000 BEF par compteur si plusieurs pistolets y sont reliés).  Pour l'année 1998, la taxe sera due pour tout automate mis en service entre la date d'entrée en vigueur du décret et le 31 décembre 1998 et devrait rapporter quelque 250 millions de BEF ;

 

- une taxe sur les sites d'activités économiques désaffectés (20.000 BEF par are bâtit et 2.500 BEF par are non bâtit). Si le site n'est pas réaffecté, le montant le montant de la taxe sera doublé l'année suivante et triplé pour les années ultérieures ;

 

- une taxe frappera également les logements abandonnés depuis 12 mois qui ne sont pas confiés à une société de logement ou à une immobilière sociale.  Le montant de la taxe a été fixé 400 BEF le m2 , avec un minimum de 25.000 BEF.  Comme pour les sites économiques désaffectés, le montant de la taxe sera doublé puis triplé en l'absence de réaffectation.

 

Le Syndicat National des propriétaires estime quant à lui que les règles en matière de taxation des immeubles à l'abandon portent atteinte au droit de propriété.  Il envisage de porter la taxe adoptée par le Parlement wallon devant la cour d'arbitrage et avance trois arguments à ce propos :

 

en voulant taxer les biens à l'abandon, la taxe touche également l'inoccupation involontaire de biens entretenus ;

 

cette taxe serait dans ce cas une expropriation forcée, sans indemnité ;

 

cette taxe est discriminatoire car certaines autorités en sont exonérées.

 

La libre Belgique, 4 et 5 novembre 1998 : L'écho, 4 et 5 novembre 1998 : Le soir, 5 novembre 1998 

 

$$$$$

 

 

 

II. POUVOIR D'ACHAT, PRIX RÉELS, NIVEAU DE VIE

 

$$$$$

 

 

III.CRÉDITS À LA CONSOMMATION

 

$$$$$

 

 

IV.CONSOMMATION ET MODES DE VIE

 

$$$$$

 

 

V. UTILISATION DU TEMPS ET MODES DE VIE

 

$$$$$

 

 

VI.COMMUNICATION PUBLICITAIRE

 

$$$$$

 

 

VII.CONSOMMATION : ÉVOLUTION

 

$$$$$

 

 

VIII.RELATIVISME CULTUREL

 

$$$$$

 

 

IX.DIMENSION SYMBOLIQUE DE LA CULTURE

 

$$$$$

 

 

X. ACCULTURATION ET CONFLITS CULTURELS

 

$$$$$

 

 

XI.MODES DE VIE ET SOUS-CULTURES

 

$$$$$

 

 

XII.DIMENSION SOCIALE DU CORPS DE L'HOMME

 

$$$$$

 

 

XIII.ASPECTS DE LA SOCIALISATION

 

$$$$$

 

 

XIV.RôLES FAMILIAUX EN ÉVOLUTION

 

$$$$$

 

 

XV.TRANSMISSION DE LA CULTURE : ÉCOLE ET SOCIÉTÉ

 

$$$$$

 

 

XVI.LE SUICIDE, UN FAIT SOCIAL

 

INTERROGATION ÉCRITE OU EXERCICE / 1ère ES + corrigé

(De la part d'évelyne Oudart)


I. Fait social, action sociale : (1 page et demie environ)

Document :

 

 

N'importe quel contact entre les hommes n'est pas de caractère social, mais seul l'est le comportement propre qui s'oriente significativement d'après le comportement d'autrui. La collision entre deux cyclistes est un simple événement au même titre qu'un phénomène de la nature. Serait " activité sociale " la tentative d'éviter l'autre et les injures, la bagarre ou l'arrangement à l'amiable qui suivrait la collision. (..)

Lorsque dans la rue de nombreux passants ouvrent en même temps leur parapluie, au moment où la pluie se met à tomber, l'activité de l'un n'est pas orientée (habituellement) d'après celle des autres, elle s'oriente, elle s'oriente uniformément d'après la nécessité de se protéger contre l'ondée.

 

 

Max Weber, Economie et Société.

Question :

Objet de la sociologie, le fait social est appréhendé de manière différentes selon qu'on retient le paradigme holiste ou intéractionniste. Après avoir rappelé (brièvement) le sens de ces deux derniers adjectifs, vous préciserez comment cette différence se traduit dans l'approche durkheimienne du fait social et dans celle de M. Weber.

Ces deux démarches sont-elles contradictoires ?

(vous vous servirez notamment de l'extrait ci-dessus et aurez une approche critique)

·                 1.             Un fait social, le suicide :

Document : Taux de suicide en France 1968-1969 (pour 100 000 personnes)

 

Hommes

Femmes

 

Célibataires

mariés

Veufs

Divorcés

Célibataires

Mariés

Veufs

Divorcés

35-44 ans

57,0

20,2

94,9

44,9

14,0

6,9

22,3

17,1

45-54 ans

79,2

32,8

93,7

46,9

18,0

10,4

20,3

11,2

55-64 ans

91,0

41,5

115,0

58,4

19,2

15,0

19,8

16,9

65-74 ans

116,0

43,8

123,0

66,3

16,5

13,5

21,7

17,9

75-84 ans

92,4

53,3

132,0

61,4

19,3

19,1

23,5

14,8

Tous âges

54,1

22,8

126,0

49,6

12,5

8,1

21,7

11,0

Source : INSEE-INSERM

Questions :

1.     Comment calcule-t-on le taux de suicide ? Lisez le chiffre inscrit en gras ci-dessus.

2.     Quelles sont les variables observées ?

3.     Quelles conclusions peut-on tirer de ce tableau ? Ces conclusions sont-elles différentes de celles de Durkheim à la fin du 19ème siècle ?

4.     Comment Durkheim explique-t-il le rôle joué par le mariage sur l'homme marié ? A contrario quels inconvénients voit-il dans le fait d'être célibataire ?

5.     Qu'est-ce que l'anomie selon Durkheim ?


 

 

Correction interrogation écrite fait social action sociale

 

 

I. Fait social, action sociale.

le fait social est appréhendé de manière différente selon que l'on retient le paradigme holiste ou intéractionniste.

Le paradigme holiste renvoie à l'idée de totalité ou de globalité (holos en grec). La société est un tout qui prime sur l'individu.

Le paradigme actionniste ou intéractionniste privilégie l'activité sociale, l'action sociale. L'acteur individuel ou collectif entre en relation avec les autres acteurs, oriente son activité en direction de ces acteurs.

Dans l'approche d'Émile Durkheim, que l'on a pu qualifier de holiste ultérieurement , le fait social est extérieur à l'individu et s'impose à celui-ci, il préexiste à l'individu et existera après lui (ex : la religion, les règles sociales de communication -langage etc...). L'individu réinterprète ces normes, codes etc...Il forge son individualité à travers la possibilité qu'il a de choisir son chemin dans une société de plus en plus complexe et dans laquelle règne la division du travail et la solidarité organique de ses membres. L'individu ne préexiste pas à la société.

Max Weber considère que le fait social résulte de l'activité " orientée significativement d'après le comportement d'autrui ", comme l'indique le texte tiré d'économie et Société. Il s'intéresse aux acteurs sociaux et à la " compréhension " de leur motivation d'agir. Il va pour cela non pas prendre pour argent comptant le discours des acteurs (individuels ou collectifs -pas de micro-trottoirs...) mais construire des types idéaux d'action (traditionnelle, affective, rationnelle en valeur, rationnelle en finalité) et comparer la réalité observée à ces types idéaux. Weber ne sous-estime pas le poids des structures (traditions, habitudes, valeurs...) au contraire.

Les deux approches sont complémentaires. Les deux auteurs cherchent à énoncer des lois sociologiques :

(le suicide est d'autant plus fréquent que l'intégration sociale est moins forte et dans cette intégration la famille joue le rôle fondamental par exemple, mais pas seulement ; pour Weber les énoncés sont davantage probabilistes : si A alors il y a des chances que B).

Le texte de Weber révèle cette complémentarité incontournable des approches.

 

 

 Max Weber opère la distinction entre les actions individuelles, qu'il qualifie de " sociales ", avec d'autres qui, ne l'étant pas , sont donc purement individuelles. Les exemples qu'il donne montre combien cette distinction est contestable. Lorsqu'il commence à pleuvoir et que quelqu'un ouvre un parapluie, il ne s'agit pas là, d'après lui, d'une action sociale. Car ouvrir son parapluie n'est pas en soi une action dirigée vers autrui. Il semble avoir échappé à Max Weber que l'on ne trouve des parapluies que dans certaines sociétés, qu'on ne les fabrique et ne les utilise pas partout. Il déclare de la même manière qu'un accrochage entre deux cyclistes n'a pas de caractère social, seuls les coups et les injures qui peuvent s'en suivre possédant pour lui ce caractère. Max Weber tient pour " non sociale " toute action dirigée vers des objets inanimés, et pourtant le sens qu'un rocher, qu'un fleuve, qu'une tempête possède pour des individus - et par conséquent leur façon de réagir envers ces objets - peut-être extrêmement différente selon qu'il s'agit de sociétés simples ayant des systèmes magico-mythiques ou des sociétés industrielles plus sécularisées.(..)

 

 

 

 

Norbert Elias, Qu'est-ce que la sociologie ?

 

 

 

 

Norbert Elias est un sociologue d'origine allemande (1897-1990) qui a enseigné notamment en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas..

 

 

II. Un fait social, le suicide

1) Nombre de décès volontaires / population totale x 100 000 ou 1 000 000.

Sur 100 000 hommes divorcés de 35 à 44 ans, 44,9 se sont suicidés en France en 1968-69.

·                 âge, sexe, situation matrimoniale.

 

·                 Les hommes ont une propension plus forte que les femmes au suicide, les personnes âgées plus que les plus jeunes, les personnes mariées moins que les divorcées et les célibataires. Le veuvage est fréquemment vecteur de suicide. Durkheim avait fait les mêmes observations à la fin du 19ème siècle.

 

·                 L'homme marié voit l'éventail des possibles se refermer, son horizon est borné, il est censé s'attacher à un seul objet mais il est assuré de la réciproque. Son assiette mentale s'en trouve confortée.

Le célibataire n'est attaché à rien et le champ des possibles est infini. Rien ne le contente puisqu'il peut tout imaginer. S'il ne s'attache pas ses partenaires non plus. De cela résulte une insatisfaction et un sentiment de fatigue qui déstabilisent l'individu sans borne à ses désirs et sans repère.


·                 L'anomie selon Durkheim : dérèglement social qui compromet la cohésion sociale.

 

·        ·             Dans La Division Sociale du Travail l'anomie provient de la division excessive du travail par laquelle l'individu perd ses repères antérieurs ( le contact avec la production, le sens de celle-ci).

·        ·             Par ailleurs dans Le Suicide l'anomie est l'une des causes du suicide et correspond là encore à une perte de repères qui jusque-là favorisait l'intégration sociale de l'individu.

 

 

XVII.CONCEPTS ET MÉTHODES DE LA SOCIOLOGIE

 

$$$$$

 

 

XVIII.ÉLITES ET CLASSES DIRIGEANTES

 

$$$$$

 

 

XIX.LES "SANS STATUT" DES SOCIÉTÉS MODERNES

 

$$$$$

 

 

XX.LES CADRES

 

$$$$$

 

 

XXI.LES CLASSES MOYENNES

 

$$$$$

 

 

XXII.FRACTIONS DE CLASSES MOYENNES

 

$$$$$

 

 

XXIII.FEMMES ACTIVES : INÉGALITÉ

 

$$$$$

 

 

XXIV.CONSOMMATION FINALE : MESURE ET ÉVOLUTION

 

$$$$$

 

 

XXV.DISSERTATION

 

$$$$$

 

 

 

 

 

     ♦    Ce que les programmes en disent...

 

  1. Sciences éco, opt. base simple, 2 ème degré, 4 pér/sem (1994/0279/016)
  2. Socio-économie, opt.,1er degré, 2/4 pér/sem (1992/0279/081)

 

 

I.    Sciences éco, opt. base simple, 2ème degré, 4 pér/sem (1994/0279/016)

 

 

II. Socio-économie, option, 1er degré, 2/4 pér/sem (1992/0279/081)

 

 

1)    Ménages : page 5.
Pistes proposées par le programme : Définir, donner des exemples, et distinguer la consommation et les différentes sortes de consommation.

2)    Impôts : page 7.
Pistes proposées par le programme : distinguer quelques types de dépenses des dépenses des ménages.

3)    Niveau de vie, mode et style de vie : page 17 (du programme).
Pistes proposées par le programme : Définir et distinguer ces notions, en donner des exemples, les identifier dans des exemples donnés et prendre conscience que l'accroissement du niveau de vie n'équivaut pas nécessairement à une amélioration de la qualité de vie.

4)    Revenus : page 5.
Pistes proposées par le programme : les revenus du travail rémunéré (les salariés et les indépendants) ; les revenus du travail non rémunérés (revenus de la propriÉté, revenus sociaux, revenus exceptionnels).

5)    Les salaires : page 5.
Pistes proposées par le programme : Définir le salaire ; distinguer les notions de salaire, appointements, traitement, gages, pourboire, commission ; rechercher des exemples de revenus de travail rémunéré.

6)    La publicité : page 19.
Pistes proposées par le programme : Enoncer les causes de l'évolution de la consommation finale dans le temps.

7)    Prix de revient et prix de vente : page 27.
Pistes proposées par le programme : Enumérer leurs composantes et les décomposer sur base d'exemples chiffrés.

8)    Culture : page 11.
Pistes proposées par le programme : la définir et énumérer des exemples d'éléments culturels. Enoncer des caractéristiques de la culture. Comparer des pratiques propres à certaines culture.

9)    Valeur : page 11.
Pistes proposées par le programme : Définir et illustrer la notion de valeur.

10) Socialisation : page 11.
Pistes proposées par le programme : la notion de socialisation, ses caractères, ses mécanismes et ses agents.

11) Groupes sociaux : pages 11 et 13.

12) Les médias : page 33
Pistes proposées par le programme : le processus de fonctionnement ; communication de masse ; la presse quotidienne écrite ; la télévision.

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Évaluation des connaissances et des savoir-faire

 

  1. Auto-évaluation
  2. Évaluation des connaissances

 

 

$$$$

 

I.    Auto-Évaluation

 

3 = oui_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 2 = à peu près...  _ _ _ _ _ _ _ _ _  1 = pas encore!

 

 

- Réaliser un plan reprenant les grandes idées abordées dans cette étape.

 

1. Les impôts :

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes : impôt, impôt direct, impôt indirect, déclaration de revenus ou feuille de contribution, fiscalité, T.V.A., Isoc, IPP, budget, le Trésor, recettes publiques, dépenses publiques, recettes provisoires, recettes définitives, dépenses provisoires, dépenses définitives, l'impasse.

- Citer quelques sortes d'impôts rencontrés dans la vie courantes.

- Classer des impôts donnés en impôts directs ou indirects.

- Citer des sortes d'impôts directs et indirects.

- Calculer, à partir d'une situation donnée, le montant réellement versé par l'entreprise à l'administration de la T.V.A. (cfr. compta.).

- Expliquer en quoi les impôts directs sont plus "justes" que les impôts indirects.

- Lire un tableau de statistiques évolutif ou statique relatif aux impôts.

- Citer trois raisons valables pour lesquelles on paie des impôts.

- Associer les sortes d'impôts donnés à l'agent économique concerné.

- Citer deux sortes d'impôts payés par un agent économique donné.

- Citer quelques interventions de l'État réalisées grâce à la levée des impôts.

- Citer deux exemples de dépenses provisoires et deux exemples de dépenses définitives de l'État.

- Classer une série de dépenses données selon des critères donnés.

 

2. Le niveau de vie.

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes : niveau de vie, pouvoir d'achat, effet cliquet, prix réel.

- Citer trois éléments qui permettent de mesurer Le niveau de vie d'un individu.

- Inventer une suituation mettant en valeur Le niveau de vie d'un individu.

- Lire un tableau de statistiques relatives au niveau de vie, aux dépenses réalises en biens de consommation et autre...

- Citer au moins quatre facteurs déterminant Le niveau de vie.

- Expliquer en quoi les revenus, les prix, le patrimoine, le crédit peuvent déterminer Le niveau de vie.

- Calculer la variation du pouvoir d'achat à partir d'une situation donnée.

- Illustrer la formule de l'indice de variation du pouvoir d'achat par un exemple chiffré.

 

3. Le mode de vie.

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes : mode de vie ou genre de vie, l'uniformisation des modes de vie, budget-temps, le temps obligé, le temps domestique, le temps libre.

- Lire un texte afin de relever les éléments permettants de caractériser Le mode de vie.

- Citer au moins cinq facteurs influençant Le mode de vie.

- Expliquer en quoi le revenu, la profession, l'âge, la situation géographique, les facteurs psychosociologiques peuvent influencer Le mode de vie.

- Dessiner le cycle général d'un produit et l'expliquer.

- Interpréter le graphe du cycle de vie d'un produit donné.

- Citer au moins cinq manifestations de l'uniformisation des modes de vie.

- Expliquer en quoi l'alimentation, l'habillement, les dépenses de santé, les dépenses d'éducation, l'équipement des ménages peuvent être des manifestions de l'uniformisation   des modes de vie.

- Classer  des activités données en temps obligé, temps domestique, temps libre.

- Citer deux exemples d'activités pour chaque catégorie ci-dessus.

- Expliquer comment peut se décomposer le temps de travail.

- Lire un article récent sur la réduction du temps de travail afin de mettre en évidence les contestations actuelles sur la réduction du temps de travail, de montrer que la durée du temps de travail varie dans le temps (historique) et dans l'espace (groupes sociaux différents).

- Lire un tableau de statistiques relatives à l'utilisation du temps de travail ou du temps libre pour expliquer son évolution et développer son esprit critique (porter un jugement).

 

 

4. Peut-on orienter le choix du consommateur ?

 

- Expliquer avec ses propres mots la notion suivante : publicité.

- Citer les rôles principaux de la publicité.

- Citer quelques organisations de défense des consommateurs.

- Expliquer le rôle de ces organisations de consommateurs et les dispositions prises par celles-ci pour défendre les consommateurs.

- Retrouver sur un emballage ou une étiquette et établir une liste des notions obligatoires, légales qui doivent y figurer.

 

5. Qu'est-ce que la culture ?

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes :  la culture au sens général, la culture au sens ethnologique la culture au sens sociologique, Évolutionnisme, ethnocentrisme, relativisme culturel, la sous-culture, valeur, norme, symbole, rites, mythe.

- Illustrer les notions ci-dessus par des exemples concrets lorsque cela est possible.

- Expliquer le lien existant entre culture et valeurs, valeurs et normes, culture et système symbolique,

- Citer et expliquer deux fonctions de la culture.

 

6. Les rapports interculturels.

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes :  acculturation, syncrétisme culturel, dualisme culturel, idéologie, contre-culture, insertion, intégration, participation, assimilation.

- Citer et expliquer les rapports culturels pouvant exister entre deux sociétés.

- Citer et expliquer les rapports culturels pouvant exister à l'intérieur d'une même société.

- Distinguer "immigré" "d'étranger".

- Citer quatre modes d'intégration ou d'assimilation.

 

7. Modes de vie et styles de vie.

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes : différenciation culturelle, mode de vie, sociabilité, style de vie.

 

 

 

8. La double nature de l'homme, biologique et sociale.

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes :  social, inné, acquis.

- Expliquer la phrase suivante : "L'humanité est impossible sans règles sociales".

 

9. La production sociale de l'homme : la socialisation.

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes :  statut social, rôle social, valeur, norme, sanction, socialisation, régulation sociale, assimilation, accommodation, personnalité individuelle, personnalité sociale, habitus.

- Inventer une situation permettant de mettre en valeur les notions de statut et rôle social.

- Citer les deux méthodes de l'apprentissage de la socialisation.

- Différencier personnalité individuelle et personnalité sociale.

- Citer au moins cinq agents de socialisation.

- Expliquer en quoi la famille, le système éducatif, le groupe de pairs, l'entreprise, les médias peuvent être des agents socialisateurs.

- Citer trois milieux de socialisation.

- Expliquer en quoi le milieu géographique, le milieu ethnique, le milieu social peuvent être des milieux socialisateurs.

 

10. Qu'est-ce que la sociologie ?

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes : sociologie, fait social.

- Citer l'objet d'étude de la sociologie.

- Citer les grands critères de classification des faits sociaux.

- Classer des faits sociaux donnés en trois catégories  : les phénomènes macro-

      sociologiques, les phénomènes qui concernent les groupes partiels, les faits microsociologiques.

- Citer un exemple de fait social pour chacune des catégories ci-dessus.

 

11. La sociologie et ses méthodes : la stratification.

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes :  représentation, représentation savante, objectivisme, subjectivisme, catégorie sociale, groupe social, hiérarchie, inégalité sociale, stratification sociale, groupe d'appartenance, groupe de référence, groupe neutre, réussite sociale, richesse, prestige, pouvoir, méthode inductive, méthode déductive, l'enquête sociologique, oligarchie, domination arbitraire.

 

12. Stratification sociale des sociétés traditionnelles : castes et ordres //  Classes et catégories sociales.

 

- Expliquer avec ses propres mots les notions suivantes :  caste, ordre, conception réaliste des classes sociales ou conception marxiste des classes sociales, conception nominaliste ou de Max Weber des classes sociales, classe objective, classe mobilisée, catégories socioprofessionnelles.

- Citer des exemples réels de castes et d'ordres ; de classes sociales.

- Citer et expliquer brièvement quelques problèmes survenant lors de l'essai de la stratification d'une société.

 

 

II. évaluation des connaissances

 

 

 

2. La protection du consommateur :

 

Niveau taxonomique : question 1 :restitution.

                                 question 2 : résolution de problème ou application.

                                 question 3 : application.

                                 question 4 : résolution de problème.          

 

Test   / 15,5 :

 

Cite trois organisations de défense des consommateurs. /3

 

‚Par qui sont fixé les prix des articles ci-dessous ?  /2

 

$$$$

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ƒEntoure les intrus ci-dessous et justifies tes choix par écrit sur les pointillés.    /4,5

 

$$$$

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  /1,5

 

Justifications : ......

  /3

 

„Souligne dans le texte ci-dessous les erreurs commises et corrige-les sur les pointillés.  /6

 

Madame Dublanbec reçoit, le 4 février, une publicité sur laquelle le magasin «Vatimo» affiche des soldes de 50 % sur tous les articles du 3 février au 15 février.  Un lot de 3 valises sur cette publicité intéresse Madame Dublanbec. Quelle ne fut pas sa déception lors de son arrivée au magasin, il n'y a plus aucun lot de valises.  Madame Dublanbec se présente alors à la caisse avec la publicité et demande un ticket de caisse pour pouvoir acquérir ce produit. Le vendeur lui remet un ticket de caisse avec lequel elle pourra se présenter  au magasin l'année prochaine à la même époque et acheter le lot de valise au prix de 2 549 BEF.                                                                                               

 

          Corrections : ...

 

  

Pondération :  Souligner les 4 erreurs : dates pour les soldes, ticket de caisse => bon d'achat, moment de l'acquisition (l'année prochaine) et le prix non soldé.  /2

Justifications : /4

 

3. La publicité :

 

Niveau taxonomique :          question 1 : restitution.

                                 question 2 : restitution.

                                 question 3 : résolution de problème.

                                 question 4 : résolution de problème + restitution.

                                 question 5 : application + restitution.

                                 question 6 : application.

 

Test   /20 :

 

ΠExplique avec tes propres mots les notions suivantes :

   - La publicité. /2

   - Une cible (dans le domaine publicitaire).  /1

 

 Que peut faire l'entreprise avec le profit réalisé grâce à la publicité?  Cite 2 éléments de réponse. /2

 

ŽSituation :  Monsieur Tartempion a inventé un nouveau produit : Persomox, un produit anti-tâches. Ce produit a été lancé sur le marché le 01/01/1989.

Voici un tableau  concernant les chiffres de ventes réalisés depuis fin 1989.

 

                                 a) Trace la courbe  du cycle de vie du produit en fonction des
                                     indications données dans le tableau.   /3

  

Années         Ventes en million                        

1989                          0,5

1990                           3

1991                           7

1992                           8

1993                           8

1994                           8

1995                           6

1996                           4

1997                           6

 

 

                                 b) Indique sur le schéma que tu as tracé les différentes phases du
                                     cycle de vie de ce produit.  /5

 

 Voici l'étiquette d'une bouteille d'eau de VALVERT :

 

$$$$

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 -  Dans quel type de publicité peux-tu classer l'action épargne réalisée par Valvert ? /1

    Explique le rôle de cette publicité. /1

 

 Voici un slogan : «Des pâtes, oui mais des PANZANI».

    De quel type de publicité s'agit-il?  /1

    Explique le rôle de cette publicité.  /1

 

Ï Les publicités suivantes sont-elles légales ?   Ecris oui ou non en dessous de chaque dessin et justifie ta réponse. 2 fois 0,5 et 2 fois 1 =>  /3

 

a) "Je vous offre deux paquets de BONUX                                   b)

        contre un paquet de DASH»

 

$$$$

                                                                                                                           100%

                                                                                                                           Fruits  frais

 

 

 

Réponses : question 2 : acheter de nouvelles machines, créer de nouveaux emplois, investir dans la recherche de nouvelles machines ou de nouvelles publicités, acheter de nouvelles publicités,...

question 3 : phases : introduction, croissance, maturité, déclin, croissance (relance).

question 4 : publicité de relance (à la limite d'entretien)

question 5 : publicité d'entretien.

question 6 : a) non, car la publicité ne peut pas être comparative.

b) non, car la publicité ne peut pas être mensongère.

 

4. Le niveau de vie :

 

Niveau taxonomique :         question 1: exploitation + résolution de problème.

Test   /9:

 

1.  Analyse le graphique ci-dessous et réponds aux questions posées :

 

$$$$

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Combien de foyers belges possèdent au moins une voiture ?  /1

- Quel est le pays dans lequel le nombre de foyers possédant une voiture est le plus élevé ? /2

- Quel est le pays dans lequel la proportion des foyers possédant une voiture est la plus basse ? /1

- Cite deux pays ayant une proportion de foyers possédant au moins une voiture plus élevée que celle de l'Espagne (E) ?   /2

- La phrase suivante est-elle vraie ou fausse; justifie : "Les foyers ayant deux voitures ne sont pas indiqués sur ce graphique."  /1 et / 2

 

5. Mode de vie :

 

Niveau taxonomique :         question 1, 2: exploitation + résolution de problème.

 

Test  /10 :

 

1. Analyse le tableau ci-dessous et réponds aux questions posées :

 

$$$$

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

- Le nombre d'heure de travail d'un Anglais est-il supérieur ou inférieur à la moyenne européenne ? /1

- Cite le pays dans lequel les travailleurs ont le plus d'heure de travail par semaine. /1

- Quelle est la situation de la Belgique dans ce tableau ?  /1

- Au Danemark, chaque travailleur travaille 38,7 heure par semaine.  Vrai ou faux.  Justifie ta réponse. /1 et /2

 

2. Construis un petit texte de cinq lignes maximum expliquant le graphique ci dessous: 

 

/4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6. Influence du milieu, du sexe, de l'âge, de l'activité professionnelle :

 

Niveau taxonomique : Questions 1, 2, 3, 4, 5 : exploitation et résolution de problème.

 

Test  /20 :

 

Une enquête du mois de février-mars 1998 demandait aux habitants de Belgique de citer par ordre croissant les cinq problèmes de société leur paraissant les plus préoccupants pour ce qui est de la situation de notre pays.  Voici les résultats :

 

 

$$$$

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Cite tout d'abord les découpages de la population qui ont été faits. /4

2. Donne deux raisons pour lesquelles les Flamands, les Bruxellois, les Wallons peuvent ne pas avoir le même ordre de préoccupation. /4

3. Donne deux raisons pour lesquelles les personnes de 15 à 24 ans peuvent ne pas avoir le même ordre de préoccupation que les personnes de 55 ans et plus. /4

4. Donne deux raisons pour lesquelles les hommes et les femmes peuvent ne pas avoir le même ordre de préoccupation.  /4

5. Donne deux raisons pour lesquelles les employés et les chômeurs peuvent ne pas avoir le même ordre de préoccupation.  /4

 

7. Consommation, niveau et mode de vie :

 

Niveau taxonomique : question 1 : application.

 

Test  / 11 :

 

1.  Classer les facteurs explicatifs de la consommation selon les critères suivants : N = niveau de vie, G = genre ou mode de vie, D = démographie, P = Production.

 

Facteurs explicatifs de la consommation : 0,5 par bonne réponse

 

La publicité : ....                   Le pouvoir d'achat : ....                   La religion : ....

Les innovations : ....            L'évolution des prix : ....                La classe sociale : ....

Les goûts : ....                        L'influence : ....                                Le métier : ...

L'emploi du temps : ....        L'âge : ....                                           Le climat : ....

La race : ....                           Le progrès technique : ....               La mentalité : ....

La situation économique : ....                                                        La tendance politique : ....

La mode : ....                         La structure de la population : .... Les habitudes de consommation : ....

La production de masse : ....                                                         La localisation géographique : ....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Voir aussi...

 

Ouvrages d'initiation à la sociologie :

Mendras, éléments de sociologie, coll.  U, Armand Colin, 3e ed.  1989.  Fenéol, P.  Noreck, Introduction à la sociologie, coll.  Cursus, Armand Colin, Ÿ1990, Morin, le Paradigme perdu : la nature humaine, Le Seuil, i 973.

 

Romans :

 

Guillow, Le Sang noir, réed.  Gallimard i 980, Folio n" 1116.

Charef, le Thé au harem d'Archi Hamed, Gallimard i 988, Folio n" 1958.  G.  Belotti, Du côté des petites tilles, édition des femmes, 5Q éd, i 976.

 

Films :

 

Truffaut, 1'Enfant sauvage, 1970.

Forman, Vol au-dessus d'un nid de coucou, i 979.

Claude Berri, Germinal, 1993, d'après émile Zola.

 

Ÿ Trois petits Irnes poraderplus loin :

I.-P.  Briand, I.-M Chapoulie, les Classes sociales.  Principes d'analyse et données empiriques, Profil, Hatier, le éd.  1985.

S.  Bosc, S.  Chapoulie, Approche sociologique des classes sociales, Profil, Hatier, 1981.

A.  Desrosiéres ,.  Thévonot Les Catégories socioprofessionnelles, Repères, La Découverte, 1988.

 

Ÿ Deux romam su fond d'inórgve policière :

C.  Dubac, Meurtres à l'ENA, 6  Calmann-Lévy, 1987, J.  Duchateau, Meurtre à l'Élysée, Calmann-Lévy, 1987.

 

Ouvrages d'ínitiation :

E.  CoffierŸ et alii Sociologie basique, Nathan, 1990.

M.  Giacobbi et J.-P.  Row, Introduction d la sociologie, Hatier, 1990.

G.  Mermet, Francoscopie(édition 1987~ Larousse.

G.  Rocher,, Introduction à la sociologie générale, t.  i, ch.  4, Points, Seuil, 1970.  "films

M.  Charef' , Le Thé au harem d'Archimède, 1985.

E.  Rochant.  Un monde sans pitié, 1989.

Récits : «t4

 

Azouz Begag, L4 Gone du Chaâba, Seuil, 1986.

P.  Jakez Hélias, le Cheval d'orgueil, Terre humaine, Plon, 1973.

 

 

Idée méthodologique : Vous pouvez vous servir d &.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     ♦    Table des matières

 

 

♦     Cinquième étape : M. Van Vlees et Mme. Van Vlees paient des impôts...

  1. Quels sont les impôts payés par M. Van Vlees ?
  2. Pourquoi les Van Vlees paient-ils des impôts ?
  3. Comment se présente le budget de l'État ?

♦     Introduction, objectifs et mots-clefs...

  1. Introduction
  2. Mots-clefs

♦     Trop d'État ? rage taxatoire et critique libérale

  1. Que sont les impôts : idée méthodologique de Yves De Boe (promo 98) ?
    1. Introduction
    2. Mise en stuation
    3. Proposition d'un test
  2. La mesure de la croissance quantitative de l'État
    1. La progression globale des dépenses publiques
    2. L'augmentation du nombre de fonctionnaires civils
    3. Le poids des prélèvements obligatoires
    4. L'effet de cliquet et la loi de Wagner
  3. La critique libérale de l'impôt
    1. Le contexte : le renouveau des idées libérales pendant les années 1970
    2. La courbe de Laffer
  4. Les emprunts publics et l'effet d'éviction
    1. Le cercle vicieux des déficits publics
    2. L'effet d'éviction
  5. La perte de compétitivité des entreprises
  6. Le débat sur les remèdes libéraux au "trop d'état"
    1. Les remèdes libéraux
      1. La rédution d'impôts
      2. La réduction des dépenses publiques
    2. Les limites de la thérapeutique libérale
      1. L'objectif d'une réduction sensible des prélèvements obligatoires, des dépenses publiques et des déficits budgétaires n'a pas été atteint
      2. La reprise de la croissance n'a résulté qu'en partie de la politique de l'offre
      3. La thérapeutique libérale a aggravé les inégalités

♦     Crise l'état-Providence et Politique de redistribution ?

  1. La crise financière de l'État-providence
    1. La forte progression des dépenses de protection sociale
      1. Les dépenses de santé
      2. Les explications de cette augmentation sont multiples :
      3. Les dépenses d'allocations-chômage
      4. Les dépenses de retraites
    2. La moindre progression des recettes
      1. La récession
      2. Le financement des retraites
  2. La crise de légitimité et la crique de l'État-providence
    1. La légitimité de l'état-providence est fondée sur deux principes :
    2. La doctrine libérale et l'État-providence
      1. L'État-protecteur d'Adam Smith
      2. Les effets pervers de l'assistance
      3. L'alourdissement des charges sociales pénalise l'emploi
      4. La réduction des inégalités et la théorie de "l'inégalité équitable", (John Rawls)
    3. Le débat sur l'opportunité des remèdes libéraux
      1. Les propositions
      2. Le système américain de protection sociale
      3. Limites et dangers des propositions libérales

♦     État producteur et privatisations

  1. La critique libérale
    1. L'État n'a pas à produire des biens marchands
    2. La gestion publique des services collectifs (services non marchands) est coûteuse
  2. Les remèdes libéraux : privatisations et gestion marchande des services collectifs
    1. Les privatisations
      1. L'objectif des privatisations
      2. Les modalités des privatisations en France
    2. Les services collectifs : financement public et gestion privée

♦     La déréglementation et ses limites

  1. Exemples de déréglementation
  2. Le renard libre dans le poulailler
  3. Les degré de l'interventionnisme et du libéralisme

♦     Le niveau de vie

  1. Qu'est-ce que le niveau de vie ?
    1. Notions générales
    2. Quelques chiffres
  2. Les facteurs déterminant le niveau de vie
    1. L'influence des revenus
    2. L'influence du niveau des prix
      1. Comment calculer une variation du pouvoir d'achat ?
      2. La notion de prix réel
    3. Le rôle du patrimoine (voir sixième étape)
    4. L'influence du crédit à la consommation (voir étape 4, "le crédit")

♦     Le mode de vie

  1. Notions de mode de vie
    1. Définition
    2. Quelques textes
  2. Diversité des modes de vie
    1. Influence du revenu
    2. Influence de la profession et de la catégorie socioprofessionnelle
    3. Influence de l'âge
    4. Influence de la situation géographique
    5. Le rôle des facteurs psychosociologiques
      1. La valeur symbolique des biens
      2. Consommation et cycle des produits
  3. Peut-on parler de rapprochement des modes de vie ?
    1. La tendance à l'uniformisation des modes de vie
      1. Les formes de consommation des P.C.S.  sont de moins en moins spécifiques
      2. Les manifestations de l'uniformisation des modes de vie
    2. Des différences subsistent néanmoins
  4. L'utilisation du temps et le mode de vie
  5. Le temps de travail
    1. La journée de travail
    2. La semaine de travail
    3. L'année de travail
    4. La place du temps de travail au cours de la vie
  6. L'utilisation du temps libre

♦     Modes de vie et Styles de vie

  1. La différenciation culturelle
    1. Les modes de vie
    2. Le style de vie
  2. Deux explications des styles de vie
    1. La "Distinction" de Pierre Bourdieu
      1. Style de vie et classe sociale
      2. Bon goût et légitimité
    2. Les sociostyles
      1. Une vision résolument individualiste
      2. Une construction taxable de nominalisme
  3. Une proposition de leçon par Aurore Dessily (promo 00)

♦     Peut-on orienter le choix du consommateur ?

  1. La publicité
    1. Définition
    2. Objectifs et effets de la publicité
  2. L'information et la protection du consommateur
    1. Les organisations de défense des consommateurs
      1. Les mouvements associatifs
      2. L'État
    2. Le rôle de l'État dans la défense des consommateurs
      1. Du point de vue économique
      2. Du point de vue de la sécurité et de la santé
    3. Rôle des organisations de consommateurs

♦     Qu'est-ce que la culture ?

  1. La diversité des acceptions du terme culture
    1. Le sens courant du mot culture
    2. Le sens (trop) large : les deux traditions de l'ethnologie
    3. L'usage sociologique du terme culture
      1. La culture au sens sociologique
      2. La notion de sous-culture
  2. Analyse de la culture
    1. Culture et valeurs
      1. La culture comme système de valeurs
      2. Des valeurs aux normes
    2. Culture et système symbolique
      1. Système symbolique
      2. Les rites
    3. Les fonctions de la culture
      1. La socialisation de l'individu
      2. L'identité collective

♦     Les rapports interculturels

  1. Les rapports culturels entre deux sociétés
    1. Le processus d'acculturation et ses résultats
    2. Les résultats de l'acculturation
  2. Rapports culturels à l'intérieur d'une même société
    1. Culture globale, sous-cultures et idéologie
      1. Culture globale et sous-cultures
      2. L'idéologie
    2. Culture dominante et contre-culture
      1. Qu'est-ce qu'une contre-culture ?
      2. Contre-culture et changement culturel
  3. L'immigration
    1. Définir et compter
      1. étrangers et immigrés
      2. Flux et stocks
    2. Des modes d'insertion différents
      1. Intégration ou assimilation
      2. Projet individuel ou projet communautaire

♦     La double nature de l'homme,  biologique et sociale

  1. L'humanité impossible sans règles sociales
    1. L'apprentissage
    2. Règles et contraintes
    3. Le social dans les actes quotidiens
  2. Les rapports entre l'inné et l'acquis
    1. L'inné ou l'acquis : un débat dépassé
    2. L'inné et l'acquis, une interaction à l'origine de l'homme

♦     La production sociale de l'homme :  la socialisation

  1. La socialisation, un apprentissage de la société et de ses règles
    1. Un apprentissage nécessaire
      1. Statuts et rôles
      2. Valeurs, normes et sanctions, socialisation
    2. La socialisation, un apprentissage complexe et multidimensionnel
      1. Assimilation et accommodation
      2. Personnalité individuelle, personnalité sociale
  2. Les instances de socialisation : agents et milieux
    1. Les agents explicitement socialisateurs
      1. La famille
      2. Le système éducatif
    2. Les agents implicitement socialisateurs
      1. L'entreprise
      2. Les médias
    3. Les milieux de socialisation

♦     Qu'est-ce que la sociologie ?

  1. Les fait sociaux, objet de l'étude sociologique
    1. Les faits sociaux : un domaine d'étude partagé
      1. Définition du fait social
      2. La spécificité du "regard" sociologique
    2. La classification des faits sociaux
      1. La classification des faits sociaux selon leur dimension
      2. La classification des faits sociaux selon leur degré d'extériorité par rapport aux individus
  2. La vocation scientifique de la sociologie
    1. La vocation scientifique contestée de la sociologie
      1. La concurrence déloyale du bon sens
      2. Les faits sociaux rebelles à une approche scientifique
      3. La position délicate du sociologue
    2. L'affirmation scientifique de la sociologie : les règles de la méthode
      1. Il faut considérer les faits sociaux comme des choses"
      2. La cause d'un fait social doit être recherchée dans d'autres faits sociaux
      3. Il faut utiliser la démarche comparative

♦     La sociologie & ses méthodes : application étude de la stratification

  1. Les représentations de la stratification sociale
    1. Les représentations
      1. Qu'est-ce qu'une représentation ?
      2. Sens commun et représentations savantes
    2. La diversité des représentations savantes
      1. Objectivisme et subjectivisme
      2. Individu et société : holisme ou individualisme méthodologique ?
    3. Les concepts du classement social
      1. Réalisme et nominalisme
      2. Catégorie sociale/groupe social
    4. Les concepts de la stratification sociale
      1. Hiérarchie, inégalité, injustice
      2. Qu'est-ce qu'une stratification sociale ?
      3. Stratification, groupes d'appartenance et de référence, réussite sociale
      4. La cristallisation du statut social
  2. Quelques éléments de méthodologie
    1. Méthode inductive et méthode déductive
    2. L'enquête sociologique
      1. La formulation des hypothèses
      2. La construction du plan d'observation
      3. La construction des variables
      4. Analyse des relations entre les variables
    3. Délimitation et difficultés de mesure de la richesse
      1. Comment la délimiter ?
      2. Comment la mesurer ?
    4. Comment mesurer le prestige ?
      1. Le questionnaire quantitatif : l'échelle de North et Hall
      2. Méthode réputationnelle et entretien 
      3. Les limites des enquêtes par questionnaire et entretien
      4. L'ethnométhodologie
    5. Qui détient le pouvoir ?
      1. Oligarchies et domination arbitraire
      2. Comment repérer les postes de pouvoir ?

♦     Stratification sociale des sociIétés traditionnelles : castes et ordres

  1. Les castes
    1. Les caractéristiques des castes
    2. Du principe à la pratique des castes
  2. Les ordres
    1. Les trois ordres : une hiérarchie fondée sur le prestige
    2. Du principe à la pratique sociale
    3. L'abolition de la société d'ordres

♦     Stratification sociale des sociétés traditionnelles : classes et catégories sociales

  1. Les classes sociales
    1. Stratification et classes sociales
      1. Comment s'articulent ces deux concepts ?
      2. Strates, classes, castes ou ordres ?
    2. Deux conceptions des classes sociales (cf.  1,1.  a)
      1. La conception réaliste
      2. La conception nominaliste
      3. Dépasser l'alternative nominalisme/réalisme ?
    3. Le problème du dénombrement des classes sociales
    4. Le problème de la conscience de classe et de l'action collective
      1. L'importance de la place dans les rapports de production
      2. La critique de cette approche déterministe s'articule autour de deux axes 
    5. Dans quelle mesure peut-on encore parler de classes sociales ?
  2. Les catégories socioprofessionnelles
    1. Une portée limitée dans le temps et dans l'espace
      1. Un produit historiquement situé
      2. Un produit propre aux francophones
      3. Une procédure d'élaboration sujette à critiques
  3. Des CSP aux classes sociales
    1. La CSP entre catégorie et classe sociale
    2. La CSP, un indice fiable de l'appartenance de classe
    3. Les CSP, un instrument de synthèse ?
    4. Les catégories socioprofessionnelles ne sont pas des classes sociales

♦     À retenir...

♦     Exercices et travaux

  1. Fiscalité régionale
  2. Pouvoir d'achat, prix réels et niveau de vie
  3. Crédits à la consommation
  4. Consommation et modes de vie
  5. Utilisation du temps et modes de vie
  6. Communication publicitaire
  7. Consommation : évolution
  8. Relativisme culturel
  9. Dimension symbolique de la culture
  10. Acculturation et conflits culturels
  11. Modes de vie et sous-cultures
  12. Dimension sociale du corps de l'homme
  13. Aspects de la socialisation
  14. Rôles familiaux en évolution
  15. Transmission de la culture : école et société
  16. Le suicide, un fait social
  17. Concepts et méthodes de la sociologie
  18. élites et classes dirigeantes
  19. Les "sans statut" des sociétés modernes
  20. Les cadres
  21. Les classes moyennes
  22. Fractions de classes moyennes
  23. Femmes actives : inégalité
  24. Consommation finale: mesure et évolution
  25. Dissertation

♦     Ce que les programmes en disent....

  1. Sciences éco, opt. base simple, 2 ème degré, 4 pér/sem (1994/0279/016)
  2. Socio-économie, opt.,1er degré, 2/4 pér/sem (1992/0279/081)

♦     évaluation des connaissances et des savoir-faire

  1. Auto-évaluation
  2. évaluation des connaissances

♦     Voir aussi...

♦     Table des matières

 


[1] source : document accompagnant la déclaration fiscale de 1998

[2] dans ce cas, '7 points' signifie '7 %', expression souvent utilisée pour les variations des cours de bourse.

[3] Pour ce qui se rattache à la loi d'Engel, je recommande « Chapitre 10 : La loi d'Engel, A. Parienty et P. Thiercelin, Sciences économiques et sociales, Nathan, 1993 ». Ce document donne en quelques lignes une explication claire concernant la loi d'Engel... cependant celui-ci envoie l'élève vers des notions comme élasticité de la consommation, coefficient budgétaire, etc...

Il est donc recommandé à l'élève de consulter « économie générale approche micro-économique, A. Genard, De Boeck-Wesmael, Bruxelles,1994 » qui lui explique aux pages150, 225, 279, et 229 l'élasticité de l'offre et la demande.

Parmi ceux-ci, d'autres articles abordent ces deux lois d'une façon moins claire et moins précise ; il faut donc lire les articles d'une autre façon, ce qui envoie l'élève vers d'autres notions de base, essentielles à la compréhension de ces deux lois.

Ces articles sont tirés du « Dictionnaire d'économie et des sciences sociales, J.Copul et O. Garnier, Hatier, Paris, Juin 94 ».

 

[4] une idée de F.Boulanger dans "Consommation finale", De Boeck-Wesmael, 1994

[5] U.S.A. au même moment : 550 voitures par 1000 habitants

[6] une idée de F.Boulanger dans "Consommation finale", De Boeck-Wesmael, 1994

[7]Enquête "Contacts entre les personnes", INSEE-INED, 1982

[8] Dean Baker, “Dangerous Trends : The Growth of Debt in the U.S. Economy”, 7 septembre 2004, www.cepr.net

[9] The Globe and Mail, Toronto, 23 décembre 2004

 

Des liens ne fonctionnent plus ?
Avez-vous des suggestions ?


Envoyez-moi un E-Mail (cuy.w(at)skynet.be)

Attention (at) signifie @

 

Retour à la page d'accueil de CUY = See you why ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Compteur gratuitCompteur gratuit